Les Natures en question
230 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les Natures en question , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
230 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revêtue de significations multiples, la nature a longtemps formé le pôle principal d’une série d’oppositions dans la pensée européenne : nature et culture, nature et surnature, nature et art, nature et esprit, nature et histoire… Des études de plus en plus nombreuses, dont ce livre se fait l’écho, mettent en doute la généralité de ces catégories et leur pertinence. L’effritement des limites de la nature est-il total, ou doit-on reconnaître la persistance de certaines discontinuités fondamentales entre humains et non-humains ? Issu du colloque de rentrée qui s’est tenu au Collège de France en octobre 2017, ce livre propose une réflexion interdisciplinaire sur les questions soulevées par les déplacements et les brouillages de frontière entre déterminations naturelles et déterminations humaines. Le seuil critique que semble avoir atteint l’anthropisation de la Terre, dont le réchauffement global n’est peut-être que l’exemple le plus criant, donne à ces questions une actualité nouvelle. Philippe Descola est anthropologue et professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Anthropologie de la nature. Contributions de Étienne Anheim, Anne Cheng, Alain Fischer, Marie-Angèle Hermitte, Frédéric Keck, Geoffrey Lloyd, François Ost, Alain Prochiantz, Jean-Noël Robert, Clément Sanchez, Justin E. H. Smith, Claudine Tiercelin, Stéphane Van Damme, Alain Wijffels. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 octobre 2018
Nombre de lectures 1
EAN13 9782738145598
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0950€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre de la collection du Collège de France chez Odile Jacob. Il est issu des travaux du colloque « Les Natures en questions » qui s’est tenu au Collège de France les 18, 19 et 20 octobre 2017. Ce colloque a reçu le soutien de la fondation Hugot du Collège de France.
La préparation de ce livre a été assurée par Emmanuelle Fleury avec la contribution d’Anne-Lise Thomasson.
© O DILE J ACOB, OCTOBRE  2018 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN 978-2-7381-4559-8
ISSN 1265-9835
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Introduction

P HILIPPE D ESCOLA

La nature n’est plus ce qu’elle était. Depuis quelques siècles, on la voyait comme un domaine de régularités indépendant des actions humaines, ou comme ce qui constitue le principe d’existence et d’identité d’un organisme, ou bien comme l’ensemble des êtres dépourvus de conscience et de langage, ou encore comme ces espaces-refuges ayant échappé à l’anthropisation que les citadins aiment à fréquenter ; et l’on pourrait continuer encore cette énumération qui dépasse souvent la dizaine d’entrées dans les dictionnaires philosophiques. En raison de la multiplicité des significations dont on l’a revêtue, la nature a ainsi pu former le pôle principal d’une série d’oppositions conceptuelles constitutives de la pensée européenne : nature et culture, nature et surnature, nature et art, nature et esprit, nature et histoire ; là encore la liste est longue et elle pourvoit une intarissable source d’inspiration pour des sujets de dissertation philosophique. Mais la nature ne s’est pas trouvée partagée par hasard par cette litanie de couples conceptuels ; comme Heidegger l’a bien vu, elle y a fonctionné comme le terme cardinal puisqu’elle spécifiait les caractéristiques de chacune des notions auxquelles on l’opposait 1 . Ce qui se distingue de la nature reçoit d’elle sa détermination – la culture comme ce qui n’est pas transmis par l’héritage biologique, l’art comme ce qui relève de l’artifice et non du spontané, la société comme ce qui repose sur des conventions particulières et non universelles ; en sorte que nombre des concepts structurant la pensée européenne paraissent nés d’un effort sans cesse renouvelé pour se démarquer d’un mot dont le sens propre est terriblement vague.
Or toutes ces acceptions contrastives qui donnaient à la nature sa mystérieuse unité, son pouvoir de fascination poétique et son rôle éminent dans la métaphysique occidentale ont été remises en cause au fil des dernières décennies par l’histoire et la philosophie des sciences, par l’anthropologie comparée et le droit, par l’écologie historique et l’éthologie cognitive, par les sciences du climat et de la Terre, par la biologie de synthèse et la robotique. On sait à présent que, si les « lois de la nature » sont universelles, l’idée de nature l’est peu : c’est un terme qui n’a guère d’équivalent dans la plupart des langues du monde hors de l’Europe. Longtemps les anthropologues et les historiens ont eu tendance à envisager la manière dont les sociétés les plus diverses organisaient leurs rapports à l’environnement à partir des catégories descriptives propres à l’Occident moderne : nature et culture, sauvage et domestique, écoumène et érème, monde physique et monde surnaturel. La norme en la matière était le regard particulier que les civilisations européennes portent sur les non-humains depuis la révolution scientifique du XVII e  siècle, sinon depuis les Grecs. Or des études de plus en plus nombreuses dont on trouvera dans ce volume un écho ont jeté un doute sur la généralité de ces catégories, et sur leur pertinence pour rendre compte de la multiplicité des systèmes cosmologiques et des modes de structuration de l’espace dont l’ethnographie et l’histoire attestent l’existence.
On sait aussi maintenant que des espèces d’animaux non humains se révèlent partager avec les animaux humains des aptitudes longtemps vues comme l’apanage de ces derniers : à l’instar des clichés de la geste héroïque de l’hominisation, certaines espèces sont parvenues à se hisser au-dessus de leur condition « naturelle ». C’est en premier lieu sous l’influence de l’éthologie que cet aggiornamento s’est produit, lorsque fut mise en cause l’absolue singularité des humains en tant qu’espèce apte à produire de la différence culturelle. Concernant pour l’essentiel des techniques, cette variabilité des comportements se révèle la plus élevée chez les chimpanzés, depuis le façonnage de sondes pour capturer des fourmis jusqu’au cassage de noix avec percuteur et enclume, en passant par l’emploi de massues ou d’armes de jet. Des observations indépendantes menées dans la longue durée sur des populations éloignées les unes des autres ont montré sans ambiguïté que des groupes distincts de chimpanzés élaborent et transmettent des familles de techniques bien différenciées. Ce genre de variation ne pouvant être expliqué par une évolution adaptative des comportements aux contraintes écologiques, il faut admettre que les chimpanzés ont des cultures distinctives, c’est-à-dire une liberté d’inventer des réponses sui generis aux nécessités de la subsistance et de la vie commune 2 .
Depuis les études pionnières de Peter Marler sur les dialectes des pinsons, il ne fait plus de doute aussi que les chants de certains oiseaux ne sont pas stéréotypés pour toute l’espèce, mais qu’ils manifestent de grandes variations individuelles et régionales. Dans le cas des oiseaux et de certains primates, cette aptitude à se conformer au répertoire de vocalisation spécifique à un dialecte procède d’un apprentissage qui, dans le cas des oiseaux chanteurs, se fait par référence à un adulte, généralement le père. Enfin, il semble maintenant établi que l’expression sonore de quelques oiseaux s’adapte aux circonstances – comme la présence ou non d’un auditeur de la même espèce – et qu’elle diffère selon les messages à transmettre – cri d’alarme distinct en fonction du type de prédateur repéré, par exemple ; cette dimension référentielle est également signalée pour les cris des singes vervets du Kenya 3 . Bref, il est devenu difficile de continuer à prétendre que les signaux sonores de certains animaux constituent de simples expressions instinctives : variations arbitraires et innovations au sein d’une espèce, apprentissage par imitation, correspondance stable entre un signe vocal et un signifié, anticipation des effets de la réception d’un message, voilà une série de traits qui les rapprochent fort du statut d’un langage très élémentaire.
Les animaux ne sont pas les seuls à être sortis du royaume de la nature. On reconnaît bien depuis un siècle que les peuples jadis appelés « naturels » sont tout aussi « culturels » que les autres humains ; mais c’est seulement il y a peu que l’on a commencé à mesurer l’emprise qu’ils avaient exercée sur leur milieu, un milieu qu’il devient dès lors difficile de continuer à appeler « naturel ». Car, s’il est peu à peu devenu manifeste que tous les écosystèmes de la planète ont été bouleversés par l’action humaine, on découvre aussi à présent, grâce à l’histoire environnementale et à l’anthropologie de la nature, que c’est également le cas là où les traces de cette anthropisation demeurent à peine visibles et dans des régions qui sont à l’heure actuelle encore peu peuplées, comme l’Amazonie ou l’Australie intérieure. Et pourtant, les écosystèmes de ces régions qui paraissaient avoir été peu affectées par l’action humaine avant la colonisation européenne ont été amplement transformés par les techniques d’usage du milieu de leurs premiers occupants, en particulier l’horticulture itinérante sur brûlis, la sylviculture et les feux de brousse sélectifs, comme ils l’ont été quelques millénaires auparavant par cet événement majeur que fut l’extinction de la mégafaune du Pléistocène, dont l’ampleur fut considérable en Australie et dans les Amériques suite à l’arrivée des premiers occupants humains 4 . Le cas de la forêt amazonienne est exemplaire : loin d’être le dernier morceau de nature vierge à la surface de la Terre, sa composition floristique a été modifiée en profondeur au cours des dix derniers millénaires par les manipulations végétales et les pratiques culturales des Amérindiens, avec le résultat que, à taux égal de diversité d’espèces, les zones affectées par leurs activités présentent une densité beaucoup plus élevée de plantes utiles aux humains que celles où ils ont été peu présents 5 .
Les immenses progrès du génie génétique et les manipulations biologiques que ceux-ci rendent désormais possibles conduisent aussi au constat que la distinction entre le naturel et l’artificiel est devenue presque imperceptible. Le développement de la reproduction assistée, depuis la fécondation in vitro jusqu’au clonage des mammifères, le perfectionnement des techniques de greffe et de transplantation, l’ambition parfois affichée d’intervenir sur le génome humain à un stade précoce de l’embryogenèse, le développement des organismes génétiquement modifiés, tout cela pose des questions cruciales sur le plan éthique, mais bouleverse également des conceptions établies tant de la personne humaine et de ses composantes, que de la production de l’identité individuelle et collective et des institutions sociales où elle s’opère. Une telle évolution

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents