La formule du savoir
403 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La formule du savoir , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
403 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre explore et vulgarise une philosophie du savoir appelée bayésianisme. En s’appuyant sur les travaux de nombreux philosophes, mathématiciens, statisticiens, informaticiens, neuroscientifiques et chercheurs en intelligence artificielle, le livre défend la thèse selon laquelle le bayésianisme est la bonne philosophie du savoir — par opposition notamment aux descriptions usuelles de la méthode scientifique. En effet, notamment une fois combinée à l’algorithmique, cette épistémologie normative peut se vanter d’être universelle et complète.
De plus, elle est consolidée par un très grand nombre de théorèmes mathématiques et de succès empiriques. S’il contient des passages techniques, la grande majorité de l’ouvrage se veut accessible à un large public. En particulier, aucune connaissance préalable n’est requise.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 juin 2018
Nombre de lectures 10
EAN13 9782759822614
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,6000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

mathématiciens, statisticiens, informaticiens, neuroscientifiques et chercheurs en intelligence artificielle, le livre défend la thèse selon laquelle le
tifique. En effet, notamment une fois combinée à l’algorithmique, cette universelle complète De plus, elle est consolidée par un très grand nombre de théorèmes mathématiques et de succès empiriques. S’il contient des passages techniques, la grande majorité de l’ouvrage se veut accessible à un large public. En particulier, aucune connaissance préalable n’est requise.
Lê Nguyên Hoang
LA FORMULE DU SAVOIR
Une philosophie unifiée du savoir fondée sur le théorème de Bayes
Data
Théorie
LA FORMULE DU SAVOIR Une philosophie unifiée du savoir fondée sur le théorème de Bayes
Lê Nguyên Hoang
Ce livre explore et vulgarise une philosophie du savoir appeléebayé-sianisme. En s’appuyant sur les travaux de nombreux philosophes, mathématiciens, statisticiens, informaticiens, neuroscientifiques et chercheurs en intelligence artificielle, le livre défend la thèse selon laquelle lebayésianismeest labonnephilosophie du savoir — par opposition notamment aux descriptions usuelles de laméthode scien-tifique. En effet, notamment une fois combinée à l’algorithmique, cette épistémologie normative peut se vanter d’êtreuniverselleetcomplète. De plus, elle est consolidée par un très grand nombre de théorèmes mathématiques et de succès empiriques. S’il contient des passages techniques, la grande majorité de l’ouvrage se veut accessible à un large public. En particulier, aucune connaissance préalable n’est requise.
ISBN : 978-2-7598-2260-7
9 782759 822317
www.edpsciences.org
Lê Nguyên Hoang
LA FORMULE DU SAVOIR
Une philosophie unifiée du savoir fondée sur le théorème de Bayes
Lê Nguyên Hoang Collaborateur scientifique à l’EPFL, Suisse. Vidéaste sur la chaîne YouTube Science4All.
Imprimé en France ISBN (papier) : 9782759822607 – ISBN (ebook) : 9782759822614 Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays. La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinés à une utilisation collective », et d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » er (alinéa 1 de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal. © EDP Sciences, 2018
Préface
Arrivant dans une petite ville, avec une lourde valise, vous vous dirigez vers la station de taxi de la gare, où une seule voiture est stationnée. Hélas, le temps que vous vous en approchiez, un voyageur plus rapide l’a déjà empruntée et elle disparaît sous vos yeux. Quelle conclusion pouvez-vous tirer de cette mésaventure ? Qu’il semble y avoir des taxis dans cette ville – vu sa taille, c’était loin d’être assuré – et donc, que si vous attendez patiemment, un autre finira par se présenter ? Ou alors, que l’un des rares taxis de la ville vient de vous échapper et que, vu sa taille, une telle aubaine ne se représentera de sitôt ? Ces deux interprétations sont correctes, mais l’une et l’autre dépendent de ce que vous saviez – ou croyiez – avant de descendre du train.
Ce voyageur qui arrive dans une ville inconnue, fait des hypothèses sur le nombre de taxis et les révise en fonction de ses observations, n’est pas très différent d’un bébé qui arrive dans un monde inconnu, ou du chercheur qui, s’étonnant de ce que les autres tiennent pour acquis, se demande pourquoi le soleil se lève tous les matins. Les uns comme les autres explorent le monde, font des hypothèses et les révisent en fonction de leurs observations.
Quel enseignement pouvons-nous tirer de nos expériences ? Que pouvons-nous connaître du monde ? Ce sont ces questions que le magnifique livre de Lê Nguyên Hoang nous invite à nous poser.
Sur ces questions, un point cristallise les controverses depuis plus d’un siècle : est-il possible d’associer, à une hypothèse, une valeur numérique qui mesure sa vraisemblance ? Pour certains, tel Hans Reichenbach, c’est là le but même de la théorie des probabilités. En particulier, toute observation qui confirme une hypothèse, augmente sa probabilité d’être vraie : chaque observation d’un corbeau noir augmente la probabilité que l’hypothèse selon laquelle tous les corbeaux sont noirs soit vraie. Pour d’autres, tel Karl Popper, l’attribution d’une valeur numérique à une telle hypothèse n’est qu’illusion. En observant un corbeau noir, nous ne pouvons que conclure, que notre hypothèse selon laquelle tous les corbeaux sont noirs reste cohérente avec nos observations.
Au cœur de cette controverse, se place une formule d’une simplicité déconcer-tante, la formule de Bayes, « la formule du savoir », qui donne son titre à ce livre, et qui permet justement de calculer la probabilité que nous devons attribuer à une hypothèse après avoir fait une observation – et donne donc ainsi raison à Reichenbach – mais uniquement à condition que nous ayons su attribuer une
3
4
probabilité à cette hypothèse, avant d’effectuer cette observation – et donne donc ainsi raison à Popper. e Si cette question semblait tranchée – en faveur de Popper – au XX siècle, l’évolution des techniques de collecte des données, la renouvelle aujourd’hui. e Quand nous croyions, au XX siècle, qu’il existait des corbeaux blancs, nous pouvons interpréter le fait que les trois corbeaux observés fussent noirs, comme une coïncidence. Quand nous observons, aujourd’hui, mille, un million, un mil-liard... de corbeaux, et qu’ils sont tous noirs, il faut avoir un certain courage – voire une certaine obstination – pour prétendre que non, tous les corbeaux ne sont pas noirs, et la concordance de nos observations n’est que coïncidence. Au moins sommes-nous contraints de concéder qu’il doit y avoir, parmi les cor-beaux, une grande proportion de corbeaux noirs, et même, sans doute, que les corbeaux blancs relèvent de l’exception. Cette objection à la thèse de Reichen-bach que constituait le problème des hypothèses a priori mis en évidence par la formule de Bayes, se trouve aujourd’hui relativisée par le déluge des don-nées. D’autres problèmes, en revanche, apparaissent : comment ces données ont-elles été collectées ? La méthode de collecte n’introduit-elle pas un biais, voire une discrimination, à l’égard des corbeaux blancs ? Une fois de plus, nous constatons à quel point l’évolution des techniques, notamment des techniques d’instrumentation scientifique, change la manière dont se posent les questions en philosophie des sciences. C’est cela qui rend le livre de Lê Nguyên Hoang passionnant. Il aura été écrit à l’époque d’un basculement. À une époque où l’évolution des techniques changeait le regard que nous portons sur la formule de Bayes et sur sa place dans l’édifice de la connaissance. Il aura aussi été écrit à une époque où les techniques de communication chan-geaient notre manière de parler des sciences. Formé à la dure école des vidéos en ligne, Lê Nguyên Hoang, a su trouver un ton nouveau pour parler des sciences, un ton à la fois rigoureux et narratif, où les exemples illuminent les questions les plus abstraites.
Gilles Dowek, Chercheur à l’Inria, Professeur à l’École normale supérieure de Paris-Saclay.
1
2
3
4
Table des matières
Mon voyage initiatique Collé par un étudiant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sur les traces du bayésianisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une philosophie unifiée du savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une alternative à la méthode scientifique . . . . . . . . . . . . . . . . Le mythe de l’objectivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les objectifs du livre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le théorème de Bayes L’énigme des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le problème de Monty Hall . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le procès de Sally Clark . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le bayésianisme jugé illégal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le théorème de Bayes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les composants de la formule de Bayes . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bayes au secours du diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bayes au secours de Sally Clark . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’énigme des enfants enfin résolue ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quelques mots d’encouragement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Logiquement. . . Deux modes de raisonnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles de la logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les dames sont-elles toutes bleues ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quantificateurs et prédicats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le syllogisme d’Aristote réinterprété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’axiomatisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Platoniciensversusintuitionnistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La logique bayésienne* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Au-delà du vrai ou faux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vers une cohabitation de théories incompatibles . . . . . . . . . . . . .
Il faut (bien) généraliser ! Le mouton noir d’Écosse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une brève histoire de l’épistémologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une brève histoire de la planétologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
13 13 14 16 18 20 23
27 27 28 30 31 32 34 35 37 38 39
41 41 43 45 46 47 48 48 50 51 53
57 57 58 59
6
5
6
7
TABLE DES MATIÈRES
Les sciences contre Popper ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le fréquentisme* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les statisticiens contre lapvalue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lephacking. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ce qu’en dit un cours de statistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formule du savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’apprentissage cumulatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Revenons-en à Einstein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Gloire aux préjugés Le problème de Linda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les préjugés au secours de Linda* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les préjugés sont indispensables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le soleil d’xkcd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les préjugés au secours d’xkcd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les préjugés au secours de Sally Clark . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les préjugés pour lutter contre les pseudo-sciences . . . . . . . . . . . Les préjugés au secours des sciences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le bayésien a un préjugé surtout. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les préjugés erronés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les préjugés et la morale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
60 61 63 64 66 67 68 69
73 73 74 76 77 77 78 79 81 83 86 88
Les prophètes du bayésianisme 91 Une histoire mouvementée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Les origines de la théorie des probabilités . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Le mystérieux Thomas Bayes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Laplace, le père du bayésianisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 La loi de succession de Laplace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Le grand hiver du bayésianisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Bayes au secours des alliés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Des îlots bayésiens dans un océan fréquentiste . . . . . . . . . . . . . . 102 Bayes secouru par les praticiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Le triomphe de Bayes, enfin ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Bayes est partout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
Le démon de Solomonoff 109 Ni homme ni machine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Les fondements de l’algorithmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Qu’est-ce qu’unpattern? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 La complexité de Solomonoff . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Le mariage de l’algorithmique et des probabilités . . . . . . . . . . . . 115 Le préjugé de Solomonoff* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Bayes au secours du démon de Solomonoff* . . . . . . . . . . . . . . . 119 La complétude de Solomonoff . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 L’incalculabilité de Solomonoff . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 L’incomplétude de Solomonoff . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
TABLE DES MATIÈRES
8
9
En quête de pragmatisme
7
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Garder le secret 127 Classé confidentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 La cryptographie d’aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Bayes à l’assaut des codes cryptés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Le sondage randomisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 La confidentialité du sondage randomisé . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 La définition de la confidentialité différentielle* . . . . . . . . . . . . . 134 Le mécanisme laplacien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Robustesse à la composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 L’additivité des pertes de confidentialité . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 En pratique, ça ne va pas ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Le chiffrement homomorphe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Les jeux sont faits 143 La magouilleuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Split or Steal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 La persuasion bayésienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Les points de Schelling . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 L’équilibre mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Les jeux bayésiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 La conception de mécanismes bayésiens* . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 L’enchère de Myerson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Les conséquences sociétales du bayésianisme . . . . . . . . . . . . . . . 155
10 Darwin et Bayes font affaire 159 Le biais du survivant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Les lézards colorés de Californie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 La dynamique de Lotka-Volterra* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Les algorithmes génétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Se faire son propre avis ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Un scientifique n’est pas crédible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 L’argument d’autorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Le consensus scientifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Le putaclic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 La puissance prédictive des marchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Les bulles financières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
11 Exponentiellement contreintuitif 177 Les nombres archi-méga-super géants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Le plafond de verre des calculs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 L’explosion exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 La magie des chiffres indo-arabes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 La loi de Benford . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 L’échelle logarithmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
8
TABLE DES MATIÈRES
Le logarithme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 Bayes rafle un prix Gödel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 Bayes part en vacances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 La singularité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
12 Tranchons avec le rasoir d’Ockham 195 Jeudi dernier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Dans le football, rien n’est écrit d’avance . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Le fléau de la sur-interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 La complexe quête de simplicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 Tout n’est pas simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202 La validation croisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 La régularisation de Tibschirani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 L’optimisation robuste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 Bayes au secours de l’overfitting* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Seules les inférences bayésiennes sont admissibles* . . . . . . . . . . . 209 Le rasoir d’Ockham déduit du bayésianisme ! . . . . . . . . . . . . . . 210
13 Les faits sont trompeurs 213 Hôpital ou clinique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Corrélation n’est pas causalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Cherchez les facteurs de confusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 La régression à la moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Le paradoxe de Stein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 L’échec de la stratification endogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Randomisons ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 Le retour du mouton noir d’Écosse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Qu’est-ce qu’un chat ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 Le naturalisme poétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
14 Vite et (assez) bien 231 Le mystère des nombres premiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Le théorème des nombres premiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 Les approximations deτ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234. . . . Les développements limités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Les contraintes du pragmatisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236 Leslearning machinesde Turing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236 Le bayésianisme pragmatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Les algorithmes sous-linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 Plusieurs modes de réflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243 Devenez post-rigoureux ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244 Les approximations de Bayes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
15 La faute à pas de chance 249 FiveThirtyEight et l’élection présidentielle de 2016 . . . . . . . . . . . 249 La mécanique quantique est-elle probabiliste ? . . . . . . . . . . . . . . 250
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents