114 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Quelles sont les ressources de la chimie verte ? , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
114 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La chimie est, avec le nucléaire, l'épouvantail du progrès scientifique. Dans notre perception, la chimie est sale, polluante, meurtrière, parfois explosive et, de façon générale, angoissante. Et comme nos sociétés industrielles se sont développées autour du pétrole, les produits chimiques sont très souvent des dérivés pétroliers : de ce fait tout, ou presque, est chimie ! Pourtant notre proche avenir ne sera plus exclusivement pétrolier. Le pétrole, ses effets et ses dérivés sont de plus en plus encadrés, surveillés ou remplacés: nous chassons les émissions de gaz à effet de serre, nous avons mis sous haute surveillance, grâce au programme européen REACH par exemple, la plupart des composés organiques de synthèse, dont certains sont toxiques à long terme pour l'homme et l'environnement. La chimie industrielle est ainsi condamnée à se priver prochainement d'une base essentielle de formulation, le pétrole.

Gageure ? Pas forcément, car la chimie sait d'ores et déjà utiliser ces contraintes pour progresser. L'ère de la chimie verte s'est ouverte aux ressources multiples et aux principes simples : moins de matières premières fossiles, moins d'énergie utilisée, moins de sous-produits, moins de déchets, moins de toxicité, plus de matières premières renouvelables, plus de catalyseurs utilisés et plus de recyclage. Mettant en œuvre ce mouvement, de nouveaux produits issus de procédés innovants apparaissent dans notre quotidien ; ils utilisent le dioxyde de carbone ou l'eau supercritique, des membranes d'ultrafiltration et de nanofiltration, des réfrigérants d'un nouveau genre, des piles à combustible, des mousses de décontamination…

Une nouvelle manière d'appréhender la chimie : voici une nouvelle révolution en marche, tournée vers le développement durable.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2008
Nombre de lectures 2
EAN13 9782759809493
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1950€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

ISBN : 978-2-75980-949-3
© EDP Sciences, 2008
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
À Caroline, Hugo, Christophe et Freddy, chimistes, fils et petit-fils de chimistes et bien au-delà…
Sommaire
Couverture
Titre
Copyright
Introduction
Partie 1 - Avant la chimie verte…
1 - Tout est chimie…
Comment serait un monde sans chimie ?
La chimie pour quoi faire ?
2 - C’est quoi la chimie ?
Les grands domaines de la chimie : des disciplines bien définies
3 - Une évolution sans révolution est-elle possible ?
Les limitations de la chimie industrielle : se préoccupe-t-on assez de la toxicité ?
Affrontons nos angoisses et changeons pour une chimie durable
4 - La solution chimie verte
Les quatre concepts de base
Les 12 principes de la chimie verte
Et après ? l’ingénierie verte ! et ses 12 principes…
Alors, qui est concerné par la chimie verte ?
Partie 2 - agir grâce à la chimie verte…
5 - Utiliser au mieux les matières premières
Membranes et procédés membranaires : des outils pour l’ingénierie verte au niveau de la molécule
Séparation membranaire au niveau moléculaire pour les aliments, compatible avec la chimie verte
Les membranes empêcheront-elles la terre de manquer d’eau douce ?
6 - Favoriser les solvants propres
Les fluides supercritiques : à quoi ça sert ?
Les fluides supercritiques : pour quoi faire ?
Extraction par CO2 supercritique : comment ça marche ?
Imprégnation par CO2 supercritique : en sens inverse ça marche aussi ?
7 - Utiliser au mieux l’énergie
Comment produire moins de ges et moins de polluants atmosphériques dans les transports automobiles ?
Les biocarburants et la chimie verte : un problème de génération…
Les membranes, les piles à combustible et l’énergie du futur
Vers une énergie propre et disponible ?
8 - Produire des quantités minimales de déchets
Réactions et synthèses chimiques en phase supercritique
L’eau supercritique et le traitement ultime des déchets et des effluents organiques
9 - Diminuer l’impact de nos activités sur l’environnement
Ça chauffe pour les produits réfrigérants verts !
Une mousse pour aider l’environnement…
De petits composants pour un petit impact : l’ère des microréacteurs
10 - Annoncer la nouvelle chimie du XXIe siècle
Les forces motrices en route vers la chimie verte
Les limitations de la chimie verte
Conclusion
Lexique des termes de chimie pratique et des abréviations
Acide
ADEME
Atome
Base
Biochimie
Catalyseur
CEA
CMR
Corps pur
Distillation
Électrode
Électrolyse
Électron
Enzyme
FDA
Fondant
GANIL
Hydrocarbure
INRA
Ion
Isomères
Isotopes
Masse atomique
Masse molaire
Masse volumique (et densité)
Mole
Molécule (ou édifice chimique)
Naphta
Neutron
Numéro atomique
Osmose ou phénomène osmotique
Oxydant
pH
Ppm, ppb et ppt
Proton
Neutralisation
Réaction d’oxydoréduction
Réducteur
Température de fusion (ou point de fusion)
Tensioactif
Tension superficielle
UFIP
UIC
Valence
Références des ouvrages cités
Collection
INTRODUCTION

Tout le monde se rappelle ce qu’il faisait le 11 septembre 2001 lorsque les échos et les images de la catastrophe des Twin Towers de New York nous sont parvenus. À ce même titre, quelques jours plus tard, le 21 septembre, je me souviens exactement de ce que je faisais.
Le temps était magnifique. Je présidais un jury de thèse à l’École des Mines d’Albi-Carmaux. L’étudiant, Martial Sauceau, venait de soutenir brillamment son mémoire sur les fluides supercritiques et, comme de coutume, en cette fin de matinée le jury venait de se retirer pour délibérer.
Au milieu de la délibération, une personne envoyée par le directeur de l’école entra précipitamment dans la salle et nous communiqua trois informations alarmantes :
– une usine venait d’exploser à Toulouse et personne ne savait laquelle ;
– c’était un acte terroriste ;
– un nuage toxique était en train de se diriger vers nous.
Le jury était composé principalement de chimistes, toulousains de surcroît. Les conjectures se mirent à pleuvoir : quelle usine venait d’exploser ? La SNPE ? ESSO ? La Grande Paroisse ? Un nuage toxique ? Du phosgène 1  ? Les parents s’inquiétèrent d’un enfant chez la nounou ou d’un collégien dans son établissement du centre-ville. Toutes les lignes de téléphone portable étaient indisponibles et les voies de circulation pour entrer dans Toulouse étaient coupées.
Spectateur impuissant de cette catastrophe, j’ai vu mes collègues et amis chimistes glisser vers une panique compréhensible, abréger le jury de thèse et prendre leur voiture pour rejoindre Toulouse coûte que coûte.
C’est dans la journée que nous apprîmes les détails de la tragédie d’AZF. Sur les trois informations données, une seule était vraie : une usine avait bel et bien explosé à Toulouse…
Au-delà de cette catastrophe industrielle, qui a fait une trentaine de victimes à ce jour, ces faits ont marqué une étape dans la prise de conscience en France des risques industriels liés à la chimie.
Après l’essor de la révolution industrielle, 44 accidents industriels de toute nature furent recensés dans le monde. Entre 1905 et 1944, 17 000 morts furent causées par ces accidents, dont un grand nombre fut lié à une nouvelle cause : les explosions d’usines. Ces usines utilisaient des produits chimiques explosibles, éventuellement dans des installations sous pression, placées dans des centres urbains ou périurbains. Ce fut le prix à payer pour une croissance industrielle dans les pays occidentaux, et malheureusement cette situation semble perdurer dans les pays émergents, notamment en Chine ou en Inde.
Dans le dernier tiers du XX e siècle, la prise de conscience en matière de gestion des risques industriels et d’environnement s’accéléra. La chronologie des accidents de Seveso (1976), Bhopal (1984), Tchernobyl (1986) et AZF (2001) conduisit à la mise en œuvre de différentes réglementations visant à limiter les risques. À cela s’ajoutèrent bien sûr toutes les réglementations liées à la maîtrise des rejets et à la limitation de toutes les pollutions non accidentelles : contaminations solides, effluents liquides ou rejets gazeux.
Et la chimie dans tout cela ?
Il ne serait pas possible de mettre en face de ces chiffres les millions de vies sauvées par l’industrie chimique : par les médicaments de synthèse, notamment en chimiothérapie ; par les produits sanitaires et d’hygiène ; par les pesticides qui protègent les récoltes et limitent les famines… L’industrie nucléaire connaît bien ce déficit d’image, car nous associons justement au nucléaire les armes atomiques, et maintenant la catastrophe de Tchernobyl, en occultant le fait que Marie Curie (prix Nobel de physique en 1903 et de chimie en 1911) et sa fille Irène Joliot-Curie (prix Nobel de chimie 1935) ont apporté une contribution considérable au domaine de la médecine.

1 | Comment concilier l’activité industrielle chimique et son environnement ?
La radiographie X et les traceurs radioactifs ont permis de comprendre et d’expliquer les métabolismes humains pour mieux en traiter les dysfonctionnements.
C’est un fait avéré que la Science n’est ni bonne ni mauvaise, elle est seulement ce que les Hommes en font. La chimie n’échappe pas à cette règle ; elle doit conquérir ses lettres de noblesse et réussir à démontrer que son existence nous est indispensable. Si nous regardons attentivement le monde qui nous entoure – papier, encre, peintures, plastiques, lessives, matériaux de construction, alliages métalliques ; produits pharmaceutiques, cosmétiques, alimentaires, agricoles, sanitaires ; sans oublier l’essence que nous mettrons dans notre véhicule – tout est chimie !
Depuis 1901, huit Français ont été lauréats du prix Nobel de chimie. Le dernier en date, Yves Chauvin, récompensé en 2005, est l’inventeur de la métathèse, une méthode de chimie qui permet de réduire le nombre de réactions nécessaires à l’obtention d’un produit. La métathèse est, signe des temps, un procédé de chimie « durable » puisqu’elle permet d’économiser des matières premières et de limiter la production de sous-produits.
Voilà donc une belle entrée en matière pour présenter un concept apparu au début des années 1990 : la chimie verte.
La chimie verte est un oxymore. En effet, comment concilier la chimie et les spectres de pollution et d’accidents qui l’entourent avec la couleur verte, symbole d’une planète indemne où il ferait bon vivre ? La chimie doit être capable de s’intégrer dans la notion de développement durable. Ce dernier concept, apparu en 1987, indique que la notion de durable doit coïncider avec un développement qui répond aux besoins actuels sans compromettre la capacité de nos enfants à satisfaire les leurs. Le développement recouvre ici trois dimensions : environnementale, économique et sociale.
Cette définition est idéologiquement satisfaisante et politiquement correcte mais techniquement floue. En effet, qui ne souhaite pas léguer à ses enfants une planète qui leur permettra une vie saine ? Si l’idée est belle, la mise en pratique semble toutefois être plus problématique…
Pourtant, en 1990, l’idée d’une chimie répondant aux postulats du développement durable fait son chemin. C’est la naissance de la Green Chemistry (chimie verte), définie par deux chercheurs américains, Paul Anastas et John C. Warner. Ils développèrent les 12 principes de la chimie verte qui restent, à ce jour, la meilleure définition pratique de cette nouvelle chimie.
La chimie verte est souvent considérée comme une vision quasi-philosophique de la chimie, au sens classique du terme, auquel elle tend à se substituer. Ce n’est pas une sous-discipline mais plutôt un concept qui s’applique avec bonheur à la chimie organique, à la chimie inorganique, à la chimie analytique et à la biochimie. Elle est aussi totalement distincte de la chimie environnementale, qui tend à comprendre et modéliser les phénomènes qui apparaissent dans l’

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text