Rêves de femmes : Colloque Gypsy V.
102 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Rêves de femmes : Colloque Gypsy V. , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
102 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une fièvre de grossesses enflamme les femmes, dont on voit les ventres glorieux et dénudés en couverture des magazines. Comment abordent-elles la maternité, l’allaitement, la ménopause, l’homoparentalité, la place du père et celle de l’homme, la revendication à se passer de leur corps pour procréer ? Comment vont-elles déjouer les pièges liés à l’empire du biologique ? Les nouvelles données de la maternité débattues par des médecins, des psychanalystes, des écrivains, des cinéastes, des juristes, des historiennes, des sociologues. Quels sont les rêves des femmes aujourd’hui ? Quel choc en retour implique l’actuelle valorisation de l’image de la maternité ? Défaite ou victoire du féminisme ?Contributions d’É. Abécassis, M. Aisenstein, É. Bloch-Dano, D. Borrillo et T. Pitois-Étienne, D. Brun, M. Darieussecq, G. Delaisi de Parseval, C. Éliacheff, M. Flis-Trèves, R. Frydman, M. Iacub, Y. Knibiehler, H. Laznik, J. Mossuz-Lavau, H. Parat, É. Pisier, M. Rufo, M. Segalen. Le professeur René Frydman, gynécologue-obstétricien, est chef du service maternité à l’hôpital Béclère de Clamart. Le docteur Muriel Flis-Trèves est psychiatre, psychanalyste et exerce notamment au service maternité de l’hôpital Béclère.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 octobre 2005
Nombre de lectures 1
EAN13 9782738187239
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0900€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , OCTOBRE  2005
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
EAN : 978-2-7381-8723-9
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
Maternité-attitude

Le bouleversement des circonstances de la procréation, survenu il y a une trentaine d’années, a entraîné des retentissements sans précédent dont on n’a pas fini de mesurer les effets psychologiques sur les femmes en âge de procréer. Leur attitude face à la procréation s’est modifiée. Elles font des bébés parce qu’elles le veulent bien, elles ne cachent plus leurs grossesses, elles s’exposent au grand jour dans les rues et se dénudent en couverture de maga-zines ou se livrent dans des confessions intimes à lire comme les témoignages d’authentiques héroïnes.
Leurs grossesses sont impatiemment attendues, leur dévoilant, disent-elles, une part inexplorée de leur personnalité et parfois même les révélant à une nouvelle identité sociale. Désirer être mère est désormais à entendre comme un projet ambitieux, précieux, souvent longuement espéré. Cet enthousiasme actuel pour la maternité et cette propension à en faire des confidences tirent leur raison d’être de certaines évolutions majeures de ces dernières décennies, en un cheminement qu’il conviendrait de préciser. Revenons donc sur l’histoire de leurs mères, quelques années en arrière.
De la fatalité d’un destin biologique et de la contrainte à laquelle elle était soumise par ses maternités, la femme veut se libérer et faire de sa grossesse une décision volontaire. En 1967, la loi Neuwirth autorise enfin la contraception par la pilule. « Un enfant quand je veux si je veux » est le slogan phare de la célèbre manifestation des femmes (1970) et il résonne aujourd’hui encore comme un hymne au féminin maternel libéré. Cet espoir de libération pour les femmes qui annonce et précède de quelques années la dépénalisation de l’avortement et la loi sur l’IVG (loi Weil en 1975).
Ces dates, décisives et fondamentales, signent une authentique rupture avec les conditions antérieures de la procréation. Pour la première fois dans l’Histoire, les femmes pourront choisir de procréer au moment où elles le désireront.
Quant à celles qui « veulent un enfant » mais échouent dans ce projet, une autre révolution se prépare : celle des assistances médicales à la procréation. Si la contraception fait attendre le destin biologique en évitant la fatalité de la maternité, l’assistance médicale à la procréation (AMP) le contourne pour éviter la fatalité de la stérilité. En 1982, c’est la naissance d’Amandine 1 .
Quinze ans, à peu près, séparent ces deux révolutions dans l’histoire de la procréation.
Si la contraception médicale a comme effet de consacrer la séparation entre le sexuel et la procréation en créant artificiellement une stérilité temporaire, l’AMP force, elle aussi, la séparation entre sexualité et procréation, dans le but, a contrario cette fois, d’une procréation. Une étape extraordinaire est franchie.
Certes, l’AMP demeure avant tout un traitement pour les femmes infertiles, mais son usage fortement médiatisé va en faire une source d’informations, de renseignements et d’espoir pour tous ceux qui désirent un enfant. Elle a eu des conséquences retentissantes et inattendues car, au-delà des victoires que cette technique a remportées sur l’infertilité, on peut faire l’hypothèse que l’actuelle valorisation merveilleuse de l’image de maternité et l’exposition médiatique de l’état de mère ne sont pas étrangères à ces combats pour procréer, dont la publicité a été éclatante.
L’assistance médicale à la procréation a aussi fait sortir de l’ombre tout un questionnement sur la sexualité, le désir, la maternité et… surtout sur la notion de désir d’enfant. Mais comment appréhender cet engouement pour la maternité au regard des combats féministes menés et gagnés quelques années plus tôt ? Quels sont les retentissements psychiques aujourd’hui pour ces femmes qui furent elles-mêmes des « enfants du désir ». Les femmes enceintes sont représentées comme des divinités, mais la vraie star, ce n’est pas la femme, c’est son ventre.
Faut-il voir dans leur « maternité-attitude » d’aujourd’hui une contradiction, voire une régression, par rapport aux victoires féministes récentes ?
Cette maternité affichée est vécue autrement qu’elle l’était par leur mère et leurs aïeules. Elles ne se seraient sûrement pas fait photographier arborant « le boulet millénaire de la nature 2  » alors qu’elles avaient bataillé pour sortir du carcan des grossesses et du travail ménager, seuls horizons de leur vie.
Les grossesses d’aujourd’hui se font, d’ailleurs, plus tardives car les mères sont souvent engagées dans une profession et elles repoussent à plus tard, « lorsqu’elles seront prêtes », l’idée d’avoir un enfant.
Revers de médaille, parfois celle qui arrête sa pilule pour procréer lorsqu’elle le souhaite ne devient pas forcément enceinte immédiatement. Si, du coup, la grossesse se fait attendre, elle devient soudain encore plus désirée et plus précieuse, jusqu’à devenir un sujet de préoccupation.
La maternité et son désir sont devenus un sujet de réflexion pour tous. Certains parlent même de leur souffrance de ne pas réussir à procréer, des livres s’écrivent, des témoignages révèlent la volonté ardente d’avoir un enfant de soi.
Autour de 1975, on clamait très fort que la maternité et l’amour maternel ne comblaient pas. En 2005, le discours féminin sur la maternité est devenu tel que certaines féministes prennent la plume pour dénoncer 3 cette puissance affichée des futures mères. Elles expliquent que, loin d’être un progrès, elle ne corrige en rien les inégalités entre les hommes et les femmes. Le désir d’enfant exprimé, disent-elles, correspondrait plus à une injonction sociale qu’à la révélation d’un désir authentique !
Les femmes d’aujourd’hui se prétendent désirantes d’enfants et ce en opposition à leurs mères. Ces dernières, à l’époque, se vivaient comme désirantes de liberté et d’indépendance avant tout. Elles préféraient ne pas être mères ou choisissaient le moment de l’être. Si les mères ont milité pour ces droits et les ont obtenus, leurs filles « reconnaissantes » n’ont plus vraiment à se battre pour cette cause : elles profitent de ces acquis et revendiquent une attitude résolument différente face à la maternité. Se pourrait-il qu’en l’occurrence l’attitude des jeunes femmes arborant fièrement leur ventre rond, jouissant de leur grossesse, souhaitant allaiter au sein, retardant le moment de reprendre leur profession, voire rêvant de ne plus travailler du tout, soit ressentie comme une réponse inattendue, ambiguë et déconcertante par rapport à ce qu’avaient projeté pour elles leurs mères féministes ? Ces dernières à leur tour ne seraient-elles pas déçues par leurs « enfants désirés », qui se révéleraient aujourd’hui décevants ?
Ce retour actuel en force du maternel suscite des inquiétudes :

« Aujourd’hui on s’exhibe ! Je suis fascinée par toutes ces femmes mannequins, vedettes de cinéma qui posent nues, pour montrer leur ventre de femme enceinte. Quelle survalorisation de la grossesse ! On ne devrait pas encourager de cette façon les femmes à avoir des enfants. On ne leur tient jamais le discours de la responsabilité…, je crains fort que les générations futures ne voient, dans la maternité, que le glamour, et qu’elles n’aient pas suffisamment l’occasion de réfléchir à ce que cela veut dire, vraiment être mère 4 . »
Mais peut-on penser, comme l’affirment ces auteurs féministes, que les femmes se retrouveraient donc ignorantes de leur propre désir, manipulées, comme prises à nouveau dans un engrenage ?
Au fond, si toutes ces attitudes de glorification de la maternité et d’exaltation du désir d’enfant irritent ou étonnent, ce n’est peut-être pas seulement parce qu’elles semblent aller à contre-courant des victoires du féminisme. Les trentenaires qui font des enfants aujourd’hui ont été elles-mêmes les premiers enfants désirés. Elles sont, comme on les appelle, de la « génération du désir » ; leurs mères étaient de celle du «  baby-boom 5  ».
Elles ont été conçues comme des enfants précieux, attendus à un moment choisi, mais aussi nées de quelqu’un que l’amour maternel ne comblait pas. Et, malgré le « fameux désir » dont elles sont issues, elles peuvent penser, et certaines le disent même, qu’elles auraient pu être refusées, à l’instar de tous ceux que leur mère n’a pas souhaité avoir.

« L’enfant né du désir est un enfant qui ne peut pas ignorer quelque part qu’il aurait pu ne pas être désiré 6 . »
Elles peuvent s’interroger sur ce que représente l’idée qu’elles auraient pu être éliminées à cause d’un mauvais timing  ? Pourquoi est-ce moi qui suis là ? Pourquoi moi plus qu’une autre ?

« Ma mère m’a raconté qu’avant moi et après moi un frère ou une sœur ont été refusés […]. J’aurais pu ne pas être désirée puisque ma mère a avorté d’autres 7  ? »
 
« L’enfant non désiré d’hier, fruit d’un accident, figure par excellence du malheur au regard de la sensibilité d’aujourd’hui, avait au moins la sécurité de devoir la vie à la vie, de s’ancrer dans l’objectivité d’un processus vivant dont les parents n’avaient été que les instruments aveugles 8 . »
Il est clair que les femmes trentenaires qui souhaitent procréer considèrent comme un bien précieux les succès du féminisme

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents