Mémoires scientifiques : Un demi-siècle de biologie
182 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Mémoires scientifiques : Un demi-siècle de biologie , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
182 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Si la révolution moléculaire en biologie est bien un événement phare de l'histoire humaine, François Gros en a été l'un des acteurs de premier plan. Codécouvreur de l'ARN messager, sa contribution au décryptage du fonctionnement du gène a été décisive. Dans ses Mémoires scientifiques, il s'attache à décrire ses travaux d'un demi-siècle à la tête de grands laboratoires, notamment à l'Institut Pasteur et au Collège de France. Il montre comment ses recherches, entre autres, sur la génétique moléculaire du bactériophage, sur la synthèse des protéines, sur la myogenèse et sur la neurogenèse ont apporté leur pierre à l'édifice de la biologie moléculaire. Mais ces Mémoires s'ouvrent aussi sur le présent et sur l'avenir. Sur la biologie en train de se faire, notamment la génomique, comme sur la biologie qui se profile à l'horizon et qui vise à comprendre la vie dans toute sa complexité. François Gros est professeur honoraire au Collège de France et secrétaire perpétuel honoraire de l'Académie des sciences.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2003
Nombre de lectures 8
EAN13 9782738186836
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

François GROS
MÉMOIRES SCIENTIFIQUES
Un demi-siècle de biologie
 
© Odile Jacob, avril 2003 15, rue Soufflot, 75005 Paris
ISBN : 978-2-7381-8683-9
www.odilejacob.fr
Table

Première partie. TRADITIONS ET RUPTURES OU L’ÉTONNANT PARCOURS DE LA BIOLOGIE PENDANT UN DEMI-SIÈCLE
Avant-propos
CHAPITRE PREMIER. Un biologiste à la fin de la Seconde Guerre mondiale
Balbutiements universitaires
La Sorbonne, après la Libération
Les débuts à l’Institut Pasteur
Une thèse de doctorat, il y a cinquante ans
Les conditions de travail en laboratoire
Situation professionnelle – Vie syndicale et environnement humain
Portrait de Gabriel Bertrand
Les tribulations d’une soutenance de thèse
À la découverte de l’Amérique (Urbana et New York)
CHAPITRE 2. La transition : de la biochimie traditionnelle à la biologie moléculaire
La biologie avant le « boom » de la biologie moléculaire
La rupture : une génétique nouvelle ; la dynastie de l’ADN et d’ Escherichia coli
Deuxième partie. L’EXPLOSION DES SCIENCES DE LA VIE À L’AUBE DU XXIe SIÈCLE
Prologue
CHAPITRE PREMIER. La grande plongée réductionniste
De la génétique encore et toujours
La folle course au séquençage des génomes
CHAPITRE 2. La génomique Quel regard sur le vivant ?
CHAPITRE 3. Les grandes percées techniques en génomique
Transcriptomes – protéomes – puces et informatique
Informatique et protéines
Petite transition
CHAPITRE 4. Génomique et maladies
Maladies génétiques
Cancers
Génétique, sénescence et mort
La mort cellulaire
Troisième partie. LES CHEMINS DE LA BIOLOGIE
Réflexions liminaires : les autres voies
CHAPITRE PREMIER. L’étonnante aventure des cellules souches
CHAPITRE 2. Biodiversité ou le retour à la biologie des espèces
Un certain retour de balancier
Systématique – Taxonomie – Biodiversité
Conclusion. Le statut contemporain de la biologie
L’emprise technologique
Dimension sociétale : l’ère des applications économiques
Bioéthique
Épilogue. Un biologiste et ses modèles
Face à la saga génomique
Le retour à l’étude du vivant complexe ou de nouveaux chemins pour la biologie
Notes
Glossaire
Références
Première partie
Deuxième partie
Troisième partie
Index des noms propres
Index des thèmes
À Danièle, Stéphane, Philippe et Pascal
Première partie
TRADITIONS ET RUPTURES OU L’ÉTONNANT PARCOURS DE LA BIOLOGIE PENDANT UN DEMI-SIÈCLE
Avant-propos
 
Dans ce livre, je me suis efforcé de décrire l’histoire, telle que je l’ai vécue, et l’évolution contemporaine, telle que je la perçois, d’une science qui n’a cessé de me fasciner, je veux parler de la biologie. Mais c’est principalement à la jeune génération que je m’adresse en espérant lui faire partager mon enthousiasme. Loin de s’émousser, celui-ci n’a fait que croître avec le temps. Rarement les sciences de la vie sont entrées dans une phase aussi créative et riche de promesses si nous savons en partager les fruits avec équité et dans le souci constant de la dignité humaine.
Il ne s’agit cependant pas à proprement parler d’une nouvelle histoire des sciences biologiques, mais bien plutôt de ma relation personnelle avec ce domaine particulier de la recherche. Car, si l’histoire des sciences, comme on l’entend généralement, repose sur la collecte précise et le rapport objectif, voire exhaustif, des faits qui les ont illustrées – la philosophie s’efforçant quant à elle d’en faire une exégèse ayant valeur d’heuristique à portée universelle –, ni l’histoire ni la philosophie des sciences n’apportent ce parfum de subjectivité, ne retracent cette atmosphère qui restitue pleinement le « vécu » des gens et des choses. Aussi bien ce livre s’apparenterait-il davantage sinon à un roman, car rien ici n’est fictif, du moins à un récit.
J’ai donc tenté, surtout dans la première partie de ce livre, de faire revivre les personnes et les situations qui ont animé et caractérisé la biologie de l’après-guerre telle que j’en fus le témoin, mais aussi l’acteur. Le cadre des événements que je relate est, comme on le verra, changeant et divers : Toulouse sous l’Occupation et son université, la Sorbonne à la Libération, l’Institut Pasteur de la fin des années 1940, l’Amérique généreuse et insolite telle que, jeune « postdoc », je la découvris, l’Institut de biologie physicochimique à la montagne Sainte-Geneviève, Mai 68 et mes débuts à la faculté des sciences, le Collège de France, le retour à Pasteur et les débuts du génie génétique…
Pourtant, cette sorte d’intimisme autobiographique qui baigne la première partie du livre et s’étend sur presque trente années se perçoit de moins en moins dans la deuxième partie, consacrée à la folle équipée de la génomique, et la troisième où se dessine, par réaction plus ou moins consciente, un retour vers une biologie moins désincarnée, moins abstraite, au sein d’une embryologie cellulaire retrouvée ou d’une nouvelle quête néonaturaliste de la biodiversité planétaire.
Ce changement de ton surprendra peut-être. Il y a à cela des raisons d’ordre personnel et d’ordre général. Au plan personnel d’abord, puisque le milieu des années 1970 marquera un important tournant dans ma vie qui va m’éloigner quelque temps des chemins du laboratoire. Devenu directeur de l’Institut Pasteur, puis conseiller scientifique à Matignon, ces responsabilités me conduiront à porter un autre regard sur la science que celui du chercheur ou de l’enseignant en contact direct avec elle. Cette partie de ma vie (qui n’eut d’ailleurs pas que des conséquences heureuses) m’a permis de mesurer un aspect des sciences qui allait revêtir avec le temps une importance grandissante : leur impact public, sociétal, voire économique, mais aussi leur degré d’acceptabilité ou de rejet par l’opinion, que caractérise assez bien aujourd’hui le développement de la bioéthique. Je raconterai cela dans un autre livre puisque j’ai voulu m’en tenir ici à l’évolution des idées mais aussi des conditions de la recherche en biologie.
Lorsqu’en 1985 je retournerai au laboratoire, peu avant l’essor de la génomique, les conditions, voire l’esprit dans lesquels se pratique la recherche auront changé, comme auront évolué les thématiques et les technologies des sciences de la vie. Aux grands départements scientifiques de caractère hiérarchique, quelque peu mandarinal, aura succédé un rassemblement d’équipes autonomes. Aux outils un peu archaïques de la recherche commenceront à se substituer des instruments modernes, mieux conçus, plus rapides, robotisés. L’informatique aura fait irruption. Le chercheur isolé, aux prises avec son sujet de thèse, cédera désormais la place à des équipes travaillant sur des projets collectifs, lesquels s’inscrivent eux-mêmes dans des programmes nationaux ou internationaux régis par tout un système de contrats. La science va se bureaucratiser quelque peu (et pas seulement en biologie bien sûr !). C’est tout le paysage de la recherche expérimentale qui va se modifier, un paysage où le bricolage, le folklore (!), l’improvisation personnelle ne sont plus de mise. La démarche scientifique désormais mieux organisée, beaucoup plus efficace, devient plus impersonnelle. Le patron n’est plus cette sorte de héros admiré ou honnis. Il est, tel un P-DG, responsable de la coordination d’un ensemble d’équipes dont chacune est indépendante et dont il ne signe même plus toujours les contrats ! Il faut également prendre en compte l’accroissement même du nombre des chercheurs dans le monde entre 1976 et 1985. Il va exacerber la compétition et diriger le projecteur sur d’autres acteurs que le tandem patron-élèves, éclairant des personnages désormais plus médiatisés : leaders de grands programmes internationaux, créateurs de start-up ou nouveaux héros des biotechnologies modernes.
Je viens d’évoquer les grands programmes internationaux… Or, s’il est bien une situation nouvelle caractérisant la science d’aujourd’hui, elle réside à coup sûr dans le regard que portent les chercheurs au-delà de leur laboratoire, de leur institution, et même de leur pays. L’Europe, notamment, va désormais s’offrir à eux comme un nouvel horizon. Cette Europe scientifique, quasi inexistante avant la guerre, puis occultée et déchirée par celle-ci, va peu à peu se construire après la déflagration. Elle va s’affirmer, se matérialiser à mesure que se consolideront la Communauté puis l’Union européenne. Les grands organismes ou centres de recherche européens (EMBO, CERN, ESA…), la commission européenne avec ses « programmes cadres » vont illustrer l’importance stratégique accordée à la recherche au sein de l’Union. Certes, l’organisation de cet immense chantier, son administration, et souvent hélas sa lourdeur, ne seront pas à l’abri des critiques. Mais le pli est pris. L’Europe scientifique, graduellement, parfois péniblement, mais sûrement, est devenue réalité. Faiblement perçue en 1985, elle est aujourd’hui l’objet d’une véritable prise de conscience par la communauté des chercheurs en France comme ailleurs en Europe. Une mobilité des artisans de la science, forme nouvelle du « compagnonnage » se dessine dans l’espace des pays de l’Union, même si les États-Unis continuent d’exercer une puissante attraction.
Mais je n’ai toutefois pas eu pour seul objet de souligner le contraste entre la vie du chercheur hier et aujourd’hui, même si c’est là un élément assez peu connu du public. Ce contraste dans le cadre, l’atmosphère générale ou les méthodes, il a accompagné à l’évidence les grandes transitions paradigmatiques de la biologie elle-même ces cinquante dernières années. En effet, au cours de ce demi-siècle, la biologie connaît un développement considérable, voire explosif et cependant linéaire, dont chaque étape se déduit des idées formulées et des progrès techniques accumulés à l’étape précédente. Les grands chapitres dans lesquels on peut la décrire sont suffisamment délimités pour que l’historien les relie par un fil conducteur, lequel se percevra je l’espère dans ce livre.
Ainsi, lorsque

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents