Magnétiseurs, guérisseurs, médiums. Le nouveau royaume de l occulte.
93 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Magnétiseurs, guérisseurs, médiums. Le nouveau royaume de l'occulte. , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
93 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis le début de son ministère, il y a 50 ans, le père Auzenet a échangé avec des milliers de personnes qui manifestaient au sujet de l'occultisme un besoin d'écoute et de libération. Aujourd'hui depuis 14 ans exorciste il se consacre pleinement à cette mission. Et, son constat est accablant: à cause d'une mode jamais démentie pour le paranormal et d'un manque d'informations sérieuse, de plus en plus de personnes ouvrent la porte de leur âme à des influences dont ils ignorent tout. Mais le propos de ce livre n'est pas de les condamner. Doté d'un solide bon sens et d'un authentique souci pastoral, le père Auzenet entend mettre au jour les mécanismes de l'emprise, ses effets pervers et surtout les moyens de s'en affranchir. Avec clarté, pragmatisme et pédagogie, il signe là un maître-livre sur ce sujet trop souvent maltraité par le sensationnalisme.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 avril 2023
Nombre de lectures 11
EAN13 9782728934607
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0550€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Je ne comprends pas ces peurs : « Le démon ! Le démon ! » Lorsque nous pouvons dire : « Mon Dieu ! Mon Dieu ! » Et le faire trembler. Oui, car nous savons qu’il ne peut bouger sans que le Seigneur le lui permette. Ceux qui ont si grand peur du démon me font maintenant bien plus peur que le démon lui-même ; il ne peut rien me faire tandis que les autres nous inquiètent beaucoup, en particulier s’ils sont nos confesseurs.
Sainte Thérèse d’Avila , Vie , 25, 22.
Laissez enrager l’ennemi à la porte ; qu’il heurte, qu’il frappe, qu’il crie, qu’il hurle, et fasse du pis qu’il pourra : nous sommes assurés qu’il ne saurait entrer dans notre âme que par la porte de notre consentement ! Tenons-la bien fermée, et voyons souvent si elle n’est pas bien close ; et de tout le reste ne nous en soucions point, car il n’y a rien à craindre.
Saint François de Sales , Lettre LI ,
à Madame Rose Bourgeois,
abbesse du Puits d’Orbe.
Introduction
Un cheminement très personnel
Formuler et fixer sa pensée sur ce qui relève de l’occultisme est toujours délicat. Car on apprend tous les jours, et l’Adversaire a une grande capacité d’adaptation, rendant la réalité mouvante. Mais, à la fin d’une vie, on peut toujours se risquer à partager et à léguer son expérience, même de façon imparfaite.
J’ai reçu de mon évêque une mission pour ce ministère de l’exorcisme en 2009. Mais il se trouve que j’ai été affronté à l’omniprésence de l’occulte dès les débuts de mon ministère. Ordonné prêtre en 1973, aumônier d’un lycée d’enseignement professionnel, j’ai remarqué très vite combien le monde des jeunes était marqué par certaines pratiques : aller voir un magnétiseur, se rendre chez une voyante, faire du spiritisme avec les ami(e)s… À travers des temps de catéchèse où nous laissions toute liberté de parole sur ces sujets, j’ai pu, année après année, avec des classes renouvelées régulièrement, faire un grand nombre de recoupements, établir une grille d’analyse, en vue d’une compréhension plus fine.
C’est dire que depuis cinquante ans, j’ai développé une écoute et une attention continuelles à ces choses, présentes dans la réalité de la vie courante, mais qu’on analyse si peu. À travers différents ministères successifs – vicaire puis curé de paroisse, aumônier d’étudiants, recteur de sanctuaire marial, puis curé de nouveau –, j’ai toujours accepté un contact avec les personnes qui manifestaient un besoin d’écoute, de conseil, de libération. Cinquante ans, à travers l’écoute de plusieurs milliers de personnes, cela permet d’acquérir un socle d’expérience et une certaine compréhension.
Ma démarche a toujours été de partir du terrain, de la base, de ce que disent les gens. En étant attentif aux difficultés qu’ils expriment, on peut se permettre de les questionner, et ainsi tenter de remonter vers les causes éventuelles, à savoir les impacts occultes provenant de leurs compromissions.
J’ai été aidé, dans ce cheminement, par le contact avec le courant du Renouveau charismatique, catholique et évangélique. En voyant concrètement l’exercice de certains charismes du Saint-Esprit (guérisons, prophéties, au pluriel car ces charismes sont multiformes), j’ai mieux compris comment le démon produisait des contrefaçons, qui pouvaient leur ressembler comme des sœurs jumelles inversées.
Car l’une de nos difficultés habituelles est bien d’avoir du mal à accepter que l’Esprit Saint puisse agir avec force sous cette forme, et que le démon puisse produire aussi des faux-­semblants appariés à la guérison et aux révélations. Pour faire court, nous avons du mal à accepter l’existence de réalités spirituelles concrètes venant de l’Esprit Saint et/ou du démon.
Il faut dire que tout cela demande beaucoup de discernement, et si j’ai à cœur de demander un charisme, c’est bien celui-là : le discernement des esprits. Sans omettre l’étude de la grande tradition mystique catholique, et le partage d’expérience avec toutes les personnes engagées dans des ministères de libération, je pense notamment à mes confrères exorcistes.
Une omniprésence de l’occulte sur le terrain
Je ne m’attarderai pas longuement sur les statistiques qui nous sont fournies régulièrement. On peut les trouver ailleurs, et elles sont constamment réactualisées. En 2012, Emmanuel Maënnlein, pasteur évangélique, écrivait : « Les phénomènes paranormaux rencontrent un vif succès dans la société française actuelle 1 . » Voici quelques chiffres : dix à douze millions de personnes consultent chaque année un voyant, un médium, un guérisseur ou un professionnel du paranormal ; un jeune sur deux (18-24 ans) croit à l’astrologie ; plus de la moitié des Français lisent ponctuellement leur horoscope ; le degré de croyance au paranormal est proportionnel au niveau d’études effectuées : plus le niveau est élevé, plus la croyance au paranormal est fréquente ; chaque année, 3,2 milliards d’euros – dont un pourcentage élevé non déclaré au fisc ! – sont dépensés chez les astrologues et autres extralucides, selon un article paru dans Le Monde 2 .
Selon ce même article, il y aurait plus de 50 000 extralucides en France. Leurs pratiques relèvent de l’astrologie, de la voyance et d’autres formes de divination. Les chiffres sont là. Il y aurait aussi plusieurs dizaines de milliers de guérisseurs, magnétiseurs, rebouteux et autres leveurs de maux. Leur développement est à relier avec le succès croissant des médecines parallèles depuis trente ans.
Un sondage Ifop publié le 2 décembre 2020, à la demande de Femmes actuelles , révèle :
Loin d’être un phénomène marginal, les parasciences rencontrent un engouement chez les Français, et notamment les plus jeunes : 58 % déclarent croire à au moins une des disciplines de parascience, à savoir l’astrologie (41 %), les lignes de la main (29 %), la sorcellerie (28 %), la voyance (26 %), la numérologie (26 %) et la cartomancie (23 %). Et ce phénomène n’est pas seulement répandu, il est également en hausse continue depuis au moins une vingtaine d’années : la croyance dans les prédictions des voyants a également crû de manière continue en vingt ans (plus 8 points) pour s’élever aujourd’hui à 26 %.
Cette croyance dans les parasciences se traduit concrètement en actes : plus d’un quart des Français ont déjà consulté un spécialiste (26 %) au moins une fois au cours de leur vie, dont 18 % pour de l’astrologie, 14 % pour de la voyance, 10 % pour de la cartomancie, et 6 % pour de la numérologie. Et là aussi, le phénomène semble progresser au fil des années, si on en juge par la hausse du taux de consultation de voyants : plus 5 points entre 1986 et 2020. À noter que ce recours aux parasciences pour chercher une clé d’explication à une/sa situation a été assez répandu à l’occasion de la crise sanitaire puisque 20 % des adeptes ont vu un spécialiste cette année à propos du Covid-19 3 .
Dans son livret Les Nouvelles Sorcières , Bertran Chaudet relève :
Le site internet #WichTok, la communauté des sorcières qui partage leurs sorts sur TikTok, revendique 20 milliards de vues, pour des vidéos envoyées par de jeunes accros. Phénomène mondial de la jeunesse s’il en est ! On ne compte plus les communautés Facebook du style « Sorciers et sorcières de France » ou « Sorcier.e.s — la magie pour toustes », l’écriture inclusive y étant de règle. La génération Harry Potter s’initie aux pratiques occultes et divinatoires et échange sans vergogne des recettes de potions magiques et de sortilèges 4 .
Arrêtons-nous là, nous pourrions avoir rapidement le tournis. Cependant, ce détour est nécessaire si nous voulons avoir une idée plus précise des enjeux pastoraux dont il va être question dans ce livre. Quelle pastorale l’Église met-elle en œuvre dans ce domaine dont l’importance n’est plus à démontrer ?
La malformation occulte des chrétiens
Vous me pardonnerez ce jeu de mots. Mais il faut bien souligner l’absence de formation des chrétiens sur ces questions (occultisme, énergies, etc.), qu’il s’agisse des prêtres, des religieuses ou des laïcs. Leurs connaissances sur les pratiques occultes sont souvent inexistantes, ce qui retentit sur leur positionnement vis-à-vis de ceux qui en usent. Cela fait à la fois le bonheur des uns et le malheur des autres. Le bonheur des praticiens, qui trouvent dans l’Église un réservoir de personnes très accessibles. Le malheur des chrétiens, car ils ne voient pas où est le problème.
Ces méprises concernent les deux domaines essentiels de l’occultisme, la médiumnité et le magnétisme, les domaines de la fausse connaissance (confusion à propos de révélations, de locutions, de charismes) et de la fausse guérison (confusion entre la guérison divine et les malfaçons énergétiques).
Il est urgent que l’Église, dans son ensemble, consente à des formations permettant d’expliquer l’origine et la nocivité des pratiques occultes. Cela permettra aux acteurs pastoraux de sortir du flou artistique dans lequel nous nous trouvons, et de prendre position en donnant une parole claire, à la fois préventive et curative. Il est nécessaire que dans les lieux de préparation aux missions, séminaires pour la formation des prêtres, centres diocésains pour la formation initiale des laïcs en mission ecclésiale, des modules abordant les réalités de l’occultisme soient proposés avec des intervenants expérimentés.
Un voyage au pays de l’occulte
Je vous propose ainsi, à travers ces quelques pages, un petit voyage au pays de l’occulte. Nous allons partir des difficultés rencontrées par de nombreuses personnes dans leur vie personnelle, qui prennent souvent l’allure d’un enfermement dans la déveine et l’échec, mais aussi la forme de phénomènes bizarres (appelons-les « paranormaux ») qui les plongent dans la peur et les isolent à cause de leur difficulté à en parler et à se confier – et, si elles en parlent, c’est quelquefois pour être manipulées par des gens qui leur feront croire à un envoûtement ou à un maléfice venant de l’extérieur (chapitre premier).
Malheureusement, elles ne font jamais le lien entre les gr

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents