La gestion des risques dans la fonction publique
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La gestion des risques dans la fonction publique , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


La réglementation, les contraintes, les normes et les outils ont évolué, y compris dans la fonction publique.


Ils permettent de protéger les activités et de maintenir une continuité de service malgré les incertitudes.


En effet, les crises climatiques, financières, d’approvisionnement, d’image, etc., doivent être scénarisées pour générer améliorations et résilience.


Les communes et les communautés sont directement concernées avec le Plan Communal de Sauvegarde (PCS).


Comment garantir sa crédibilité, éviter ou contrôler les erreurs, assurer la protection des élus, satisfaire les usagers et gérer les impacts liés à une mauvaise image ?


Illustré de nombreux exemples et de cas réels, cet ouvrage propose des outils et des démarches pour vous aider à déterminer vos objectifs, à comprendre et à gérer efficacement vos risques et vos crises.


Manager, chef de service ou directeur du secteur public… À chacun de créer la gestion du risque qui correspond à ses besoins !




RISQUE, MANQUE DE CHANCE ET RÉALITÉ


Le risque vous attend


À votre niveau


Pour commencer sa démarche


Le management du risque


Ce que disent les normes


La loi Sapin 2 et l’AFA


Pour commencer


Les freins


Collecter des informations


Dispositif de collecte de risques


Une organisation et des outils


Modifier les perceptions


Le paramètre humain


À l’échelle d’un agent


Faire progresser les personnes face au risque


La production de risques


 


CONCEVOIR SA GESTION DU RISQUE


Se focaliser sur les risques moyens


Identifier les risques


Évaluer les risques


Évaluer sans coter


Imaginer des solutions


Exemples de cas réels


Les méthodes d’analyses


Arbre de défaillance


Arbre des causes


Analyse temporelle


Déterminer une occurrence


Combinaison et simultanéité


Rédiger le plan de gestion


La dérive


La fiche de risque


Les différents types de risque


Les risques inhérents au service


Les risques externes au service


Les risques du projet


Votre analyse du projet


Retour d’expérience


Prévention et protection des agents


Quels sont les risques corporels ?


 


STRATÉGIES DE GESTION DE CRISE


Un travail en amont


Le déroulement d’une crise


Modifiez votre organisation


Crise = hautes tensions


La cellule de crise


Les signes précurseurs


Le diagnostic en période de crise


Élaborer une gestion de crise


Votre plan de gestion


Vivre la crise


Mettre en sécurité


Remettre en service l’activité


Communiquez !


Règles de communication de crise


Préparer votre communication


Communication et fin de crise


L’exemple du PCS (Plan Communal de Sauvegarde)


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 janvier 2023
Nombre de lectures 18
EAN13 9791039703970
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

La gestion des risques 
 dans la fonction publique
Les guides pratiques
Fonction publique



La gestion des risques dans la fonction publique
Gestion de crise dans une direction ou un service
Auteur : Martial PRÉVALET
Édition 2022
© GERESO Édition 2017, 2020, 2022
Direction de collection : Catherine FOURMOND
Conception graphique de couverture : Atmosphère
Suivi éditorial et conception graphique intérieure : GERESO Édition
www.gereso.com/edition
e-mail : edition@gereso.fr
Tél. 02 43 23 03 53 - Fax 02 43 28 40 67
Reproduction, traduction, adaptation interdites
Tous droits réservés pour tous pays
Loi du 11 mars 1957
Dépôt légal : Janvier 2023
ISBN : 979-10-397-0334-5
EAN 13 : 9791039703345
ISBN numériques
ISBN eBook : 979-10-397-0396-3
ISBN ePub : 979-10-397-0397-0
GERESO SAS au capital de 465 920 euros - RCS Le MANS B 311 975 577
Siège social : 38 rue de la Teillaie - CS 81826 - 72018 Le Mans CEDEX 2 - France





