Trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité : soigner, éduquer, surtout valoriser
222 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité : soigner, éduquer, surtout valoriser , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
222 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre présente de nouvelles voies d'intervention pour les professionnels de l'éducation et les parents d'enfants vivant avec un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Les auteurs y proposent des stratégies nouvelles d'éducation, de remédiation cognitive, de sensorimotricité et de neurofeedback qui ont donné des résultats encourageants auprès de ces enfants du Québec et d'ailleurs. Ils offrent une démarche évaluative nouvelle du TDAH et présentent les caractéristiques cognitives, métacognitives et motrices qui permettent de mieux comprendre et aider ces enfants.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 mai 2013
Nombre de lectures 24
EAN13 9782760538399
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1100€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

PRESSES DE L’UNIVERSITÉ DU QUÉBEC
Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450
Québec (Québec) G1V 2M2
Téléphone : 418-657-4399 • Télécopieur : 418-657-2096
Courriel : puq@puq.ca • Internet : www.puq.ca
 
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada


Vedette principale au titre :
Trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité : soigner, éduquer, surtout valoriser
(Collection Santé et société)

Comprend des réf. bibliogr.

ISBN 2-7605-1463-3
ISBN EPUB 978-2-7605-3839-9

1. Hyperactivité - Traitement. 2. Enfants hyperactifs - Éducation. 3. Thérapie cognitive.
I. Chevalier, Nicole. II. Collection.

RJ506. H9T76 2006 616.85'89 C2006-941 381-9





Nous remercions pour leur appui l’Institut santé et société de
l’Université du Québec à Montréal et le gouvernement du Québec,
par l’entremise du ministère du Développement économique et régional

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada
par l’entremise du Programme d’aide au développement
de l’industrie de l’édition (PADIE) pour nos activités d’édition.

La publication de cet ouvrage a été rendue possible
grâce à l’aide financière de la Société de développement
des entreprises culturelles (SODEC).





Mise en pages : I NFOSCAN C OLLETTE Q UÉBEC .

Couverture – Conception : R ICHARD H ODGSON
Illustration : F RANÇOIS L ABELLE





1  2 3 4 5 6 7 8 9 PUQ 2009 9 8 7 6 5 4  3  2 1
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2006 Presses de l’Université du Québec
Dépôt légal – 4 e trimestre 2006
Bibliothèque et Archives nationales du Québec / Bibliothèque et Archives Canada
Nous remercions pour leur appui
l’Institut santé et société de l’Université du Québec à Montréal
et le gouvernement du Québec, par l’entremise
du ministère du Développement économique et régional.
Ce livre est le fruit d’une rencontre entre des chercheurs et des cliniciens intéressés au développement d’interventions cognitives et sensorimotrices. Cette rencontre eut lieu lors du congrès de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences en mai 2004 à l’Université du Québec à Montréal. Ce colloque était consacré aux interventions cognitives et sensorimotrices émergentes visant à soigner et éduquer les personnes affectées par un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH).
Ce livre ne vise donc pas à concurrencer ou à se substituer aux manuels qui font le point sur les avancées très significatives des traitements pharmacologiques du TDAH, parus ces dernières années. Le premier objectif de cet ouvrage est en fait de présenter des stratégies nouvelles d’intervention (remédiation cognitive, neurofeedback, éducation cognitive et sensorimotrice et psychoéducation). Le développement de ces stratégies repose sur des théories de la cognition solidement établies. Les interventions exposées dans cet ouvrage sont le fruit de projets de recherche dont la méthodologie d’évaluation a été rigoureusement encadrée ; les auteurs présentent soit leurs propres résultats, soit ceux qu’ils ont relevés dans la littérature. Ainsi, ils proposent des interventions, à l’école, en classe, à la maison et dans des milieux de soins, qui peuvent s’insérer dans des démarches multimodales d’éducation et de soins et qui sont réalisés dans une perspective d’efficacité et de coût-bénéfices à la fois mesurable et acceptable. Ces démarches sont conçues pour être associées à des pharmacothérapies, mais respectent la volonté des personnes qui reçoivent ces services. En effet, il ne sert à rien de proposer des stratégies éducatives particulières, longues et complexes puisque la mission éducative de l’école est d’enseigner à chacun dans un cadre de collaboration avec tous, sinon à favoriser une stigmatisation. Il est tout aussi inutile de proposer des interventions thérapeutiques qui éloignent trop souvent de leurs milieux d’apprentissage ou de travail des personnes aux prises avec un TDAH ou leurs parents. Le développement de stratégies efficaces s’appuie sur une informatisation progressive des programmes offerts, des moyens d’accès à distance des services et des visites aux milieux de soins peu nombreuses qui servent d’abord à vérifier la motivation de la personne aidée et des aidants, à s’assurer de la bonne utilisation des moyens mis en œuvre et à éliminer d’éventuels effets indésirables.
Le deuxième objectif de cet ouvrage est de positionner le travail d’une équipe jeune composée de chercheurs et de cliniciens associés à plusieurs universités du Québec, intéressés à favoriser le développement d’un langage commun dans la compréhension du TDAH. Les moyens diagnostiques dérivés du DSM-IV et des sciences cognitives sont associés afin de rendre compte des particularités souvent méconnues du TDAH dans les domaines cognitifs et sensorimoteurs ; mais qui sont prévisibles dans un trouble neurodéveloppemental. Leur sensibilité et leur spécificité sont discutées, car ils permettent bien sûr de poser un diagnostic dimensionnel en termes de forces et faiblesses rendant possible le développement d’indications de traitement rigoureux et interdisciplinaire. Ces moyens diagnostiques permettent surtout d’adopter une approche beaucoup plus raffinée des comorbidités et du diagnostic différentiel dans des conditions d’accessibilité, de faisabilité et de coût compatibles avec les orientations actuelles prises pour la distribution des services en santé mentale. Ce modèle est testé depuis plusieurs années à la Clinique des troubles de l’attention de l’Hôpital Rivière-des-Prairies, et les nouvelles technologies de l’information rendent possible son déploiement vers des réseaux locaux distants à titre expérimental.
Enfin, le troisième objectif est de nous inscrire dans un courant ancien, dynamique et diversifié de recherche dans le domaine du TDAH au Québec. En effet, dès le début des années 1970, Gabrielle Weiss et Virginia Douglas étudiaient les caractéristiques cognitives du TDAH, les effets des amphétamines dans le traitement du TDAH et l’évolution dans le temps des personnes atteintes d’un TDAH. Cette triple action fondatrice d’une psychiatre et d’une psychologue a permis d’établir une tradition et depuis des rameaux se sont multipliés. Citons les travaux de Lily Hechtman au sein de l’équipe MTA (Multidimensional Treatment of ADHD) et à partir de la cohorte de Montréal sur l’efficacité et l’efficience des stratégies psychoéducatives et pharmacologiques dans le traitement du TDAH. Citons aussi les travaux en génétique du comportement du TDAH de Ridha Joober et de son équipe qui nous rappellent qu’un gène sans son environnement n’est qu’un peu de poussière. L’expression d’un gène est définie par son environnement, comme l’a élégamment montré Michael Meaney. Les travaux de Ridha Joober ont démontré la nécessité d’une activation des réseaux neuronaux impliqués dans des fonctions cognitives associées au TDAH, ce qui est discuté dans ce livre. Citons enfin les travaux de Michel Pépin et Michel Loranger, plus fondamentaux, appuyés sur les théories cognitives de l’attention, qui démontrent la nécessité d’une mesure normalisée de l’attention et qui restent, au Québec, des pionniers de la remédiation cognitive.
Nous inscrivons notre action dans cette tradition. Nous sommes convaincu que les comportements troublés observés dans le TDAH s’appuient sur des fonctions cognitives et des programmations motrices altérées. Dans le TDAH, cette altération de fonctions cognitives et sensorimotrices est d’origine principalement génétique. Toutefois, l’expression des gènes affectés est fonction d’actions, permises par des interventions pertinentes, sur le milieu dans lequel ces gènes vont s’exprimer. Ces actions peuvent être pharmacologiques, ce sont les plus connues, car les mieux étudiées. Dans le cas du TDAH et du Ritalin, l’action inhibitrice de la recapture de la dopamine exercée par le méthylphénidate contredit au niveau moléculaire le message d’accélération de la recapture de la dopamine que transmet le gène DAT dan

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents