FRATERNITE MATIN - N°17664 Du 14/11/2023
32 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

FRATERNITE MATIN - N°17664 Du 14/11/2023 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
32 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le savais-tu ? Tu peux t'abonner à ce journal en cliquant sur la petite cloche. Tu recevras alors une alerte par mail à chaque nouvelle parution !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 novembre 2023
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Extrait

Coopération Macky SallP. 4 honore Ouattara en Arabie saoudite Mardi 14 - Mercredi 15 novembre 2023 / N°17 664 www.fratmat.infoPrix: 300 Fcfa  Cedeao : 450 Fcfa  France: 1,70 € PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES rtageVente de pains à l’air libre Repo
Attention dangerPp!. 2-3 Déclaration de patrimoine
Dernière sommation aux assujettis P. 4 Des mises en demeure bientôt distribuées PHOTO : DR P. 5L’appel de Kandia Camara Forum aux investisseurs américains d’affaires
2
Regard Question de santé e conditionnement inapproprié et le moyen de commer-L cialisation du pain est la problématique de ce reportage. Cette denrée est l’une des alimentations de base de bon nombre de per-sonnes. Dans la réalisa-tion de ce travail, force a été de constater que les baguettes de pain tant prisées sont souvent transportées par des li-vreurs à moto ou à vélo. Elles sont aussi vendues dans la fournaise des marchés et exposées aux abords des routes et sur des étals de fortune, à la merci des bacté-ries. Il arrive que le pain soit manipulé à souhait, avant l’acte d’achat par des mains insalubres. Ce qui engendre, se-lon des spécialistes de la microbiologie, des risques d’intoxication ou la contraction de cer-taines maladies comme la fièvre typhoïde, une
KANATÉ MAMADOU
infection potentiellement mortelle due à la bac-térie Salmonella typhi, une pathologie qui se propage habituellement par l’intermédiaire de l’eau ou des aliments contaminés. Dès lors, il se pose un problème de santé publique. Nous invitons, de ce fait, le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’in-terdire la commerciali-sation et la distribution du pain dans les condi-tions mises à nu dans ce reportage en vue de sauver des vies. N’at-tendons pas qu’un cas grave se signale, avant de prendre des sanc-tions ou des mesures rigoureuses. Cette im-périeuse mission revient à l’État de faire le suivi de l’application effective des mesures prises pour encadrer la commer-cialisation du pain. Les acteurs de ce secteur que sont les boulangers et les pâtissiers doivent, en revanche, se plier au respect de cette disposi-tion. Une sensibilisation accrue doit aussi être de mise auprès des livreurs et revendeurs des ba-guettes de pain sur les dangers de la vente de cette denrée prisée dans des conditions insalu-. bres
R eportage
Mardi 14 - Mercredi 15 novembre 2023
Vente de pains à l’air libre Attention, danger ! Empilées dans des sacs de farine accrochés sur des motos ou exposées dans les marchés et gares routières ou livrées à pied, les baguettes de pain sont distribuées et commercialisées sans aucune mesure de protection. e pain est un aliment très consommé en Côte d’Ivoire. Mais les condi-taLmment à Abidjan, laissent à tions de sa livraison, dans bien de villes, no-désirer, comme l’atteste cette scène. Un jeune homme à moto, avec deux sacs de fa-rine remplis de baguettes de pain, roule à vive allure sur l’une des ruelles tortueuses du quartier situé dans le dos du Centre hospitalier et universitaire (Chu) de Yo-pougon, en reconstruction.C’était aux alentours de 5h 30. Dans sa course, il évite de justesse de percuter une petite fille qui sortait préci-pitamment de la mosquée du secteur. La gamine avait suivi sa mère au lieu de culte pour la prière de l’aube, le ‘’ Fajr’’. Elle avait certainement profité de l’inattention de sa génitrice pour s’échapper.Une bassine de pain exposée pratiquement dans la boue dans un marché à Yopougon.