La psychomotricité relationnelle
163 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
163 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage s'emploie à montrer pourquoi une théorie psychosomatique relationnelle est possible en psycho-motricité. Celle-ci doit cependant s'ouvrir pour inclure la pathologie organique s'inscrivant dans le corps réel et relevant de la psychomotricité relationnelle.

Si la psychomotricité se singularise par l’intérêt qu’elle porte à la constitution des fonctions, sa démarche ne signifie pas qu’elle doit exclure de son champ des troubles instrumentaux dus à l’inhibition d’une fonction déjà constituée. Car souvent la symptomatologie est mixte, complexe, rétive aux réductions. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il n’existe réellement aucune coupure, aucune solution de continuité entre la psycho-motricité et certaines psychothérapies spécialisées avec de jeunes enfants présentant, à la lisière du psychique et du somatique, des perturbations massives des repères spatio-temporels. L’unité d’une conception conduit ainsi à concevoir ce qui peut unifier des pratiques différentes.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2012
Nombre de lectures 1
EAN13 9782842542191
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,2650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

RECHERCHE EN PSYCHOSOMATIQUE
L a psychomotricité
relationnelle
Sous la direction de Anne Gatecel
SamiAli Anne Gatecel Corinne Reignoux Monique Déjardin Manuel Cajal Annie Masson Nicole Autin Maryse Weber
RECHERCHE EN PSYCHOSOMATIQUE
La psychomotricité relationnelle
This page intentionally left blank
RECHERCHE EN PSYCHOSOMATIQUE
La psychomotricité relationnelle
Sous la direction de Anne Gatecel Psychomotricienne, Psychologue clinicienne, Enseignante à l’Institut de Formation en Psychomotricité, Université Pierre et Marie Curie, Site Pitié-Salpêtrière
Sami-Ali Anne Gatecel Corinne Reignoux Monique Déjardin Manuel Cajal Annie Masson Nicole Autin Maryse Weber
Centre International de Psychosomatique CollectionRecherche en psychosomatique dirigée par Sylvie Cady
Dans la même collection Le cancer – novembre 2000 La dépression – février 2001 La dermatologie – mars 2001 La clinique de l’impasse – octobre 2002 Identité et psychosomatique – octobre 2003 Rythme et pathologie organique – février 2004 Psychosomatique : nouvelles perspectives – avril 2004 Médecine et psychosomatique – septembre 2005 Le lien psychosomatique. De l’affect au rythme corporel – février 2007 Soigner l’enfant psychosomatique – février 2008 Affect refoulé, affect libéré – mars 2008 Entre l’âme et le corps, les pathologies humaines – octobre 2008 Handicap, traumatisme et impasse – janvier 2009 Soigner l’allergie en psychosomatique – octobre 2009 Entre l’âme et le corps, douleur et maladie – août 2011 Psychosomatique de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte – janvier 2012
Éditions EDK 25, rue Daviel 75013 Paris, France Tél. : 01 58 10 19 05 Fax : 01 43 29 32 62 edk@edk.fr www.edk.fr
© Éditions EDK, 2012 ISBN : 978-2-8425-4166-8 Il est interdit de reproduite intégralement ou partiellement le présent ouvrage – loi du 11 mars 1957 – sans autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de Copie (CFC), 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
Recherche en psychosomatique. La psychomotricité relationnelle
Sami-Ali
Introduction Une théorie psychosomatique de la psychomotricité
Sami-Ali
Les rapports de la psychanalyse et de la psychomotricité sont susceptibles d’une double dénition : négative, qui s’emploie à montrer pourquoi une théorie psychosomatique de la psychomotri-cité n’a pas été possible jusqu’ici ;positive,qui explicite les condi-tions qui rendent possible une telle théorie. Celle-ci doit cependant s’ouvrir pour inclure la pathologie organique s’inscrivant dans la relation et relevant d’une conception plus compréhensive de la psychosomatique.
I
D’emblée, s’impose une réexion multiple qui se situe successi-vement aux niveaux historique, clinique et théorique.
Le niveau historique
En tant quepraxis,la psychomotricité met en œuvre un ensemble de concepts qui dérivent exclusivement de la neuro-psychiatrie in-fantile et de la psychologie génétique. Son champ spécique, que
5
Recherche en psychosomatique
délimite au départ la notion de trouble fonctionnel, se précise dans chaque cas par référence au bilan psychomoteur dont la conception se conforme à la nosographie neuropsychiatrique. Les techniques de « rééducation » qui en découlent, se plaçant sur le plan de la manipulation effective du corps réel, tendent à réduire les écarts entre une évolution individuelle et une norme statistiquement éta-blie. Les insufsances de structuration du schéma corporel, percep-tibles dans une organisation défaillante de l’espace et du temps, les dysharmonies tonicomotrices et les retards de maturation, résument ici les principales indications. Tant par son inspiration que par les buts qu’elle se xe, la psy-chomotricité s’est constituée en dehors du domaine propre de la psychanalyse. Hormis les contingences historiques sur lesquelles il n’y a pas lieu de revenir, deux considérations fondamentales, inscrites dans la démarche psychanalytique elle-même, rendent compte de cet état de fait : d’une part, l’expérience du corps propre, prise dans son acceptation la plus vaste, ne forme pas pour la psy-chanalyse une région qu’on pourrait séparer du réseau d’échanges conscients et inconscients mettant aux prises le sujet incarné avec autrui (cf. Marty P., Fain M., 1955). D’autre part, cette même ex-périence élaborée sous l’angle génétique de l’image libidinale (et qu’est-ce que la théorie de la sexualité infantile sinon l’esquisse de l’émergence graduelle de l’image du corps ? – cf. Freud S., 1905, ch. II), se limite dans la conception classique à ce que Freud ap-pelle les neuro-psychoses. Or, rien n’est moins sûr que les troubles psychomoteurs, même s’ils devaient traduire un conit incons-cient, puissenttousentrer dans cette dernière catégorie. (Ainsi, le senssymboliquede la droite et de la gauche n’épuise pas, tant s’en faut, une latéralité qui doit d’abord s’instaurer au niveau du corpsréel). Il semble donc que la psychanalyse ne puisse ni isoler la motri-cité du contexte relationnel pour en faire une disciplinesuis generis, ni l’intégrer dans une conception de l’image du corps où l’accent se trouve mis sur le processus de symbolisation. Face à cette situation, deux attitudes sont possibles : ou bien continuer à penser la psychomotricité sans tenir compte de la psy-chanalyse, ou bien penser à la fois l’une et l’autre en ramenant leurs divergences au moment historique de leur élaboration respective. Si l’on adopte cette dernière attitude, dans laquelle sont contenus les germes de futurs développements, on est amené à approfondir
6
La psychomotricité relationnelle
une théorie psychosomatique de l’image du corps de manière à fon-der sur des bases nouvelles une discipline qui, pour s’adresser au corps réel, n’en reste pas moins ancrée dans l’inter-subjectivité. Et comment soutenir, au nom d’une douteuse division de travail, que le geste n’est pas relationnel ou qu’il est détachable du discours qui l’accompagne et le commente tout ensemble ?
Le niveau clinique
C’est surtout sur le plan de l’action thérapeutique que la psycho-motricité est en mesure de s’approcher des données fondamentales de la psychosomatique. Peu à peu, à travers maintes hésitations, elle apprend à découvrir une redoutable évidence, à savoir que l’appli-cation d’une technique s’opère dans une situation où deux subjec-tivités communiquent et s’affrontent. Le terme, neutre à souhait, de relation, subrepticement introduit pour rendre compte de cette découverte, risque en fait de bouleverser l’énoncé même du pro-blème. Désormais, on s’efforce d’établir entre psychosomatique et psychomotricité un lien qui, bongré mal gré, se noue autour du concept central de relation. Là aussi, deux attitudes sont possibles : ou bien tenir la relation pour un facteur de trouble (ce qu’il est en réalité) et s’ingénier, sui-vant la démarche préconisée par la psychologie expérimentale, de neutraliser (refouler) ses incidences en standardisant à l’extrême la technique à appliquer. Solution méthodologiquement valable qui, chez le praticien, peut convenir à certains types de caractère mais qui, dans l’absolu, comporte l’inconvénient majeur de mécaniser la relation et d’interdire la compréhension, précisément au moyen du relationnel, de ce qui se passehic et nunc.Ou bien, au contraire, al-ler jusqu’au bout de l’approfondissement du relationnel dont la re-production, régie par l’automatisme de répétition, permet de saisir sur le vif, en même temps que la dynamique relationnelle, ce qu’on nomme l’inconscient. On se rendra compte alors que, paradoxale-ment, ce qui se passe dans le corps (symptôme pourvu ou dépourvu d’une valeur symbolique en soi) ne se passe pas dans le corps mais dans une relation implicite à l’autre. Le développement systématique de ce dernier point de vue, applicable tant à la psychomotricité qu’aux autres techniques du corps, culmine dans ce que j’appelle une théorie générale de la si-tuation thérapeutique.
7
Recherche en psychosomatique
Le niveau théorique
L’étude conjuguée du relationnel et de l’image du corps, à tra-vers laquelle le passé s’actualise dans le présent, suft à cerner la dynamique de l’action psychomotrice. Invariablement, cette dynamique se déroule autour de la problé-matique œdipienne, laquelle, de proche en proche, détermine les coordonnées inconscientes de la situation thérapeutique. Ici comme ailleurs, ce qui se trouve relationné, loin d’être un affect ou un com-portement isolé, s’insère dans un ensemble structuré à partir d’une réalité historique. Le relationnel est toujours relation d’une situa-tioninconsciente intériorisée. Encore faut-il nuancer cette afrmation : tout comportement n’est pas forcément lié à l’imaginaire, pas plus que tout relationnel ne se situe aussitôt au niveau d’une organisation œdipienne. Celle-ci doit au contraire s’effectuer graduellement suivant un rythme qui n’exclut ni les traumatismes, ni les points de xation, ni le retour en arrière. Aussi, ce qui est observable chez le sujet à un moment donné, peut-il le mieux être exprimé en termes de processus évolu-tif aboutissant, dans la meilleure des hypothèses, à cette intégration instinctuelle particulière désignée par le complexe d’Œdipe. En tout état de cause, le choix de laproblématiqueœdipienne comme cadre de référence présente l’immense avantage de permettre d’emblée une vue d’ensemble sur les vicissitudes identicatoires du sujet. Or il est amplement prouvé qu’il faut partir du tout pour retrouver les éléments et non l’inverse. La thérapeutique psychomotrice, du fait qu’elle a affaire direc-tement au corps, semble particulièrement bien placée pour suivre la genèse des fonctions psychosomatiques, lesquelles prenant ap-pui sur la sensori-motricité, s’élaborent peu à peu à travers un pro-cessus de projection englobant le rêve et ses équivalents et faisant un avec la dimension de l’imaginaire. Processus auquel, originelle-ment, incombe la tâche de créer un dedans et un dehors en séparant ce qui appartient au sujet de ce qui lui est étranger. J’ai déjà mon-tré, en introduisant le concept de projection sensorielle, comment l’expérience perceptive s’agence en fonction de la vision binocu-laire pour donner naissance à l’objet, à l’espace tri-dimensionnel et au corps propre identique à lui-même, et comment d’autre part, la nécessité de fonctionner conformément aux règles se traduit par la mise en œuvre de « trucs » (Sami-Ali, 1974, p. 195), ou de « cadres » (Id. 1980, p. 115) destinés à combler les lacunes de
8
La psychomotricité relationnelle
l’organisation spatio-temporelle. Qu’un refoulement réussi du rêve et de ce qui en tient lieu modie durablement la structure caracté-rielle, qui par ailleurs est responsable de ce même refoulement, et on se trouve en présence d’un fonctionnement psychosomatique particulier, désigné par le concept de « pathologie de l’adapta-tion ». Ici, le réel, en tant que norme adaptative s’inscrivant dans un univers de règles, vient occuper la place laissée par l’imaginaire qui se retire. La pathologie, quand elle fait son apparition sur ce fond caractériel, ne peut être qu’organique, non médiatisée par un imaginaire que le refoulement continue à mettre hors d’atteinte. On est aux antipodes de la conversion hystérique où, précisément, le refoulement de l’imaginaire échoue, cet échec coïncidant avec la formation d’un symptôme fonctionnel dans un corps imaginaire, homologue de celui qui sous-tend le rêve et s’objective en lui (voirIbid.). Seule, une conception de l’image du corps, élargie aux dimen-sions de la psychosomatique, est à même de dénir en quoi consiste la spécicité de la pratique psychomotrice, tout en évitant une dis-persion, toujours possible, qui découlerait de la multiplication d’in-terventions thérapeutiques partielles et simultanées (infra, p. 89).
I
I
Au lieu de survoler le champ entier de la psychomotricité, je restreindrai à l’extrême la perspective théorique dans laquelle j’en-tends me placer pour traiter des fondements d’unepraxisla dont particularité est qu’elle s’adresse au corps. Plutôt que de présenter un savoir systématique, j’introduirai d’emblée ce qui me semble constituer l’interrogation essentielle de la psychomotricité. Car il est urgent de dégager ce qui, dans cette discipline aux origines mê-lées, est réellement enjeu. Rééducation ou thérapie, l’hésitation entre ces deux visées étant en soi révélatrice, la psychomotricité a bien affaire au corps. Mais de quel corps s’agit-il ? Dans certaines conditions, plus fréquentes qu’on serait tenté de le croire, le corps est précisément absence du corps. Et pour peu qu’on y prête attention, on peut entendre des pro-pos comme ceux-ci qui, dans l’épaisseur de l’être, cernent un vide central : « Je n’existe pas, je ne suis qu’une image virtuelle, je suis l’évanouissement des choses ». En revanche, la réalité corporelle
9
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents