135 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Discriminations en entreprise , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
135 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Nationalité, origine, âge, état de santé, situation de famille, orientation sexuelle, apparence physique, opinion politique, convictions religieuses… Autant de critères régulièrement associés à une discrimination dans l’entreprise !



Quels sont les critères discriminatoires et comment les repérer ? Comment s’exerce le droit d’expression des salariés ? Quel rôle l’employeur peut-il tenir dans la prévention des discriminations ?



Cet ouvrage répond ainsi à un double objectif.



D’une part, permettre au salarié victime d’un traitement discriminatoire de recourir aux moyens de défense adaptés à sa situation. D’autre part, présenter à l’employeur toutes les situations inégalitaires susceptibles d’être sanctionnées ainsi que les responsabilités civiles et pénales qu’il encourt.



Intégrant la toute dernière actualité, ce guide pratique vous permettra d’analyser toutes les situations et de lutter contre celles qui relèvent de la discrimination en entreprise.





Les différentes discriminations possibles

Qu'est ce qu'une discrimination ?

Quelle différence entre discriminations directes et discriminations indirectes ?

Quel est le champ d'application professionnel des discriminations ?

Nuances linguistiques importantes : de quoi parle-t-on exacetement ?

La réglementation sur les discrimination dépasse-t-elle le Code du travail et l'entrerpsie ? Quel en est l'impact ?

Quelles sont les statistiques ?



Les critères discriminatoires

Quelles sont les discriminations liées à la race, l'ethnie, la nationalité ?

Quelles sont les discriminations liées au sexe, à l'orientation sexuelle, aux moeœurs et au lieu de résidence ?

Discriminations fondées sur les mœurs ou le lieu de résidence : de quoi parle-t-on ?

Quelles sont les discriminations liées à l’état de santé ?

Quelles sont les discriminations liées à la situation de famille et à la grossesse ?

Quelles sont discriminations liées à l’âge, aux caractéristiques génétiques ou physiques ?

Quelles sont les discriminations liées à une activité syndicale, aux opinions politiques, à l’exercice du droit de grève et aux convictions religieuses ?



Repérer les mesures discriminatoires dans la relation de travail

Quelles discriminations dans le cadre du recrutement ?

Le cas de changement de poste de travail

Comment repérer les refus discriminatoires de formation ?

Quelles discriminations peuvent exister dans le cadre de l'exercice des pouvoirs disciplinaires et de direction par l'employeur ?

Les discriminations salariales

Comment repérer une discrimination dans le cadre d'une rupture contrat de travail ?



La lutte contre les discriminations au sein de l'entreprise

Le droit d'expression des salariés peut-il être un outil suffisant ?

Quel est le rôle des délégués du personnel en matière de discrimination ?

Quel est le rôle du comité d'entreprise ?

Quel est le rôle des délégués syndicaux ?

Quelle est la mission du CHSCT ?

Comment cela se passe-t-il dans les entreprises dépourvues de représentation du personnel ?



Les acteurs de la lutte contre les discriminations à l'extérieur de l'entreprise

Qui est le Défenseur des Droits ?

Quel rôle joue l'inspection du travail ?

Quel est le rôle de la médecine du travail ?

Quel est le rôle des syndicats ?

Quel est le rôle des associations ?



Les voies de recours contre les discriminations et autres inégalités

Quelles sont les voies de recours internes ?

Comment saisir les juridictions civiles ?

Comment exercer la voie pénale ?



Les sanctions civiles et pénales des discriminations et des autres violations de dispositions protectrices

Quelles sont les sanctions civiles ?

Quelles sont les sanctions pénales ?


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 mai 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782378900168
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Discriminations en entreprise
Collection « L’essentiel pour agir »



Discriminations en entreprise
Employeurs et salariés, comment lutter contre les situations discriminatoires
Auteur : Gwénaëlle LERAY
Édition 2018
© GERESO Édition 2009, 2012, 2014, 2016, 2018
Direction de collection : Catherine FOURMOND
Suivi éditorial et conception graphique intérieure : GERESO Édition
Principe de couverture : ATMOSPHÈRE COMMUNICATION
www.gereso.com/edition
e-mail : edition@gereso.fr
Tél. 02 43 23 03 53 - Fax 02 43 28 40 67
Reproduction, traduction, adaptation interdites
Tous droits réservés pour tous pays
Loi du 11 mars 1957
Dépôt légal : Mai 2018
ISBN : 978-2-35953-568-6
EAN 13 : 9782359535686
GERESO SAS au capital de 160 640 euros - RCS Le MANS B 311 975 577
Siège social : 38 rue de la Teillaie - CS 81826 - 72018 Le Mans Cedex 2 - France





Dans la même collection :
• 100 questions pour comprendre le bulletin de paie
• Départs négociés et ruptures conventionnelles
• Droit du travail, droit des parents
• Gestion de la formation 2.0
• Guide des risques psychosociaux en entreprise
• Knowledge Management en entreprise
• La mobilité internationale des salariés
• La protection sociale en 170 questions
• La retraite des salariés du secteur privé
• L’écologie humaine en entreprise
• Le droit du travail en 350 questions
• Le management interculturel
• L’emploi des travailleurs handicapés
• Le pouvoir disciplinaire de l’employeur
• Les accidents du travail
• Promouvoir la santé mentale positive au travail
• Réseau social d’entreprise
• Ressources humaines 2.0
www.la-librairie-rh.com




Signification des pictogrammes
À noter
Exemple
Attention !



Introduction
La plupart des situations oppressantes dans une entreprise sont à tort considérées par les salariés comme discriminatoires. Pour cette raison, il est utile de préciser ce que signifie, juridiquement, le terme « discriminations. »
Le Code du travail et le Code pénal posent un cadre plus strict que le sens commun. Et les procédures pour se défendre ainsi que les sanctions ne peuvent être mises en œuvre que si ce cadre légal est respecté.
Malgré une évolution du cadre juridique notamment en 2016 - Loi du 24 juin 2016 visant à lutter contre la discrimination en raison de la précarité sociale, la loi Travail du 8 août 2016 qui étend la période légale d’interdiction de rupture du contrat de travail à l’issue du congé maternité et la loi de modernisation de la justice qui introduit des recours collectifs - le Défenseur des droits, dans un rapport publié en 2017, s’inquiète que l’arsenal législatif ne soit pas suffisant.
Les situations qui n’entrent pas dans ces limites peuvent néanmoins constituer d’autres abus de droit ou infractions pénales, évoqués dans cet ouvrage à titre de comparaison.
Parce que les employeurs sont souvent aussi démunis que les salariés victimes de discrimination, dans le cadre d’un conflit au travail, il s’agit ici de rester le plus objectif possible, en donnant des pistes de défense aux deux parties en présence.
Selon le Défenseur des Droits (Rapport annuel 2016), « Si une forte majorité des personnes interrogées pense qu’il est possible de porter plainte lorsque l’on est confronté à une discrimination (96 %), seules 34 % connaissent les recours possibles et les démarches à effectuer. »
Un règlement amiable doit toujours être recherché en premier lieu. Mais, si aucune solution satisfaisante en interne ne peut être trouvée, différentes procédures judiciaires sont possibles : recours devant le Conseil de Prud’hommes ou voie pénale.
Salariés et employeurs peuvent se mettre en relation avec divers interlocuteurs, pour les aider à résoudre les litiges : en interne, les représentants du personnel ; à l’extérieur de l’entreprise : la médecine du travail, la HALDE devenue le Défenseur des droits, les syndicats et associations…
Enfin, ce livre met l’accent sur les différents choix que les personnes ont à faire en présence d’une situation discriminatoire : agir ou non contre cette situation ; rechercher un règlement amiable du litige ou emprunter la voie contentieuse ; être assisté dans ses démarches ou non, et par qui ? ; choisir la procédure civile ou la voie pénale ; demander des dommages-intérêts ou le rétablissement dans les droits antérieurs ou encore une sanction pénale exemplaire…


Chapitre 1
Les différentes discriminations possibles
Qu’est-ce qu’une discrimination ?
Une différence ou une véritable inégalité ? Sur quelle base ?
Selon le Code du travail et le Code pénal, une discrimination est une inégalité fondée sur un critère prohibé : la discrimination n’existe que si elle est liée à un critère distinctif de la personne dont la prise en compte est interdite par la loi.
L’article L. 1132-1 du Code du travail dresse une liste exhaustive de ces critères prohibés :
- l’origine ;
- le sexe ;
- les mœurs ;
- l’orientation ou « l’identité de genre » ;
- l’âge ;
- la situation de famille ;
- la grossesse ;
- les caractéristiques génétiques ;
- la situation économique vulnérable, apparente ou connue ;
- l’appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une prétendue race ;
- la capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français ;
- les opinions politiques ;
- les activités syndicales ou mutualistes ;
- les convictions religieuses ;
- l’apparence physique ;
- le nom de famille ;
- le lieu de résidence ou la domiciliation bancaire ;
- l’état de santé ;
- la perte d’autonomie (loi de 2015) ou le handicap.
Une loi du 10 août 2011 1 a ajouté un autre critère prohibé, en créant l’article L.1132-3-1 du Code du travail : « Aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire mentionnée à l’article L. 1132-1 en raison de l’exercice des fonctions de juré ou de citoyen assesseur. »
Une loi du 21 février 2014 dite « de programmation pour la ville et la cohésion urbaine » ajoute un critère tenant au lieu de résidence du salarié dans le Code du travail mais aussi dans le Code pénal 2 .
La personne qui s’estime victime d’une discrimination doit être personnellement concernée. En d’autres termes, ce sont son origine, son sexe, son âge, etc., qui justifient la mesure considérée par elle comme discriminatoire. Il n’est pas suffisant de s’inspirer des comportements inégalitaires vécus par son entourage : famille, collègues, voisins, etc. pour réagir devant les institutions.
La discrimination est également une infraction pénale, au sens de l’article 225-1 du Code pénal, qui dresse une liste quasi identique à celle du Code du travail des caractéristiques personnelles dont la prise en compte est interdite : « Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. »
À noter également les lois du 17 mai et 6 décembre 2013 qui renforcent la protection contre les discriminations envers certains publics, créant les articles L.1132-3-2 et L.1132-3-3 du Code du travail : Aucun salarié ne doit donc faire l’objet d’une mesure discriminatoire « pour avoir refusé en raison de son orientation sexuelle une mutation géographique dans un État incriminant l’homosexualité » ou « pour avoir relaté ou témoigné, de bonne foi, de faits constitutifs d’un délit ou d’un crime dont il aurait eu connaissance dans l’exercice de ses fonctions 3 ». Une loi du 17 août 2015 renforce la protection contre le sexisme, en créant l’article L. 1142-2-1 dans le Code du travail : « Nul ne doit subir d’agissement sexiste, défini comme tout agissement lié au sexe d’une personne, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. »
C’est une loi du 18 novembre 2016 qui a modifié le critère d’identité sexuelle en « identité de genre », afin d’étendre la protection contre l’homophobie aux personnes transgenres (qui ont changé de sexe). En 2016 également, le critère de précarité sociale est devenu la complexe « particulière vulnérabilité résultant de sa situation économique, apparente ou connue de son auteur ». La « capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français », est instaurée, comme un succédané de l’échec de la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires.
La loi du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté a elle introduit dans le seul Code pénal un critère très ciblé, lié au « fait de subir ou de refuser de subir un bizutage », et proclamé dans le Code de l’éducation un principe général de non-discrimination dans l’accès à la cantine scolaire. En 2017 également, est instauré un critère fondé sur l’adresse de la domiciliation bancaire.
Le rapport annuel 2016 du Défenseur des Droits chargé des discriminations souligne qu’au niveau européen, il existe seulement 8 critères : le sexe, la « race », l’origine ethnique, le handicap, les convictions, la religion, l’orientation sexuelle et l’âge. En France, le législateur s’attache à préciser les critères depuis 2008, et en augmente le nombre. « Cette p

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text