Pasteur et ses lieutenants : Roux, Yersin et les autres
150 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Pasteur et ses lieutenants : Roux, Yersin et les autres , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
150 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

 « Comme celui de Napoléon, l’art de Pasteur consistait à toujours livrer bataille au moment choisi, à l’endroit choisi, sur son terrain », déclarait François Jacob. Que ferait un chef militaire sans lieutenants ? Le souvenir de Pasteur est encore présent dans nos mémoires, mais qui se rappelle Émile Duclaux, qui a donné son âme à l’Institut Pasteur ? Qui se souvient du docteur Roux, qui a vaincu la diphtérie ? Et ceux qui connaissent le BCG, que savent-ils de ses inventeurs, Calmette et Guérin ? Sait-on que c’est Élie Metchnikoff qui a découvert ce qui nous défend contre les microbes et que cela lui a valu le prix Nobel ? Connaît-on encore le nom d’Alexandre Yersin, qui a triomphé de la peste ? En France comme dans des contrées lointaines, ces lieutenants de Pasteur ont tous vécu des heures extraordinaires dans leur guerre contre les maladies infectieuses comme la rage, la diphtérie, le tétanos ou la tuberculose. Et c’est à eux qu’on doit le développement de l’hygiène, les vaccins et les prémices de la révolution antibiotique. Voici l’histoire de leurs combats, de leurs victoires. Annick Perrot est conservateur honoraire du Musée Pasteur. Maxime Schwartz a publié Comment les vaches sont devenues folles, Des microbes ou des hommes, qui va l’emporter ? (avec François Rodhain) et La Découverte du virus du sida (avec Jean Castex). Biologiste moléculaire, il a été directeur général de l’Institut Pasteur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 janvier 2013
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738177810
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1050€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Photos : © Institut Pasteur, sauf page 24 © collection particulière C. Hottin ; page 78, © Robert Koch Institute, Berlin ; page 98 © collection particulière Delprat.
© O DILE J ACOB, JANVIER  2013
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-7781-0
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
À Michèle, À Jean-François.
Préface

« Énoncer les travaux de Pasteur, c’est lire des bulletins de victoire. En fait, il y avait un côté militaire en Pasteur. Il y avait du Napoléon dans la manière de toujours prendre l’initiative, de changer brusquement de terrain, d’apparaître là où on ne l’attendait pas, de concentrer soudain ses forces dans un secteur étroit, jusqu’à la rupture, d’exploiter le succès, d’en tirer les conséquences et même de faire sa propre publicité ou de convaincre les autres de se plier à ses propres vues. Comme celui de -Napoléon, l’art de Pasteur consistait à toujours livrer bataille au moment choisi, à l’endroit choisi, sur son terrain. »
Dans ce discours, prononcé le 12 octobre 1987 lors de la célébration du centenaire de l’Institut Pasteur devant l’Académie des sciences, François Jacob, lauréat du prix Nobel, comparait Pasteur à un chef militaire. Mais qu’aurait fait un chef militaire sans armée et, plus particulièrement, sans lieutenants ? Or, si le souvenir de Pasteur est encore bien présent dans la mémoire collective, celui de ses lieutenants s’est beaucoup estompé. Qui se souvient d’Émile Duclaux, successeur de Pasteur à la tête de l’Institut qui porte son nom ? C’est pourtant lui qui lui a donné son âme et qui, plus que tout autre, a contribué à la diffusion des idées de Pasteur. Qui, de ceux qui se rendent à l’Institut Pasteur en empruntant la rue du Docteur-Roux, sait encore que celui-ci a remporté une fracassante victoire contre la diphtérie, cette terreur des mères de famille, et qu’il a ainsi fourni le premier traitement efficace d’une maladie infectieuse un demi-siècle avant la découverte des antibiotiques ? Et pour ceux qui connaissent le BCG, le vaccin contre la tuberculose, que savent-ils de ses inventeurs, Calmette et Guérin ? De -Calmette, en particulier, qui a créé le premier Institut Pasteur hors de France, en Indochine, puis celui de Lille et qui fut le père de ce sérum antivenimeux qu’on emporte souvent avec soi lors de -randonnées ? Sait-on qu’un autre des lieutenants de Pasteur, Élie Metchnikoff, a découvert que nos globules blancs nous défendent contre les microbes en les dévorant, et que cela lui a valu le prix Nobel ? Connaît-on seulement le nom d’Alexandre Yersin, alors que c’est lui qui a vaincu la peste, cette maladie dont l’humanité ignorait l’origine et qui faisait périodiquement des ravages sur tous les -continents ?
Ces hommes hors du commun, issus de provinces alors lointaines, voire de pays étrangers, ont vécu une véritable épopée. Pasteur ayant tracé son chemin jusqu’à la prestigieuse École normale à Paris, avant de créer l’Institut Pasteur, les autres l’ont rejoint, attirés par sa réputation, certains, comme Calmette ou Metchnikoff ayant déjà parcouru le monde. Puis, chacun d’entre eux a connu un destin exceptionnel, d’abord aux côtés de Pasteur, auquel ils vouaient une admiration sans limites, et ensuite indépendamment de lui.
À travers ce livre, nous souhaitons revivre cette épopée et montrer comment ces hommes se sont rejoints dans une œuvre commune dont l’humanité tout entière bénéficie encore aujourd’hui. Nous évoquerons leur vie sous forme de biographies croisées – en adoptant même parfois le point de vue des acteurs de cette histoire et en leur redonnant la parole – et rappellerons au passage nombre d’aspects méconnus de leur vie privée, le tout pour montrer comment leurs chemins s’entrecroisent et s’écartent pour mieux s’unir autour de projets partagés. Ainsi de Pasteur accueillant Duclaux, qui accueille Roux, qui accueille Yersin et Calmette, ces deux-là se rencontrant bien plus tard à des milliers de kilomètres, un fort lien d’amitié ne cessera de les unir, malgré leurs divergences.
Ces lieutenants ont tous vécu des heures extraordinaires. Leur « guerre » commune, engagée par Pasteur, ce fut celle contre les maladies infectieuses. À l’époque de Pasteur, rappelons-le, les maladies causées par des microbes étaient d’une extrême fréquence et conduisaient souvent à la mort. Pasteur, les « lieutenants » eux-mêmes et leurs familles n’ont pas été épargnés. Nous verrons les victoires qu’ils ont remportées contre ces fléaux, souvent oubliés aujourd’hui, mais qui faisaient des milliers, voire des millions de victimes, comme la rage mais aussi la diphtérie, le tétanos ou la tuberculose. Et la peste, bien sûr, dont le nom convoque à lui seul le spectre des maladies épidémiques. C’est à eux que l’on doit le développement de l’hygiène, les vaccins et les prémices de la révolution antibiotique. Plus que tous autres, Pasteur et ses « lieutenants » ont fait gagner des dizaines d’années de vie à l’être humain.
Ce combat, Pasteur et ses lieutenants l’ont mené pendant un siècle, depuis les premiers travaux de Pasteur, jusqu’à la mort de Yersin. Une guerre de cent ans. Une guerre pacifique, pourrait-on dire, visant à sauver des vies, pendant que trois vraies guerres, de 1870, 1914-1918, puis 1939-1945, répandaient la mort.
Le récit de cette épopée nous enseigne que l’histoire des sciences est une histoire d’hommes. Une histoire où des hommes ont dû combattre des dogmes, vaincre l’incrédulité, lutter pour imposer leurs certitudes dans l’ambiance scientifique et sociale de leur époque. Une histoire qui continue. Aujourd’hui, alors que beaucoup critiquent la science et que les scientifiques ont perdu une part de leur aura, il n’est peut-être pas inutile de rappeler ce que le petit groupe de chercheurs réunis autour de Pasteur a apporté à l’humanité. On entend ici ou là que la science est mauvaise, parce qu’elle tendrait à s’opposer à ce qui est naturel. On met en cause les vaccins ou les médicaments, parce qu’on les considère contre nature. Or suivre les lois de la nature, c’eût été accepter que la majorité des enfants meurent en bas âge, que les mères succombent souvent lors de l’accouchement et que l’espérance de vie soit de vingt ou trente ans inférieure à ce qu’elle est aujourd’hui. Nous souhaiterions que l’exemple fourni par Pasteur et ses lieutenants incite tant les chercheurs d’aujourd’hui à faire aussi bien qu’eux que le grand public à leur faire confiance.
Prologue

« Le bruit des tombereaux, mêlé au frémissement qu’occasionnait le ballottement des cadavres, portait l’épouvante dans le cœur des malades et des personnes en santé ; les boutiques étaient fermées, le commerce interdit, les travaux interrompus, les églises, le collège, la bourse, en un mot tous les lieux publics fermés, les offices divins suspendus et le cours de la justice arrêté. Un deuil funèbre couvrait la ville ; un morne silence régnait partout. Il n’y eut plus parmi les citoyens aucun lien qui les unît. Les parents évitaient de se voir ; les amis se fuyaient, le voisin craignait de recevoir de son voisin un trait contagieux, et lui inspirait les mêmes craintes : ainsi, on s’enferma parce que tout devint suspect et dangereux […]. La peste enlevait souvent toute une famille et frappait des rues entières où d’un bout à l’autre il ne restait pas une maison saine. » Voilà comment l’historien de la peste l’abbé Jean-Pierre Papon décrivait les effets de la peste de Marseille en 1720 1 .
Quant à l’évêque de cette ville, Mgr de Belsunce, il dépeignait comme suit l’horreur lors de cette épidémie : « Nous avons vu tout à la fois les rues de cette vaste cité bordées des deux côtés de morts à demi pourris : si remplies de hardes, de meubles pestiférés jetés par les fenêtres, que nous ne savions où mettre les pieds ; nous avons vu toutes les places publiques, toutes les rues, toutes les églises, traversées de cadavres entassés et, en plus d’un endroit, rongés par les chiens, sans qu’il fût possible pendant un nombre très considérable de jours, de leur procurer la sépulture. […] Nous avons vu les maris traîner eux-mêmes hors de leur maison et dans les rues les corps de leurs femmes ; les femmes, ceux de leurs maris ; les pères ceux de leurs enfants et les enfants ceux de leurs pères, témoignant de bien plus d’horreur pour eux que de regret de les avoir perdus. »
La peste ayant pratiquement disparu d’Europe depuis près de trois siècles, on peine à imaginer ce qu’elle a représenté dans l’histoire. C’était pourtant l’un des pires fléaux que pouvait subir l’humanité.
Les épidémies étaient le plus souvent précédées d’une invasion des villes par d’immenses troupes de rats affolés dont les cadavres jonchaient rapidement les rues. Puis, de nombreux habitants tombaient malades ; à l’aine et aux aisselles, ils présentaient en général des bosses, qualifiées de bubons, qui s’ulcéraient et suppuraient ; une fièvre violente s’emparait d’eux, ils souffraient de maux de tête, de douleurs à l’estomac et à l’intestin, d’une sensation de brûlure intense ; certains guérissaient, mais la plupart mouraient, le corps couvert de taches semblables à des ecchymoses, avec des saignements de nez, des selles et des vomissements de sang noir. Lors de certaines épidémies, la peste prenait la forme de pneumonies, mortelles à tout coup et, de plus, tr

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents