Revue Défense Nationale N° 857 - Février 2023
140 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Revue Défense Nationale N° 857 - Février 2023 , magazine presse

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
140 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le savais-tu ? Tu peux t'abonner à ce journal en cliquant sur la petite cloche. Tu recevras alors une alerte par mail à chaque nouvelle parution !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 février 2023
Langue Français
Poids de l'ouvrage 16 Mo

Extrait

S U È D E
P O L O G NE
R O U M A N I E
B U L G A R I E
F I N L A N D E RDN E S T O N I E L E T T O N I E L I T U A N I E 24 février 2022, (1/2) un an après… B I É L O R U S S I E
M O L .
U K R A I N E
« Une guerre entre Européens M e r N o i r e est une guerre civile » Victor Hugo
Revue Défense Nationale Mensuel  Février 2023 T U R Q U I E
M e r d ’ A z o v
R U S S I E
S A N T É  P R É V O YA N C E P R É V E N T I O N  A C T I O N S O C I A L E S O L U T I O N S D U Q U O T I D I E N
Bien plus qu’une mutuelle
BOUGER est dans votre nature. La nôtre est de faciliter votre mobilité
Unéo aide concrètement les militaires et leurs familles dans toutes les démarches liées à un changement d’aectation et à améliorer leur pouvoir d’achat.
En savoir plus
groupe-uneo.fr
 –
le siège social est situé 48 rue Barbès – 92544 Montrouge Cedex
Doicnuscmrietnetapuurbélpiceirtariiroe.phSINERsECéridtotsuo:an©Sdleéumnroauaesimuoselleudnsioonittosspdixd0a83p3a0e5hdottregP18o0hmutnéo,n.Uctio,étnehCoGurfed-yoIIduoCuilrvemutualidedela
Éditorial eudi 24 février 2022 au petit matin, la sidération, la stupeur et l’angoisse lorsque les pre-Jmières informations révèlent que les troupes russes ont commencé à envahir l’Ukraine, après une montée en tension depuis des semaines et ce, malgré les tentatives quasi déses-pérées de médiations internationales. Très vite, les images de longs convois de voitures fuyant Kiev face à l’avancée des blindés de Moscou envahissent les écrans des chaînes d’information. Les éditions spéciales débutent pour de longues journées. La guerre – ou plutôt l’« opération spéciale militaire » de Vladimir Poutine – est de retour sur le continent européen. Certes, il y avait eu la guerre en ex-Yougoslavie à partir de 1991, mais celle-ci avait pu être cantonnée aux Balkans au prix d’une longue intervention de l’ONU puis de l’Otan et de l’UE. Cette fois-ci, il s’agit de l’invasion d’un État souverain par la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité et… puissance nucléaire.
Il y a un an, rares étaient ceux qui pensaient que Kiev allait pouvoir tenir dans la durée face au rouleau compresseur russe qui avait bénéficié d’une vingtaine d’années d’investissements majeurs voulus par Poutine depuis son accession au pouvoir. Et pourtant, l’héroïsme ukrainien avec une résilience exemplaire de la population et avec l’appui croissant des pays occidentaux, a mis en échec les plans concoctés au Kremlin. La guerre est désor-mais là, inscrite dans la durée avec son cortège de destructions et de pertes humaines, en particulier pour la population civile, cible des frappes russes.
Un an de conflit qui a profondément modifié l’échiquier international. Il y eut le 11 septembre 2001, ouvrant une période géopolitique de vingt ans et qui s’est achevé par le retrait douloureux des États-Unis de Kaboul à l’été 2021. Le 24 février 2022 ouvre une période dont personne ne peut aujourd’hui entrevoir une éventuelle sortie de crise. Rien ne sera comme avant et les architectures de sécurité d’hier seront à revoir complètement avec au moins une certitude : un nouveau « rideau de fer » va durablement séparer la Russie de l’Europe et dont la responsabilité incombe à Moscou : ses objectifs politiques n’ont pas changé depuis un an, même si aucun d’eux n’a été réellement atteint grâce à l’efficacité de la défense ukrainienne.
Dès lors, même si le temps de l’écriture de l’histoire de cette guerre n’est pas encore arrivé, il importe désormais d’en tirer de nombreuses leçons sur les plans militaires, économiques, diplomatiques et politiques. Des équilibres vont apparaître avec une nou-velle course aux armements face aux puissances impériales privilégiant le rapport de force pour imposer leurs ambitions. De la « mondialisation heureuse » balayée notamment par la crise sanitaire de la Covid-19, nous sommes désormais dans la multipolarité agressive.
D’où le besoin d’une remontée en puissance annoncée par la France avec laRevue nationale stratégiqueprésentée en novembre dernier et l’annonce de la Loi de programma-tion militaire (LPM) 2024-2030 avec un montant annoncé de 413 milliards d’euros. Un effort sans précédent depuis la fin des années 1960 ! Après une LPM de réparation, une LPM de transformation pour renforcer notre sécurité et celle de nos partenaires straté-giques tout en réaffirmant le besoin d’une Europe plus forte.
Général Jérôme PELLISTRANDIRédacteur en chef de laRDN
5
Sommaire FÉVRIER 2023 -RDNn° 857
Préambule- Stratégie nationale d’influence: unearchitecture àinventer PIERRE BUHLER Face aux attaques croissantes d’États autoritaires contre nos systèmes démocratiques, il est urgent de réagir et de ne pas subir. D’où la décision française de construire une stratégie nationale d’influence ; une première parmi les pays où l’État de droit constitue le socle politique. Il faut désormais en construire l’architecture avec les moyens associés.
(1/2) 24 février 2022, un an après… Belligérance et cobelligérance 13 SERGE SUR Depuis le 24 février 2022, Moscou insiste et voudrait faire croire que l’aide occidentale à l’Ukraine signifie une cobelligérance. Or, cela n’a pas de fondement juridique d’autant plus que les pays octroyant des arme-ments à Kiev ont dès le début bien signifié qu’il n’y aurait pas d’engagement de troupes en soutien du pays agressé. Cela met cependant le droit international à l’épreuve au regard de cette guerre. Réactions etconséquences delaguerre enUkraine 18 pour l’Armée del’air etdel’espace SAMUEL BOURIGAULT La guerre en Ukraine a vu l’Armée de l’air et de l’espace (AAE) réagir très vite pour renforcer le flanc Est de l’Otan. Depuis un an, les premières leçons ont été prises en compte, soulignant le besoin d’agilité mais aussi le volet capacitaire. Cela renforce également le modèle exigeant d’entraînement pour préparer les conflits de demain. Quellesleçons tirer duconflit enUkraine dansledomaine blindé? 24 MARC CHASSILLAN La consommation importante de blindés détruits par l’adversaire démontre l’intensité des combats avec un taux d’attrition élevé. L’aide occidentale est certes essentielle mais ce sont également les modes d’action qui font la différence sur le terrain. La guerre risquant de se poursuivre, le besoin de blindés ira croissant. Lesdifférentes facettes del’innovation del’arméeukrainienne 30 ULRICH BOUNAT L’armée ukrainienne, bien qu’inférieure quantitativement aux forces russes, a su compenser son handicap par le recours massif à l’innovation, utilisant toutes les ressources de la technologie. Le champ d’emploi des drones en est une illustration riche d’enseignements, y compris pour les armées occidentales. 37 Ukraine, Russie ethigh-tech, unan aprèsledéclenchement del’invasion CHRISTINE DUGOINCLÉMENT Paradoxalement, la Russie a tardé dans la mise en œuvre de moyenshightech comme les drones et la guerre électronique. Le cyber a été et reste un lieu de confrontation, mais sans avantage décisif pour Moscou. À l’inverse, l’Ukraine a dès le début utilisé toutes les ressources de laTechavec une efficacité reconnue. Guerre enUkraine: quelsenjeux pourledroit international? 43 FRÉDÉRIC MAURO La guerre voulue par la Russie contre l’Ukraine remet en cause tous les principes du droit international pour-tant admis par Moscou. Il est donc indispensable de défendre l’ordre international et de traduire devant la justice les coupables de l’agression contre un État souverain et indépendant.
56
61
66
77
84
Impact delaguerre enUkraine surlaTransformation del’Alliance JEANPAUL PALOMÉROS La guerre en Ukraine a eu un impact majeur sur l’Alliance atlantique, accélérant son processus de transfor-mation, tout en apportant un soutien important à Kiev. L’Otan doit poursuivre ses évolutions pour accroître ses capacités à affronter ces nouvelles menaces et à accepter d’identifier ses points de faiblesse. Raconter la guerre surBFMTV, undéfi encontinu PATRICK SAUCE La résurgence d’un conflit majeur en Europe a vu un engagement massif des chaînes d’informations en continu. PourBFMTV, cette guerre a déjà vu près d’un quart de ses journalistes envoyés en Ukraine, au prix du sang d’ailleurs et avec une exigence permanente d’expliquer le drame provoqué par Poutine. Ukraine: quelles sorties de guerre? EUGÈNE BERG Il est encore trop tôt, malgré une guerre de haute intensité, d’entrevoir une sortie de crise. Trop d’inconnues à ce stade du conflit mais une certitude, la Russie s’enfonce dans un chaos dramatique tandis que l’Ukraine malgré les souffrances endurées, incarne la ténacité et l’espoir de la liberté. Lastratégie cyber delaFédération deRussie EMMANUEL MEYER L’exercice présenté ici traduit la stratégie résolument offensive de la Russie dans le cyberespace. Il y a une volonté déterminée et organisée par Moscou pour contourner les règles de fonctionnement actuelles d’Internet, en s’appuyant notamment sur un renforcement des relations avec la Chine. Stratégie navale russe etconséquences maritimes delaguerre enUkraine ALAIN OUDOT DE DAINVILLE La Russie a l’ambition de développer une stratégie navale plus ambitieuse, malgré les sanctions et les pressions occidentales. La mer Noire est déjà quasiment sous un double contrôle entre Moscou et Ankara, traduisant cette poussée russe. La compétition navale est une réalité qui va perdurer.
Repères - Opinions L’actuelle guerre delaRussie enUkraine: 93 (2/2) uneanalyse multidimensionnelleGUY VINET La guerre conduite par Vladimir Poutine contre l’Ukraine traduit une ambition impérialiste visant à réinté-grer ce pays récalcitrant dans l’espacepost-soviétique. C’est aussi un gâchis effroyable, isolant durablement la Russie désormais hostile à tout ce qui vient d’un Occident largement fantasmé par le Kremlin. L’esprit de défense… 101 PIERRE VUILLAUME L’esprit de défense – appelé hier patriotisme – est la manifestation collective des citoyens de construire la cohésion de la Nation face aux risques et menaces de plus en plus polymorphes. C’est un engagement per-manent, pas toujours évident mais plus que jamais nécessaire et indispensable.
Approches régionales (1/2) Redistribution des cartes en Asie centraleRussie etChine 108 DANIEL PASQUIER Le conflit en Ukraine imposé par la Russie ne suscite pas l’approbation des anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale. Bien au contraire, il y a une prise de distance avec Moscou, tandis que la Chine consolide son emprise, bénéficiant de sa puissance économique et des investissements en cours.
 Approches historiques 1994: l’éphémère rebond d’une Union de l’Europe occidentale 114 ouverte à des «associés» à l’Est JEAN DE LA GUÉRIVIÈRE L’UEO créée en 1948 pour faire face à la menace soviétique et qui fut vite supplantée par l’Otan, connut un rebond dans les années 1990 avant de s’effacer face à l’élargissement de l’Alliance atlantique à l’Est. L’UE, elle-même, accrut ses responsabilités dans le champ des relations extérieures. Autant d’éléments aboutissant à la dissolution de l’UEO en 2010.
 Chroniques re 120 Histoire militaire- La 1armée française, avantlachute dumur deBerlin CLAUDE FRANC re La 1 Armée a joué un rôle majeur dans la doctrine stratégique française jusqu’à la chute du mur de Berlin. Elle constituait simultanément la réserve de l’Otan en cas d’agression soviétique et participait directement à la dissuasion nationale. Amérique latine- Brésil: unepuissancerégionale àlacroisée deschemins 125 PASCAL DROUHAUD Avec le changement tumultueux de présidence, le Brésil, puissance régionale reconnue, se retrouve à la croi-sée des chemins, avec l’obligation de consolider son système démocratique et de revoir le partage de ses richesses. Autre enjeu, retrouver une politique étrangère plus équilibrée dans un monde en déséquilibre.
 Recension e GuehennoJean-Marie,Le Premier XXIsiècle – De la globalisation à l’émiettement du monde 131 (Thibault Lavernhe)
Programme de laRDNen ligne, p. 136
Stratégie nationale d’influence: unearchitecture àinventer
Pierre BUHLER
Diplomate, ancien ambassadeur (Singapour, Pologne), professeur à Sciences Po (Paris), Hertie Scool (Berlin) et au Collège d’Europe (Natolin).
(1) résentant, le 10 novembre 2022, laRevue nationale stratégique(RNSle) , Pmocratie à faire, ne s’en inscrit pas moins dans une continuité. Le terme président de la République Emmanuel Macron a élevé l’influence au rang de « fonction stratégique ». Ce saut conceptuel, que la France est la première d’influence n’était certes guère usité à l’époque, mais la notion sous-tend des ini-tiatives apparues comme la conséquence d’ostilités, que ce soit en réaction à la défaite infligée à la France par la Prusse, avec la création des alliances françaises dans les années 1880, ou encore durant la Première Guerre mondiale, avec la mobilisation des atouts culturels français pour gagner la sympatie des élites amé-ricaines et les rallier à l’idée d’une entrée en guerre des États-Unis aux côtés de la (2) France . Un autre contexte d’ostilités, celui de la guerre froide, donne une nou-velle impulsion au développement des outils conçus pour être présent à l’Est du Rideau de fer, grâce aux instituts français, auprès des sociétés civiles. Le terme d’influence n’apparaît cependant qu’au début des années 2000, (3) de façon assez sporadique . Mais, il finit par imprégner les finalités de la diplo-matie culturelle, dont le programme budgétaire (n° 185), initialement intitulé « rayonnement culturel et scientifique » sera, en 2011, rebaptisé « diplomatie culturelle et d’influence ». Arrivé au Quai d’Orsay en 2012, Laurent Fabius fera de la diplomatie d’influence l’instrument d’une France « puissance d’influence », en mobilisant toute la palette de ses ressources politiques, mais aussi culturelles, éco-nomiques, scientifiques, intellectuelles, ainsi que l’image de la France dans le monde et ses valeurs. La diplomatie culturelle en constitue un axe majeur, d’autant plus qu’elle s’est vu adjoindre une fonction de soutien à nos industries culturelles et créatives
(1)  MACRONEmmanuel, « Présentation de laRevue nationale stratégique», Toulon, 9 novembre 2022 (ttps://www.elysee.fr/emmanuel-macron/). (2)  DUBOSCLARDAlain, « Diplomatie culturelle et propagande françaises aux États-Unis pendant le premier vingtième siècle »,Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 48, janvier 2001, p. 102-119 (ttps://www.cairn.info/). (3)  GAZEAU-SECRETAnne, « Francoponie et diplomatie d’influence »,Géoéconomien° 55, 2010/4 (ttps://www.cairn.info/).
Revue Défense Nationale n° 857 - Février 2023
5
PRÉAMBULE
6
– un poste d’exportation qui dépassait les 3 milliards d’euros en 2018. Toutefois, si les moyens déployés sont faciles à estimer, le résultat est plus difficile à mesurer. Le prestige de la culture française dans le monde, sa capacité à impressionner, voire à éblouir, flattent notre ego national. Néanmoins, l’umour caustique de l’Académicien Jean-François Revel – « depuis que la France rayonne, je me demande comment le monde entier n’est pas mort d’insolation » – rappelle la part de narcissisme collectif qui colore nos coix politiques.
Un changement de paradigme
Le fait que le président de la République a fait sien le concept le situe dans un tout autre contexte, celui d’une guerre sur le continent européen. C’est à bord duPorte-hélicoptères amphibie(PHA)Dixmudequ’il présente laRNS, prenant acte de la « désinibition de la violence, de l’extension des confrontations à tous les domaines, d’un saut sans précédent dans l’univers ybride » et de la gravité de la menace qui en résulte. Pour y faire face, il définit, au-delà des fondamentaux de la doctrine française de défense, une nouvelle orientation, consistant en une action sur les « perceptions », qui entrent dans le « camp de la lutte informationnelle (investi par) des puissances ennemies ». Diplomatiquement, le cef de l’État ne les nomme pas, mais il s’agit, peut-on penser, de la Russie, de la Cine et de la Turquie, les trois pays les plus agressifs sur ces terrains. Ils « propagent, outre des faux récits, un appétit de violence et manipulent les populations ».
« Nous ne serons pas », promet-il, « les spectateurs de cette évolution, qu’il y a lieu de détecter et d’entraver, mais à la manière d’une démocratie ». « Convaincre » devient une « exigence stratégique », poursuit le cef de l’État en invitant à « revoir profondément nos voies et nos moyens ». C’est dans ce cadre que s’inscrit l’influence en tant que fonction stratégique, servie par « des moyens substantiels avec une coordination interministérielle ». Couplé à un volet national, distinct, le volet international fera l’objet d’une « stratégie nationale d’influence », à élaborer. LaRNSen trace l’esquisse en évoquant « notre capacité à (…) contrer (4) les actions de nos compétiteurs sur tout le spectre de l’ybridité » (p. 8).
Sur le fond, l’offensive conduite par ces régimes, dictatoriaux ou autori-taires, se déploie sur tous les fronts, portant sur les fondations mêmes d’un ordre international régi par la règle de droit, présentées comme imposées par l’Occident. Les attaques prennent également la forme d’actions de désinformation, de mani-pulation, de corrosion de la coésion de sociétés civiles ouvertes à toutes les influences. Elles émanent d’États rivaux qui jouissent, et abusent, avec leurs médias « officiels », mais aussi leurs « usines à trolls », de la liberté et de l’État de droit, qui fondent les démocraties et qu’ils ignorent ou caricaturent cez eux.
(4)  SECRÉTARIATGÉNÉRALDELADÉFENSEETDELASÉCURITÉNATIONALE(SGDSN),Revue nationale stratégique 2022, novembre 2022 (ttp://www.sgdsn.gouv.fr/uploads/2022/11/revue-nationale-strategique-07112022.pdf).
Au-delà même de cet acarnement à semer la discorde cez l’adversaire, un « classique » de la guerre psycologique décrite dans les manuels de doctrine militaire soviétique, l’offensive porte aussi sur des modalités moins visibles de l’influence, comme l’entrisme dans les institutions d’enseignement supérieur et de recerce – un des points forts de la Cine –, dans les organisations internationales productrices de normes – l’Organisation internationale de normalisation (ISO), l’Union internationale des télécommunications (UIT) et les enceintes mixtes privé-public cargées de la gouvernance d’Internet. Là, l’objectif visé est la balka-nisation de l’Internetmondial, en une multitude de réseaux placés sous la souve-raineté des États. Parmi les instruments figurent également la corruption – illégale – ou le recrutement, légal, d’anciens responsables publics, élus ou auts fonctionnaires, par des entreprises sous contrôle étatique, lelobbyingdans la galaxie bruxelloise, l’entretien de réseaux de sympatisants… et même l’exportation vers (5) des États autoritaires des outils de contrôle social .
Sous-tendue par une logique de contre-offensive, la stratégie d’influence décrite par le Président est un objet très différent de l’influence désincarnée qui était auparavant, essentiellement, le résultat des politiques publiques de l’action extérieure de la France. Elle est sans précédent dans la communauté des démocra-ties, aucun des pays pratiquant une diplomatie comparable à celle de la France n’en étant doté. L’Allemagne l’ignore, le terme ne figure pas dans le discours de doctrine du 5 mars 2021 du secrétaire d’État américain Antony Blinken et seul le Royaume-Uni mentionne l’influence, non pas comme un objectif en soi, mais comme la (6) résultante de toutes les politiques à vocation extérieure . La France amorce donc (7) un cangement de paradigme et les mesures de mise en œuvre seront naturelle-ment scrutées par nos alliés comme par les adversaires. Trois dimensions en dessi-nent l’arcitecture : la légitimité des moyens, la dimension défensive, la dimension offensive.
La légitimité des moyens
La légitimité des moyens est la clef de voûte de la fonction d’influence, dont laRNSénonce certaines finalités : la défense des « intérêts de la France, mais aussi de ses valeurs, du modèle français et européen ». Ces objectifs sont mis en regard avec des options de « riposte (…) à des attaques (…) contre ses intérêts » (p. 24). La ligne de crête est ici délicate en ce sens que le langage retenu permet de justifier une action contre-offensive de même nature que l’attaque. La fermeture,
(5)  BUHLERPierre et CHARILLONFrédéric, « Influence et nuisance : les défis de demain »,Politique Étrangère, n° 2/2022, p. 147-160. Cf. également CHARILLONF.,Guerres d’influence. Les États à la conquête des esprits, Odile Jacob, 2022, et GOMARThomas,Guerres invisibles, nos prochains défis géopolitiques, Tallandier, 2021. (6) Global Britain in a Competitive Age: the Integrated Review of Security, Defence, Development and Foreign Policy, 16 mars 2021 (ttps://www.gov.uk/government/publications). (7)  Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères en a aussitôt pris acte en rebaptisant « direction de la diplomatie d’influence » la direction cargée de l’action culturelle, de l’enseignement supérieur et de la recerce.
7
PRÉAMBULE
8
en décembre 2020, par Facebook, de comptes « inautentiques » opérés, en direction (8) de l’Afrique francopone, par des « individus associés aux militaires français » , avait jeté sur la politique de la France un soupçon d’autant plus embarrassant que les plateformes de réseaux sociaux, longtemps réticentes, avaient fini par accepter, (9) en 2018, une coopération avec l’Union européenne . Ce type de mesure peut certes être considéré comme légitime en temps de guerre lorsque, ainsi que l’affir-mait Hobbes, « la force et la tromperie sont les deux vertus cardinales », mais le fait est que nous ne sommes pas aujourd’ui dans un tel cas de figure.
L’élément crucial de tout dispositif de « riposte » est le rapport à la vérité, qui distingue les démocraties – respectueuses de l’État de droit et des libertés poli-tiques, en particulier de la liberté d’expression – des dictatures et de l’autoritarisme, dont les attributs sont, outre la répression et l’arbitraire, le dévoiement multiforme de la vérité et le mensonge d’État. Ce contraste illustre l’aporisme niiliste de Nietzsce – « rien n’est vrai, tout est permis » – dont Orwell avait décrit, dans (10) 1984., l’usage dystopique par l’État totalitaire
Parce que ce rapport à la vérité est aussi au cœur du récit que la France peut, comme les autres démocraties, opposer aux entreprises de manipulation et « faux récits », propagés par les « puissances ennemies », sa « lutte informatique (11) d’influence » doit veiller à éviter l’écueil d’une riposte dans les mêmes formes. Le droit étant muet sur ce terrain, cette démarce doit ménager la crédibilité et l’intégrité des autres volets – diplomatie publique, communication, débat d’idées… – de la stratégie d’influence. La coordination interministérielle souaitée par le cef de l’État est à cet égard indispensable.
Un volet défensif, au potentiel encore sous-exploité À l’écelle nationale, cette stratégie s’appuie, d’ores et déjà, sur un volet (12) défensif, avec le service Viginum et des dispositifs de veille au sein des ministères concernés. Cependant, cette posture défensive, encore lacunaire, peut se déployer dans différentes directions : la protection de nos institutions d’enseignement supé-rieur et de recerce qui entrent de bonne foi dans des partenariats avec des insti-(13) tutions omologues, mais qui sont des bras armés d’un État , la réglementation
(8)  META, « Removing Coordinated Inautentic Beavior from France and Russia », 15 décembre 2020 (ttps://about.fb.com/news/2020/12/removing-coordinated-inautentic-beavior-france-russia/). (9)  Elle a permis la fermeture de milliers de comptes inautentiques. (10)  La déclaration conjointe sino-russe du 4 février 2022 donne une parfaite illustration de la perversion du sens des mots. (11)  PARLYFlorence, « Déclaration de la ministre des Armées, sur la doctrine militaire de lutte informatique d’influence », 20 octobre 2021 (ttps://www.vie-publique.fr/). La L2I n’est pas explicitement mentionnée dans laRNS, mais la doc-trine reste en vigueur. (12)  Créé en 2021 au sein du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), il est piloté par le Comité opérationnel de lutte contre les manipulations de l’information (COLMI). (13)  C’est la Cine qui est ici principalement concernée. Cf.GATTOLINAndré,Les influences étatiques extra-européennes dans le monde universitaire et académique français et leurs incidences (Rapport d’information873), Sénat, 29 sep- n° tembre 2001 (ttp://www.senat.fr/rap/r20-873/r20-8731.pdf). Ce rapport propose 26 actions concrètes.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents