32 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Fraternité Matin du 19/04/2024 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
32 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 avril 2024
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Extrait

Relance éditoriale Fraternité Matin en conclave PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALESaujourd’hui Vendredi 19 avril 2024 / N° 17 792 www.fratmat.infoPrix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € P. 11 Obsèques de Mamadou Koné
L’hommage de la nation à un grand magistrat Pp. 2-3 Initiative Côte d’Ivoire-Ghana
Développement du numérique La Côte d’Ivoire se dote d’un Data center P. 5
La marche pour
la révolution deP. 4
l’économie du cacao Le siège inauguré, hier, à Accra Beugré Mambé reçu par le Président ghanéen PHOTO : PRÉSIDENCE Football / Ligue 2 L’Africa joue sa survie ce soir P. 32
2
N ation
Vendredi 19 avril 2024
Obsèques de Mamadou Koné L’hommage de la nation à un grand magistrat
Le président du Conseil supérieur de la magistrature, qui vient de quitter la terre des hommes, a reçu la reconnaissance de la Nation.
Le Chef de l’État s’inclinant devant la dépouille de l’illustre disparu…
onneurs et gloire à un digne serviteur de la Nation ivoirienne H ! Hier, à l’esplanade de la Primature et en présence du Président de la République Alassane Ouat-tara, Mamadou Koné a reçu un hommage national digne de son rang. En plus du Chef de l’État, le vice-Président de la Répu-blique, Tiemoko Meyliet Koné ; le ministre d’État, ministre de la Défense, Téné Bira-hima Ouattara (représentant le Premier ministre Beugré Mambé) ont également pris part à cette cérémonie. Idem pour les présidents d’institu-tion, les leaders de tous les
bords politiques, les compo-santes de l’Armée, les corps constitués... En somme, la nation ivoi-rienne dans toutes ses com-posantes a fait le déplace-ment à la Primature pour rendre un vibrant hommage à ce digne serviteur de l’État de Côte d’Ivoire. L’illustre disparu, ex-président du Conseil supérieur de la ma-gistrature, il faut le rappeler, a été rappelé à Dieu le 8 avril dernier. Les Forces armées de Côte d’Ivoire qui, au nom de la Nation, ont rythmé les dif-férentes étapes de cette cérémonie, marquée par plusieurs temps forts. Dont
le recueillement des plus hautes autorités du pays, devant le cercueil de la dé-pouille, recouvert du drapeau orange-blanc et vert. C’est le Président de la République, Alassane Ouattara, qui a donné le ton. Suivi du repré-sentant du Premier ministre, du vice-Président de la Ré-publique ainsi que les prési-dents d’institution. C’est le lieu ici de noter la présence d’un représentant de la Cour suprême du Be-nin. Au nom de cette institu-tion, il s’est lui aussi incliné devant la dépouille. Il faut, en outre, souligner la pré-sence de la Grande Chan-celière honoraire, Henriette
Patience, mérite et courage
émoigner face à la nation ! Yves N’Go-ran Teckly, devant les laTvie de Mamadou Koné, plus hautes autorités, a retracé l’histoire dearraché à l’affection des siens, le 8 avril. «De la forêt de Kongodékro au pied de l’Hôtel Ivoire et au quartier Ambassade de Cocody», c’est ce parcours qu’a eu à retracer celui qui a été son compagnon de tous les jours, pendant près de cin-quante ans. «Quelle trajectoire de vie ! Croyez-moi, cela n’a pas été facile, car il fallait de la patience, du courage, de la détermination, de la rigueur, mais surtout de la foi pour assumer son destin dans l’heureuse destination qui fut la sienne», a précisé
le compagnon au quotidien de l’élève d’hier qui a su gravir les échelons pour se retrouver dans les plus hautes sphères des juridic-tions ivoiriennes. L’homme a aussi relevé d’autres traits de caractère du juriste : « Le juste, le loyal, le semeur... Et bien évidemment, le sachant», a souligné N’Goran Teckly, en félicitant le défunt pour sa conduite des affaires dans la loyauté, la sincéri-té et la justice. Il a évoqué les vertus et la morale qui ont toujours caractérisé les actions que posait en permanence Mamadou Koné. Que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans sa fonction de juriste, d’homme de droit. «Tous savent que c’est
sans compromission que tu es arrivé à construire ta carrière, dans ton chemi-nement avec Dieu», a fait, en outre, remarquer N’Go-ran Teckly. Il a ajouté que l’homme de droit a compris très tôt que, pour réussir dans la vie, la recette est toute simple : «Il faut être un bon semeur». De ce témoignage, N’Go-ran Teckly souhaite que la nation ivoirienne tout en-tière retienne du juriste, de l’homme de morale et du professionnel du droit, qu’il a été «un homme de va-leur, de qualité, d’amour et de charité. Qui a su cultiver et nourrir des amitiés dans lesquelles la graine a été . semée pour s’élever»
M. APPENA
… Il remet à l’épouse du défunt le drapeau national, un des symboles de la République. (PHOTOS : COULIBALY ABDOULAYE)
Dagri Diabaté qui a effectué le même geste, en mémoire du disparu. La tristesse était au ren-dez-vous. L’heure n’était plus aux grands discours. Il n’empêche que cette cé-rémonie a été marquée par deux moments forts. L’un, pour rendre témoignage sur la vie de l’illustre disparu. Ce témoignage a été donné par Yves N’Goran Teckly. Conseiller technique du pré-sident du Conseil d’État, il a côtoyé Mamadou Koné pen-dant plus d’une cinquantaine d’années. L’autre, l’oraison funèbre, a été dite par Yua Koffi, à la tête de la Cour de
cassation. Il a tracé dans les menus détails le parcours «exceptionnel» du magistrat hors hiérarchie. Autre moment fort de la céré-monie, la sonnerie aux morts. Elle a retenti pour donner plus de solennité et contri-bué à appuyer l’hommage que rend l’armée au servi-teur de l’État qui vient d’être arraché à l’affection des Ivoi-riens. Idem pour le défilé des troupes qui, pour sa part, a permis de donner une autre allure à ce rendez-vous fu-nèbre. Ici, l’armée ivoirienne a honoré une fois de plus la mémoire de l’illustre disparu.Enfin, la remise du dra-
peau par le Chef de l’État à l’épouse du défunt (par l’en-tremise du chef d’état-ma-jor général des armées) et le retrait de la dépouille ont été les moments ultimes de cette cérémonie d’hommage national. A noter qu’à la suite de cette cérémonie, un hommage du corps judiciaire à l’ancien président de cette institution était prévu. Suivi du transfert du corps à Bouaké. Mama-dou Koné sera inhumé, au-jourd’hui, dans la capitale de . la région de GbêkêMARCEL APPENA
Au service de ses concitoyens
ersonne « aussi ta-lentueuse que com-pétente». C’est ainsi P que le président de la Cour de cassation, Yua Koffi, a choisi d’enta-mer l’oraison funèbre qu’il a prononcée à la faveur de la cérémonie d’hommage na-tional rendue à feu Mama-dou Koné. Il dira par la suite qu’il a été « un éminent ju-riste, magistrat émérite et charismatique» et «homme d’État » au service de ses concitoyens et de toute la Côte d’Ivoire. Retraçant le parcours « élogieux d’un juriste ex-ceptionnel », le président de la Cour de cassation a également indiqué que le président Mamadou Koné est l’un des magistrats les plus qualifiés de la Côte d’Ivoire. A preuve, note-t-il,
il est sorti major de l’École nationale de la magistrature de Paris (1980, mention ex-ceptionnelle), il a gravi tous les échelons pour embras-ser de hautes fonctions : magistrat hors hiérarchie, ancien ministre d’État, Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’homme, président de la Cour suprême, président du Conseil constitutionnel... Juriste, Mamadou Koné a été également ensei-gnant, fait savoir Yua Koffi, en citant de prestigieuses écoles, à l’instar de l’École nationale d’administration (Ena), la faculté de Droit (Université d’Abidjan), de l’Université de l’Atlantique (Abidjan). Au-delà de l’enseignement supérieur, l’oraison funèbre a mis aussi l’accent sur les
multiples missions qu’il a effectuées hors de la Côte d’Ivoire. Notamment à la Conférence des experts pour la préparation de l’éla-boration de la convention de l’Onu sur la répression de la criminalité transnationale (Vienne, en Autriche). Yua Koffi a, par ailleurs, retracé le parcours de Mamadou Koné dans plusieurs autres pays en qualité de repré-sentant de la Côte d’Ivoire : Bénin, Burkina Faso, Ga-bon, Nigeria, Togo, etc. Enfin, dans son oraison funèbre, le président de la Cour de cassation a soute-nu que Mamadou Koné a été un «militant infatigable de la justice et de l’État de ». droitM. APPENA
Vendredi 19 avril 2024
Nation
3
Levée du corps dans la douleur, en présence du vice-Président fiction et pleurs malDiomandé ; le président duIl a fait, comme il est de cou-étouffés à la salle Fé-Conseil d’État, Yao Kouakou tume, un tour d’honneur pour lix Houphouët-Boigny Patrice et le président du saluer les personnalités et A d’Ivosep à Treichville.Conseil économique, social,s’est incliné devant la dé-Sur le visage du beau environnemental et culturel pouille mortelle, par la suite. monde rassemblé, se lisaient (Cesec), Eugène Aka Aouélé.Représentant le Président tristesse et désolation. La Des membres du gouver- de la République, il a ensuite souffrance était plus visible nement, dont les ministres présenté ses condoléances chez la famille. Certains pa- Amadou Coulibaly, Mariatou à la famille éplorée, avant de rents du défunt, certainement Koné, Siandou Fofana, Pierre prendre place. La cérémonie encore sous le choc, sanglo- Dimba, Souleymane Diar-a commencé avec l’entrée du taient, tandis que d’autresrassouba étaient aussi là. Le cercueil. Les porteurs, avec remuaient la tête, signe deministre d’État, ministre de l’aide du service du proto-leur refus d’accepter la réa-la Défense, Téné Birahimacole, ont disposé dans la cha-lité implacable de la dispari- Ouattara, représentait le Pre- pelle la dépouille enveloppée tion de Mamadou Koné. Les mier ministre Beugré Mambéd’une étoffe verte comportant guides religieux, de leur côté, à cette cérémonie funèbre. des écritures coraniques. psalmodiaient des versets Dans le recueillement, ces Les hauts magistrats, suivis coraniques, en attendant lades présidents d’institution,personnalités et l’ensemble dépouille. des hommes et femmes se sont inclinés devant le Des membres de la famille ayant effectué le déplace- corps du défunt. Hommes et judiciaire, en grand nombre, ment en ce lieu pour soute- femmes dans la salle ont fait Le vice-Président, Tiémoko Meyliet Koné, représentant le Chef de l’État, a salué la mémoire de étaient bien en place. Re- nir la famille du défunt dans de même, à tour de rôle, pour l’illustre disparu.(PHOTO : HONORÉ BOSSON) connaissables à leurs togescette épreuve difcile ont étésaluer la mémoire de Mama-rouges et blanches, ces ma- priés, peu de temps après, dou Koné qui sera inhumé, Des présidents d’institution,le président de la Commis-nationale, Adama Bictogo ; gistrats avaient quasimentd’accueillir le vice-Président, aujourd’hui, après la prière de venus saluer la mémoire la présidente du Sénat, Kan- sion électorale indépendante tous le regard sombre dirigéTiémoko Meyliet Koné, qui avendredi, à Bouaké de leur pair, l’âme peinée,dia Camara ; la présidente(Cei), Ibrahime Couliba-vers la chapelle ardente où fait son entrée dans la salle, étaient présents. Citons le du Conseil constitutionnel, ly-Kuibiert ; le président de la devait être disposé le corps. sur le coup de 9h30 minutes.KANATÉ MAMADOU président de l’Assemblée Chantal Nanaba Camara ;KanvalyCour des comptes,
Sarah Diarrassouba, porte-parole des petits-enfants du disparu : ‘‘Papi,tu étais un homme droit’’ milité vis-à-vis de son sem-blable et même de ses pe-tits-enfants. «avait cette Il capacité de rendre chaque moment précieux et unique », a-t-elle coné. La jeune lle a fait savoir queMamadou Koné, magistrat hors hiérarchie, de par son parcours, a inspiré de nom-breux jeunes et fait partie d’éminentes gures qui ontécrit les plus belles lettres du Droit en Côte d’Ivoire. «Tu as su apporter de l’humanité à la justice», a-t-elle soute-’âme en peine, Sarahbeaucoup de valeurs. «Tunu. Diarrassouba a plon-principe,étais un homme de Elle a, par ailleurs, afrmé gé l’assistance dansun exemple. Papi, tu étaisque leur ‘’Papi adoré’’est L une profonde émotion.un homme droit, un modèlecertes parti, mais il demeure Dans cette atmosphèrepour nous. Nous ne t’oublie-dans le cœur de ses pe-de tristesse, elle a présentérons jamais. Tu resteras à ja-tits-enfants. «Aujourd’hui, son grand-père comme unmais gravé dans nos cœurs nous célébrons ta dispari-homme aimant, attachant », a-t-elle dit.tion. Nous célébrons aussi ta et, surtout proche de ses Dans son témoignage émou-vie. Nous nous souviendrons petits-enfants. L’adoles- vant, Sarah Diarrassouba atoujours de toi », a-t-elle as-cente, la gorge nouée par indiqué que son grand-père suré. la douleur, a déclaré queétait aussi une personnalité K. MAMADOU Mamadou Koné, incarnaitpleine de sagesse et d’hu-Reconnaissance de la famille éplorée amara Alexis, au nom A, échelon unique, laisse un sommes profondément recon-de la famille, a exprimé vide immense dans notre vie. naissants pour chaque geste, sa reconnaissance au Mais votre présence, ce jour, chaque parole réconfortante Président de la Répu- à nos côtés, nous apporte unet chaque marque d’attention tarCa, pour son soutien auxnous rassure et conrme que madou Koné, au l des ans. blique, Alassane Ouat- réconfort inestimable. Elle que vous avez offerts à Ma-parents de Mamadou Koné,l’époux, le frère, l’oncle et leVotre présence dans sa vie a depuis l’annonce de la mortgrand-père, le si bon père de illuminé son chemin et contri-de ce dernier. Ainsi qu’auxfamille a vécu utilement », a-t-lebué à façonner l’homme, membres du gouvernement,il fait savoir. Puis d’ajouter : « magistrat exceptionnel qu’il fut aux présidents d’institution,Votre distinguée présence ma- », a-t-il exprimé. Rappelant la aux amis, collègues, condis-gnie le relationnel développésuite du programme des ob-ciples, promotionnaires du dé-par l’illustre disparu avec cha- sèques, Camara Alexis a révé-funt. « Je prends la parole, au cun de vous ».lé qu’après la levée du corps nom de la famille de Mamadou Le porte-parole de la famillesuivie de l’hommage de la na-Koné, avec à sa tête Gilbert a tenu à dire particulièrement tion, la dépouille de Mamadou Kafana Koné, Haut représen-merci au Chef de l’État pourKoné sera conduite à Bouaké, tant du Président de la Répu- avoir assisté le défunt, de- sa ville natale, pour y être in-blique, pour exprimer notrehumée aujourd’hui, après lapuis sa maladie jusqu’à son profonde gratitude à tous. Ladécès. Ce qui montre, à l’enprière de 13h. perte de Mamadou Koné, ma-croire, l’estime, la conance K. M. gistrat hors hiérarchie, gradequ’il avait pour lui. « Nous
Cheick Aïma Ousmane Diakité, président
du Cosim : ‘‘Mamadou Koné était un bon Idèle musulman’’ igure principale de la communauté musul-mane en Côte d’Ivoire, F Cheick Aïma Ousmane Diakité a soutenu, hier, que le défunt était un croyant, un homme de foi qui adorait sa religion. «Mon frère Ma-madou Koné était un bon ïdèle musulman. Je peux le témoigner. Les ïdèles de la grande mosquée de la Rivie-ra Golf aussi, car c’est là qu’il faisait ses prières», a-t-il porté à la connaissance des hommes et femmes présents gieux musulmans et plein verture du Coran. Un verset à cette cérémonie funéraire. d’égard envers son sem-qui assurera, à l’en croire, Le président du Conseil blable. la protection du défunt dans supérieur des imams, des  Le président du Cosim a son voyage céleste vers mosquées et des affaires is-donc invoqué le Seigneur de son Père. Ensuite, en chœur lamiques faciliter la vie tombale de son avec les guides religieux, le (Cosim) a, en outre, présen-‘’ ls’’ : «Qu’Allah ait pitié deleader de la communauté té l’ex-président du Conseil son âme en faisant de lui unmusulmane a fait des béné-supérieur de la magistrature habitant du Paradis». Il a, dictions pour l’illustre dispa-comme une personne res-à la n de sa prière, récitéru. pectueuse des guides reli-Al-Fatiha, la sourate d’ou-K. M.
Prières pour le repos de l’âme du défunt ’imam Sékou Sylla a im-ordinaire qui soit. Dieu a déjàtous la mort. Mais personne n’y ploré Allah d’ouvrir lesdécidé du moment où chaéchappera. La disparition de -portes du paradis à sanotre frère qui nous a réunis ici cun d’entre nous, va quitter pitLié de lui en l’épargnant du Imam Sékou Sylla a regrettétrouve dans notre bon jour», créature. Il a aussi priéen est la parfaite illustration»,ce monde. Nous devons juste le Tout-Puissant d’avoir a-t-il coné.prier, aïn que la mort nous châtiment du feu, le jour duque certaines personnes viventa-t-il indiqué. L’imam Sékou jugement dernier. « Qu’Allahcomme si elles ne mourront Sylla a invité la famille du dis-ait pitié de son âme. Qu’il leparu à être stoïque dans lapas. Or, selon lui, il faut vivre protège du supplice de la vieen ayant en conscience qu’ondouleur en acceptant le départ tombale», a-t-il invoqué. Lepeut rendre l’âme à tout mo-de ce grand homme qu’elle guide religieux a ensuite rappe-a donné à la Côte d’Ivoire. «ment, par la volonté divine. Il lé au monde rassemblé dansa aussi déclaré que la n d’unQue sa tombe soit illuminée, la salle Félix Houphouët-Boi-être humain n’est pas liée à lale début d’un longcar c’est gny de l’Ivosep que toute maladie, mais à l’échéance. «processus qui le conduira vers âme goûtera à la mort, richesLa mort nous paraît extraordi-son créateur, Allah», a-t-il prié. comme pauvres. « On craint naire or, c’est la chose la plusK. M.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text