Les Médicaments du cerveau
184 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les Médicaments du cerveau , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
184 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quels sont les moyens dont nous disposons aujourd'hui pour agir sur le cerveau ? Comment contrôler les humeurs ? Comment maîtriser les délires ? Comment ralentir le vieillissement, modérer l'appétit, réguler le sommeil ?Jean Costentin est membre de l'Académie nationale de pharmacie. Il dirige une unité de recherche de neuropsychopharmacologie associée au CNRS.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 1993
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738160119
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0850€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , AVRIL 1993 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN  : 978-2-7381-6011-9
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
À tous les miens, À mes maîtres et amis les professeurs J.-C. Schwartz, R. Boulu et le docteur L. Guillemot, À tous les participants de l’unité de neuropsychopharmacologie.
Avant-propos

La lente révolution des psychotropes 1

Le concept d’évolution et celui de sélection naturelle ont ruiné la mythologie de la création. La théorie du big bang a rompu avec celle de la fixité et de l’éternité de l’univers. De même, L’Homme neuronal de Jean-Pierre Changeux, paru il y a une dizaine d’années, a sorti la pensée, les sentiments, les émotions, les passions, du merveilleux inaccessible ou des domaines réservés de la philosophie et de la psychanalyse. Dix ans déjà qu’a retenti cet acte de foi matérialiste annonçant une physiologie de la pensée, de la cognition, à certains égards comparable à la régulation de la glycémie, au métabolisme du phosphore et du calcium ou mieux, car plus complexe mais déjà largement élucidé, à la physiologie de l’immunité. Les brumes qui enveloppaient l’esprit – la quintessence du phénomène humain – allaient se dissiper. L’esprit amorçait sa révolution copernicienne.
La révolution dans le domaine des médicaments du cerveau est en marche depuis beaucoup plus longtemps : depuis une quarantaine d’années, si on veut la dater de l’avènement des premiers médicaments antipsychotiques (médicaments de la folie, au sens commun du terme). Elle est éminemment plus discrète que la précédente car elle s’étire, parfois s’essouffle mais rebondit pour connaître de nouveaux accès fébriles, puis ronronner à nouveau. Nombre de ses succès doivent beaucoup au hasard, à l’observation, au tâtonnement, à l’action plus qu’à la réflexion. La neuropsychopharmacologie, cette science qui a pour objet de sélectionner et d’étudier les médicaments destinés aux troubles ou aux affections neurologiques et psychiatriques, bénéficie depuis longtemps des investissements considérables que lui permet son implantation dans l’industrie pharmaceutique. Si l’on considère ses innovations réelles, ses rendements paraissent modestes. L’organisation même de cette pêche donne la primauté au chimiste sur le biologiste : elle explique ce faible rendement. D’imposants moyens semblent altérer quelque peu l’imagination.
L’entrée en force de la neurobiologie, son ouverture récente à la biologie moléculaire, introduisent une révolution dans la révolution. La neuropsychopharmacologie ne se laisse presque plus piloter par l’aval, elle accède avec sa sœur jumelle, que dis-je, sa sœur siamoise, la neurobiologie, à la cinquantaine, épanouies, fortes de leur succès, confiantes en leurs projets, sans trop de modestie ni de pusillanimité. Leurs progrès respectifs s’épaulent, se confortent, se fécondent mutuellement. L’outil pharmacologique est une sorte de scalpel neurobiologique. Le concept neurobiologique sert bientôt de moule à une nouvelle stratégie pharmacologique.

Quand l’action précédait la compréhension
Plus importants sans doute que les cheminements conduisant à une découverte est la découverte elle-même. La découverte d’un fleuve prime sur le sens du parcours qui l’a permise, que ce soit de l’embouchure vers la source ou de la source vers l’embouchure.
Les neuroleptiques qui ont transformé la vie des psychotiques ont été découverts alors qu’on ignorait tout, ou presque, des transmissions dopaminergiques. Les benzodiazépines anxiolytiques ou hypnotiques ont vu le jour alors qu’on ignorait tout de leurs relations avec les récepteurs de l’acide gamma amino butyrique (GABA) et avec le canal transmembranaire aux ions chlorure. Les antidépresseurs ont fait merveille en clinique avant que l’on ne sache qu’ils inhibaient la recapture neuronale qui de noradrénaline, qui de la sérotonine. Le lithium, dont le succès reste sans égal chez le maniaco-dépressif, cache toujours jalousement le secret de l’intimité de son mécanisme d’action. Les propriétés analgésiques de l’opium étaient déjà mises à profit par les Sumériens anciens, quatre mille ans avant notre ère ; la morphine n’en fut isolée qu’en 1806, les récepteurs sur laquelle elle agit ne furent caractérisés qu’en l’année 1971 et les substances endogènes, « endorphines », dont la morphine mime les effets, ne furent connues qu’en 1974...
Arrêtons là cette énumération des découvertes qui précèdent l’explication, mais qui suscitent sa recherche et forgent des outils pour la révéler.
Le hasard a fait tant de miracles, a été à l’origine de tant d’heureuses surprises, a commis tant de succès que des démarches désormais rationnelles et systématiques peuvent faire redouter parfois qu’elles ne fassent fuir le destin, comme l’edelweiss fuit les jardins entretenus et plantés au cordeau. Sans plaisir, les neurobiologistes et les neuropsychopharmacologues sont forcés de constater que les prototypes des grandes classes d’agents neurotropes et psychotropes ont précédé la connaissance physiopathologique des affections qu’elles traitent ainsi que la connaissance neurobiologique des systèmes sur lesquels porte leur action.

L’importance des enjeux
Avant de pénétrer les arcanes de la neuropsychopharmacologie, nous allons devoir doter le lecteur de deux viatiques : l’un lui permettra de mesurer l’importance des troubles neuropsychiatriques dans la population générale, l’autre le familiarisera avec la façon la plus usuelle de classer les médicaments dont on dispose pour y faire face.
Pour traiter de ce premier aspect, le tableau suivant présente la « prévalence vie entière », c’est-à-dire la proportion de sujets d’une population donnée qui contracteraient une affection s’ils vivaient tous jusqu’à un âge suffisant pour être exposés au risque de la contracter.

Un peu d’ordre s’il vous plaît
Au rythme où les médicaments ont fleuri, il a fallu, en fonction de leur efficacité, et partant de leurs indications, les classer, en regrouper certains, en distinguer d’autres. Les considérations pratiques ayant précédé les explications neurobiologiques et la connaissance de leurs mécanismes d’action, les classifications chimiques étant souvent de peu d’intérêt, il est revenu tout naturellement aux cliniciens d’élaborer ces classifications. L’une d’elles, d’inspiration psychiatrique donc, proposée par J. Delay dans les années soixante, fait aujourd’hui encore autorité ; quand bien même des appositions nouvelles ont incité à l’élargir, elles ne l’ont pas remise en cause. Elle repose sur le concept de « tonus mental », à la confluence du niveau de vigilance (éveil, attention, disponibilité et réactivité à l’environnement) et de l’état de l’humeur (l’élan vital, la joie de vivre, d’entreprendre, de réaliser, d’obtenir, etc.). À partir de là, sont définies trois classes d’agents psychotropes : ceux qui élèvent le tonus mental : les psychoanaleptiques  ; ceux qui abaissent le tonus mental : les psycholeptiques  ; ceux enfin qui affectent non plus en intensité mais qualitativement le fonctionnement psychique, le faisant changer de registre, sortir du sillon, éthymologiquement délirer : ce sont les psychodysleptiques. La classification de Lewin, quoique datant de 1928, reste utile pour traiter de ces derniers : elle distingue les Euphorica, nous dirons les euphorisants, avec les opiacés (morphine, codéine, héroïne, etc.) et leurs succédanés de synthèse totale ou encore la cocaïne et autres ectasy, crack ; les phantastica, nous dirons les hallucinogènes, avec le LSD , la marijuana, le stramoine ou datura, la mescaline, la psylocybine, etc. ; les Inebrianta, nous dirons les enivrants (le protoxyde d’azote ou gaz hilarant, l’éther, la colle pour rustines et bien sûr l’alcool, etc.).


Parmi les agents diminuant le tonus psychique – les psycholeptiques – il y a ceux qui agissent sur la vigilance : les nooleptiques. Ils comprennent les anesthésiques généraux, les hypnotiques, les sédatifs ou tranquillisants, les anxiolytiques et ceux qui agissent sur l’humeur : les thymoleptiques – ou antipsychotiques –, parmi lesquels les neuroleptiques.
Parmi les agents accroissant le tonus psychique ou les psychoanaleptiques, on trouve ceux qui stimulent la vigilance, les nooanaleptiques. Ce sont des agents dont l’action mobilise largement une substance de communication entre les neurones, la dopamine. Il s’agit de l’amphétamine et de ses dérivés : les amphétaminiques, ou psychamines ou amines de réveil. Avec une intensité souvent moindre et des mécanismes d’action non seulement différents de ces premiers mais aussi volontiers différents entre eux, existent d’autres agents éveillants, psychostimulants, dont le modafinil, la caféine, la vitamine C.
Un autre groupe de psychoanaleptiques est constitué par les stimulants de l’humeur, les thymonaleptiques, c’est-à-dire les antidépresseurs. Après que ce groupe se soit identifié à des substances chimiquement formées par l’accolage de trois cycles, les tricycliques, sont apparues d’autres substances de structure chimique différente mais aux mécanismes d’action similaires. On les a dit « apparentés aux tricycliques ». D’autres ont vu le jour avec des structures chimiques et surtout un mécanisme d’action très différent de celui des thymoanaleptiques. Ils inhibaient une activité enzymatique, la

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents