Pneumothorax
5 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
5 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La cavité pleurale est un espace virtuel au sein duquel règne une pression négative. Elle est délimitée par la plèvre viscérale qui recouvre la face externe du poumon et la plèvre pariétale qui tapisse le gril costal, le diaphragme et le médiastin. Le pneumothorax est défini par l’irruption d’air au sein de cette cavité pleurale, entraînant la perte de la pression négative habituelle, voire une pression positive. En fonction de l’importance de cette pression, il existe un collapsus partiel ou complet du poumon.On distingue le pneumothorax spontané primaire (le terme « idiopathique » doit être abandonné) survenant chez un sujet sans pathologie respiratoire sous-jacente connue, le pneumothorax spontané secondaire et le pneumothorax traumatique. La symptomatologie clinique dépend du terrain respiratoire sous-jacent et de l’importance de la pression positive générée au sein de la cavité pleurale. Ces distinctions sont primordiales et la prise en charge thérapeutique qui en découle est différente suivant le tableau clinique et le type de pneumothorax.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 0
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

1
PARTIE S22P08
1
Chapitre S22P08C01 Pneumothorax
Pathologie de la plèvre et de la paroi thoracique
JULIENGUINDE, SOPHIELAROUMAGNE, HERVÉDUTAU ETPHILIPPEASTOUL
0 01 0
1 0 C 8 0 P  2 2 S
La cavité pleurale est un espace virtuel au sein duquel règne une pres-sion négative. Elle est délimitée par la plèvre viscérale qui recouvre la face externe du poumon et la plèvre pariétale qui tapisse le gril costal, le diaphragme et le médiastin. Le pneumothorax est défini par l’irrup-tion d’air au sein de cette cavité pleurale, entraînant la perte de la pres-sion négative habituelle, voire une pression positive. En fonction de l’importance de cette pression, il existe un collapsus partiel ou complet du poumon. On distingue le pneumothorax spontané primaire (le terme « idiopathique » doit être abandonné) survenant chez un sujet sans pathologie respiratoire sous-jacente connue, le pneumothorax spon-tané secondaire et le pneumothorax traumatique. La symptomato-logie clinique dépend du terrain respiratoire sous-jacent et de l’importance de la pression positive générée au sein de la cavité pleu-rale. Ces distinctions sont primordiales et la prise en charge théra-peutique qui en découle est différente suivant le tableau clinique et le type de pneumothorax.
Épidémiologie descriptive
L’incidence du pneumothorax spontané secondaire est plus éle-vée chez l’homme (18-28/100 000 habitants) que chez la femme (1,2-6/100 000). Il survient généralement chez le sujet jeune (15-35 ans), fumeur et le plus souvent de morphotype longiligne. La présence d’un syndrome marfanoïde doit alerter sur une éventuelle atteinte vasculaire qui conditionne le pronostic. Le tabagisme est associé à un risque relatif de faire un premier épisode de pneumo-thorax spontané secondaire de 22 chez l’homme et 9 chez la femme et augmente la survenue d’une récidive. Le rôle du canna-bis est également démontré en favorisant la survenue de bulles d’emphysème, particulièrement fréquente dans cette population. Il faut dans tous les cas prôner le sevrage tabagique chez un jeune patient fumeur après un premier épisode de pneumothorax spon-tané primaire. Le pneumothorax cataménial, qui constitue un événement rare, touchent les femmes non ménopausées et présente une relation de
S22P08C01
temporalité avec les menstruations, survenant généralement 72 heures avant ou après le début de celles-ci. Sa prévalence est pro-bablement sous-estimée. Il est généralement associé à la présence d’une endométriose thoracique, bien que les seules anomalies visua-lisées au cours de thoracoscopies correspondent à des défects dia-phragmatiques. Ils peuvent être isolés ou multiples, de petite (1-3 mm) ou de grande taille (> 10 mm) et sont généralement retrouvés sur le pilier central du diaphragme. C’est pourquoi, durant l’examen endoscopique de la cavité pleurale, le diaphragme, la plèvre pariétale, le poumon et le péricarde sont inspectés méticuleusement, et tout défects diaphragmatiques ou lésions anormales reséqués pour analyse histologique. Malgré ces précautions, le taux de récidives est cepen-dant élevé (32 %), justifiant selon certains auteurs la mise systéma-tique sous analogue de la gonadotrophine conduisant à une aménorrhée pour 6 à 12 mois suivant la chirurgie. Le pneumothorax spontané secondaire survient généralement chez un patient plus âgé (55 ans), présentant une pathologie respiratoire sous-jacente, historiquement représenté par la tuberculose. Actuelle-ment, le pneumothorax spontané secondaire survient le plus souvent chez des patients présentant une bronchopneumopathie chronique obstructive et/ou une dystrophie emphysémateuse plus ou moins évo-luée secondaire au tabagisme (26/an pour 100 000). Viennent ensuite dans une moindre proportion les patients atteints d’asthme et de mucoviscidose (8-20 % des patients). Ils présentent du fait de la mala-die sous-jacente un risque de mortalité que l’on ne redoute pas en cas de pneumothorax spontané primaire. Le pneumothorax traumatique est consécutif à une effraction de la plèvre viscérale soit par un traumatisme direct (plaies pénétrantes), indirect (écrasement thoracique responsable d’une hyperpression intra-thoracique) ou iatrogène (ponction transthoracique, biopsies trans-bronchiques, ventilation).
Physiopathologie et anatomopathologie
L’espace pleural situé entre les deux feuillets est un espace de glis-sement virtuel au sein duquel règne une pression négative. En cas de pneumothorax, l’irruption d’air au sein de cet espace entraîne une désolidarisation des deux feuillets pleuraux avec perte de la pression négative entraînant un collapsus partiel ou complet du poumon. La pathogénie exacte du pneumothorax spontané primaire n’est pas encore clairement définie. Avec la modernisation des différentes techniques, la visualisation de bulles et de blebs est quasiment systé-matique chez tout patient bénéficiant d’une thoracoscopie ou
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents