69 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'Addiction au travail , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
69 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis trente ans, addictologues, psychologues et médecins s’inquiètent d’une nouvelle forme d’addiction, le workaholisme, défini comme le fait, propre à certains types de personnalité, de travailler de façon excessive et compulsive. Si beaucoup travailler est valorisé, les conséquences négatives pour la santé ou la vie familiale en font un trouble à soigner. À partir de quand travaille-t-on trop ? La réponse varie en fonction des conditions de travail et des normes sociales. De plus, la plupart de ceux qui travaillent beaucoup au détriment de leur santé ou de leurs relations sociales ne présentent pas de dépendance psychologique ou physiologique. L’organisation du travail, les contraintes économiques et sociales, mais aussi parfois l’intérêt de l’activité ou la passion, peuvent expliquer un fort engagement, souvent instrumentalisé par les employeurs. Plutôt que de parler d’addiction au sens strict, cet ouvrage s’intéresse aux multiples dépendances et interdépendances socioéconomiques qui peuvent conduire au surtravail.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 juin 2023
Nombre de lectures 0
EAN13 9782304054767
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Marc Loriol
L’Addiction au travail
De la pathologie individuelle à la gestion collective de l’engagement
Addictions : Plaisir, Passion, Possession
é ditions Le Manuscrit Paris


ISBN 978-2-304-05476-7
©Éditions Le Manuscrit, 2023


Dans la même collection
Thierry Lefebvre, Dans la pharmacopée d’Antonin Artaud , 2022.
Frédéric Chauvaud, Les Tueurs de femmes et l’addiction introuvable , 2022.
Jean-Jacques Boutaud, Kilien Stengel, Passions dévorantes. De la gastronomie à l’excès , 2022.
Erwan Pointeau-Lagadec, Le Club des hachichins. Du mythe à la réalité , 2020.
Frédéric Chauvaud, Une si douce accoutumance , La dépendance aux bulles, cases, et bandes dessinées, 2020.
Anna Trespeuch-Berthelot, Guy Debord ou l’ivresse mélancolique , 2017.
Patrick Baudry, L’Addiction à l’image pornographique , 2016.
Pascal Lardellier et Daniel Moatti, Les Ados pris dans la Toile , 2014.
Thierry Fillaut, Le Pinard des poilus , 2014.
Olivier Christin et Marion Richard, Soumission et dévotion féminines dans le catholicisme , 2012.
Nicolas Pitsos, Les Sirènes de la Belle Époque , 2012.
Comité scientifique
Alain Corbin, Julia Csergo, Sébastien Le Pajolec, Didier Nourrisson, Pascal Ory


Présentation de la collection
Abus d’alcool, troubles du comportement alimentaire, dilapidations de fortunes au jeu, sports à risque ou encore usage immodéré d’Internet, la dépendance se caractérise toujours par une pratique compulsive, la nécessité d’augmenter graduellement les doses, l’apparition d’un ensemble de troubles et de symptômes à l’arrêt de la consommation ou à la cessation de l’activité, la perte de contrôle de soi.
C’est ce moment du basculement, de l’agir à l’être agi, de la quête de sensations et d’expériences hors du commun d’un sujet libre à la résignation à la dépendance d’un malade réifié que nous voudrions saisir ici.
En faisant découvrir ou redécouvrir des textes variés, écrits à des périodes différentes, par des auteurs tout autres qui n’étaient pas dépendants aux mêmes substances, l’objectif est également de montrer que si l’addiction est le propre de l’homme, en revanche, les formes qu’elle prend, le regard qu’on porte sur elle et sur ses usagers varie dans le temps comme dans l’espace et, de fait, nous renseigne en creux sur les normes d’une société, ses peurs, ses espérances et ses désenchantements.
Dans le droit romain, l’ addictus était un débiteur, obligé de payer avec son corps la dette qu’il était incapable de rembourser. Au Moyen âge, le terme désignait la servitude dans laquelle tombe un vassal incapable d’honorer ses dettes envers son suzerain... On pourrait multiplier à l’envi les exemples pour prouver qu’à chaque époque l’addiction s’apparente à l’ordalie et se traduit par une prise de risques conduisant celui qui rêvait de « monter à l’assaut du ciel » à la déchéance et l’esclavage.
Mais la frontière entre témérité et conduite à risque est poreuse, et l’addiction est aussi un pharmacon . Considérée comme un remède quand elle atténue les souffrances physiques ou psychiques et élève l’âme, elle devient un poison dès qu’elle précipite la chute, se transforme en réponse inappropriée au « culte de la performance », et, de fait, en question de santé publique. Ainsi l’addiction vise-t-elle à réconcilier les contraires, à éprouver le paradoxe de se sentir vivre par l’assujettissement à la mort et c’est ce comportement funambule que nous voudrions examiner.
Tournée vers une question de société, pluridisciplinaire par ses contributions et le souci d’associer aux sciences humaines l’apport de la médecine, cette collection fait le pari d’un sérieux sans académisme.
Myriam Tsikounas, directrice de la collection


Introduction
« Une étrange folie possède les classes ouvrières des nations où règne la civilisation capitaliste. Cette folie traîne à sa suite des misères individuelles et sociales qui, depuis deux siècles, torturent la triste humanité. Cette folie est l’amour du travail, la passion moribonde du travail, poussée jusqu’à l’épuisement des forces vitales de l’individu et de sa progéniture » écrivait Paul Lafargue au début de son pamphlet, Le Droit à la paresse , en 1880 1 . Cette attaque ne visait pas tant le travail en lui-même, que les terribles conditions de vie et d’emploi des classes laborieuses au xix e siècle.
Cent ans plus tard, des addictologues, des médecins ou des psychologues, d’abord aux États-Unis, puis dans d’autres économies avancées, évoquent un trouble tout aussi « étrange » : une addiction au travail, également qualifiée de workaholisme, d’hyperactivité professionnelle, de dépendance affective au travail, d’ergolatrie ou encore de boulomanie. Cependant, contrairement à Paul Lafargue, il ne s’agit plus de dénoncer l’exploitation capitaliste ni un travail inhumain pour les ouvriers, mais de se pencher sur les forces psychiques irrépressibles qui pousseraient de l’intérieur certaines personnes à trop travailler, au détriment de leur santé et de leurs relations sociales.
C’est toutefois une pathologie bien ambivalente qui semble finalement plus valorisante que stigmatisante. Lorsque j’évoquais avec des collègues, des amis ou des membres de ma famille la rédaction de mon livre, on me parlait souvent de personnes qui rentreraient dans cette catégorie. Une étiologie profane était alors généralement suggérée : certains individus, parce qu’ils se sentiraient indispensables dans leur poste, qu’ils y trouveraient des gratifications fortes et qu’ils ne se sentiraient pas suffisamment bien dans leur vie privée, miseraient tout sur le travail. De peur de perdre le contrôle sur ce qui constitue le socle unique de leur identité, ces personnes auraient du mal à lâcher prise, à déléguer, à prendre du recul. Mais ces remarques n’étaient ni dégradantes, ni accusatoires. Elles semblaient au contraire souvent empreintes d’empathie, voire parfois d’une certaine reconnaissance pour le travail réalisé. Je n’aurais probablement pas eu le même type d’observations si j’avais annoncé écrire un livre sur la toxicomanie ou l’alcoolisme. D’ailleurs, certains de mes interlocuteurs s’interrogeaient sur la notion d’addiction, ne la jugeant pas forcément pertinente pour comprendre les mécanismes en jeu.
Cette psychologie spontanée diffère sensiblement des théories produites sur la question par les addictologues, les médecins ou les psychologues. Dans un premier chapitre, je proposerai une revue critique de la littérature scientifique sur l’addiction au travail. Celle-ci porte sur une forme très précise d’hyperactivité et ne concerne qu’une partie des personnes qui travaillent beaucoup.
C’est pourquoi, dans un second chapitre, je vais ouvrir la réflexion au-delà des cadres posés généralement à la notion d’addiction au travail pour m’intéresser aux différentes formes de sur-engagement ou de surtravail, quelles qu’en soient les causes. Ma définition du surtravail est différente de celle de Karl Marx qui y voyait l’origine de la plus-value, à savoir la différence entre le temps de travail effectivement réalisé et le temps nécessaire à la reproduction de la force de travail, ce que doit payer le capitaliste s’il veut continuer à disposer de main-d’œuvre. Par surtravail je désignerai simplement une durée et une implication supérieure à la moyenne à une époque et dans une société donnée.
Dans le troisième et dernier chapitre, je m’intéresserai aux éventuelles conséquences négatives de ce surtravail, que ce soit en matière de santé, de relations familiales ou sociales voire même de qualité du travail. Cela me permettra de montrer que les problèmes décrits à propos de l’addiction au travail se retrouvent également, et peut-être même plus, dans d’autres formes de surtravail.
Pour mener à bien ce programme, je m’appuierai sur différentes sources. Tout d’abord, une revue critique de la littérature scientifique sur le workaholisme permettra de mieux cerner les contours, les enjeux et les limites de la notion d’addiction au travail. Ensuite les recherches que j’ai menées, souvent avec des collègues, sur différents univers professionnels (ouvrières d’usine, soignantes hospitalières, conducteurs de bus, policiers, diplomates, travailleurs sociaux ou de la culture, etc.) et de nombreux travaux sociologiques sur des métiers que je n’ai pas étudiés moi-même me conduiront à rendre plus concrètes les situations de surtravail, à mieux comprendre la construction, en situation, du rapport au travail, entre choix et contraintes. Afin de cadrer et contextualiser les leçons tirées de ces différentes études de cas, je mobiliserai aussi des données statistiques, issues de l’enquête conditions de travail menées tous les sept ans depuis 1978 par le ministère du Travail (DARES) et surtout de l’enquête européenne sur les conditions de travail, renouvelée tous les cinq ans. L’avant-dernière édition a été menée en 2015 auprès de 42 000 travailleurs de 35 pays différents (ESWC, 2015). Comme les bases de données m’ont été fournies gracieusement par UK Data Service , j’ai pu les retravailler sous SPSS en fonction de mes besoins propres. En 2020 et 2021, le covid a largement perturbé la nouvelle vague de l’enquête, qui a été reportée, puis faite à distance sous un format réduit. Pour avoir des données plus solides et plus significatives, j’ai préféré me limiter à l’enquête de 2015.
Enfin, dans l’esprit pluridisciplinaire de cette collection, je n’ai pas hésité à citer des œuvres de fiction (romans, théâtre, cinéma) à la fois pour sonder l’imaginaire social d’une époque en matière de rapport au travail et pour bénéficier de descriptions riches et suggestives de personnages aux prises avec différentes formes de dépendance au travail.


1 Paul Lafargue, « Le Droit à la paresse », Paris, L’Égalité, 1880, en lig

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text