(PHOTOS : DR) Le motocycliste qui a failli la reconnu s’approchent deavec des gens, a distribué le nous apportait le pain. Mais mon insistance, il a avoué renverser a presque fini sa nous, pendant la discussion.ces véhicules de livraison pain, sans avoir pris le soin que pendant son trajet, un course dans un fossé, dans Ils lui serrent la main avecont disparu aujourd’hui »,de se laver les mains. Cette des sacs de pain était tombé des eaux usées. Un des sacs enthousiasme et continuentdéclare-t-elle. Toutefois, la par terre. Mais qu’il a eu peurabsence de dispositions hy- de pain s’est retrouvé au sol, leur chemin. Prenant congégiéniques se constate chez de me le dire ».dame reconnaît que solli- avec quelques baguettes de nous, le jeune livreur sela majorité des livreurs. citer les services de cesLa livraison du pain sur les par terre. Le jeune homme dirige vers une boutique d’oùA l’instar de Yopougon etsouventderniers présente engins à deux roues ou à s’est relevé et a rassemblé il retire quelques baguettesSongon, le pain est distri- des risques. « Un jour, unpied est une activité prisée rapidement ses affaires pour du sac et les dépose sur unbué à moto dans quasimentclient a acheté du pain et depar des jeunes. Cet engoue-filer sur sa moto. Une autre vieux frigo. « Je repassetoutes les communes dula viande hachée chez moi.ment, selon Ali Sabana, res-scène aussi édifiante que la après pour prendre l’argentdistrict autonome d’Abidjan. Peu de temps après, il est re-ponsable d’une boulangerie première où un distributeur », lance-t-il au tenanciervenu se plaindre, prétextantA Cocody-Faya-II Plateaux, à Adjamé, est justifié par la ambulant, en pleine journée, du local, en s’éloignant.Adjamé, Koumassi en pas- qu’il y avait un arrière-goûtpetite marge réalisée par les saisi par un besoin pressant, Quelques mètres plus loin,Abobo, Anyama, dans la sant par bouchée de pain.Le prix homologuélivreurs. « marque un arrêt. Il gare sa il réitère le même geste chezÉnervée, je l’ai rabroué.Attécoubé... Cette pratique de la baguette de pain est de mobylette juste à côté d’un un vendeur de ‘’Café-Aboki’’.est aujourd’hui la norme. Il 10 minutes après, un autre150 et 200 F Cfa. Les bou-caniveau contigu à l’école pri-(C’est un café commercialiséen est de même dans desmonsieur est venu exprimerlangers donnent la baguette maire située en face de ‘’ l’Al-dans une baraque de fortunevilles de l’intérieur comme le même type de méconten-de pain de 150 à 100 FCfa locodrôme’’ du Banco II, tou-ou en plein air et tenu essen-tement. Ma réaction a aussiYamoussoukro. Amani aux livreurs qui la revendentjours à Yopougon. Il ouvre sa tiellement par les Nigériens).été vive Kouassi Élodie, vendeuse à l’endroit de ce der-à 125 FCfa aux vendeuses braguette pour uriner le longDe là, Aboui Jean-Marc se de ‘’Pain-brochettes’’ à la nier. Après m’être calmée,ou à toutes autres personnes du mur de l’établissement rend dans un collège dugare Utb, dans la capitale j’ai consommé un morceauqui commercialisent ce pro-scolaire. Sans se laver les quartier pour ‘’approvision- politique, dit recourir à ces de pain pour avoir le cœurduit. Celles-ci réalisent ainsi mains, il vient remonter sur ner’’ les ‘’vendeuses de pain livreurs de pain dans l’exer- net. La bouchée avait réelle-un bénéfice de 25 F Cfa sur sa moto et s’en va. Pendant avec condiment’’ installées cice de son commerce. «ment un arrière-goût amer »,chaque baguette de pain. la livraison, il manipulera for-aux abords de cet établis- Ce sont eux qui nous livrent a-t-elle reconnu. Puis d’en-Les vendeuses ou les bouti-cément les baguettes qui se-sement secondaire. Durant le pain. Il n’y a pas d’autres chaîner : « J’ai automatique-quiers, à leur tour, revendent ront distribuées. tout son circuit, le livreur qui alternatives. Avant, c’était ment appelé mon livreur dela baguette de 125 F Cfa re-Jean-Marc Aboui, contrai-a eu des contacts physiques dans les fourgonnettes qu’on pain pour l’interroger. Devant rement aux deux premiers jeunes, livre le pain à pied. La vingtaine environ, il habite à ‘’Songon-Carrefour Gravier’’ où il exerce son activité. Son sac de farine en bandoulière rempli de baguettes, l’adoles-cent arpente une des ruelles de cette zone, un samedi matin. Nous l’abordons. Les échanges portent sur sa ‘’ profession’’. Après un instant d’hésitation, notre interlocu-teur confie : « Moi, je n’ai pas de moto pour me déplacer. Et puis, je ne livre que dans le quartier. Je n’ai pas besoin d’aller plus loin. Très tôt le matin, je me rends à la bou-langerie du quartier. Je récu-père mes sacs de pain pour aller faire mes livraisons. Je suis en retard aujourd’hui ». Un groupe de jeunes qui l’ont Ces livreurs à moto traversent la ville avec leur chargement de pain exposé à la poussière et aux autres bactéries.
Mardi 14 - Mercredi 15 novembre 2023
çue à 150 FCfa. Eux aussi réalisent un bénéfice de 25 FCfa. Ainsi, chacun y trouve son compte », confie-t-il. ‘’Des baguettes exposées aux mouches et aux fumées des pots d’échappement’’ Dans les marchés, le pain se vend à la criée. Dans celui de Yopougon Banco 2, les vendeuses sont as-sises côte à côte. Plusieurs d’entre elles sont même ins-tallées aux abords de la voie avec leurs marchandises exposées à l’air libre, dans des bassines. Certaines, à l’aide de vieux journaux, chassent les mouches qui bourdonnent autour des baguettes. Des bestioles ar-rivent tout de même à se po-ser sur les denrées. Une des vendeuses, avec sa cuvette de pain non recouverte, est installée jusque sur le trottoir plein de boue. Des passants ou les personnes venues faire le marché sont souvent obligés d’enjamber sa bas-sine remplie de baguettes. Aussi, certains clients, pen-dant l’acte d’achat, n’hé-sitent pas à toucher les baguettes de pain avant d’en choisir un. L’artère qui jouxte ce marché est très fréquentée par les gbaka (mini-cars) et autres gros camions. Le trafic y est tou-jours dense avec un flux constant de fumées qui se dégagent des pots d’échap-pement des véhicules de transport en commun. Et les baguettes de pain, sans au-cune protection, restent en permanence au contact des particules invisibles à l’œil et qui circulent dans l’air, au grand désarroi de Adingra Koffi, vendeur de produits phytosanitaires. « Cette ma-nière d’exposer le pain à la poussière et aux gaz des voitures peut provoquer des maladies ou des allergies chez les personnes qui vont consommer ce type de pain acheté dans les marchés. Il faut interdire cela », s’écrie-t-il.Oumar Diakité, étudiant dans une grande école, dit lui aussi être conscient des risques encourus dans la consommation de ce genre de pain. Toutefois, il fait cette confidence: « Moi, c’est le rapport prix-quali-té que je regarde. Chez les vendeuses de pain, on peut acheter à 100 FCfa, surtout les matins de bonne heure, des baguettes croustillantes et souvent chaudes qui se vendent dans les boulange-ries à 150 FCfa ». Affoué Delphine, une institutrice, à contrario, préconise l’achat du pain dans des lieux ap-propriés et réservés, à cet effet. « Moi, je conseille aux gens de faire comme moi en allant acheter leur pain dans les boulangeries. Cela me permet d’éviter cer-taines maladies », conseille . la jeune fille
KANATÉ MAMADOU
R eportage
3
Hyoussouf Barry,président de la Fédération des coordinations professionnelles des boulangeries et pâtisseries de Côte d’Ivoire:
‘‘ Cette distribution anarchique est un manquement aux règles d’hygiène et de salubrité publique ’’ Aujourd’hui, la distribu-de plusieurs mesures bution est non seulement estapplication effective ? tion et la vente du painanarchique, peu encadréeindispensable pour jugulerLes arrêtés de juin 2014se font par les livreursmais surtout constitue unn’étaient pas respectés àcette réalité. En la matière, sur des motos. Dansmanquement aux règlesil y a la fixation d’un prix cause d’un manque de vo-les marchés, le painplafond pour la distribution lonté de l’État de mettre find’hygiène et de salubri- est exposé à l’air, auxté publique. Nous avons à cette anarchie, prétex-du pain ; l’embauche sys- mouches, aux fuméesmené plusieurs actionstant des remous socio-éco-tématique des livreurs par des voitures. Quelle estles boulangeries afin d’en nomiques. Relevons aussiafin de juguler ce phéno- votre réaction face àfaire des acteurs formel- le manque d’action desmène, mais sans l’appui cette réalité ?des pouvoirs publics, nous boulangers eux-mêmes,lement identifiés, avec en Je conviens avec vous que n’y parviendrons pas.prime une traçabilité dutort, que les li-croyant, à la distribution et la vente pain livré. vreurs sont un mal néces-du pain par les livreurs àQuelles solutions pro-saire. A côté de ce fait, il pied, à moto, à vélo ouposez-vous pour freiner Pourquoi la mesurey avait également l’ineffi-tout autre engin constitued’interdiction prise encette distribution ambu- cacité des dispositions lé-un manquement gravelante du pain au mépris 2015 par le gouverne-gales qui encadraient notre aux arrêtés du ministèrede la règlementation en ment portant organisa-secteur. Aujourd’hui, nous du Commerce datant devigueur ?tion de la distributionsommes optimistes avec le juillet 2014. Cette distri- Nous pensons que la prisen’a-t-elle pas connu unenouveau décret du 7 juin 2023 qui vient réorganiser (PHOTOS : DR véritablement le secteur de la boulangerie-pâtisseriedisparu. Qu’est-ce qui en Côte d’Ivoire. Je tiens à justiIe ce fait ?Dr Koua Saman Hervé,Biotechnologie et microbiologie des alimentsspécialiste en :dire aussi qu’il revient aux Disons qu’aujourd’hui, acteurs de notre filière de contrairement à des an-prendre des mesures cou-Les dangers qui guettent les consommateurs nées en arrière, le secteur rageuses pour imposer et de la boulangerie n’est plus faire respecter le prix du rentable. Les acteurs de ce Du pain exposé au so- leurs baguettes de pain pain imposé avec notre mi-domaine se font la concur-leil, à l’air ambiant, aux dans la rue ou dans les nistère de tutelle qui est de rence déloyale et les prix fumées sorties des pots marchés ? 150 F Cfa et 200 FCfa aux à la livraison ne font que d’échappement peut-ilJe recommande aux livreurs afin que la livraison baisser. C’est donc dans s’avérer dangereux pourconsommateurs de ait aussi un coût qui soit un souci d’économie que le consommateur ?prendre en compte cer-encadré pour que nous les boulangeries se sont Bien sûr que cela peuttains aspects pour assurer sortions tous de l’informel. orientées vers des coûts présenter des risquesune meilleure expérience. Ils doivent rechercher des. de livraison supportables pour le consommateur si Par le passé, le pain ces painsvendeurs réputés, op-était distribué dans K. MAMADOU n’ont pas d’emballages ter pour des vendeurs de des fourgonnettes. Ces spécifiques. Ces condi- confiance, qui jouissent véhicules ont quasiment tions favorisent la pré- d’une bonne réputation et sence de moisissures,dont la qualité du pain est de bactéries et autresreconnue. Ils doivent aus-désirables qui peuventdes recommandations àCe que dit la loi micro-organismes in- si s’efforcer de demander contaminer le pain expo- d’autres consommateurs e gouvernement, enêtre disposés dans des sé. Disons aussi que l’air ou aux habitués du mar-juillet 2014, à travers conteneurs à l’intérieur ambiant peut contenir desché. L’observation des le ministère du Com- des véhicules et non en-particules et des conta- conditions d’hygiène doit L merce, de l’Artisanat tassés sur le plancher (...) minants qui peuvent se aussi être l’un de leurs et de la Promotionles conteneurs destinés déposer sur le pain. Les réflexes. C’est-à-direOui, les baguettes deà la distribution, attelésdes Pme, avait pris un fumées des pots d’échap- garder un œil attentif sur pain moisi présentent desmotos, doivent êtreorganisa- aux arrêté portant pement produisent desl’environnement de vente risques pour la santé. Lation de la distribution etmunis d’un couvercle fer-particules fines qui sont du pain. Ils doivent égale-moisissure est causée parla vente du pain. Cette mé ». La loi précise éga-suffisamment petites pour ment s’assurer que le ven-la présence de champi-lement, à l’article 25, quemesure est entrée en vi- pénétrer dans les voiesdeur respecte les gnons sur les aliments etnon seulement la distri-gueur le 1er janvier 2015. respiratoires et atteindrenormes d’hygiène et de certains types de moisis-2023, l’État a bution et la vente doiventLe 7 juin les poumons. propreté, notamment en sures peuvent produirese faire dans le respectpris un décret portant rè- Les fumées des pots ce qui concerne le condi-des toxines nocives pourglementation des activi-des bonnes pratiques d’échappement peuvent tionnement du pain, l’uti-l’organisme. La consom-tés de boulangerie. Cette d’hygiène, mais les dis-entraîner une détérioration lisation des gants ou de mation de ces toxines peut disposition, en son article tributeurs ou revendeurs de la qualité nutritionnelle pinces pour manipuler causer des problèmes de 24, stipule que « le pain doivent également dispo-des produits alimentaires. le pain. A côté de cette santé tels que des infec-et d’autres produits de ser d’un contrat de travail Il est donc recommandé mesure, ceux-ci doivent tions digestives, des maux boulangerie dérivés des avec un boulanger. La de conserver le pain dans vérifier l’apparence et la d’estomac, des réactions farines doivent être distri- mesure spécifie, en outre, un emballage hermétique texture. Pour être plus allergiques ou même une bués dans des véhicules que le pain doit être dis-ou dans un endroit frais et clair, avant d’acheter une intoxication alimentaire. Il motorisés ou non, équi-tribué dans des points de sec, afin de prévenir toute baguette, les consomma-est donc important d’évi-pés de conteneurs quivente du producteur, des contamination et garantirteurs doivent l’examiner ter de consommer du pain sont en permanence bienkiosques constituant un sa sécurité alimentaire. attentivement pour s’assu-moisi et de jeter tout pain entretenus, nettoyés, dé-réseau de distribution du rer qu’elle a une belle ap-qui présente des signes sinfectés et protégés deboulanger et toute autre Des baguettes de painparence, une croûte dorée de moisissure. tout contact avec la pous- surface commerciale spé-moisi, en raison de laet croustillante, et une mie Que conseillez-vous. sière et les autres conta-cialement aménagée et mauvaise conservation,moelleuse présentent-elles des. minants. Les produits réservée à cet usage aux personnes qui ont susmentionnés doivent K. MAMADOU risques ?l’habitude d’acheter K. MAMADOU
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents