L intelligence Artificielle en images
178 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'intelligence Artificielle en images , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
178 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’intelligence artificielle n’est plus de la science-fiction.

Après un demi-siècle de recherches, nous avons abouti à des machines capables de battre les meilleurs joueurs d’échecs humains et à des robots humanoïdes qui peuvent interagir.

Mais comment ces machines fonctionnent-elles réellement ? Est-ce que notre cerveau, notre esprit, peut se réduire à un programme informatique complexe ? Comment doter ces machines d’une conscience et de l’environnement qui les entoure ?

Cet ouvrage se concentre sur les enjeux d’un des problèmes scientifiques les plus difficiles du moment qui repose encore sur les travaux d’Alan Turing, pionnier dans ce domaine.

 


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 mars 2016
Nombre de lectures 8
EAN13 9782759819515
Langue Français
Poids de l'ouvrage 46 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1100€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

HENRY BRIGHTON & HOWARD SELINADans la même collection :
Les mathématiques en images, 2015, ISBN : 978-2-7598-1737-5
La génétique en images, 2015, ISBN : 978-2-7598-1767-2
La logique en images, 2015, ISBN : 978-2-7598-1748-1
La relativité en images, 2015, ISBN : 978-2-7598-1728-3
Le temps en images, 2014, ISBN : 978-2-7598-1228-8
La théorie quantique en images, 2014, ISBN : 978-2-7598-1229-5
La physique des particules en images, 2014, ISBN : 978-2-7598-1230-1
La psychologie en images, 2014, ISBN : 978-2-7598-1231-8
Édition originale : Artifcial Intelligence, © Icon Books Lts, London, 2012.
Traduction : Alan Rodney, relecture Gaëlle Courty
Imprimé en France par Présence Graphique, 37260 Monts
Mise en page de l’édition française: studiowakeup.com
ISBN : 978-2-7598-1772-6
Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays. La loi
du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les « copies ou
reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinés à une utilisation collective »,
et d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute
représentation intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants
ercause est illicite » (alinéa 1 de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé
que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal.
© EDP Sciences, 2015
2L’Intelligence Artifcielle
Nous avons été les témoins, depuis cinquante ans environ, d’intenses
recherches sur la construction de machines dites « intelligentes », c'est-à-dire
dans la création d'Intelligence Artifcielle. Désormais, des machines jouant
aux échecs sont capables de battre les meilleurs maîtres humains et, par
ailleurs, des robots peuvent se déplacer dans de nouveaux environnements
et interagir avec les gens.
De nombreux progrès ont
des applications pratiques…
Les systèmes d’ordinateur peuvent
extraire des connaissances d’immenses
masses de données afin d’aider les
chercheurs à découvrir de nouveaux
traitements médicamenteux.
Des machines intelligentes…
… peuvent faire la différence
entre la vie et la mort.
Des systèmes d'ordinateur sont installés dans les aéroports pour « renifer »
la présence d’explosifs cachés dans les bagages. Le matériel militaire
dépend de plus en plus de ces recherches en équipements intelligents :
les missiles modernes peuvent trouver et verrouiller leurs cibles au moyen
de systèmes de vision assistée par ordinateur.
3La problématique de l’Intelligence Artifcielle (IA)
La recherche en Intelligence Artifcielle (IA) a donné lieu à de véritables
succès technologiques. Mais, plus important encore peut-être, l’IA
– comme nous la désignerons en abrégé par la suite – soulève des
questions qui dépassent le cadre de projets strictement techniques.
Le Graal de l’IA sera la compréhension
de l’Homme en tant que Machine.
L’Intelligence Artificielle vise aussi à proposer une
théorie générale de l’action intelligente des AGENTS :
pas seulement des êtres humains ou des animaux,
mais des individus ou entités au sens large.( )
La capacité d’un agent peut dépasser ce que nous pouvons imaginer
aujourd’hui. C’est une aventure extraordinairement courageuse qui aborde
de façon frontale des débats philosophiques faisant rage depuis des
milliers d’années.
4Mais d’abord, qu’est-ce qu’un « agent » ?
On défnit l’agent comme quelque chose ayant un comportement intelligent.
Cela peut être un robot ou un programme d’ordinateur. Les agents
physiques, tels que les robots, peuvent être spécifés clairement. Ils prennent
la forme de dispositifs ou d'assemblages physiques qui interagissent avec
un environnement physique. Toutefois, la majeure partie des recherches en
IA concernent les agents virtuels ou de logiciel, dont l’existence est contenue
dans l’environnement virtuel que représente un ordinateur.
Cette distinction entre agent
physique et agent virtuel n’est
pas toujours des plus claires.
Les chercheurs peuvent mener
des expériences avec des agents
VIRTUELS qui peuvent prendre une
forme PHYSIQUE en les téléchargeant
dans le corps d'un robot.
Un agent peut lui-même comprendre
de nombreux sous-agents.
Certains systèmes d’IA peuvent résoudre des problèmes en utilisant des
techniques observées dans les colonies de fourmis. Dans cet exemple, ce
qui semble être l’œuvre d’un seul agent peut dépendre du comportement
collectif de centaines de sous-agents.
5L’IA en tant que science empirique
L’Intelligence Artifcielle représente une entreprise énorme. Marvin Minsky
(1927-), l’un des pères fondateurs de la discipline, opinait: « Le problème de
l’IA est l’un des plus diffciles jamais abordés par la science». L ’IA a un pied
dans la science et l’autre dans la technologie et l’ingénierie.
Dans sa forme la plus extrême, connue sous
le nom D’IA FORTE, son but est de construire
une machine capable d’être consciente, de
penser et d’avoir des émotions. Ce point de vue
soutient l’idée que les Hommes ne sont rien
de plus que des ordinateurs complexes.
L’IA FAIBLE est
moins audacieuse.
6L’objectif assigné à l’IA Faible est de développer des théories de l’intelligence
humaine et animale, puis de les tester en construisant des modèles de
validation, le plus souvent sous la forme de programmes pour ordinateurs ou
de robots.
Un chercheur en IA considère
ces modèles comme autant
d’outils pour aider à
comprendre ce qui se passe.
Cela ne suggère pas que les
machines elles-mêmes puissent
être le siège de pensées, de
consciences ou d’émotions.
En résumé, le modèle en IA Faible est un outil qui sert à comprendre l’esprit :
pour les tenants de l’IA Forte, le modèle est un esprit.
7L’IA et l’ingénierie extraterrestre
L’IA vise aussi à créer une « machinerie » qui n’est pas nécessairement basée
sur l’intelligence humaine ou animale.
De telles machines peuvent faire preuve d’un
comportement intelligent, mais la base de ce
comportement n’est pas importante en soi.
Le but est de concevoir des
machines intelligentes, quels que
soient les moyens mis en œuvre.
Et puisque les mécanismes sous-jacents à de tels systèmes ne sont
pas censés être le miroir des mécanismes qui sous-tendent l’intelligence
humaine, cette approche de l’IA est parfois surnommée IA extraterrestre
(IA des Aliens).
8Comment résoudre le problème de l’IA
Pour certains, re le problème de l’IA reviendrait à identifer les moyens
nécessaires à la construction de machines dotées de capacités égales ou
supérieures à celles des humains.
Les Hommes et les animaux
pourraient s’avérer être les
moins intelligents dans une
classe d’agents intelligents
qui reste à découvrir.
Le but de l'IA Forte suscite de vifs
débats et pourrait se révéler
en définitive impossible à réaliser.
Mais pour la plupart des chercheurs qui y travaillent, l'issue d’un débat sur
l’IA Forte n’a que peu de répercussions directes.
9Une ambition contenue
L’IA, dans sa forme faible, s’occupe davantage du degré auquel nous
pouvons expliquer les mécanismes qui sous-tendent les comportements
humains et des animaux.
On se sert de
la construction
de machines
intelligentes pour
comprendre des
actions intelligentes.
L’IA Forte est très ambitieuse et se
fixe des buts qui pourraient être tout
simplement hors de notre portée.
Cette position forte s’oppose à l'objectif, plus répandu et plus prudent, de
construire des machines intelligentes – comme cela est déjà fait aujourd’hui –
atteint par la réussite de projets techniques.
10Pousser l'IA dans ses retranchements
L’immortalité et le transhumanisme
« Nous ne pouvons pas plus empêcher l’IA de se répandre que l’homme
primitif ne pouvait arrêter la dissémination du langage» – Douglas B. Lenat
(1950-), directeur de Cycorp Inc., Austin, Texas, et son mentor Edward
Feigenbaum (1936-), colauréat du prix Turing en 1994.
Si nous supposons que l’IA Forte est une réelle possibilité, nous devons alors
aborder plusieurs questions fondamentales.
Imaginez que vous pouvez quitter votre corps et placer
votre esprit dans une machine ayant de bien meilleures
perspectives de vie à long terme que votre corps organique
et vieillissant que vous « habitez » pour le moment.
Cette possibilité
est promue par les
TRANSHUMANISTES
et les
EXTROPÉIENS.
Le problème que l’IA Forte vise à résoudre se doit d’éclairer cette possibilité.
L’hypothèse de l’IA Forte est que la pensée – comme d’autres caractéristiques
mentales d'ailleurs – n’est pas indissociablement liée à notre corps organique.
Atteindre l’immortalité devient alors possible, car nos vies mentales pourraient
être hébergées sur des supports plus durables que nos corps.
11L’Intelligence surhumaine
Notre capacité intellectuelle est peut-être limitée par la conformation de notre
cerveau. C’est une structure qui a évolué pendant des millions d’années.
Il n’y a aucune raison de supposer qu’il ne puisse évoluer encore
davantage, soit par l’évolution naturelle et biologique, soit par des
interventions d'ingéniérie humaine. Le travail qu’accomplit notre cerveau
est tout à fait étonnant au vu de sa «machinerie » très lente comparée
aux composants bon marché qui équipent nos ordinateurs.
Des cerveaux construits
à partir d'une « machinerie »
plus sophistiquée pourraient
donner naissance à une
« intelligence surhumaine ».
Pour certains, cela
constitue l’un des
objectifs de l’IA.
12Des disciplines proches de l’IA
« Certum quod factum » [On ne peut être certain que de ce que l’on construit
soi-même], Giambattista Vico (1668-1744).
Ce qui distingue l'IA des autres tentatives pour comprendre les mécanismes
qui sous-tendent la cognition humaine et animale se donne comme
but d’atteindre cette compréhension par la construction de modèles
opérationnels. Par cette construction synthétique de

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents