La Maladie bipolaire expliquée aux souffrants et aux proches
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Maladie bipolaire expliquée aux souffrants et aux proches , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

On disait hier « maladie maniaco-dépressive ». On parle aujourd’hui de « troubles bipolaires ». Mais d’hier à aujourd’hui, la souffrance demeure, et trop de vies sont encore abîmées par cette maladie, surtout si elle n’est pas diagnostiquée tôt ou correctement traitée. Vous trouverez dans ce livre au ton amical toutes les données scientifiques et pratiques nécessaires pour comprendre le trouble bipolaire – le vôtre ou celui d’un proche – et, surtout, pour faire que ce trouble n’empêche pas une vie heureuse et féconde. Raphaël Giachetti est médecin psychiatre à Toulouse. Il est l’un des meilleurs spécialistes français de la maladie bipolaire. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 octobre 2012
Nombre de lectures 7
EAN13 9782738178411
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , OCTOBRE 2012
15, R UE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN 978-2-7381-7841-1
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
« Sois sage, ô ma Douleur,
Et tiens-toi plus tranquille »
Charles Baudelaire,
« Recueillement », Les Fleurs du mal .
Préface

Tout d’abord, je tiens à remercier le docteur Raphaël Giachetti d’avoir écrit ce livre. Il l’a écrit en pensant aux patients et à leurs proches avec tout le respect qui leur est dû. Au-delà des millions de personnes touchées de près ou de loin par la maladie, ce livre s’adresse également à tous ceux qui voudront en savoir plus sur les troubles bipolaires, professionnels de la santé mentale y compris.
Le trouble bipolaire, ce mal à la mode, diront certains. Erreur d’appréciation à n’en pas douter, car, loin d’être un phénomène passager caractéristique de nos sociétés modernes, ces troubles sont décrits depuis l’Antiquité. Seule la dénomination a changé au cours du temps, et nous comprendrons en lisant le livre pourquoi la terminologie de psychose maniaco-dépressive a été abandonnée. La souffrance des patients n’est jamais un effet de mode et l’effort de caractérisation des pathologies permet de les traiter au mieux pour le mal dont ils souffrent. Et il n’est pas rare que les patients eux-mêmes ou leur entourage suggèrent à bon escient le diagnostic à leur médecin, après lecture d’un article ou d’un livre. Les médecins sont encore hésitants à poser le diagnostic et il faut en consulter quatre ou cinq avant que le trouble ne soit évoqué. Cela prend en moyenne huit ans.
Il s’agit d’un trouble fréquent, qui se caractérise également par le fait d’être très démocratique, il touche toutes les couches sociales, non sexiste, les hommes sont autant atteints que les femmes, et non raciste car sans discrimination entre les différentes origines et cultures.
Il est juste dévastateur quand il n’est pas correctement diagnostiqué et pris en charge. D’où la nécessité de fournir encore et toujours de l’information de qualité. De manière générale, il est indispensable de communiquer sur les troubles psychiatriques afin que l’information ne se limite pas à celle biaisée, issue des faits divers. La déstigmatisation, en plus de favoriser une meilleure acceptation des patients au sein de la société, facilite un accès plus rapide aux soins et par conséquence limite l’évolution vers les formes les plus sévères.
Ce livre est construit sur la base d’un dialogue entre une journaliste, Marie, et un psychiatre, le Docteur Paul.
Grâce à cet échange, le lecteur a le sentiment d’être tenu par la main pour entrer, sans être brusqué, dans l’univers d’une clinique psychiatrique, à la rencontre d’une maladie et de ceux qui en sont atteints. À aucun moment, le lecteur ne se sent voyeur, car la bienveillance du Docteur Paul à l’égard des patients suscite chez son interlocutrice, et par son intermédiaire chez le lecteur, ce même respect. Le Docteur Paul souligne que l’objectif de ce livre est de donner de l’information avec sensibilité et humanité. Le but est largement atteint.
Il ne s’agit pas d’un livre « académique », et c’est sa force. Le lecteur est directement en prise avec le propos, car toutes les questions que pose Marie traduisent ses propres interrogations. Le docteur Giachetti, alias le Docteur Paul, a déjà entendu ces questions, il a été suffisamment attentif au cours de sa pratique clinique pour pouvoir les restituer et proposer des réponses. Il s’agit de ses réponses, construites à partir de sa pratique, de ses propres interrogations, de sa formation et des échanges avec ses pairs. Hors du champ classique des manuels, la formule du dialogue permet de se libérer de toutes les contraintes des références. Il ressort de cette démarche un livre d’une grande maturité à la hauteur de ce que les patients attendent. C’est un dialogue que tout patient serait en droit d’avoir avec son psychiatre. Toutes les questions importantes concernant la maladie sont abordées et toutes les réponses reposent sur une grande connaissance théorique et pratique.
Pour conclure cette très modeste préface, je souhaite également échanger avec le Docteur Paul, puisqu’il m’interpelle amicalement sur la création des Centres Experts, plates-formes pluridisciplinaires dédiées à une pathologie, qui proposent une aide au diagnostic et à la prise en charge. Ces centres, labellisés et organisés en réseau par la fondation FondaMental, ont été effectivement déployés au sein de structures hospitalières publiques et, pour la plupart d’entre elles, affiliés à une université du fait de leur nécessaire implication dans la recherche. Cependant, ces réseaux n’ont de sens que s’ils parviennent à tisser des liens étroits avec le système de soins existants tant public que privé. C’est le début d’une aventure qui doit être commune pour le bien des patients.
Et, au final, ce sont les patients qui valident ou non une expertise.
Chantal Henry, professeur de psychiatrie, à l’université Paris-Est et au groupement hôpital Albert-Chenevier-Henri-Mondor à Créteil.
Avant-propos

Le trouble bipolaire, ou maladie bipolaire, ou encore maladie maniaco-dépressive, touche au bas mot 3 % de la population. En France cela représente près de deux millions de personnes. La maladie par son expression ne concerne pas que les patients, l’entourage subit de plein fouet les périodes d’exaltation et d’excitation, de même que les phases d’effondrement. Finalement pas loin de 10 millions de personnes, soit un Français sur six, souffrent de cette maladie dans leur chair ou auprès d’un des leurs. Et si l’on prend en compte les troubles les plus proches de cette affection, comme la cyclothymie, la dépression unipolaire ou la dysthymie, c’est au moins le double de personnes qui sont touchées…
Une enquête, rapportée par le professeur Stephen M. Stahl dans son ouvrage de référence Psychopharmacologie essentielle et réalisée il y a une vingtaine d’années, montrait que la grande majorité des gens considérait que la dépression n’était pas une maladie mais une faiblesse émotionnelle (71 % des personnes interrogées). Pour beaucoup aussi, elle était due au mauvais environnement parental (65 %). Une part significative des personnes interrogées pensait que la victime avait le pouvoir de s’en débarrasser (45 %) ou alors qu’il s’agissait d’une maladie incurable (43 %) ou due à un péché ( sic ) (35 %).
Après quinze années d’exercice de la psychiatrie, dont les cinq dernières presque exclusivement consacrées aux patients atteints d’un trouble bipolaire, j’ai le sentiment que rien n’a bougé en ce qui concerne les perceptions de la dépression et qu’il en est exactement de même pour le trouble bipolaire. Si à nouveau cette enquête était réalisée, les résultats de 2010 pourraient se calquer sur ceux de 1990.
L’ambition de ce livre est d’essayer de faire évoluer les fausses idées, les préjugés et les stéréotypes qui survivent aux années et desservent les patients et leurs proches.
Comment ? En délivrant une information accessible, simple et authentique sous la forme d’un dialogue et de rencontres imaginaires entre une journaliste, Marie, et un psychiatre, le Docteur Paul. Vous pouvez laisser libre cours à votre imagination pour vous représenter ces deux personnages. Marie peut être grande, brune, aux traits fins éclairés par un regard azur, adepte du tailleur-pantalon/top résille, ou alors, petite, blonde, ronde et tonique, en jean et tee-shirt. Le Docteur Paul, carrure athlétique, bronzé, cheveux noirs, look Malibu ou alors élancé, smart, d’une élégance sobre. Ou bien encore chétif, inhibé et fringué comme l’as de pique… à l’image de beaucoup de ses confrères. À vous de choisir. Quelques indices malgré tout : la scène se déroule bien au sud de la Loire, un peu à l’ouest, dans une région connue pour sa gastronomie et reconnue pour ses compétences aéronautiques.
Les questions que pose Marie ont été collectées au cours des nombreuses réunions d’information que j’ai animées et coanimées avec mon ami, le psychiatre Michel Frexinos, auprès des patients et de leurs proches. Au cours de ces rencontres, nous avons identifié un hiatus : malgré les nombreux ouvrages de qualité écrits par nos confrères, l’environnement des patients reste, il faut bien le dire, à distance de la réalité de la maladie. Je souhaite dépasser la simple description des troubles et permettre au plus grand nombre de réaliser ce que recouvrent des mots si vite dits, si vite lus, mais si lourds de sens comme angoisse, anhédonie, toute-puissance, maladie chronique . En un mot, aider à mieux cerner cette maladie sournoise en partant du principe que lorsqu’un danger est bien identifié, lorsque patients et proches sont bien informés, il est alors possible d’agir devant le risque et d’éviter les situations les plus pénibles. Voire de bien vivre, autant que faire se peut, dans l’acceptation de la maladie. Cela était impensable il y a encore trente ans, mais les progrès de la connaissance médicale et de la thérapeutique ont été tels depuis que cet objectif est désormais bel et bien réalisable.
J’aspire aussi à dissiper le brouillard qui confond l’individu et son trouble, et ainsi à éclairer l’homme ou la femme que l’on a tendance à oublier derrière les expressions si déroutantes de cette maladie. Enfin, si ce livre aidait certains patien

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents