LES Organisations de soins de longue duree
215 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

LES Organisations de soins de longue duree , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
215 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il n’existe pas de publication qui rassemble les points de vue scientifiques et critiques sur les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD, au Québec) et les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD, en France). Pourtant, ces organisations sont depuis longtemps l’objet de vives critiques, notamment dans les médias, à cause du manque de main-d’oeuvre, de services déficients aux résidents ou de la faible qualité des infrastructures. Avec la crise de la COVID-19 subie en 2020, ces critiques semblent trouver, de façon tragique, toute leur justification.
Les auteurs de l’ouvrage visent à combler ce manque en présentant une diversité de regards sur la situation de ces organisations. De la vie quotidienne des résidents à la place qu’occupent les CHSLD et les EHPAD dans le continuum de services, en passant par les enjeux organisationnels et professionnels, ils convoquent le travail social, les sciences infirmières, administratives et récréationnelles, ou encore la sociologie, pour expliquer ce contexte si difficile et proposer des améliorations. Ce livre inspirant, qui marie la réflexion, le récit et l’analyse, permet également l'accès à une bande dessinée originale en ligne sur le travail et la vie des préposés aux bénéficiaires, des « anges gardiens » bien humains.
Le grand public, mais aussi toutes les personnes qui gravitent autour des CHSLD, des EHPAD ou d’autres types d’organisations gériatriques, ainsi que les étudiants en sciences infirmières, en gérontologie, en travail social ou en administration y trouveront réponse à leurs questions et bien plus.
François Aubry est professeur au Département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), ainsi que chercheur au centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM).
Yves Couturier est professeur titulaire à l’École de travail social de l’Université de Sherbrooke et directeur scientifique du Réseau de connaissances en services et soins de santé intégrés de première ligne.
Flavie Lemay est assistante de recherche et étudiante à la maîtrise en travail social à l’Université de Montréal.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 décembre 2020
Nombre de lectures 2
EAN13 9782760642348
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1850€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Sous la direction de François Aubry, Yves Couturier et Flavie Lemay
LES ORGANISATIONS DE SOINS DE LONGUE DURÉE
Points de vue scientifiques et critiques sur les CHSLD et les EHPAD
Les Presses de l’Université de Montréal




Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Titre: Les organisations de soins de longue durée: points de vue scientifiques et critiques sur les CHSLD et les EHPAD / François Aubry, Yves Couturier, Flavie Lemay. Noms: Aubry, François, 1983- auteur. Couturier, Yves, 1966- auteur. Lemay, Flavie, 1995- auteur. Collections: Paramètres. Description: Mention de collection: Paramètres Comprend des références bibliographiques. Identifiants: Canadiana (livre imprimé) 20200075942 Canadiana (livre numérique) 20200075950 ISBN 9782760642324 ISBN 9782760642331 (PDF) ISBN 9782760642348 (EPUB) Vedettes-matière: RVM: Établissements de soins de longue durée—Québec (Province) RVM: Foyers pour personnes âgées—France. Classification: LCC RA998.C3 A93 2020 CDD 362.1609714—dc23 Mise en pages: Folio infographie Dépôt légal: 2 e trimestre 2020 Bibliothèque et Archives nationales du Québec © Les Presses de l’Université de Montréal, 2020 www.pum.umontreal.ca Les Presses de l’Université de Montréal remercient de son soutien financier la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC).







Tableau des abréviations
ARS Agence régionale de santé
ASSTSAS Association paritaire pour la santé et les services sociaux du secteur affaires sociales
CHSLD Centre d’hébergement et de soins de longue durée
CISSS Centre intégré de santé et de services sociaux
CIUSSS Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux
CRSH Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
EHPAD Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes
INSPQ Institut national de santé publique du Québec
MCPD Manifestations comportementales et psychologiques de la démence
MSSS Ministère de la Santé et des Services sociaux
OCCI Outil de cheminement clinique informatisé
OEMC Outil d’évaluation multiclientèle
PAB Préposé aux bénéficiaires
RPA Résidence privée pour aînés
RSSS Réseau de la santé et des services sociaux
SCPD Symptômes comportementaux et psychologiques de la démence
SMAF Système de mesure de l’autonomie fonctionnelle
TMS Troubles musculosquelettiques
USLD Unité de soins de longue durée
USP Unité de soins palliatifs
VAC Vêtements adaptés commerciaux


Introduction
Le contexte du vieillissement global de la population à l’échelle internationale, où seuls deux pays sur les 193 membres de l’ONU connaissent un rajeunissement de leur population, explique pourquoi les organisations de soins de longue durée sont l’objet de réflexions nombreuses, complexes et néanmoins urgentes. Au Québec comme en France (mais aussi dans un grand ensemble de pays industrialisés), la population, les résidents et leurs proches, les professionnels, les gestionnaires et les décideurs publics en appellent tous à des transformations importantes de ces organisations. De tels changements adviendront seulement si le point de vue des principaux concernés est véritablement pris en considération. Ce livre s’intéresse donc aux résidents et à leur vie dans ces organisations, tout comme aux employés et aux gestionnaires qui y travaillent et qui les gèrent. En ce sens, il se veut une contribution à l’effort soutenant l’évolution de ces organisations.
Des organisations nécessaires, mais critiquées
Souvent considérées, à juste titre, comme la dernière étape avant la mort, les organisations de soins de longue durée – centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) au Québec ou établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) en France – demeurent de facto la réponse sociétale principale à une problématique clinique majeure: fournir des soins et des services de santé à une population en grande perte d’autonomie fonctionnelle, physique et cognitive et qui, pour ces raisons, nécessite quotidiennement une assistance et un soutien que ne peuvent plus offrir les services réguliers d’aide à domicile.
La mission officielle d’un CHSLD nous permet de constater à quel point ces organisations visent à admettre des personnes en très grande perte d’autonomie:
La mission d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée est d’offrir de façon temporaire ou permanente un milieu de vie substitut, des services d’hébergement, d’assistance, de soutien et de surveillance ainsi que des services de réadaptation, psychosociaux, infirmiers, pharmaceutiques et médicaux aux adultes qui, en raison de leur perte d’autonomie fonctionnelle ou psychosociale, ne peuvent plus demeurer dans leur milieu de vie naturel, malgré le support de leur entourage ( Loi sur les services de santé et les services sociaux , chap. S-4.2, art. 83).
Pour sa part, selon sa définition, un EHPAD en France présente les mêmes caractéristiques, malgré quelques différences (ex.: exigence d’âge de 60 ans pour l’admission en EHPAD et niveau de perte d’autonomie pour l’admission en CHSLD; différences dans la direction, etc.). Les organisations de soins de longue durée sont donc une formule d’hébergement adéquate pour les personnes en grande perte d’autonomie.
Il n’y a pourtant rien de «naturel» à ce que des institutions comme les organisations de soins de longue durée demeurent la formule principale pour répondre aux besoins des personnes en grande perte d’autonomie. Les services d’aide à domicile connaissent une évolution positive, tout comme divers modèles d’hébergement plus souples qu’on expérimente afin de réduire l’effet iatrogène des formes asilaires, plus lourdes. Cette formule, éprouvée depuis au moins le début du XX e siècle, est proche d’un modèle organisationnel de type hospitalier, dont le fonctionnement, plus industriel, est davantage fondé sur l’efficacité des soins que sur l’adaptabilité aux styles de vie individuels. La tendance actuelle vise davantage à soutenir les aînés à leur domicile le plus longtemps possible, en leur fournissant les soins et services requis, selon leur niveau d’autonomie. Les CHSLD, comme les EHPAD, deviennent alors des espaces réservés aux personnes dont la perte d’autonomie est la plus élevée, le plus souvent lorsque les solutions de soutien à domicile proposées sont insuffisantes. Cela produit un réel alourdissement des clientèles et un repositionnement des CHSLD et des EHPAD dans les continuums de services du côté des ressources spécialisées.


Statistiquement, au Québec, les CHSLD accueillent une minorité de personnes âgées de 65 ans et plus, soit moins de 3%. Une très grande majorité (86%) vivent à domicile, tandis que 10% demeurent dans une résidence collective, principalement de type résidence privée, et 1%, dans des ressources intermédiaires ou de type familial.
Cet ouvrage ne remet pas en cause l’utilité des organisations de soins de longue durée ni d’ailleurs ne propose de modèle de rechange. Nous affirmons d’entrée de jeu que ces organisations demeurent nécessaires, dans le sens où aucune autre forme de soins (par exemple une assistance soutenue à domicile) ne suffit à répondre adéquatement aux besoins de ce 3% de la population âgée, ni au Québec ni en France.
Le fonctionnement de ces organisations est aujourd’hui fortement critiqué, pour au moins deux raisons. La première tient à la faible qualité (moyenne) des soins et services apportés aux résidents. Ces derniers, leurs familles ou les associations qui les réunissent dénoncent ces problèmes de qualité. C’est ainsi qu’en 2018 le Conseil pour la protection des malades a décidé de déposer une demande d’action collective contre l’ensemble des CHSLD du Québec afin de dénoncer les conditions de vie des résidents, jugées dégradantes. La seconde raison porte sur l’accroissement constant de la charge de travail des employés de ces organisations, et notamment des équipes de travail d’assistance et de soins, c’est-à-dire les infirmières et les aides-soignants (en France) ou préposés aux bénéficiaires (au Québec). On se souviendra de la longue grève de 2018, en France, à l’EHPAD Les Opalines, durant laquelle le personnel soignant a dénoncé les cadences de travail, qu’il ne supportait plus.
S’agit-il de malveillance, d’incompétence? Globalement, nous pensons que non. Plusieurs chercheurs montrent dans cet ouvrage les effets délétères du mode de fonctionnement de ces organisations sur les travailleurs, sur les gestionnaires et, in fine , sur les résidents. Ces trois groupes souffrent de la difficulté à faire évoluer ces organisations.
Que ce soit du point de vue du résident, du travailleur ou de l’organisation, une tendance se dessine: l’organisation de soins de longue durée est un type d’établissement contraint par des tensions qui peuvent paraître, à première vue, contradictoires. Certaines de ces tensions sont dues à une double réalité, soit d’une part un modèle d’organisation historiquement peu innovant, fondé sur un système hiérarchique et quasi industriel, et d’autre part un investissement massif dans la production de règlements et de normes de qualité ainsi que dans des innovations cliniques favorables, en principe, à l’accroissement de la qualité de vie des résidents et du bien-être des travailleurs.
La surmédiatisation et une image trop négative
Les organisations de soins de longue durée sont surmédiatisées, c’est-à-dire qu’elles font l’objet de nombreux commentaires et images diffusés dans les médias, et ce, pour diverses (bonnes et mauvaises) raisons: cas de maltraitance et de négligence, manque de main-d’œuvre, locaux désuets, etc. Une telle médiatisation montre sans nul doute l’intérêt de chacu

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents