12 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L’Éléphant Déchaîné n°676 - Du mardi 5 au lundi 11 mai 2020 , magazine presse

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
12 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le savais-tu ? Tu peux t'abonner à ce journal en cliquant sur la petite cloche. Tu recevras alors une alerte par mail à chaque nouvelle parution !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 mai 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

...ENCORE MOINS DE CElUI-là ! nI pROChE DE CElUI-CI... L’élephant dechaîne Journal satirique......paraissant mardi Prix:500FCFA N°676 du mardi 5 au lundi 11 mai 2020 / 9ème année/ www.lelephant-dechaine.com
« affaire soro À La cadHP »
Quelles sanctions contre
l Des magistrats Ivoiriens ciblés la Côte d’Ivoire ? pour…
Litige sur Bien de L’etat À agBoviLLe
A quel jeu jouent le Sénateur et la SOGEPIE ?
lUn cadeau de 900 millions de l’Etat qui intrigue
PLainte d’un oPérateur économique
L’horrible trafic d’influence
d’un juge militaire
Bondoukou
Ces trafiquants d’anacarde
qui défient le gouvernement
LA MEDAILLE DE«L’ELEPHANT»
Décrochée par Ally Coulibaly, Ministre des Affaires étrangères par intérim. Lequel s’est exprimé sur la décision de retrait de la Côte d’Ivoire de la Cour Africaine. Laquelle s’est mêlée aux affaires internes ivoiriennes en ordonnant dans un arrêt pris le 22 avril dernier, la suspension du mandat d'arrêt contre Guillaume Soro et la remise en liberté provisoire de ses 19 partisans. Pour le ministre, « cet arrêt de la Cour africaine est « politique » et « inacceptable ». Cette réaction du gouvernement ivoirien est donc une question de souveraineté, selon lui. « N'en déplaise à nos détracteurs, la Côte d'Ivoire est un Etat de droit. Tous les citoyens peuvent saisir les tribunaux sur toute l'étendue du territoire. Et notre justice est impartiale. A quoi nos tribunaux vont-ils servir, si un ci-toyen lambda peut saisir la Cour africaine des droits de l'homme alors qu'il y a des possibilités que nous offrons au plan national. » (« RFI ») C’est vrai qu’au moment où en 2013, la Côte d’Ivoire faisait la déclaration de compétence, les tribunaux ivoiriens avaient cessé d’exister.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text