LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 5 , livre ebook

icon

157

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2016

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

157

pages

icon

Français

icon

Ebook

2016

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Au début du règne de Louis XVIII, Edmond Dantès, marin, est accusé à tort de bonapartisme et enfermé dans la prison d'If, sur l'île du même nom, au large de Marseille. Après 14 années il réussit à s'échapper, et s'empare du trésor de l'île de Monte-Cristo, qui lui a été révélé par un compagnon de captivité (l'abbé Faria). Devenu riche et puissant, il entreprend, sous le nom de comte de Monte-Cristo, de se venger de ses ennemis, qui l'ont accusé ou ont bénéficié directement de son incarcération pour s'élever dans la société : le comte de Morcerf (alias Fernand Mondego, son rival en amour), le banquier Danglars (qui a rédigé la dénonciation), le procureur du Roi de Villefort (qui l'a envoyé en prison bien que le sachant innocent).
Wikibéral
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

23 août 2016

Nombre de lectures

27

EAN13

9791022734103

Langue

Français

ALEXANDRE DUMAS
 
 
Le Comte de Monte-Cristo
 
Tome 5  
 
roman
 
6 volumes
C. Lévy, 1889 (1, pp. 1-13).
 
 
 
 
Raanan Édit eur  
Livre 7 7 | édition 2  
 
|78| O n nous écrit de Janina.
Franz était sorti de la chambre de Noirtier si chancelant et si égaré, que Valentine elle-même avait eu pitié de lui.
Villefort, qui n’avait articulé que quelques mots sans suite, et qui s’était enfui dans son cabinet, reçut, deux heures après, la lettre suivante :
« Après ce qui a été révélé ce matin, M. Noirtier de Villefort ne peut supposer qu’une alliance soit possible entre sa famille et celle de M. Franz d’Épinay. M. Franz d’Épinay a horreur de songer que M. de Villefort, qui paraissait connaître les événements racontés ce matin, ne l’ait pas prévenu dans cette pensée. »
Quiconque eût vu en ce moment le magistrat ployé sous le coup, n’eût pas cru qu’il le prévoyait ; en effet, jamais il n’eût pensé que son père eût poussé la franchise, ou plutôt la rudesse, jusqu’à raconter une pareille histoire. Il est vrai que jamais M. Noirtier, assez dédaigneux qu’il était de l’opinion de son fils, ne s’était préoccupé d’éclaircir le fait aux yeux de Villefort, et que celui-ci avait toujours cru que le général de Quesnel, ou le baron d’Épinay, selon qu’on voudra l’appeler, ou du nom qu’il s’était fait, ou du nom qu’on lui avait fait, était mort assassiné et non tué loyalement en duel.
Cette lettre si dure d’un jeune homme si respectueux jusqu’alors était mortelle pour l’orgueil d’un homme comme Villefort.
À peine était-il dans son cabinet que sa femme entra.
La sortie de Franz, appelé par M. Noirtier, avait tellement étonné tout le monde que la position de madame de Villefort, restée seule avec le notaire et les témoins, devint de moment en moment plus embarrassante. Alors madame de Villefort avait pris son parti, et elle était sortie en annonçant qu’elle allait aux nouvelles.
M. de Villefort se contenta de lui dire qu’à la suite d’une explication entre lui, M. Noirtier et M. d’Épinay, le mariage de Valentine avec Franz était rompu.
C’était difficile à reporter à ceux qui attendaient ; aussi madame de Villefort, en rentrant, se contenta-t-elle de dire que M. Noirtier, ayant eu, au commencement de la conférence, une espèce d’attaque d’apoplexie, le contrat était naturellement remis à quelques jours.
Cette nouvelle, toute fausse qu’elle était, arrivait si singulièrement à la suite de deux malheurs du même genre, que les auditeurs se regardèrent étonnés et se retirèrent sans dire une parole.
Pendant ce temps, Valentine, heureuse et épouvantée à la fois, après avoir embrassé et remercié le faible vieillard, qui venait de briser ainsi d’un seul coup une chaîne qu’elle regardait déjà comme indissoluble, avait demandé à se retirer chez elle pour se remettre, et Noirtier lui avait, de l’œil accordé la permission qu’elle sollicitait.
Mais, au lieu de remonter chez elle, Valentine, une fois sortie, prit le corridor, et, sortant par la petite porte, s’élança dans le jardin. Au milieu de tous les événements qui venaient de s’entasser les uns sur les autres, une terreur sourde avait constamment comprimé son cœur. Elle s’attendait d’un moment à l’autre à voir apparaître Morrel pâle et menaçant comme le laird de Ravenswood au contrat de Lucie de Lammermoor.
En effet, il était temps qu’elle arrivât à la grille. Maximilien, qui s’était douté de ce qui allait se passer en voyant Franz quitter le cimetière avec M. de Villefort, l’avait suivi ; puis, après l’avoir vu entrer, l’avait vu sortir encore et rentrer de nouveau avec Albert et Château-Renaud. Pour lui, il n’y avait donc plus de doute. Il s’était alors jeté dans son enclos, prêt à tout événement, et bien certain qu’au premier moment de liberté qu’elle pourrait saisir, Valentine accourrait à lui.
Il ne s’était pas trompé ; son œil, collé aux planches, vit en effet apparaître la jeune fille, qui, sans prendre aucune des précautions d’usage, accourait à la grille. Au premier coup d’œil qu’il jeta sur elle, Maximilien fut rassuré ; au premier mot qu’elle prononça, il bondit de joie.
— Sauvés ! dit Valentine.  
— Sauvés ! répéta Morrel, ne pouvant croire à un pareil bonheur ; mais par qui sauvés ?  
— Par mon grand-père. Oh ! aimez-le bien, Morrel.  
Morrel jura d’aimer le vieillard de toute son âme ; et ce serment ne lui coûtait point à faire ; car, dans ce moment, il ne se contentait pas de l’aimer comme un ami ou comme un père, il l’adorait comme un dieu.  
— Mais comment cela s’est-il fait ? demanda Morrel ; quel moyen étrange a-t-il employé ?  
Valentine ouvrait la bouche pour tout raconter ; mais elle songea qu’il y avait au fond de tout cela un secret terrible qui n’était point à son grand-père seulement.
— Plus tard, dit-elle, je vous raconterai tout cela.  
— Mais quand ?  
— Quand je serai votre femme.  
C’était mettre la conversation sur un chapitre qui rendait Morrel facile à tout entendre : aussi il entendit même qu’il devait se contenter de ce qu’il savait, et que c’était assez pour un jour. Cependant il ne consentit à se retirer que sur la promesse qu’il verrait Valentine le lendemain soir.
Valentine promit ce que voulut Morrel. Tout était changé à ses yeux, et certes il lui était moins difficile de croire maintenant qu’elle épouserait Maximilien, que de croire une heure auparavant qu’elle n’épouserait pas Franz.
Pendant ce temps, madame de Villefort était montée chez Noirtier.
Noirtier la regarda de cet œil sombre et sévère avec lequel il avait coutume de la recevoir.
— Monsieur, lui dit-elle, je n’ai pas besoin de vous apprendre que le mariage de Valentine est rompu, puisque c’est ici que cette rupture a eu lieu.  
Noirtier resta impassible.
— Mais, continua madame de Villefort, ce que vous ne savez pas, monsieur, c’est que j’ai toujours été opposée à ce mariage, qui se faisait malgré moi.  
Noirtier regarda sa belle-fille en homme qui attend une explication.
— Or, maintenant que ce mariage, pour lequel je connaissais votre répugnance, est rompu, je viens faire près de vous une démarche que ni M. de Villefort ni Valentine ne peuvent faire.  
Les yeux de Noirtier demandèrent quelle était cette démarche.
— Je viens vous prier, monsieur, continua madame de Villefort, comme la seule qui en ait le droit, car je suis la seule à qui il n’en reviendra rien ; je viens vous prier de rendre, je ne dirai pas vos bonnes grâces, elle les a toujours eues, mais votre fortune, à votre petite-fille.  
Les yeux de Noirtier demeurèrent un instant incertains ; il cherchait évidemment les motifs de cette démarche et ne les pouvait trouver.
— Puis-je espérer, monsieur, dit madame de Villefort que vos intentions étaient en harmonie avec la prière que je venais vous faire ?  
— Oui, fit Noirtier.  
— En ce cas, monsieur, dit madame de Villefort, je me retire à la fois reconnaissante et heureuse.  
Et saluant M. Noirtier, elle se retira.
En effet, dès le lendemain, Noirtier fit venir le notaire : le premier testament fut déchiré, et un fut fait, dans lequel il laissa toute sa fortune à Valentine, à la condition qu’on ne la séparerait pas de lui.
Quelques personnes alors calculèrent de par le monde que mademoiselle de Villefort, héritière du marquis et de la marquise de Saint-Méran, et rentrée en la grâce de son grand-père, aurait un jour bien près de trois cent mille livres de rente.
Tandis que ce mariage se rompait chez les Villefort, M. le comte de Morcerf avait reçu la visite de Monte-Cristo, et, pour montrer son empressement à Danglars, il endossait son grand uniforme de lieutenant général, qu’il avait fait orner de toutes ses croix, et demandait ses meilleurs chevaux. Ainsi paré, il se rendit rue de la Chaussée-d’Antin, et se fit annoncer à Danglars, qui lisait son relevé de fin de mois.
Ce n’était pas le mom

Voir Alternate Text
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 1
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 1

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 1 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 1

Alexandre Dumas

Book

160 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 2
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 2

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 2 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 2

Alexandre Dumas

Book

173 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 3
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 3

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 3 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 3

Alexandre Dumas

Book

166 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 4
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 4

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 4 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 4

Alexandre Dumas

Book

171 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 5
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 5

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 5 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 5

Alexandre Dumas

Book

157 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 6
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 6

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 6 Alternate Text
Category

Ebooks

Romans historiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 6

Alexandre Dumas

Book

154 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text