611 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le Deuxième Âge de la machine , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
611 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La révolution technologique vient seulement de commencer ! Tel est le propos de ce livre, écrit par deux grands experts américains des nouvelles technologies. Leur optimisme se fonde sur la fameuse loi de Moore, qui veut que les capacités de calcul des ordinateurs doublent tous les dix-huit mois. Une loi exponentielle qui accouche d’un monde nouveau tous les dix-huit mois… Des voitures autonomes se jouant des aléas de la circulation aux robots capables de nous remplacer dans les tâches ménagères, en passant par toutes les innovations de la santé et de l’information, ce livre nous entraîne au cœur de la Silicon Valley avant de nous faire pénétrer les arcanes de ce que les auteurs appellent le « deuxième âge de la machine » : une révolution industrielle sans précédent, qui mêle intelligence artificielle, robotique et économie numérique. Très accessible, ce livre est une contribution décisive au débat sur la croissance et la productivité. Et même s’il n’annonce pas encore la disparition du travail, il en appelle cependant aux entreprises et aux gouvernements pour accompagner ces mutations et répartir l’abondance. Erik Brynjolfsson est économiste et dirige le Center for Digital Business du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Andrew McAfee dirige la recherche scientifique du Center for Digital Business du MIT. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 août 2015
Nombre de lectures 5
EAN13 9782738165428
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Titre original : The Second Machine Age. Work, Progress, and Prosperity in a Time of Brilliant Technologies.
© Erik Brynjolfsson and Andrew McAfee, 2014
Pour la traduction française : © O DILE J ACOB , AOÛT  2015 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-6542-8
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
À Martha Pavlakis, l’amour de ma vie. À mes parents, David McAfee et Nancy Haller, qui m’ont préparé au deuxième âge de la machine en me donnant tous les atouts qu’il est possible de donner.
CHAPITRE 1
Le grand récit de l’humanité

« La technologie est un don de Dieu. Après celui de la vie, c’est peut-être le plus grand qu’il nous ait fait. La technologie est la mère des civilisations, des arts et des sciences. »
Freeman D YSON .

Quelles sont les principales étapes de l’histoire de l’humanité ? Et quand a-t-elle commencé ? Homo sapiens , doué de langage et doté du comportement et de l’anatomie que nous lui connaissons, s’est déployé sur la Terre à partir de l’Afrique il y a quelque soixante milliers d’années 1 . Environ vingt-cinq mille ans avant le commencement de l’ère chrétienne 2 , il prend la place de Neandertal et des autres hominidés. Dès cette époque, aucune autre espèce vivante, marchant debout et disposant d’un cerveau de grande taille, ne peut rivaliser avec lui.
On aurait pu censément fixer à cette date le début des principales évolutions de l’humanité si la Terre n’avait connu à cette époque une période glaciaire 3 . Dans Pourquoi l’Occident domine le monde… pour l’instant , l’anthropologue Ian Morris fait remonter les premiers progrès sociétaux de l’humanité vers 14000 av. J.-C., c’est-à-dire au moment où la Terre a nettement commencé à se réchauffer.
Mais s’il est difficile d’identifier les grandes étapes de l’histoire de l’humanité, c’est aussi parce que nous ne savons pas quels critères utiliser : qu’est-ce qu’une évolution vraiment importante ? Nous savons intuitivement qu’il doit s’agir d’un événement ou d’une avancée qui changent profondément le cours des choses, qui « infléchissent la trajectoire » de l’humanité. En ce sens, nombreux sont ceux qui pensent que la domestication des animaux a été l’un de nos plus grands accomplissements.
Le chien a sans doute été domestiqué avant 14000 av. J.-C., mais il a fallu attendre huit mille années de plus pour que l’on commence à dresser le cheval et qu’on l’enferme dans des corrals. C’est également à cette époque, vers 6000 av. J.-C., que le buffle a été apprivoisé et attelé à une charrue. La domestication des animaux a accéléré le passage de la chasse et de la cueillette à l’élevage et à l’agriculture, une importante évolution déjà en cours vers 8000 av. J.-C 4 .
L’élevage et l’agriculture ont assuré une source d’alimentation abondante et fiable, qui a permis de fonder des établissements humains de taille plus importante, puis des villes. Mais les villes sont des cibles tentantes pour les pillards et les conquérants. Les guerres et les empires qui en sont issus doivent donc être inclus dans la liste des grandes étapes de l’histoire de l’humanité. Les empires mongol, romain, arabe et ottoman – pour n’en citer que quatre – ont transformé le monde : les États, le commerce et les coutumes, sur des espaces immenses, en ont été profondément changés.
Certaines évolutions ne doivent évidemment rien aux animaux, à la flore ni aux hommes de guerre : elles appartiennent au monde des idées. Karl Jaspers observe que Bouddha (563-483 av. J.-C.), Confucius (551-479 av. J.-C.) et Socrate (469-399 av. J.-C.) ont vécu assez près dans le temps (mais pas dans l’espace). Ces hommes sont à ses yeux les principaux penseurs d’une « période axiale » qui s’étendrait de 800 à 200 av. J.-C. Jaspers évoque à son propos « une respiration profonde rendant possible une conscience plus lucide », et soutient que ces hommes ont permis l’apparition d’une école de pensée profondément transformatrice dans trois grands espaces de civilisation : l’Inde, la Chine et l’Europe 5 .
Le Bouddha a également créé une des principales religions de l’humanité, et il va de soi que tout inventaire des principales avancées humaines doit inclure les autres grandes religions : l’hindouisme, le judaïsme, le christianisme et l’islam. Chacune a influencé la vie et les idéaux de centaines de millions de personnes 6 .
Pour une large part, les idées et les révélations de ces religions doivent leur diffusion à l’écriture, autre invention fondamentale de l’humanité. On débat encore de savoir précisément quand, où et comment l’écriture est apparue ; mais il semble qu’on puisse situer ce départ en Mésopotamie, vers 3200 av. J.-C. Il existe aussi, dès cette époque, des symboles écrits permettant de noter les chiffres, à l’exception, si élémentaire que cela puisse nous paraître, du zéro. Le système numérique actuel, que l’on appelle « arabe », est né vers 830 de notre ère 7 .
La liste des grandes avancées de l’humanité est presque sans fin. Athènes a inauguré une certaine pratique de la démocratie vers 500 av. J.-C. Dans la seconde moitié du XIV e  siècle de notre ère, la peste noire a entraîné la disparition d’au moins 30 % de la population européenne. Christophe Colomb a traversé l’Atlantique en 1492, inaugurant entre l’Ancien et le Nouveau Monde les interactions qui devaient les transformer profondément l’un et l’autre.

Notre histoire tient dans un schéma
Comment déterminer laquelle de ces évolutions a été la plus importante ? Toutes celles que nous avons mentionnées comptent de fervents partisans, qui ne manquent pas d’arguments pour en privilégier une par rapport aux autres. Dans Pourquoi l’Occident domine le monde… pour l’instant , Morris s’attaque à un débat qui nous paraît encore plus fondamental : est-il légitime de vouloir hiérarchiser ou comparer les grandes étapes de l’histoire de l’humanité ? Cela a-t-il même un sens ? Pour de nombreux anthropologues et chercheurs en sciences humaines, la réponse est non. Morris, lui, pense le contraire, et son livre est une tentative, assez audacieuse, de quantification de l’évolution de l’humanité. « Réduire la multitude des faits à de simples notes chiffrées présente sans doute des inconvénients, mais cela a aussi le grand avantage de nous obliger à nous confronter à la même réalité – avec des résultats surprenants 8  », écrit-il. En d’autres termes, si l’on veut savoir ce qui a « infléchi la trajectoire » de l’histoire de l’humanité, il n’est pas absurde de commencer par tracer cette trajectoire.
Morris s’est appliqué à quantifier ce qu’il appelle le « développement social » (à savoir « la capacité d’un groupe à maîtriser son environnement intellectuel et physique » en vue de perpétuer son existence) au fil du temps *1 . Les résultats ne sont pas seulement surprenants : ils sont stupéfiants. Ils montrent que rien de ce que nous avons évoqué jusqu’ici n’a eu beaucoup d’importance, au regard, tout au moins, d’un phénomène singulier qui a modifié la trajectoire de l’humanité comme rien ne l’avait fait auparavant et comme rien ne l’a fait postérieurement. Voici le schéma de Morris, avec, en abscisse, le temps, et, en ordonnée, la population mondiale. Comme on le voit, les deux courbes sont pratiquement identiques.

Figure 1. 1.  L’histoire de l’humanité, numériquement parlant, est d’un ennui profond.

Pendant des milliers d’années, la trajectoire de l’humanité n’a été qu’un interminable faux plat légèrement ascendant. Le progrès était d’une lenteur pénible et presque insensible. Les animaux et l’agriculture, les guerres et les empires, les philosophies et les religions : rien n’y a fait. Or voici que, il y a un peu plus de deux cents ans, quelque chose a brusquement infléchi cette courbe – en termes de population comme de développement social – de presque quatre-vingt-dix degrés.

Les moteurs du progrès
On s’en doute : il s’agit de l’impact de la technologie. Après tout, ce livre porte sur celui-ci et il est donc prévisible que nous commencions par souligner quelle a été – quelle est encore – son importance. Le changement soudain de direction de la courbe, à la fin du XVIII e  siècle, coïncide avec un phénomène qui est encore au cœur de bien des débats : la révolution industrielle. Celle-ci a été la somme de plusieurs avancées concomitantes dans le domaine de la mécanique, de la chimie et de la métallurgie, entre autres. Et ces avancées techniques ont elles-mêmes été à l’origine d’un bond soudain, rapide et soutenu en matière de progrès humain.
Mais on peut encore préciser laquelle de ces avancées techniques a été la plus déterminante : il s’agit de la machine à vapeur, et même, pour être encore plus précis, de la machine mise au point et perfectionnée par James Watt et par ses confrères dans la seconde moitié du XVIII e  siècle.
Avant Watt, la machine à vapeur n’était guère performante : elle n’exploitait que 1 % de l’énergie libérée par la combustion du charbon. Les brillants bricolages de Watt de 1765 et 1766 ont permis de multiplier ce chiffre par trois 9 . Comme l’écrit Morris : « Même si la révolution [de la vapeur] a mis plusieurs dizaines d’années à se déployer […] elle a été la transformation la plus importante et la plus rapide de l’histoire du monde 10 . » Et cela a fait toute la différence.
Assurément, la révolution industrielle ne repose p

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text