La Chimie féminine
100 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Chimie féminine , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
100 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre est un livre pour les femmes, toutes les femmes. Contraception, traitement de la stérilité, traitement de la ménopause : la vie des femmes va être rythmée par les hormones. Peut-on prendre des hormones sans risque toute sa vie ? La pilule favorise-t-elle le cancer ou les maladies cardio-vasculaires ? La fécondation in vitro est-elle sans complication pour les femmes et leurs enfants ? Toutes les femmes peuvent-elles prendre un traitement pour la ménopause ? Lequel et pendant combien de temps ? Faut-il avoir peur des traitements hormonaux ? Les professeurs René Frydman et Philippe Bouchard font le point sur les connaissances actuelles et prodiguent leurs meilleurs conseils, pour que chaque femme puisse maîtriser sa fertilité, son bien-être et participer aux décisions qui la concernent. Le livre de référence sur les hormones. Le professeur René Frydman, gynécologue-accoucheur, est un des pionniers de la fécondation in vitro. Il est chef de service à l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart. Le professeur Philippe Bouchard est endocrinologue, chef de service à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, spécialiste des hormones de la femme.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 avril 2006
Nombre de lectures 3
EAN13 9782738189813
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB, AVRIL 2006
15, RUE S OUFFLOT, 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
EAN 978-2-7381-8981-3
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
Ce livre est dédié à tous les acteurs de la libération de la santé des femmes, en particulier à Gregory Goodwin Pincus (1903-1967), pionnier de la fécondation in vitro et inventeur de la pilule, au mouvement français pour le planning familial, et à toutes les femmes et les hommes qui ont rendu possible l’application des grands progrès de la médecine de reproduction.
Introduction

Apprends d’hier, vis pour aujourd’hui, espère pour demain. La chose importante est de ne pas arrêter de se poser des questions.
Albert E INSTEIN 1

La médecine s’est occupée des femmes, en favorisant, ce qui a pu paraître scandaleux à certains, leur indépendance. Leur santé a bénéficié de formidables progrès : le traitement de la ménopause depuis 1942, la contraception depuis 1960, et l’Assistance Médicale à la Procréation depuis 1978. Grâce à ces avancées les femmes vivent mieux et plus longtemps, mais elles vont prendre des hormones presque toute leur vie.
 
Elles ont maintenant le droit et la possibilité de pouvoir être enceinte quand elles le désirent (d’ailleurs de plus en plus tard), d’avoir accès à la contraception de leur choix, de pouvoir effectuer une interruption de grossesse si elles le souhaitent et de bénéficier des traitements substitutifs après la ménopause. Cette dernière période de la vie dépasse trente ans et exige une prise en charge particulière pour en améliorer la qualité.
La médecine n’avance pas sans créer des risques nouveaux, qui doivent être évalués sans cesse, même si les progrès réalisés sont immenses. Toutes les femmes peuvent-elles utiliser la pilule ? Pendant combien de temps ? Y a-t-il des risques accrus de maladies cardio-vasculaires ou de cancer avec ce traitement ? La fécondation in vitro augmente-t-elle le risque de malformations ou de maladies génétiques ? Qui peut prendre un traitement hormonal pour réduire les symptômes de la ménopause ? Quel traitement ? Pendant combien de temps, et avec quels bénéfices et quels risques ?
Ces femmes ne sont pas malades. L’usage des hormones impose donc aux médecins, et aux biologistes, une très grande prudence, et une évaluation régulière de leurs pratiques. C’est d’ailleurs ce que nous ont fait comprendre brutalement les publications des grandes études du traitement hormonal de la ménopause, depuis 1998. Leurs résultats mitigés, en particulier chez certaines femmes à risque, sont pour l’essentiel la conséquence de « conflits » entre le traitement hormonal, les maladies du cœur et le cancer du sein qui peuvent toucher les femmes de plus de 50 ans, ou plutôt celles de plus de 65 ans. La reconnaissance des femmes à risque peut être difficile mais le retentissement médiatique important de ces publications a conduit à une baisse de 50 % des prescriptions.
 
La médecine a obtenu des succès qu’il nous faut saluer et protéger mais ses progrès sont diffusés trop lentement pour de multiples raisons. Les politiques sont parfois réticents. Certains pays n’autorisent toujours pas l’interruption médicale de grossesse et la contraception d’urgence. Ils ne permettent pas certaines techniques d’assistance médicale à la procréation, comme le don d’ovocyte. Les laboratoires pharmaceutiques sont souvent plus intéressés par des domaines à hauts revenus et à moindre risque que la reproduction. Enfin, les médecins eux-mêmes ne participent pas toujours à la diffusion des bonnes pratiques par la persistance d’idées fausses ou approximatives et parfois dangereuses. Comment, en effet, peut-on accepter que certains traitements contraceptifs ou hormonaux continuent d’être proposés à des femmes à risque ?
Continuons à innover, à découvrir et à diffuser ce savoir. Partageons aussi nos connaissances et nos outils avec les pays en voie de développement. Comment vivre sur une planète où les deux tiers de la population ne contrôlent pas leur fertilité et n’ont pas accès aux traitements hormonaux ? La maîtrise de la fertilité et l’amélioration de la santé de la femme sont des clefs du développement.
Le temps est à l’action. Bousculons les idées reçues et les préjugés. La femme traitée par les hormones est une femme responsable qui doit être informée et aidée, si elle le souhaite, dans sa contraception et son désir de grossesse. On doit l’accompagner après 50 ans pour l’aider à faire face aux conséquences de la ménopause. Cette aide ne peut être offerte qu’avec les progrès de la médecine. Une meilleure information lui est nécessaire pour prendre les décisions qui la concernent. Il ne devrait plus y avoir de prescription de traitement sans la participation des femmes. Le but de ce livre est de mieux leur faire connaître leur parcours hormonal afin de leur donner tous les éléments nécessaires à une décision partagée.

1 - « Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow. The important thing is not to stop questioning », cité par B.R. Bhavnani et R.C. Strickler dans le numéro de février 2005 du Journal of Obstetrics and Gynecology.
Chapitre premier
La femme et les hormones

Ne sommes savants que de la science actuelle.
M. de M ONTAIGNE

Désolé pour ce manque de romantisme, mais, nous, hommes et femmes, sommes d’abord des êtres chimiques. Et la chimie de la reproduction mérite une attention particulière car sans elle nous n’existerions pas.
Chez les femmes, cette chimie passe par trois « usines », et cinq hormones.

Les hormones sont des substances sécrétées par des glandes spécialisées dites endocrines, et transportées par le sang. Elles exercent leur effet à distance et agissent sur un ou plusieurs organes équipés de « récepteurs » spécifiques, à la fois capables de les reconnaître de manière spécifique, et de transmettre leur message. Le mot hormone veut dire exciter, il vient du verbe grec  ορμαω . Le terme hormone est utilisé pour la première fois le 20 juin 1905 par le physiologiste Ernest Henry Starling.
La première « usine », l’hypothalamus, est une région spécialisée du cerveau qui sécrète de manière intermittente, dite pulsatile, chaque 60 à 90 minutes, une hormone appelée GnRH, hormone qui fait sécréter les gonadotrophines qui agit sur la deuxième usine, l’hypophyse.
L’hypophyse est une glande située à la base du cerveau, sous l’hypothalamus, qui fabrique deux hormones, LH et FSH appelées gonadotrophines. Ces deux hormones sont transportées par le sang jusqu’aux ovaires qui constituent la troisième « usine ».
Les ovaires produisent chaque mois un ovocyte qui participe à la fécondation avec un spermatozoïde, et deux hormones, l’estradiol et la progestérone.
Les hormones ovariennes de la femme sont appelées sexuelles, car elles déterminent le développement des caractères sexuels et ont des effets sur l’utérus, les seins. Mais leur action ne s’arrête pas là, elles ont des effets aussi sur l’os, le cerveau et le fonctionnement cognitif, sur la libido, le cœur et les vaisseaux.
Ces cinq hormones participent à toutes les étapes de la vie de la femme. Elles agissent sur la reproduction qu’elles améliorent, ou au contraire, qu’elles peuvent inhiber. Elles jouent un rôle essentiel sur la qualité et la durée de la vie. Des analogues de synthèse peuvent être utilisés en contraception, pour améliorer la fertilité, et après 50 ans pour traiter les symptômes de la ménopause.
 
L’espérance de vie des femmes a déjà atteint 80 ans, et ne fait qu’augmenter, et continuera de le faire. Les hormones jouent un rôle crucial sur la qualité de vie des femmes et sur leur espérance de vie. Dans certaines conditions, leur usage peut exposer à des risques, principalement lorsque leur usage médical est inapproprié.

De la puberté à la ménopause
À la puberté les hormones sexuelles permettent le développement de la morphologie féminine par le développement des caractères sexuels féminins. La cascade hormonale GnRH-LH, FSH-Estradiol et progestérone jouent un rôle crucial dans la reproduction jusqu’à la ménopause, par l’intermédiaire des 400 ovulations environ qui jalonnent la vie des femmes de la puberté à la ménopause.

Les estrogènes
L’estradiol est l’hormone principale de l’ovaire.
 
• Elle contrôle le développement des caractères sexuels secondaires féminins, mais aussi régule le développement de la muqueuse interne de l’utérus appelée endomètre qui desquame tous les mois sous la forme de règles.
• Elle est un acteur essentiel de la reproduction en préparant l’utérus à la nidation de l’embryon et en déclenchant chaque mois (cycle) l’ovulation.
• Elle assure la prolifération des tissus mammaires.
• Elle exerce de multiples effets sur le système cardio-vasculaire, l’os, la peau, et sur le système nerveux central.

La progestérone
Cette hormone n’est sécrétée qu’en deuxième partie de chaque cycle de 28 jours, après l’ovulation. Elle joue un rôle décisif dans l’implantation de l’œuf par ses effets spécifiques sur l’endomètre qu’elle transforme, après qu’il a été préalablement préparé par l’estradiol.

Le contrôle des hormones
L’hypothalamus, glande du cerveau, qui sécrète entre autres la GnRH, « Gonadotropin Releasing Hormone », c’est-à-dire l’hormone qui libère les gonadotrophines LH et FSH, par son effet sur l’hypophyse.

Figure 1. Les organes cibles des estrogènes

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents