L Alcool, première addiction
157 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'Alcool, première addiction , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
157 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La consommation d’alcool est à l’origine de graves problèmes de santé publique et de la première des addictions. Première par la mortalité — 45 000 décès par an —, par les problèmes médicaux et par les conséquences sociales, en particulier les violences intrafamiliales. Première dans l’histoire de l’Occident avant l’arrivée du tabac et des autres drogues, elle est la cause d’ivresses temporaires dangereuses et d’une maladie chronique. Il est cependant possible d’apprendre à vivre avec cette maladie, grâce à l’aide des soignants professionnels et des groupes d’entraide. Mais comment prévenir les problèmes alors que la société encourage la consommation d’alcool, bien que son coût social soit élevé ? Oubli ou véritable tabou ? L’épidémie de Covid-19 a aggravé les problèmes, a provoqué de nouveaux troubles et a modifié l’aide aux malades. C’est pourquoi « il faut encore et toujours parler d’alcool » et expliquer les particularités de cette addiction pour en sortir. Michel Craplet, médecin spécialiste, mais aussi architecte et historien de la médecine, explique comment il utilise les données historiques et culturelles de la question alcool pour rendre le soin plus facile et la prévention plus joyeuse. Il est auteur de Passion alcool, d’À consommer avec modération et de L’Ivresse de la Révolution. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 juin 2021
Nombre de lectures 1
EAN13 9782738152985
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , JUILLET  2021
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-5298-5
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
« La médecine est le véritable sujet de ce livre. Qu’on veuille bien me pardonner d’y parler beaucoup de moi ; c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour parler d’elle. »
Jean-Christophe R UFIN ,
Un léopard sur le garrot. Chroniques d’un médecin nomade , Gallimard, 2008.
PROLOGUE
Il faut encore et toujours parler d’alcool

Depuis plus d’un an, le monde est arrêté et les humains sont immobilisés par une maladie infectieuse redoutable, une maladie aiguë. Les responsables politiques de notre pays du bien-vivre en sont arrivés à imposer une mesure qu’ils n’auraient jamais imaginée prendre : l’interdiction de la consommation d’alcool sur la voie publique dans l’ensemble du territoire. Les maladies chroniques ont disparu des préoccupations des responsables politiques et sanitaires. Les médecins de terrain le déplorent mais ils ne peuvent que constater ce qu’ils dénoncent depuis longtemps : les institutions de soin et de prévention, déjà en manque de moyens et de personnel soignant, ne peuvent pas faire face à tous les problèmes. Tout le monde dit que c’est regrettable. On parle de « perte de chance » pour toutes les personnes atteintes d’autres maladies que l’épidémie virale, celles chez qui se révèlent des pathologies nouvelles et celles qui souffrent de pathologies chroniques connues ; elles ne seront pas prises en charge comme elles l’auraient été dans « le monde d’avant ».
Lors du premier confinement, nous avons participé aux manifestations de soutien aux soignants à 20 heures. Mais ces gestes sympathiques ne remplacent pas la reconnaissance officielle de leur travail. Nous attendons encore que les responsables politiques comblent le retard des politiques sanitaires, d’autant que tous les soignants ont vu leur charge de travail augmentée par les mesures sanitaires qui ont dû être prises dans les cabinets privés et les institutions de soin. Nous attendons que cette pandémie dévoile enfin à tous l’insuffisance ancienne des bureaux d’aide psychologique pour les étudiants.
Et on a oublié la question de l’alcool !
Pourtant, dès les premiers jours du premier confinement, sont apparus des signes inquiétants. Avant ou après les manifestations remerciant les soignants, les humains avaient besoin de partager le verre de l’apéro à distance pour maintenir le lien social. Oui, « peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse »… du contact avec l’autre. Ils l’ont fait avec les moyens numériques modernes. Maintenant, nous attendons la reprise d’un vrai partage autour d’un verre mais aussi au cours d’un spectacle ou d’un concert et devant une œuvre d’art.
Lever gaiement son verre pour saluer ses amis de loin peut être un geste anodin. Un vrai danger est apparu avec l’augmentation de la consommation cachée d’alcool pendant les heures obscures du confinement, avec les conséquences qu’on peut craindre. Une enquête française 1 a donné des résultats partiels consécutifs aux premiers confinements et déconfinements. Il a été observé à la fois des augmentations et des diminutions des consommations d’alcool, selon les catégories socioprofessionnelles et surtout selon les modes de consommation. Les études sont à poursuivre pour analyser l’effet de l’isolement, du télétravail 2 , des mesures de restriction de la vente d’alcool, ainsi que les influences réciproques des différentes consommations (entre l’alcool et le tabac, par exemple). Nous pouvons facilement imaginer que l’augmentation de la consommation d’alcool à domicile et les conditions du confinement, avec le télétravail, ont augmenté le risque de violences au sein de la famille. Une autre conséquence du confinement fut la perturbation des relations thérapeutiques en cours pour les personnes en difficulté avec l’alcool : un écran d’ordinateur ne remplace pas un entretien réel avec un soignant professionnel ou une rencontre avec des rétablis dans un groupe d’entraide, même si les réunions en ligne des groupes ont été très utiles. Il faudra rattraper le temps perdu, d’autant que les déconfinements semblent avoir été des occasions de rechute 3 .
Par ailleurs, les hommes du ministère vont bientôt découvrir qu’une maladie aiguë déclenche une foule de problèmes médicaux chroniques, en sus des difficultés sociales, qui resteront après la disparition de l’épidémie. Et il faudra bien renforcer certaines équipes de soin, en psychiatrie par exemple. La nouveauté de l’épidémie de Covid-19 a fait oublier la permanence des problèmes d’alcool dans la société française. C’est une caractéristique de notre monde moderne où la nouveauté seule retient l’attention. Une nouveauté de l’année 2020 est un chef-d’œuvre d’humour noir : le nom d’une bière populaire (et présidentielle) est devenu celui d’un virus mortel !
En fait, depuis plusieurs années les problèmes d’alcool étaient déjà oubliés au sein des addictions. Ce livre va expliquer comment et pourquoi, en rappelant l’histoire d’une spécialité en voie de disparition : l’alcoologie.
Au mois d’octobre 2018, plusieurs experts, universitaires et chercheurs, avaient écrit une lettre à madame la ministre de la Santé pour déplorer que l’alcool soit « le grand absent » du financement de la lutte contre les addictions dans le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2019.
Professionnels du soin et de la prévention font publier ce genre de protestation régulièrement. Ils s’insurgent, tempêtent, s’indignent que l’alcool soit oublié. Faut-il s’en étonner, alors que ces soignants et intervenants en prévention ont sauté à pieds joints dans le champ de l’addictologie ? Ils ont cessé de parler spécifiquement d’alcoologie, souvent en critiquant les discours des alcoologues, parfois avec mépris pour les pionniers de l’alcoologie. En se définissant comme addictologues, ils contribuent à cet oubli de l’alcool, même s’ils considèrent que l’addictologie comprend bien l’étude de l’addiction à l’alcool. Or l’alcoologie, qui s’est développée en France à partir des années 1970, est au cœur de l’addictologie et elle en fut le modèle. Les addictologues renient souvent cette influence en présentant leur spécialité comme une totale nouveauté.
Je ne présente pas ici une affaire qui n’intéresserait que les spécialistes, une querelle d’experts. C’est la prise en charge de la question alcool au niveau national qui est en cause ; il s’agit bien de la santé et de la vie de millions de personnes en France. J’ai l’intention de montrer que l’attitude des addictologues favorise l’oubli du problème alcool, aggrave ce problème national qui devient tabou. Elle entretient les opérateurs économiques dans l’idée que l’alcool est un produit comme un autre. Cette situation permet aux responsables politiques et sanitaires de ne pas réagir avec la force souhaitable, ainsi que les addictologues le regrettent naïvement dans leurs protestations.

Sous les addictions, l’alcool
Une addiction est un usage répété d’un produit ou d’un comportement qui implique des dommages 4 . La force des pulsions à l’œuvre est signée par le fait que l’usager connaît les risques courus mais qu’il ne peut pas y résister. Les addictions englobent de nombreuses pratiques dommageables. Il peut s’agir de consommation de produits dits psychoactifs, c’est-à-dire modifiant l’état de conscience et souvent le comportement : alcool, tabac, drogues illégales. On y ajoute des addictions comportementales : jeu pathologique, hypersexualité, achats compulsifs, et de nombreuses pratiques d’excès, au travail, devant les écrans d’ordinateur et au cours de l’activité sportive. On y ajoute encore parfois les troubles du comportement alimentaire. Toute la vie quotidienne serait donc concernée. À lire cette liste, nous serions tous addicts. Dans cette approche, ce qui compte n’est pas tant le produit ou le comportement que le but visé : fuir la réalité dans le rêve d’un monde sans conflit, se débarrasser de sensations désagréables, se calmer, s’exciter. Tous addicts, alors ? Mais il existe toujours une hiérarchisation entre les mauvaises et les bonnes addictions. Dans ce champ immense, les personnes en difficulté avec l’alcool, celles qui sont souvent appelées « alcooliques », sont toujours aussi mal considérées au milieu des addictés vrais et faux. Vrais et faux ? Oui, parce que, si certains souffrent de réelles addictions, pour d’autres, on invente un symptôme en utilisant un mot à la mode pour parler d’une habitude de vie, d’un hobby, d’une passion. L’addiction est devenue désirable.
Dans les médias et dans les conversations privées, sont apparus les addicts au téléphone portable, au jardinage, au sudoku. Mais pour parler d’addiction, il faut qu’un plaisir ait existé, au moins au début, un plaisir qui s’est transformé en souffrance. L’extension sans limite de ce mot dans le champ de la santé est d’autant plus regrettable que de nombreux producteurs de biens de consommation ont saisi le mot et le concept. On peut devenir Dior addict ou plus modestement color addict , comme je l’ai vu dans la vitrine d’une boutique de vêtements. Le mot est appliqué à tout. Un collègue de ma génération 5 qui défend aussi l’alcoologie a même entendu parler des ours addicts , ceux qui applaudissent à la réintroduction de cet ani

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents