LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 4 , livre ebook

icon

171

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2016

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

171

pages

icon

Français

icon

Ebook

2016

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Au début du règne de Louis XVIII, Edmond Dantès, marin, est accusé à tort de bonapartisme et enfermé dans la prison d'If, sur l'île du même nom, au large de Marseille. Après 14 années il réussit à s'échapper, et s'empare du trésor de l'île de Monte-Cristo, qui lui a été révélé par un compagnon de captivité (l'abbé Faria). Devenu riche et puissant, il entreprend, sous le nom de comte de Monte-Cristo, de se venger de ses ennemis, qui l'ont accusé ou ont bénéficié directement de son incarcération pour s'élever dans la société : le comte de Morcerf (alias Fernand Mondego, son rival en amour), le banquier Danglars (qui a rédigé la dénonciation), le procureur du Roi de Villefort (qui l'a envoyé en prison bien que le sachant innocent).
Wikibéral
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

23 août 2016

Nombre de lectures

17

EAN13

9791022734097

Langue

Français

ALEXANDRE DUMAS
 
 
Le Comte de Monte-Cristo
 
Tome 4  
 
roman
 
6 volumes
C. Lévy, 1889 (1, pp. 1-13).
 
 
 
 
Raanan Édit eur  
Livre 7 6 | édition 2  
 
 
|58| M. N oirtier De Villefort .
Voici ce qui s’était passé dans la maison du procureur du roi après le départ de madame Danglars et de sa fille, et pendant la conversation que nous venons de rapporter.
M. de Villefort était entré chez son père, suivi de madame de Villefort ; quant à Valentine, nous savons où elle était.
Tous deux, après avoir salué le vieillard, après avoir congédié Barrois, vieux domestique depuis plus de vingt-cinq ans à son service, avaient pris place à ses côtés.
M. Noirtier, assis dans son grand fauteuil à roulettes, où on le plaçait le matin et d’où on le tirait le soir, assis devant une glace qui réfléchissait tout l’appartement et lui permettait de voir, sans même tenter un mouvement devenu impossible, qui entrait dans sa chambre, qui en sortait, et ce qu’on faisait tout autour de lui ; M. Noirtier, immobile comme un cadavre, regardait avec des yeux intelligents et vifs ses enfants, dont la cérémonieuse référence lui annonçait quelque démarche officielle inattendue.
La vue et l’ouïe étaient les deux seuls sens qui animassent encore, comme deux étincelles, cette matière humaine déjà aux trois quarts façonnée pour la tombe ; encore, de ces deux sens, un seul pouvait-il révéler au dehors la vie intérieure qui animait la statue : et le regard qui dénonçait cette vie intérieure était semblable à une de ces lumières lointaines qui, durant la nuit, apprennent au voyageur perdu dans un désert qu’il y a encore un être existant qui veille dans ce silence et cette obscurité.
Aussi, dans cet œil noir du vieux Noirtier, surmonté d’un sourcil noir, tandis que toute la chevelure, qu’il portait longue et pendante sur les épaules, était blanche ; dans cet œil, comme cela arrive pour tout organe de l’homme exercé aux dépens des autres organes, s’étaient concentrées toute l’activité, toute l’adresse, toute la force, toute l’intelligence répandues autrefois dans ce corps et dans cet esprit. Certes, le geste du bras, le son de la voix, l’attitude du corps manquaient, mais cet œil puissant suppléait à tout : il commandait avec les yeux ; il remerciait avec les yeux ; c’était un cadavre avec des yeux vivants, et rien n’était plus effrayant parfois que ce visage de marbre au haut duquel s’allumait une colère ou luisait une joie. Trois personnes seulement savaient comprendre ce langage du pauvre paralytique : c’étaient Villefort, Valentine et le vieux domestique dont nous avons déjà parlé. Mais comme Villefort ne voyait que rarement son père, et, pour ainsi dire, quand il ne pouvait faire autrement ; comme, lorsqu’il le voyait, il ne cherchait pas à lui plaire en le comprenant, tout le bonheur du vieillard reposait en sa petite-fille, et Valentine était parvenue, à force de dévouement, d’amour et de patience, à comprendre du regard toutes les pensées de Noirtier. À ce langage muet ou inintelligible pour tout autre, elle répondait avec toute sa voix, toute sa physionomie, toute son âme, de sorte qu’il s’établissait des dialogues animés entre cette jeune fille et cette prétendue argile, à peu près redevenue poussière, et qui cependant était encore un homme d’un savoir immense, d’une pénétration inouïe et d’une volonté aussi puissante que peut l’être l’âme enfermée dans une matière par laquelle elle à perdu le pouvoir de se faire obéir.
Valentine avait donc résolu cet étrange problème de comprendre la pensée du vieillard, pour lui faire comprendre sa pensée à elle ; et, grâce à cette étude, il était bien rare que, pour les choses ordinaires de la vie, elle ne tombât point avec précision sur le désir de cette âme vivante, ou sur le besoin de ce cadavre à moitié insensible.
Quant au domestique, comme depuis vingt-cinq ans, ainsi que nous l’avons dit, il servait son maître, il connaissait si bien toutes ses habitudes, qu’il était rare que Noirtier eût besoin de lui demander quelque chose.
Villefort n’avait en conséquence besoin du secours ni de l’un ni de l’autre pour entamer avec son père l’étrange conversation qu’il venait provoquer. Lui-même, nous l’avons dit, connaissait parfaitement le vocabulaire du vieillard, et s’il ne s’en servait point plus souvent, c’était par ennui et par indifférence. Il laissa donc Valentine descendre au jardin, il éloigna donc Barrois, et après avoir pris sa place à la droite de son père, tandis que madame de Villefort s’asseyait à sa gauche :  
— Monsieur, dit-il, ne vous étonnez pas que Valentine ne soit pas montée avec nous et que j’aie éloigné Barrois, car la conférence que nous allons avoir ensemble est de celles qui ne peuvent avoir lieu devant une jeune fille ou un domestique ; madame de Villefort et moi avons une communication à vous faire.  
Le visage de Noirtier resta impassible pendant ce préambule, tandis qu’au contraire l’œil de Villefort semblait vouloir plonger jusqu’au plus profond du cœur du vieillard.
— Cette communication, continua le procureur du roi avec son ton glacé et qui semblait ne jamais admettre la contestation, nous sommes sûrs, madame de Villefort et moi, qu’elle vous agréera.  
L’œil du vieillard continua de demeurer atone ; il écoutait : voilà tout.
— Monsieur, reprit Villefort, nous marions Valentine.  
Une figure de cire ne fût pas restée plus froide à cette nouvelle que ne resta la figure du vieillard.
— Le mariage aura lieu avant trois mois, reprit Villefort.  
L’œil du vieillard continua d’être inanimé.
Madame de Villefort prit la parole à son tour, et se hâta d’ajouter :
— Nous avons pensé que cette nouvelle aurait de l’intérêt pour vous, monsieur ; d’ailleurs Valentine a toujours semblé attirer votre affection ; il nous reste donc à vous dire seulement le nom du jeune homme qui lui est destiné. C’est un des plus honorables partis auxquels Valentine puisse prétendre ; il y a de la fortune, un beau nom et des garanties parfaites de bonheur dans la conduite et les goûts de celui que nous lui destinons, et dont le nom ne doit pas vous être inconnu. Il s’agit de M. Franz de Quesnel, baron d’Épinay.  
Villefort, pendant le petit discours de sa femme, attachait sur le vieillard un regard plus attentif que jamais. Lorsque madame de Villefort prononça le nom de Franz, l’œil de Noirtier, que son fils connaissait si bien, frissonna, et les paupières se dilatant comme eussent pu faire des lèvres pour laisser passer des paroles, laissèrent, elles, passer un éclair.
Le procureur du roi, qui savait les anciens rapports d’inimitié publique qui avaient existé entre son père et le père de Franz, comprit ce feu et cette agitation ; mais cependant il les laissa passer comme inaperçus, et reprenant la parole où sa femme l’avait laissée :
— Monsieur, dit-il, il est important, vous le comprenez bien, près comme elle est d’atteindre sa dix-neuvième année, que Valentine soit enfin établie. Néanmoins, nous ne vous avons point oublié dans les conférences, et nous nous sommes assurés d’avance que le mari de Valentine accepterait, sinon de vivre près de nous, qui gênerions peut-être un jeune ménage, du moins que vous, que Valentine chérit particulièrement, et qui, de votre côté, paraissez lui rendre cette affection, vivriez près d’eux, de sorte que vous ne perdrez aucune de vos habitudes, et que vous aurez seulement deux enfants au lieu d’un pour veiller sur vous.  
L’éclair du regard de Noirtier devint sanglant.
Assurément il se passait quelque chose d’affreux dans l’âme de ce vieillard ; assurément le cri de la douleur et de la colère montait à sa gorge ; et, ne pouvant éclater, l’étouffait, car son visage s’empourpra et ses lèvres devinrent bleues.
Villefort ouvrit tranquillement une fenêtre en disant :  
— Il fait bien chaud ici, et celle chaleur fait mal à M. Noirtier.  
Puis il revint, mais sans se rasseoir.
— Ce mariage, ajouta madame de Villefort, plaît à M. d’Épinay et à sa famille ; d’ailleurs sa fami

Voir Alternate Text
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 1
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 1

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 1 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 1

Alexandre Dumas

Book

160 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 2
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 2

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 2 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 2

Alexandre Dumas

Book

173 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 3
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 3

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 3 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 3

Alexandre Dumas

Book

166 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 4
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 4

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 4 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 4

Alexandre Dumas

Book

171 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 5
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 5

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 5 Alternate Text
Category

Ebooks

Classiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 5

Alexandre Dumas

Book

157 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 6
Category

Ebooks

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 6

Alexandre Dumas

LE COMTE DE MONTE-CRISTO  - TOME 6 Alternate Text
Category

Ebooks

Romans historiques

LE COMTE DE MONTE-CRISTO - TOME 6

Alexandre Dumas

Book

154 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text