Dans la même collection
• Compensation & benefits
• Comprendre l’économie et la finance
• Comprendre les comptes annuels
• Construire des tableaux de bord vraiment utiles
• CSE : comprendre les comptes de l’entreprise et leurs enjeux
• Droits et responsabilités des enseignants et acteurs de l’éducation
• Équilibrer la structure et la dynamique sociale de l’entreprise
• Guide pratique d’externalisation des SI
• Guide pratique des élections professionnelles
• La gestion de patrimoine
• La gestion innovante des normes
• Le contrôle de gestion
• Le contrôle de gestion sociale
• Le droit des contrats en 60 questions
• Le mentorat mode d’emploi
• Les risques ressources humaines
• Management de la performance et ressources humaines
• Motiver, impliquer et professionnaliser la ressource humaine
• Planification de projet
• Planifier l’organisation du travail et les ressources humaines
Retrouvez tous les titres de la collection « Les Guides Pratiques » sur librairie.gereso.com





Remerciements
À mon fils qui, tout au long de ses premiers mois de présence, m’a donné le rythme d’écrire ce livre, chaque matin, bien avant l’aube, à la faveur de ses biberons.
À ma compagne pour toutes les facilités qu’elle m’a apportées pour commencer, poursuivre et achever ce travail.
À Yves, qui m’a relu avec attention, corrigé et encouragé pour aller au bout.
Enfin à tous ceux qui ont, parfois à leur insu, participé à cet ouvrage en m’apportant des exemples, des conseils et leur vision du risque : Laurent, Lucie, Emilie, Yannick, les frères Loys et Hervé, Alain (Spinoza ne se cache pas au 1 er sous-sol !), une Fée, Christophe (tu as raison il n’y a pas de lien entre la qualité et le volume de travail), Valérie (qui lit ses courriels), ainsi qu’à celles et ceux qui ont eu, durant quelques minutes, une oreille attentive à mes questions.



Introduction
Quand j’entends parler de risque, une intervention de mon professeur de philosophie de terminale me revient à l’esprit. Il évoquait le sujet éventuel du baccalauréat en se souvenant de cette légende urbaine qui voulait qu’un élève, pour traiter du sujet « Qu’est-ce que le risque ? », aurait uniquement inscrit sur sa copie « Le risque, c’est ça. » La légende se termine évidemment bien avec un 20/20 du correcteur, ce qui faisait ricaner notre professeur, pour qui la réponse en elle-même avait peu d’intérêt. Le développement des idées était, selon lui, le seul objectif d’une copie de baccalauréat.
Quelques années plus tard, je me suis intéressé à la notion de risque. Mes études m’avaient amené dans le milieu des microtechniques et de la production à une époque où le risque était à peine évoqué, alors même que les démarches qualité se développaient. Les études sur le risque concernaient avant tout les accidents du travail. Devenu chef de projet en construction publique, je cherchais des éléments me permettant de faire des choix lors d’une opération. Les ouvrages sur les risques stratégiques étaient peu nombreux et je me bornais finalement à créer des planifications pour chacune de mes opérations, sans pouvoir y intégrer le moindre concept de risque.
Les évolutions professionnelles se succédant, je fus quotidiennement confronté à la gestion des difficultés, à la prise de risque alors que j’étais dans l’impossibilité d’en cerner les contours. Je constatais aussi que les lignes hiérarchiques dont je dépendais n’avaient pas plus d’informations que moi sur ce sujet et que le risque prenait plus facilement la forme d’une fatalité que d’un sujet concret dont nous pouvions nous prémunir. La documentation dans le domaine était devenue plus importante mais je ne trouvais finalement, dans les ouvrages les plus intéressants, que des références au milieu industriel.
C’est donc au risque dans la fonction publique que ces pages sont consacrées. J’ai commencé la rédaction de cet ouvrage, à l’origine, plus comme un aide-mémoire, qu’autre chose. Le lecteur ne trouvera donc pas ici de longs passages reprenant les citations des meilleures études universitaires mais une représentation du risque et de son management avec des applications possibles au sein d’une fonction publique dont les enjeux sont naturellement très différents de ceux du milieu industriel. J’ai surtout voulu retranscrire, vulgariser et placer la gestion du risque dans un cadre spécifique. La gestion du risque est d’abord une démarche propre à chaque encadrant, à sa philosophie, à sa gestion du travail. Il n’a pas été question, dans cet ouvrage, de fournir une suite de recettes que beaucoup attendent comme des formules magiques. Il n’y a pas qu’une réponse « juste » à la gestion du risque ; il y a autant de réponses que de démarches.
Si la gestion du risque présente un intérêt indéniable dans les entreprises privées, elle déclenche bien moins d’enthousiasme quand elle est évoquée au sein de la fonction publique. Les enjeux sont différents et la gestion politique d’une fonction publique n’a pas les mêmes objectifs que la gestion d’entreprise. C’est à l’attention des encadrants de la fonction publique, chefs de service et directeurs, que j’ai rédigé cet ouvrage. Au niveau d’un service ou d’une direction, nous pouvons déterminer des objectifs, des outils précis, des démarches, des missions, des formations… C’est à ce niveau qu’une gestion des risques est efficace. Elle serait beaucoup moins crédible à l’échelle d’une direction générale qui donnera des objectifs globaux que chaque service devrait interpréter.
J’ai voulu ici voir le risque comme révélateur de fragilité qu’il peut engendrer au sein d’une équipe de travail. L’objectif, si je transcris les démarches de management du risque des entreprises privées vers la fonction publique, est d’obtenir des gains de temps, l’évitement ou le contrôle d’erreurs significativement risquées, une garantie de crédibilité, la protection des élus, la satisfaction des usagers ou des parties intéressées, la diminution des coûts supplémentaires de communication envers les usagers insatisfaits, les impacts liés à une mauvaise image… Il n’y a pas, dans la fonction publique, de recherche de rendement financier en tant que tel. Un budget de fonctionnement n’est pas géré à l’échelle d’un service et la rentabilité n’apparaît pas dans les missions habituelles d’un encadrant ou d’un directeur. Je parlerais plus facilement d’efficacité, d’efficience que de rendement. Par ailleurs, si une entreprise privée peut facilement s’assurer contre certains risques comme la perte de production, l’assurance d’une collectivité ne prendra jamais en charge la perte d’exploitation et la baisse du chiffre d’affaires qui sont des notions inexistantes dans la fonction publique. Cette dernière doit donc assumer ses difficultés : ce qui n’est pas fait aujourd’hui devra l’être coûte que coûte demain.
Le risque lui-même est une idée relativement récente et, au cours de notre ère industrielle, elle a connu une réelle mutation. Si au XIX e siècle on considérait encore la fatalité comme la cause de bien des maux, cela n’est plus tolérable à la fin du XX e et encore moins avec la judiciarisation croissante au début du XXI e . Ainsi, au fur et à mesure que les systèmes d’organisation et de production se sont complexifiés, on a cherché à déterminer les risques d’échec, de panne, d’accident… Les efforts se sont concentrés sur des outils d’analyse tels que l’arbre des défauts, né dans les années 60, et qui est encore utilisé aujourd’hui. Le développement de l’analyse du risque s’est poursuivi et a trouvé une de ses premières applications grand public au travers du rapport Rasmussen qui évoquait la sûreté nucléaire aux USA. Ce rapport, très controversé, sera remis en cause du fait d’une analyse des risques, pour certains, inappropriée. Quelques-uns percevaient que la méthode devrait s’améliorer, que les hypothèses étaient mal cernées ou que les probabilités n’apparaissaient pas assez représentatives. L’accident de la centrale nucléaire de Three Mile Island 1 attira cependant l’attention sur la gestion du risque. Si ce premier rapport était perfectible, il ouvrait cependant une première porte. Dans d’autres domaines (chimie, accidents d’avion…), la succession d’incidents et d’accidents graves a accru avec les années l’intérêt pour la gestion du risque.
Les systèmes de production et d’organisation complexes dont la fiabilité impactait la sécurité des biens et des personnes se sont pourvus de sécurités dont l’analyse des risques permettait de mesurer la portée a priori . La réglementation a évolué pour aller dans le sens d’une obligation de résultat imposant indirectement le développement de l’analyse et de la gestion du risque. Le législateur a toutefois probablement conscience d’êt

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents