La Vérité sur vos médicaments
401 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Vérité sur vos médicaments , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
401 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« Nous avons décidé d’écrire ce livre pour dire la vérité sur les médicaments. » Les malades et leur entourage ne savent plus à quel saint se vouer. Qui croire ? Faut-il se méfier des médicaments ? Peut-on faire confiance à son médecin ? à son pharmacien ? Les responsables publics contrôlent-ils réellement l’industrie pharmaceutique ? Les experts sont-ils tous « achetés » ou « vendus » ? Consommons-nous trop de médicaments ? Comment s’y retrouver ? Résultat de l’expérience croisée de 32 spécialistes et de l’analyse d’essais cliniques d’envergure mondiale, ce livre apporte des réponses scientifiquement validées. Alliés indispensables de la médecine et moteurs de son progrès, les médicaments sont au cœur du système de santé. Ils ont permis le recul des maladies contagieuses, opéré de grands bouleversements en cancérologie, des quasi-miracles en cardiologie, en rhumatologie, en gastro-entérologie… Ils ont rendu possibles les greffes d’organes, de tissus ou de cellules. Si l’on guérit de plus en plus de nos jours et si l’on soigne de mieux en mieux les maladies chroniques, le diabète ou l’asthme, ce n’est jamais sans l’aide des médicaments. Telle est la vérité qu’il nous a paru urgent de rappeler. Sans ignorer que le progrès a son revers : les abus, les falsifications, les scandales. Chaque auteur a déclaré ses liens d’intérêts, défendu ses thèses en toute indépendance et, lorsqu’il y a lieu, les désaccords entre spécialistes ont été signalés. Les droits d’auteur issus de ce livre sont intégralement versés à la Fondation pour la Recherche Médicale. Une analyse indépendante, sans parti pris, sur les médicaments en France, leur développement, leur évaluation, leur bon et leur mauvais usage. Les professeurs Jean-François Bergmann, François Chast, André Grimaldi, Claire Le Jeunne, avec l’aide de Claire Hédon, journaliste à RFI, et avec les contributions des docteurs et professeurs Joël Ankri, Thomas Bardin, Arnaud Basdevant, Marc-André Bigard, Jacques Blacher, Éric Bruckert, Karine Clément, Jean- Philippe Collet, Louis-Jean Couderc, Bertrand Dautzenberg, Anne Ducros, Irène Frachon, Alain Gaudric, Serge Gilberg, Anne Gompel, Marc Labetoulle, Patrick Lemoine, Jean-Pierre Lépine, Isabelle Mahé, Arnaud Méjean, Jean-Michel Pawlotsky, Serge Perrot, Éric Pujade-Lauraine, Antoine Rousseau, Willy Rozenbaum, François Trémolières, Philippe Ruszniewski, Marie-Christine de Vernejoul. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 mars 2015
Nombre de lectures 2
EAN13 9782738166975
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0950€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , MARS  2015
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-6697-5
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Avant-propos

Sans les médicaments il n’y aurait pas de progrès médical. Facteurs déterminants du progrès, ils ne sont cependant jamais sans risque. Rigueur de l’évaluation, transparence de l’information, pertinence de la prescription devraient donc être des impératifs. En réalité, le système de santé est tiraillé entre l’intérêt des malades et l’intérêt des industriels de la santé. On les accuse de pousser à la prescription et on reproche aux prescripteurs de céder trop facilement à leurs pressions. Finalement, on dénonce l’appétence des Français pour les médicaments avec une consommation moyenne de quarante-huit boîtes par an et par personne. Les scandales répétés, du sang contaminé au MÉDIATOR ® , ont jeté le discrédit sur les responsables de la sécurité sanitaire et provoqué la suspicion à l’égard des experts, tandis que les chevaliers de l’apocalypse se font de la publicité en semant la terreur. Si bien qu’il est devenu difficile pour les malades, voire pour les médecins, de s’y retrouver ! C’est pourquoi nous avons décidé d’écrire ce livre pour dire la vérité sur les médicaments, une vérité que ni les uns ni les autres n’ont à ce jour délivrée.
Nous allons tenter de débrouiller l’écheveau de cette industrie du médicament qui, quand elle ne se présente pas comme une bienfaitrice de l’humanité, fait valoir son apport à la richesse du pays et à la création d’emplois. Nous allons décrypter le rôle des agences d’enregistrement et d’évaluation ainsi que des organismes payeurs, souvent accusés de former un « mille-feuille bureaucratique ». Nous analyserons les rapports complexes entre les industriels de la santé, les médecins, les malades et leurs médicaments dans un pays qui consomme trop et mal. Mais comprendre la complexité du système, ses abus et ses atouts, c’est aussi avancer des propositions pour le rendre plus efficient au service des malades qui en ont le plus besoin.
À cette analyse succédera une autopsie des principaux scandales sanitaires impliquant le médicament. Sans avoir la prétention de pouvoir désigner le « coupable » – tant il est vrai qu’il n’y en a rarement un seul –, nous verrons si les leçons tirées pourraient nous protéger de scandales futurs.
Mais avant cela, nous avons laissé la parole à vingt-huit spécialistes reconnus qui, pour chaque classe de médicaments, ont accepté de répondre aux questions posées par Claire Hédon n’hésitant pas à les pousser dans leurs retranchements. À les écouter, on perçoit les difficultés et les spécificités de chaque domaine thérapeutique, mais aussi les similitudes historiques : alternance de périodes marquées par de grands progrès et de périodes sans aucune découverte notable, difficultés pour définir les bonnes indications et pour mesurer l’efficacité dans la vie réelle, importance de la prévention et insuffisance de l’observance.
Cet appel aux spécialistes nous a paru une évidence car, aujourd’hui, il est impossible d’écrire en solitaire un livre sérieux sur le médicament. Chacun s’est exprimé avec son style et a fait part de son analyse. Rarement nous nous sommes sentis en désaccord, plus souvent nous avons eu envie d’insister sur certains points, d’où la présence d’« encadrés ». Parfois aussi, nous avons eu des débats entre nous et nous avons essayé d’en rendre compte. Ils ne sont que le reflet de la complexité du sujet et de nos différences dans l’exercice d’un art autant que d’une science. En effet, si la médecine et la thérapeutique deviennent de plus en plus une science construite sur l’expérimentation et l’évaluation, leur exercice reste pour l’essentiel un art fondé sur l’expérience.
Les sciences de la santé ont affaire avec les grands nombres permettant les calculs statistiques, mais l’exercice de la médecine doit se préoccuper de chaque patient, dans son individualité et dans sa globalité.
Ce livre n’est pas un guide exhaustif portant sur l’ensemble des médicaments. Pardon à ceux qui se sentiraient frustrés de ne pas y retrouver ceux figurant sur leurs ordonnances. Notre objectif est plus de décrire pour comprendre, de comprendre pour analyser, d’analyser pour proposer.
Chaque auteur a travaillé en toute indépendance et a déclaré ses liens d’intérêts. Les droits d’auteur issus de ce livre seront versés à la Fondation pour la recherche médicale.
Merci à Claire Hédon pour sa persévérance et pour sa compétence.
Bonne lecture.

Jean-François B ERGMANN

Jean-François Bergmann est chef du service de médecine interne, à l’hôpital Lariboisière (Paris), professeur de thérapeutique à l’université Paris-Diderot, ancien vice-président de la Commission de la transparence ; ancien vice-président de la Commission d’autorisation de la mise sur le marché (Agence du médicament).
Liens d’intérêts : participation ponctuelle à des réunions de méthodologie et aide au développement avec les laboratoires AstraZeneca, Boehringer, Celgene, GSK, Janssen, Lilly, MSD, Novartis, Prioritis, Sanofi-Genzyme, Takeda.

François C HAST

François Chast est chef du service de pharmacie clinique du groupe hospitalier Cochin-Hôtel-Dieu, Assistance publique des hôpitaux de Paris, professeur associé à l’université Paris-Descartes (laboratoire de Pharmacie clinique), membre de l’Académie nationale de pharmacie (dont il a été le président en 2010), expert près la cour d’appel de Paris (expertises dans le domaine « sciences du médicament »), vice-président du Comité d’éducation sanitaire de la pharmacie française.
Liens d’intérêts : membre du « Data Safety Monitoring Board » de SDD (start-up suisse).

André G RIMALDI

André Grimaldi est professeur émérite d’endocrinologie-diabétologie au CHU la Pitié-Salpêtrière.
Liens d’intérêts : rémunérations ponctuelles pour des conférences et des expertises par les laboratoires intervenant dans le diabète (Novo Nordisk, Sanofi, Lilly, MSD, Merck Serono, GSK, AstraZeneca, Novartis, Vitalaire).

Claire L E  J EUNNE

Claire Le Jeunne est chef de service de médecine interne du groupe hospitalier Cochin-Paris-Centre, professeur de thérapeutique et vice-doyenne à la pédagogie et à la vie étudiante de la faculté de médecine Paris-Descartes, ancienne vice-présidente de la Commission de la transparence auprès de la Haute Autorité de santé.
Liens d’intérêts : activité de conseil auprès de différentes firmes pharmaceutiques (Amgen, Lilly, Novartis, BMS, Bayer, Roche, UCB) ; essais thérapeutiques dans le service (Bayer, Pfizer, Roche).
PREMIÈRE PARTIE
LES MÉDICAMENTS ET LES GRANDES MALADIES QUEL BÉNÉFICE POUR QUEL RISQUE ?
Pour présenter les grandes classes de médicaments et les pathologies, il a fallu faire des choix de spécialités pharmaceutiques en fonction de la fréquence des maladies et de l’importance quantitative des prescriptions. Et il a fallu choisir des spécialistes en fonction de la reconnaissance de leur compétence et de leur disponibilité pour répondre aux questions qui se posent, et acceptant de préciser leurs liens d’intérêts avec des laboratoires pharmaceutiques notamment. Des discussions ont eu lieu pour préciser ou débattre d’un point particulier. Il convenait enfin de déterminer un ordre de présentation.
Nous avons débuté par le tabagisme, responsable de 70 000 décès par an, et qui coûte chaque année 18 milliards à la Sécurité sociale – les taxes rapportant, pour comparaison, 12 milliards à l’assurance-maladie. Puis, logiquement, nous avons abordé les maladies respiratoires et les cancers. Vient ensuite l’obésité, qui serait responsable de 500 000 cancers par an dans le monde. Les médicaments anorexigènes anciens ont été des échecs et ont parfois été à l’origine de scandales. La recherche très active permet d’espérer des progrès thérapeutiques qui seront essentiels pour la prévention du diabète et des facteurs de risque cardio-vasculaire (hypertension, dyslipidémie, sédentarité, auxquelles il faut bien évidemment ajouter le tabagisme).
Si la mortalité cardio-vasculaire diminue spectaculairement, cela est dû pour moitié au traitement de ces facteurs de risque, notamment par les statines, et pour moitié au progrès des traitements de l’insuffisance coronaire et des accidents vasculaires cérébraux, parmi lesquels trouvent place les antiplaquettaires et les anticoagulants.
Les pilules contraceptives, formidable progrès dans la vie personnelle, professionnelle, sociale des femmes, sont néanmoins des médicaments dont le rapport bénéfice/risque doit être précisément évalué pour éviter les dérives commerciales.
Nous avons ensuite abordé les infections, leur prévention et leur traitement, et discuté le rapport coût/efficacité des médicaments de l’hépatite C, avant de nous attacher aux traitements symptomatiques de la douleur et du « mal-être » par les antalgiques, les psychotropes, les somnifères, les antimigraineux et les anti-inflammatoires qui posent des problèmes d’effets secondaires et d’indications.
Le chapitre se termine par les pathologies dites « dégénératives » liées à l’âge : maladie d’Alzheimer, ostéoporose, dégénérescence rétinienne (DMLA) et glaucome, qui certes peut se voir à tout âge mais dont la fréquence augmente avec l’âge et qui, en l’absence de traitement, peut entraîner la cécité.
Sevrage ta

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents