Revue Défense Nationale N° 855 - Décembre 2022
141 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Revue Défense Nationale N° 855 - Décembre 2022 , magazine presse

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
141 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le savais-tu ? Tu peux t'abonner à ce journal en cliquant sur la petite cloche. Tu recevras alors une alerte par mail à chaque nouvelle parution !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 décembre 2022
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Extrait

RDN Souveraineté et résilience numérique
« Celui qui excelle à résoudre les difficultés les résout avant qu’elles ne surgissent… »Sun Tzu Revue Défense NationaleMensuel  Décembre 2022
SANTÉPRÉVOYANCE PRÉVENTIONACTION SOCIALE SOLUTIONS DU QUOTIDIEN
!"#$ &'() *(+($# ,(-(#''#
!"#$%$ !"# %&#'("# )*&+ ,*%+&" !" -.+%" /0+&"%1 2" 34+%" "#+ !56+%" 78 ,.(% -.(# ,%.+09"%
!" $"%&'(')*+ ,*-% .//%01.2*) 3)4 0'3'&.'5)4 )& 3)"5 6.0'33) )* 4.*&- )& )* 15-7%8.*/) )& 15%&92) 3)"5 1%"7%'5 (:./;.&<
livre II du Code de la mutualité,  –
le siège social est situé 48 rue Barbès – 92544 Montrouge Cedex
Doicnuscmrietnetapuurbélpiceirtrioaire.ISCréidthpNEREsotuosdleumén:S©naroaoitisopsidxuaeudnsént,noo.dnUtetcoidau3mi5s0esou1el0l80mu3t8enChGoufrde-yoohPrgotehpa
Éditorial ans la chaleur caniculaire de cet été, le Centre hospitalier de Corbeil-persDonnelles des patients. Une rançon de 10 millions de dollars est demandée. Il fallut Essonnes est victime d’une cyberattaque, paralysant à la fois son fonctionne-ment, le traitement des malades suivis, mais aussi voyant la fuite des données des semaines pour rétablir les systèmes, obligeant même à des transferts de personnes hospitalisées. En novembre, le groupe Thales est attaqué parLockBit 3.0, un groupe dehackersrusses, cherchant à déstabiliser l’industriel spécialiste de défense et de télé-communications, par des méthodes d’extorsion et de rançongiciel. Mi-novembre, Elon Musk, le nouveau et fantasque propriétaire du réseau social Twitter, rétablit le compte de Donald Trump ; l’ancien Président des États-Unis est à nouveau candidat pour 2024, alors même qu’il en avait été banni en janvier 2021 suite aux événements du Capitole. Réouverture du compte au nom de la liberté d’expression. Trois exemples d’une réalité trop méconnue du monde numérique qui nous entoure et auquel il est désormais quasi impossible d’y échapper à moins de vivre en ermite retiré du monde. Et si le cyber révolutionne la connaissancevia Internet et apporte des progrès incommensurables, hélas, il est aussi un espace où la concurrence, la compétition, la confrontation, voire la guerre hybride sont des réalités aujourd’hui inévitables. D’où ce dossier sur la souveraineté et la résilience numérique, devenues des enjeux prioritaires pour les États, dont le nôtre. Il y va de notre capacité à fonctionner et à affronter les crises qui se succèdent depuis la pandémie ayant démontré la fragilité d’une mondialisation mal contrôlée et, avec la guerre en Ukraine, déstabilisant non seulement l’Est du continent européen, mais dont les effets affectent la quasi-totalité des pays de la planète. Par des approches croisées, il apparaît clairement que si des progrès ont été faits en France pour améliorer notre résilience face à la violence du cyberespace, il existe de fortes marges de progrès, alors même que les technologies se développent à des vitesses exponentielles. On peut souligner, ici, l’importance des ressources humaines pour faire face à cette explosion du virtuel, avec des difficultés quant à conserver et fidéliser les talents, en particulier dans les différentes fonctions publiques dont la défense. À cela se conjuguent la complexité de l’accélération des technologies avec les risques d’obso-lescence rapide et la capacité à réfléchir sur le long terme pour définir les politiques les plus efficaces. L’effort de prospective n’est pas aisé, mais il est plus que jamais indis-pensable. Le paradoxe de ce dossier est qu’il porte sur des espaces dématérialisés où les algorithmes font la loi, alors même que la guerre en Ukraine est des plus violentes avec ses cortèges de victimes et de ruines, et où les lois des conflits armés sont trop souvent violées. Mais de fait, il y a hélas une continuité totale de la guerre, avec une hybridité polymorphe en mutation permanente. Le cyberespace est aussi un champ de bataille.
Jérôme Pellistrandi –Rédacteur en chef
Sommaire Décembre 2022
Souveraineté et résilience numérique
7
14
22
29
37
44
52
La souveraineté numérique à l’épreuve de la métamorphose numérique MARC WATIN-AUGOUARD Le volet numérique de la souveraineté est en pleine mutation tant les évolutions sont rapides et profondes. De fait, l’approche classique de la souveraineté est aujourd’hui fragilisée, obligeant à de nouvelles approches asso-ciant le citoyen, l’État, le privé et l’Europe pour construire une vraie résilience numérique. Cloudsouverain : souveraineté et résilience, ou confiance ? DOMINIQUE LUZEAUX La gestion et le stockage des données s’appuient désormais sur l’utilisation deCloud. Or, ceux-ci sont sou-vent mis en œuvre par des entreprises essentiellement américaines. D’où la nécessité de développer des solu-tions nationales, voire européennes, permettant de garantir souveraineté et résilience. Vers une co-souveraineté nationale et européenne en matière de cybersécurité ANNE TRICAUD La cybersécurité a progressé au niveau des États-membres de l’UE avec des compétences et des capacités accrues des agences nationales. Une coopération européenne s’accroît avec la mise en place de mécanismes et d’échanges tout en respectant les valeurs fondamentales du droit international. La résilience numérique, un sport d’équipe, et une affaire de bon sens SOPHIE GRIFFE La résilience numérique est une exigence croissante pour préserver notre souveraineté, en particulier dans le champ numérique. Cela impose de limiter ou de contrôler nos dépendances numériques, sachant qu’une totale autonomie est impossible. Ce qui oblige à du bon sens et à anticiper dans un domaine en mutation. La souveraineté et la résilience face aux actions d’influence numérique FRANÇOIS-RÉGIS VIGNEAU Les actions d’influence numérique peuvent mettre à mal la souveraineté et la résilience des États comme le nôtre. Les menaces sur la couche sémantique du cyber sont une réalité et fragilisent le fonctionnement de nos sociétés. D’où le besoin de développer des stratégies pour contrer un danger désormais systémique. Certifications cyber des systèmes numériques financiers et souveraineté européenne DAMIEN CHAMINADE Les systèmes numériques financiers irriguent la vie économique et conditionnent le fonctionnement de la société. D’où les exigences de renforcement de la cyberdéfense de ces ensembles indispensables, régulière-ment attaqués par des acteurs peu scrupuleux. D’où la nécessité d’une réponse commune des pays européens. Cybersécurité, résilience et souveraineté dans les collectivités territoriales FRÉDÉRIC POINTU – CYRIL BRAS Nos collectivités territoriales sont désormais des cibles recherchées par la cybercriminalité. Les attaques met-tent à mal leur fonctionnement. Il est urgent d’accroître la cybersécurité des organismes et institutions. L’ANSSI s’est fortement investie pour faire progresser et renforcer la souveraineté de ces entités.
59
67
74
81
La cryptographie, socle de la souveraineté numérique THOMAS SIRVENT La cryptographie est une science ancienne d’abord au service des États pour garantir le secret des échanges. Avec le numérique, crypter est devenu un enjeu majeur de souveraineté. La France dispose de très solides compétences, mais qu’il convient de renforcer dans un environnement cyber en mutation permanente. Terres rares et métaux critiques, des enjeux de souveraineté sur fond de guerre économique MALIKA SMAÏLI Les terres rares et les métaux critiques sont devenus des enjeux de souveraineté avec une forte dépendance de l’Europe, celle-ci ayant mis du temps à en comprendre les enjeux sur fond d’une guerre économique où la Chine a pris l’avantage. Il est nécessaire de réagir en y incluant la filière du recyclage. Les ressources humaines au défi de la souveraineté et de la résilience numériques MARTINE BALLAND L’indispensable renforcement de notre souveraineté numérique passe par la fidélisation des compétences. Les ressources humaines sont dès lors un enjeu décisif et obligent à revoir les méthodes de gestion pour atti-rer et garder du personnel qualifié et motivé afin d’accroître notre résilience dans le cyberespace. Souveraineté des ressources humaines numériques : approches chinoise, canadienne, américaine et européenne FABIEN SIGUIER Construire une souveraineté numérique passe par une politique de ressources humaines répondant à des besoins en mutation permanente. Une des caractéristiques est la relation spéciale ente l’individu et les métiers cyber, avec souvent une dimension d’intérêt et de passion qu’il faut préserver.
Repères - Opinions
91
100
La confiance en l’IA pour une IA d’emploi JÉRÔME PRETEUX Le développement de l’intelligence artificielle (IA) passe par le degré de confiance accordé à des systèmes utilisant l’IA pour leur fonctionnement. Cela exige d’accroître les facteurs de cette confiance : efficacité, sécurité, responsabilité, l’objectif étant de développer des IA d’emploi dans le champ militaire. Planification stratégique par mauvais temps JEAN DUFOURCQ Définir une stratégie pour notre défense ne doit pas s’improviser pour réagir à une situation fluctuante en un temps donné. Au contraire, il faudrait reprendre nos efforts conceptuels pour ne pas reproduire des sché-mas tout faits, mais manquant de réelle réflexion sur le futur de nos choix géopolitiques.
Approches régionales
103
L’Amérique latine : enjeux et perspectives internationales PASCAL DROUHAUD L’Amérique latine semble être la « grande oubliée » de l’environnement géopolitique mondial. Malgré ses pesanteurs et ses contractions, le continent sud-américain est à la croisée des chemins et doit voir ses États-membres engager des réformes structurelles et économiques.
Général Dominique Delort:2030 – La guerre de retour!(Claude Franc) re Éric Fottorino (dir.):guerre mondialiséeUkraine, 1 (Jérôme Pellistrandi) Jean-Clément Martin :La Révolution n’est pas terminée(Serge Gadal) Noê-Noël Uchida:Attendez ici –Terminé(Margaux Latarche-Bertrand) Général Guy François:L’Artillerie lourde(Philippe Wodka-Gallien) Alfred Gilder:J’aime la France(Lisa Mille)
Approches historiques
Programme de laRDNen ligne, p. 136
Recensions
111
Deux siècles de sorties de guerres navales (de 1815 à nos jours) TRISTAN LECOQ À l’issue des guerres, la question navale a été traitée de manière inégale, reflétant le rôle de la marine dans la politique de défense. En 1945, les ambitions maritimes de la France étaient bien faibles et la reconstruction de la Marine fut très longue. Aujourd’hui, d’autres puissances affichent leurs ambitions.
Histoire militaire- L’absence permanente d’équilibre entre la Marine et l’Armée, de l’Ancien Régime à nos jours CLAUDE FRANC e Depuis le XVIII siècle, rares ont été les périodes où la Marine et l’Armée se retrouvent à des points d’équi-libre. Trop souvent, les efforts ont été mal répartis tant dans les équipements, l’organisation et les doctrines, avec à chaque fois des conséquences graves comme en 1870 et 1940.
Chronique
119
123
Souveraineté et résilience numérique
« Celui qui excelle à résoudre les difficultés les résout avant qu’elles ne surgissent… » Sun Tzu
RDN
Revue Défense Nationale Décembre 2022
Lasouveraineténumériqueà l’épreuvedelamétamorphosenumérique
Marc Watin-Augouard
Général d’armée (Gendarmerie), fondateur et codi-recteur du Forum international de la cybersécurité (FIC), président de l’Institut national pour la cyber-sécurité et la résilience des territoires (IN.CRT) et responsable de la majeure souveraineté numérique et cybersécurité de l’IHEDN. e vocable souveraineté numérique prend place aujourd’hui dans tous les dis-ritLoire délimite la souveraineté interne et externe à partir des frontières westpha-cours, y compris au sein de l’Union européenne. Pour nous Français, il a un sens gaullien qui s’enracine dans la notion d’indépendance nationale. Le ter-liennes. Mais à l’heure de l’interconnexion des systèmes, du partage des données, de la domination de géants numériques, aujourd’hui américains et déjà chinois, la souveraineté numérique – celle qui porte notamment sur les réseaux, les informa-tions, les normes – est remise en cause par le caractère extraterritorial et la privati-(1) sation dusubstratAlors qu’elle était consubstantielle à la notion numérique. d’État, il convient aujourd’hui de la « refonder ».
La souveraineté fragilisée
Les fondements de la souveraineté sont à rechercher dans les écrits de Bodin qui consacrent l’exclusivité des compétences législatives, exécutives et judi-(2) ciaires . Plus récemment, Carré de Malberg évoque le territoire avec « une orga-nisation d’où résulte une puissance suprême d’action, de commandement et de (3) coercition » . Mais sous l’influence d’unInternet, apparemment « sans frontière », les États sont fragilisés, quand ils ne sont pas remis en cause. Le 9 février 1996, à Davos, John Perry Barlow, cofondateur de l’Electronic Frontier Foundation, pronon-çait sa célèbre « Déclaration d’indépendance du cyberespace » : « Gouvernements du monde industriel, vous géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace,
(1) Le « cyberespace » n’est pas un espace à part puisqu’il irrigue, innerve tous les espaces physiques (terre, air, mer). C’est donc unsubstrat. (2) Jean Bodin :Les Six Livres de la République, 1576. (3) Raymond Carré de Malberg :Contribution à la théorie générale de l’État, 1921.
Revue Défense Nationale n° 855 - Décembre 2022
7
Souveraineté et réSiLience numérique
8
le nouveau domicile de l’esprit. Au nom du futur je vous demande à vous, du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez pas de souveraineté là où nous nous rassemblons » […]. Il s’agissait alors d’une réaction à chaud, après la libéralisation d’Internet par l’Administration Clinton-Gore, mais très représentative d’un mouvement libertaire qui ambitionne, aujourd’hui encore, de créer un « autre monde », à côté, ailleurs.
Tout en soulignant le caractère exagéré de cette déclaration, force est de constater que les éléments constitutifs de l’État sont remis en cause par la méta-(4) morphose numérique : le pouvoir de faire la guerre est contesté par des cyberat-taquants non étatiques ; le pouvoir de battre monnaie est affaibli par les nombreux cryptoactifs qui s’affranchissent des organismes monétaires centraux ; la création (5) du droit est concurrencée par le code informatique (Code is law) , par les lois (6) étrangères à portée extraterritoriale , les conditions générales d’utilisation (CGU) imposées par les GAMAM (Google, Apple, Meta [ex-Facebook], Amazon, Microsoft) ; le pouvoir de lever l’impôt est entravé par le découplage entre l’implan-tation des sièges de plateformes, « établissements stables » au sens fiscal du terme, et le lieu de création de valeur ; quant au pouvoir de rendre justice, la compétence spatiale du juge est contestée par l’extraterritorialité de nombreux contentieux de nature pénale, civile ou commerciale. Par ailleurs, les voies de communication, contrôlées par la puissance publique dans le monde physique, sont désormais presque entièrement dans les mains d’opérateurs privés.
Alors qu’elles étaient protectrices, les frontières ne sont désormais un obs-tacle que pour les seuls États : ainsi, dans la lutte contre la cybercriminalité, lorsque la coopération internationale est incertaine, la compétence du juge ou de l’officier de police judiciaire se heurte au mur du droit, tandis que le prédateur bénéficie d’une protection d’autant plus efficace que le cyberespace annule pour lui les effets du cadre espace-temps et lui permet d’agir depuis un État « cybervoyou ».
Malgré les coups portés sur les fondamentaux de l’État, celui-ci n’est pas condamné, pour autant qu’il se recentre sur sa vocation première : la sécurité et la défense des personnes physiques et morales, et des biens matériels et immatériels. C’est la raison première de sa fondation. Il l’oublie trop souvent, car, il s’est déporté vers la « providence » ; il est temps qu’il redevienne « gendarme », sauf à risquer de disparaître au profit d’acteurs privés qui sont aujourd’hui très présents sur le seg-ment de la cybersécurité. Même si l’État ne peut rien sans coopération avec ces der-niers, la cybersécurité est au cœur d’une souveraineté numérique qui se manifeste d’abord dans la protection des victimes et dans la lutte contre les prédateurs, fina-lités de la défense et de la sécurité nationale.
(4) Nous choisissons ce terme, car le mot transition est inadapté, celui de révolution est insuffisant au regard du caractère exponentiel de la métamorphose numérique. (5) Lawrence Lessig :Code et autres lois du cyberespace, 1999. (6) LeCloud Actaméricain, pour ne citer qu’un exemple.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents