L Espoir d une vie longue et bonne
102 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'Espoir d'une vie longue et bonne , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
102 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Bernard Sablonnière développe dans ce livre une véritable « science de la vieillesse » : il explique pour nous les mécanismes du vieillissement cellulaire, de la peau, des organes, des os, du cerveau ; il montre le rôle conjoint de la génétique, de la biologie, de l’environnement et du mode de vie, en particulier de l’alimentation. C’est en médecin biologiste qu’il passe au crible les différents traitements offerts aujourd’hui pour lutter contre le vieillissement : que faut-il penser de l’utilisation des cellules souches ou bien des organes 3D, qui prétendent, dans un futur proche, nous rajeunir et même nous « réparer » ? Quels sont les bénéfices réels du régime méditerranéen ou du jeûne ? À l’appui des tout derniers résultats de la recherche en biologie, en génétique et en neurobiologie, Bernard Sablonnière propose des réponses concrètes, des conseils pratiques, pour vivre mieux plus longtemps. Bernard Sablonnière est médecin biologiste, professeur de biologie moléculaire à l’université Lille-II, chercheur à l’Inserm, spécialiste des maladies neurodégénératives. Il a également écrit Le Cerveau. Les clés de son développement et de sa longévité, La Chimie des sentiments, ainsi que Les Nouveaux Territoires du cerveau.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 mars 2018
Nombre de lectures 3
EAN13 9782738143266
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Chère lectrice, cher lecteur,
 
Si vous désirez :
• être informé(e) en avant-première de nos publications,
• suivre l’actualité des médias et les rencontres de nos auteurs,
• recevoir des invitations réservées exclusivement aux membres du Club Odile Jacob,
 
alors inscrivez-vous :
club.odilejacob.fr
© O DILE J ACOB , MARS  2018 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-4326-6
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Composition numérique réalisée par Facompo
À Antoine qui n’a pu connaître un peu de longévité. À Monique pour son courage face à la maladie.
« Ne pas honorer la vieillesse, c’est démolir le matin, la maison où l’on doit dormir le soir. »
Alphonse K ARR .
Introduction



« La vieillesse est le pire des maux, car elle prive l’homme de tous les plaisirs, en lui laissant l’appétit. »
Giacomo L EOPARDI , Zibaldone, 1898.


L’invention de la vieillesse
Lorsqu’on regarde les définitions des mots longévité et vieillesse, elles se complètent. La longévité c’est un peu comme un record lors d’une compétition : c’est une durée de vie longue. Le problème, c’est que lorsque la vie se prolonge, on ressent les effets du vieillissement. La vieillesse est très bien décrite par Giacomo Leopardi, poète et philosophe italien du XIX e  siècle. Le vieillissement peut se définir par un affaiblissement des fonctions physiologiques de l’organisme au cours de la vie. De nombreux travaux sur les mécanismes du vieillissement, que nous détaillerons, indiquent qu’il s’agit d’un défaut des systèmes d’organisation cellulaire et d’une incapacité de l’organisme à s’adapter à l’environnement. Pour certains, il faut l’accepter et il reste acceptable tant qu’il ne s’accompagne pas de maladies qui l’accélèrent. Pour d’autres, le vieillissement est inacceptable et doit être traité. Pour d’autres encore, on peut le combattre et dans ce cas repousser les limites de la longévité jusqu’à, pourquoi pas, devenir immortel. Mais qui a inventé la vieillesse ? Une fois éliminée, permettra-t-elle à l’homme de continuer sa course vers la longévité extrême ? Ce n’est certainement pas l’évolution des espèces qui a inventé le vieillissement. L’émergence de la vie et de sa diversité est commandée par une force essentielle : la reproduction, qui vise à perpétuer l’espèce. Lorsque l’organisme a développé toutes ses capacités pour assurer sa descendance, prolonger la durée de vie n’apporte aucun avantage. Il n’existe donc aucun programme cellulaire ou génétique pour expliquer le déclin, la vieillesse et la mort. L’évolution programme la croissance, optimise les fonctions des cellules et des organes, puis, sous l’effet d’une multitude de petits défauts qui s’accumulent, la machine s’enraye, et les fonctions des organes et de l’organisme s’amenuisent.
Lorsque les chercheurs ont déchiffré les composants et les mécanismes de nos cellules et de nos organes et leur machinerie complexe, ils ont proposé environ trois cents théories pour expliquer le vieillissement. Nous en détaillerons quelques-unes, mais avançons pour l’heure que, progressivement, l’efficacité et la fiabilité des machineries cellulaires se dégradent. Pour certains organes, nous verrons qu’il existe des signes visibles du vieillissement qui n’augmentent généralement pas le taux de mortalité, comme les rides, la vue qui baisse, les cheveux blancs, ou l’apparition d’une baisse de l’audition. D’autres altérations cellulaires peuvent contribuer à l’apparition d’une maladie du vieillissement, la plus fréquente après 75 ans étant la maladie d’Alzheimer, élevant alors le risque de mortalité. Une autre façon d’aborder la cause du vieillissement fut proposée élégamment par Mark Mattson, de l’Université de Baltimore. Il existe une compétition permanente de chaque cellule et des organes dans lesquels elles s’assemblent, entre les mécanismes impliqués dans la croissance et le développement et ceux correspondant aux systèmes cellulaires de réparation et de maintenance face aux dommages cellulaires d’origine interne ou provoqués par l’environnement. Avant l’âge de 30 ans, les premiers mécanismes dominent largement sur les seconds. À 60 ans, la résistance des cellules et des organes aux défauts de réparation et d’entretien des machineries cellulaires est encore active. En revanche, à partir de 80 ans environ, les seconds mécanismes l’emportent sur les premiers, accélérant alors les effets du vieillissement des cellules et des organes sur l’individu entier. Le déclin du fonctionnement des organes fut ainsi quantifié par une étude de Mary Sehl de l’Université de Los Angeles, portant sur l’analyse de 500 paramètres provenant de treize organes chez plus de 54 000 volontaires non fumeurs. La plupart des organes perdent entre 1 et 3 % de leur capacité fonctionnelle par an, dès l’âge de 30 ans. De même, la capacité des cellules à réparer leur ADN diminue d’environ 0,5 % par an. Bien sûr, il existe des disparités considérables d’un individu à un autre, comme l’a démontré le cycliste Robert Marchand, qui à 102 ans possédait une fonction cardiaque équivalente à celle d’un homme moyen de 45 ans.

Comment vieillit-on ?
Le vieillissement est d’abord l’effet sur le mental d’une perception personnelle, liée à l’apparition de signes visibles du vieillissement qui n’ont rien à voir avec un déclin physique ou cognitif perturbant la vie quotidienne. Dans ce cadre, comme nous le verrons dans le premier chapitre, l’allure du visage, l’enveloppe corporelle, la peau et les muscles, traduisent souvent sans complexes les premiers changements physiques perçus comme consécutifs au processus de vieillissement. Quelle est la part de l’âge chronologique et de l’âge subjectif (image de soi) que l’on se donne et surtout que les autres nous renvoient, parfois au risque de modifier ce que nous en ressentons nous-mêmes ? Progressivement, la perte fonctionnelle, différant d’un individu à un autre, et se manifestant par une diminution de la force musculaire, de la rapidité d’exécution des tâches de chaque jour, de discrets troubles de la mémoire, entraîne la perception d’un début de déclin. Plus qu’un déclin, c’est d’abord une sensation de fragilité qui apparaît avec son cortège de manifestations psychologiques et souvent la crainte de démarrer les symptômes d’une des maladies liées à l’âge, notamment interprétées à partir de difficultés de la marche, de pertes mineures de la mémoire, de douleurs musculaires ou articulaires, voire d’infections saisonnières qui deviennent plus fréquentes.
Battre un record ou vivre ses vieux jours en bonne santé ? Évidemment, espérer conserver une santé parfaite sans aucun signe de déclin pour mourir brutalement et sans signe prémonitoire est impossible à imaginer lorsqu’on atteint l’âge de 80 ans ou plus. A-t-on envie de battre un record de longévité ? C’est à le croire quand on voit que l’on s’efforce scrupuleusement de se maintenir en bonne santé tout au long de son existence, de ménager les risques de son environnement, et plus tard de vivre une retraite heureuse et active, tout en percevant un état de bien-être de chaque instant. Une réelle prédisposition psychologique existe-t-elle chez les centenaires ou ceux qui continuent à croquer la vie quel que soit leur âge ? Il existe bel et bien des prédispositions chez certains et surtout une envie de vivre qui finit par commander une adaptation réelle et efficace à tous les événements de la vie. Comme l’écrivait Buffon, en 1822, dans son ouvrage De la nature de l’homme , il n’y a aucune raison de devenir triste alors que la vie s’éternise. Quel que soit son âge, il reste toujours des années à vivre. Buffon avait son propre calcul qui plairait aux optimistes d’un âge avancé : à 70 ans, il vous reste six années, à 75 ans quatre années et à 80 ans, encore trois années. En actualisant ces chiffres liés au taux de survie, à 90 ans, vous avez encore trois années, à 100 ans encore deux années, et à 110 ans encore une année ! Jeanne Calment disait que Dieu ne voulait pas d’elle, ayant survécu sept années après sa fracture du col du fémur survenue à l’âge de 115 ans.

Peut-on vieillir en bonne santé ?
Vieillir en évitant la plupart des maladies liées à l’âge (cancer, maladie cardio-vasculaire, diabète ou maladie d’Alzheimer) reste un événement rare mais possible. Comme nous le verrons, beaucoup de centenaires ont subi les méfaits d’un cancer, d’un accident vasculaire ou d’un infarctus mais en ont guéri. Ceux qui sont atteints d’une pathologie liée à l’âge, comme l’hypertension ou le diabète, l’ont démarré généralement tardivement, sont bien suivis et présentent une forme modérée et bien traitée de ces maladies. Encore faut-il s’entendre sur la définition de la santé. Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), elle correspond à un état de bien-être physique, mental et social entraînant une indépendance totale dans la pratique des activités journalières de la vie. Pour aller plus loin, la santé correspond aussi à une pleine capacité à s’adapter et à se prendre en charge sans aide nécessaire. La santé ne correspond donc pas à l’absence totale de toute maladie, comme l’ont remarqué beaucoup d’épidémiologistes face aux capacités étonnantes des centenaires à supporter leurs maux et à leur excellente résilience face au stress. Vieillir n’est pas en soi une maladie et pourtant la plupart des personnes âgées de plus

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents