Oxygénothérapie hyperbare
5 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Oxygénothérapie hyperbare , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
5 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) est une modalité d’administration de l’oxygène (O2) par voie respiratoire à une pression supérieure à la pression atmosphérique entre 2 et 2,8 atmosphères absolues (ATA) pendant une à plusieurs heures. L’OHB est appliquée par l’intermédiaire d’une chambre hyperbare, communément appelée « caisson ».L’hyperbarie médicale a pris son essor depuis les années 1950, sous l’impulsion des praticiens hollandais et français qui introduisent les indications dans le domaine de l’urgence telles que l’intoxication au monoxyde de carbone, la gangrène gazeuse ou l’embolie gazeuse iatrogène. De nos jours, la discipline s’est consolidée par la publication d’études cliniques et la validation d’indications raisonnées par des comités d’experts tant au niveau national qu’international.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 0
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

1
Anesthésie, réanimation et médecine péri-opératoire
Chapitre S31-P04-C02
Oxygénothérapie hyperbare
J -É B É M EAN RIC LATTEAU ET RIC EAUDRE
0 02 0
2 0 C 4- 0 P - 1 3 S
L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) est une modalité d’adminis-tration de l’oxygène (O2) par voie respiratoire à une pression supé-rieure à la pression atmosphérique entre 2 et 2,8 atmosphères absolues (ATA) pendant une à plusieurs heures. L’OHB est appliquée par l’intermédiaire d’une chambre hyperbare, communément appelée « caisson ». L’hyperbarie médicale a pris son essor depuis les années 1950, sous l’impulsion des praticiens hollandais et français qui introduisent les indications dans le domaine de l’urgence telles que l’intoxication au monoxyde de carbone, la gangrène gazeuse ou l’embolie gazeuse iatro-gène. De nos jours, la discipline s’est consolidée par la publication d’études cliniques et la validation d’indications raisonnées par des comités d’experts tant au niveau national qu’international.
Effets de l’OHB
Les effets thérapeutiques de l’OHB sont liés aux phénomènes phy-siques engendrés par l’augmentation de la pression barométrique. La compression des volumes gazeux est à la base du traitement des patho-logies bullaires. L’élévation de la pression barométrique a pour consé-quence d’augmenter la pression partielle en O2 dissous dans l’organisme. Cet effet majeur d’oxygénation tissulaire est très utile dans de nombreuses pathologies ischémiques et en particulier les atteintes radiques. L’OHB est à l’origine d’effets biologiques bénéfiques initiés par la production des espèces réactives de l’O2qui interagissent avec de nombreux processus moléculaires et sont responsables de propriétés cicatrisantes (au niveau cutané et osseux) et anti-infectieuses.
Effets physiques
Compression des phases gazeuses[1, 8] Selon la relation de Boyle-Mariotte (PV = constante), toute aug-mentation de pression se traduit par une réduction du volume et du dia-mètre apparent de la bulle de gaz. Cet effet pressionnel « mécanique » est mis à profit dans la neutralisation des phases gazeuses pathogènes avec des pressions de traitement habituellement appliquées à 2,8 ATA (O2 100 %) ou 4 ATA (mélanges suroxygénés) pour prendre en charge les embolies gazeuses et les accidents de désaturation.
Augmentation de l’oxygénation plasmatique et tissulaire[8] En condition normobare, l’O2est transporté dans le sang essentiel-lement sous forme liée à l’hémoglobine avec une saturation complète rapidement atteinte pour une fraction inspirée en oxygène (FiO2) égale à 1. L’OHB permet d’augmenter de manière considérable la quantité d’O2dissous dans le sang. Elle favorise non seulement le transport san-guin, mais aussi sa délivrance tissulaire en augmentant la distance de diffusion de l’O2au niveau des extrémités des membres.
S31P04C02
Effets biologiques[6, 8, 9, 10, 12]
L’inhalation d’O2à une pression supérieure à 1 ATA augmente la production des espèces réactives de l’O2et de l’azote qui sont suscep-tibles d’interagir avec de nombreux processus moléculaires et sont res-ponsables des principaux effets thérapeutiques biologiques de l’OHB.
Effets antiischémiques directs L’OHB agit à différents niveaux sur les phénomènes ischémiques et post-ischémiques. Elle entraîne un effet de suppléance par augmenta-tion de la PaO2et de la diffusion tissulaire autour des capillaires. Ses effets anti-ischémiques sont reconnus dans l’intoxication au monoxyde de carbone (CO), l’accident de désaturation, l’embolie gazeuse ou les syndromes d’écrasement de membre. Son action semble également prometteuse dans d’autres processus ischémiques d’origine cérébrale comme, par exemple, pour la récupération secondaire de certains acci-dents vasculaires cérébraux (AVC) ischémiques ou de traumatisés crâ-niens et également au niveau cardiaque pour réduire le risque de resténose coronaire après angioplastie ou stent, et pour limiter le volume de nécrose myocardique après traitement thrombolytique.
Effets microcirculatoires et antiœdémateux L’élévation de la pression partielle d’O2d’une s’accompagne vasoconstriction artérielle immédiate, par effet propre de l’O2 sur la libération du monoxyde d’azote (NO), agent vasodilatateur. Au niveau microcirculatoire, cette vasoconstriction ne s’observe que dans les ter-ritoires normalement oxygénés, tandis que les zones ischémiques béné-ficient d’une amélioration des conditions métaboliques avec une restauration de la réactivité vasculaire sous l’effet de l’augmentation de la pression tissulaire d’O2. Une conséquence de cette vasoconstriction est d’entraîner une réduction du débit de trans-sudation capillaire et donc de prévenir la formation d’œdème vasogénique. Cet effet est notamment utile dans le traitement des syndromes compartimentaux musculaires, des œdèmes cérébraux et médullaires. L’OHB limite éga-lement la perméabilité au niveau de la barrière hémato-encéphalique après une ischémie cérébrale.
Effets profluidifiants sanguins L’OHB agit sur les globules rouges avec une diminution de la vis-cosité du sang liée à l’augmentation de l’élasticité et de la déformabi-lité érythrocytaire, de façon immédiate et prolongée pendant et au décours de la séance d’OHB. L’OHB agit au niveau des globules blancs en empêchant l’adhérence des polynucléaires neutrophiles à l’endothélium. Il a par ailleurs été montré sur des études in vitro que l’OHB possède un effet profibrinolytique en agissant directement sur let-plasminogen activatorendogène, avec un effet clinique (t-PA) bénéfique objectivé sur un modèle animal d’ischémie cérébrale d’ori-gine thrombo-embolique.
Effets antiinflammatoires L’OHB diminue l’intensité de la réponse inflammatoire en limitant la production des cytokines pro-inflammatoires. La diminution d’interleukine (IL) 1, IL-6 ettumor necrosis factor(TNF)produits par les monocytes a notamment été objectivée chez des patients atteints de maladie de Crohn traités en OHB pour des abcès péri-anaux. Ces effets passent au moins en partie par l’activation de l’hypoxia-inducible factor (HIF) 1inhibe l’activité pro- qui
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents