L Enfant hyperactif
68 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'Enfant hyperactif , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
68 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Votre enfant est trop " remuant ". Est-il simplement turbulent ? Ou hyperactif ? Et que sait-on au juste de ce trouble ? Vous ne savez plus comment vous y prendre. A-t-il besoin d’un traitement ? Quels sont les dangers ? Que faut-il faire, ne pas faire ? A l’école, avec ses amis, il se sent exclu - comment l’aider à se contrôler ? A s’intégrer ? A s’épanouir ? Pour mieux comprendre votre enfant. Ce livre répond à toutes vos questions et vous donne de nombreux conseils pratiques. Marie-France Le Heuzey est médecin psychiatre dans le service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital Robert-Debré (Paris), où elle anime une consultation sur l’hyperactivité.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2003
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738186096
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Ouvrage publié sous la responsabilité de Catherine M EYER
© O DILE J ACOB , MAI  2003
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
EAN 978-2-7381-8609-6
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
Introduction

« Turbulent ou hyperactif, tout pour ne pas craquer ». « Agitation autour de la Ritaline ®  ». « La pilule d’obéissance ». « La pilule qui rend les enfants sages ». « L’enfant hyperactif : le divorce franco-américain ». « Nos enfants sous amphétamines », etc.

 Un sujet polémique
L’autorisation de mise sur le marché du méthylphénidate pour le traitement de l’enfant hyperactif a déclenché en France, depuis 1995, une avalanche d’articles dans la presse médicale comme dans la presse grand public.
Pourquoi ? D’abord parce que l’idée que l’on puisse autoriser la prescription d’un psycho-stimulant chez un enfant suscite controverses et débats passionnels : les oppositions sont vives quant aux médicaments psychotropes dans le jeune âge.
Ensuite et surtout parce que l’existence même du trouble hyperactivité (dont le nom exact est « trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité ») a été remise en cause comme étant une « invention américaine », une création destinée, peu ou prou, à servir l’intérêt de l’industrie pharmaceutique.

 Ne pas oublier la souffrance des parents et des enfants
Or dans la plupart de ces débats médiatiques, les oubliés sont pourtant les principaux intéressés : les enfants et leurs parents.
Les enfants sont en souffrance : ceux qui savent qu’ils ne peuvent pas soutenir leur attention suffisamment longtemps pour suivre un cours du début à la fin, les enfants malheureux de ne pas avoir de copains parce qu’ils sont considérés comme agressifs et incontrôlables, ceux qui se désespèrent de ne pas pouvoir faire plaisir à leurs parents en étant plus sages, ceux qui en ont assez d’être le « mauvais élève » perturbateur et insolent sur qui les punitions et les heures de colle pleuvent chaque semaine.
Les parents aussi, qui aiment leur enfant, qui font le maximum pour lui, et qui pourtant se découragent parce qu’ils ont l’impression de ne pas être écoutés, parce qu’ils sont convoqués toutes les semaines à l’école et mis à l’index dans les réunions parents-professeurs où on leur donne une image très négative de leur enfant : « difficile, ingérable, agressif, frondeur, paresseux… »
L’enfant souffre, les parents souffrent, les copains s’éloignent, les enseignants sont dépassés… Comment, alors, penser qu’il n’y a pas de problème ?
Certes, il faut reconnaître des évidences : la souffrance des enfants et des parents peut avoir de multiples causes ; l’agitation d’un enfant peut être de diverses origines : elle est parfois naturelle, « normale », parfois « pathologique » parce qu’elle constitue le reflet de diverses blessures psychologiques.
Mais pourquoi nier qu’elle puisse être l’expression d’un trouble constitué, que ni les parents ni l’enfant ne peuvent contrôler ?

 Pourquoi il est important de reconnaître l’existence de ce trouble
Le syndrome nommé « trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité » (ou THADA) existe. Il peut être responsable de beaucoup de souffrance, d’échecs scolaires et d’exclusion sociale si on ne le prend pas en compte.
Les enfants hyperactifs doivent être reconnus, écoutés et soignés ; leurs parents doivent être informés pour comprendre ce trouble qui perturbe leur enfant, aidés dans leur quotidien pour un meilleur développement de l’enfant et une meilleure harmonie familiale.
Les enseignants et tous les adultes qui interviennent dans l’éducation des enfants doivent aussi savoir identifier l’enfant hyperactif afin de protéger son intégration et ne pas accentuer sa détresse en le punissant à tort.

 Les buts et les limites de ce livre
• Que l’enfant hyperactif soit connu et reconnu, qu’il ne soit pas considéré comme un extraterrestre perturbateur,
• Que ses parents se sentent moins désarmés et moins seuls,
• Que ses enseignants et ses éducateurs le perçoivent mieux,
tels sont les buts principaux de cet ouvrage.
Néanmoins, s’il existe une description « typique » de l’enfant hyperactif, cette description est obligatoirement figée, rigide, « caricaturale » : chaque enfant est unique, chaque hyperactif a sa façon propre d’exprimer ses difficultés, son parcours personnel, une famille particulière avec sa propre histoire et ses conditions de vie.
Il est impossible de transmettre par écrit la richesse des nuances, toute la sensibilité des enfants hyperactifs et de leurs parents, leur vécu profond.
La lecture d’un ouvrage ne peut jamais remplacer une consultation personnalisée.
Au moindre doute, si votre enfant est en difficulté à l’école, si vous vous sentez débordé par son éducation, si vous vous demandez s’il est hyperactif, n’hésitez pas à aller consulter votre médecin traitant. Il pourra vous aider à analyser les difficultés de votre enfant et vous conseillera si besoin une consultation spécialisée.
Chapitre 1
Mon enfant est-il hyperactif ?

Les caractéristiques de l’hyperactivité

 Stéphane, 7 ans, un hyperactif « typique »
La maman de Stéphane, 7 ans, est bouleversée parce que son fils, après plusieurs avertissements est menacé d’exclusion de l’école en raison de ses troubles du comportement et de son attitude qualifiée d’intolérable.
Stéphane perturbe le fonctionnement de la classe, interrompant l’enseignant dans ses explications : « Stéphane lève le doigt à tout propos même s’il ne connaît pas la réponse et il intervient même avant la fin de la question. Il se lève sans raison, fait grincer sa chaise, déambule. Quand la sonnerie annonce la récréation, Stéphane se précipite comme une tornade vers la porte, renversant tout sur son passage. » Dans la cour de récréation, il se met souvent en danger en tentant d’escalader les murets et les grilles. Il est souvent seul, comme si les autres ne voulaient pas jouer avec lui.
La menace de renvoi est motivée par la chronicité des difficultés et surtout leur aggravation : Stéphane a projeté un autre enfant par terre et ce dernier s’est cassé le bras ; la famille de l’enfant fait pression sur le directeur pour que l’école se « débarrasse de Stéphane jugé dangereux pour les autres ». De plus, Stéphane est considéré comme un mauvais élève : ses cahiers sont mal tenus, brouillons, sales. Les devoirs à faire et les leçons à apprendre ne figurent pas toujours sur le cahier de textes et les exercices sont le plus souvent inachevés même s’il s’agit de copie.
À la maison, les devoirs sont « une véritable épreuve » pour les parents car Stéphane éprouve énormément de difficultés à se mettre au travail : il est distrait par le moindre bruit, il se lève pour aller boire, pour prendre un biscuit, etc. Et lorsque enfin les devoirs sont commencés, il est difficile de les mener à leur terme.
Dans les activités de loisir, Stéphane se lasse vite et passe rapidement d’une activité à une autre. Il préfère les jeux d’extérieur et « les acrobaties » avec son vélo, aux jeux calmes ou organisés. Une exception toutefois : Stéphane peut passer des heures sur sa console de jeux vidéo.
Dans la vie quotidienne, sa maman a du mal à se faire obéir : « Il faut lui répéter dix fois avant qu’il se décide à prendre sa douche, se laver les dents ou même pour qu’il vienne à table à l’heure. » Les repas sont source de conflits : Stéphane ne supporte pas de rester à table tout au long du repas, il se lève entre les plats, se balance sur sa chaise, manipule de la mie de pain, joue avec ses couverts, fait du bruit…
Sa maman reconnaît qu’elle a toujours eu des difficultés avec le comportement de Stéphane mais elle s’en était globalement accommodée, considérant que son fils avait un comportement de « garçon ». Le papa de Stéphane se fait mieux obéir, mais il est très pris par son travail et n’est pas souvent disponible au quotidien.
Les parents se souviennent qu’en maternelle, Stéphane a été aussitôt repéré comme un enfant turbulent, participant plus aux activités physiques qu’aux activités calmes, mais que son comportement était gérable. C’est à partir du CP que le comportement de Stéphane s’est révélé peu compatible avec le fonctionnement scolaire.
 
Stéphane présente tous les signes de l’hyperactivité : c’est un garçon, scolarisé à l’école élémentaire, considéré comme ingérable par les enseignants, avec des difficultés scolaires et peu d’amis. Il a toujours été remuant et maintient avec peine son attention.
En effet, l’enfant hyperactif souffre de troubles précoces et durables dans trois domaines :
• l’inattention,
• l’impulsivité,
• et l’hyperactivité.
Ces manifestations sont excessives et inappropriées dans leur intensité et surviennent dans les différentes situations qui exigent de l’attention et une restriction des mouvements.

 L’inattention
L’enfant hyperactif souffre d’un déficit attentionnel par rapport aux enfants de même sexe et de même âge. Ce trouble est parfois repérable spontanément dans toute situation de jeu libre où l’enfant passe peu de temps avec un jouet et change très vite d’activité : il « zappe » dans les jeux comme sur la télécommande de la télévision.

Les corvées
Cette inattention est encore plus flagrante dans les situations exigeant une attention soutenue : tâches répétitives, ennuyeuses, rébarbatives pour l’enfant, comme

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents