L Acte chirurgical
254 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'Acte chirurgical , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
254 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un des grands noms de la chirurgie cardiovasculaire, Jean-Paul Binet, a voulu embrasser sa discipline dans sa généralité (le travail de la main), mais aussi en montrer la prodigieuse diversité, les progrès et les transformations. À le suivre, le lecteur est invité à dépasser le sentiment mêlé de fascination et d'effroi qu'inspire parfois cette branche de la médecine. Membre des Académies de médecine et de chirurgie, correspondant de l'Académie des sciences, Jean-Paul Binet exerce au Centre chirurgical Marie-Lannelongue.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 1990
Nombre de lectures 4
EAN13 9782738164070
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

DU MÊME AUTEUR
État actuel des prothèses et des greffes valvulaires cardiaques
Masson, 1968
 
Les cardiopathies congénitales de l’enfant
(avec J. Langlois et A. Casasoprana)
Encyclopédie Lepetit, 1973
 
Embolies pulmonaires (avec P. Marion)
Masson, 1974
 
La chirurgie des cardiopathies congénitales et acquises
et des maladies vasculaires (avec J.-F. Conso)
Flammarion-Médecine, 1978
 
Réparer le cœur
Hermann, coll. Ouverture médicale, 1988
Certains passages de ce livre sont extraits, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, du précédent ouvrage de l’auteur, Réparer le cœur, paru chez Hermann, éditeur des sciences et des arts.
©  O DILE J ACOB , AVRIL  1990. 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN 978-2-7381-6407-0
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Dédicace

A tous les chirurgiens du monde :
ce livre n’est que le reflet de leur activité.
A Robert de Vernejoul, pour sa centième année.
 
A tous ceux qui m’ont appris, par l’exemple, l’acte chirurgical et la façon de bien l’exécuter : en particulier, à François d’Allaines, Charles Dubost, Jean-Louis Lortat-Jacob, Jean Mathey, Robert Merle d’Aubigné, Jean Cauchoix, Jacques Hepp et aussi à John Kirklin et Norman Shumway, en restitution de ce qu’ils m’ont donné.
 
A tous mes amis et élèves qui m’ont entouré dans l’acte d’une fidélité affectueuse, en particulier, à Philippe Blondeau, à Jean Langlois, à Rémi Nottin et à Michel Ribet.
 
Ce livre doit beaucoup aux autres : imbibé, depuis longtemps, de ce qu’avaient écrit Paul Lecène et Pierre Jourdan sur l’acte, et Claude d’Allaines sur son histoire, il pourrait paraître comme le lion de la boutade, une espèce de « lion fait de moutons assimilés », avec cette différence que je ne pense être ni le dévorant ni le dévoré.
En fait, il doit à beaucoup d’autres événements, rencontres, coïncidences, amitiés françaises et étrangères ; en particulier, à tous ceux qui ont accepté de relire et de corriger ce qui avait trait spécifiquement à leur spécialité, que je ne pourrais énumérer.
Dans ce trop vaste cadre, je dois remercier, d’abord, Odile Jacob, non seulement de m’avoir choisi pour cette tâche, mais aussi d’avoir fait coïncider la date de la remise du manuscrit avec celle d’une autre « promotion » hospitalière dans laquelle recherche et réflexion vont avoir une nouvelle place.
Que Pierre Golliet, Jean-Pierre Étienne, Georges Cerbonnet, Loïc Capron et François Trémolières soient gratifiés de m’avoir critiqué, bousculé, soutenu, aiguillonné dans cette réalisation, conçue dans la joie de traduire sans image ce qui, finalement, ne voudrait être qu’illustration.
Introduction

Il existe déjà tant d’ouvrages consacrés à la chirurgie ou aux chirurgiens. Alors, un de plus ? Oui mais un autre, qui n’est ni une histoire de la chirurgie, ni une biographie des grands chirurgiens, ni une énumération ou une illustration des techniques, encore moins une autobiographie. Sans tableau ni image, il voudrait être une réflexion sur « l’acte chirurgical ».
Pourquoi ? Il se trouve que cet instrument de la thérapeutique est aujourd’hui même en pleine évolution, pour ne pas dire en pleine mutation. Or, la chirurgie n’est plus une chrysalide, mais déjà un superbe papillon, qui devrait donc mourir. Mais non ! Elle se transforme et nul ne sait ce qu’elle va devenir.
Cette mutation est mal entendue, même si les médias semblent nous en offrir le plus quotidien et le plus commun des panoramas. Jamais il n’a été plus indispensable de nous arrêter quelques instants, pour nous poser, sur notre métier, une triple question calquée sur l’antique problème des philosophes que Gauguin a traduit dans le plus impressionnant de ses tableaux :
« D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? »
Comment définir, d’abord, l’acte chirurgical ?
Le mot chirurgie vient du grec cheirurgia, composé de kheir (main) et de ergon (travail). Suivant la tradition, ce terme est d’Hippocrate, qui le désignait comme cette partie de la médecine qui comporte l’intervention de la main, munie ou non d’un instrument. Cette définition est précise et imprécise, tout à la fois. Bonne, parce qu’elle implique la main et l’instrument, et mauvaise, car dans son flou, elle désignait autre chose que la chirurgie, tout ce qui était l’apanage des « manœuvriers ».
Jusqu’à il y a dix ans, il aurait fallu dire l’art, la science ou la possibilité de traiter par une opération. Ce qui est plus exact, car « opération » implique la thérapeutique qui nécessite l’ouverture et la manipulation pour traiter, réparer ou guérir ce qui ne peut l’être par la médecine.
Aujourd’hui, l’importance de la définition est largement dépassée par l’évolution même de cet art.
On n’a que trop parlé du couple indissociable médecine et chirurgie, plutôt, et à tort, pour les opposer que pour les réunir. Ce couple a eu ses problèmes qui n’auraient jamais dû dépasser l’importance de simples affaires de famille. Vieilles histoires que Vésale fait remonter à la guerre de Troie quand il écrit en 1543, dans la Fabrique du corps humain : « Lorsque Homère (…) affirme que le médecin est supérieur à bien d’autres gens et lorsqu’il célèbre (…) Podalirios et Makhaon, ces fils du divin Esculape sont vantés, non pour avoir administré des potions (…), mais surtout pour avoir présidé à la guérison de luxations, de fractures, de contusions, de blessures, d’autres dérangements semblables et d’hémorragies… »
Il est vrai que pendant longtemps, la médecine s’est posée en reine, avec cette réserve que cette reine parlait beaucoup et agissait peu, tandis que sa compagne faisait l’inverse ; l’une était cigale et l’autre fourmi. Il est vrai aussi que la chirurgie « auréolée » de ses nouvelles possibilités a connu et connaît encore son âge d’or. De petite servante, elle est devenue compagne puis maîtresse de ce couple. Il est sûr enfin que, sous l’effet de la spécialisation des techniques et du progrès fantastique des sciences fondamentales, il n’y a plus couple médico-chirurgical isolé, mais il y a maintenant grande famille. Et quelle famille ! Si entourée qu’on ne voit plus de prédominance de l’une ou de l’autre. Il y a souvent plus qu’une possibilité thérapeutique dans laquelle vont se mêler beaucoup de moyens de guérir. La naissance d’une nouvelle chirurgie, sans cicatrice, moins mécanique, plus biologique, va encore, sans doute, changer une terminologie que l’on croyait bien établie. Toute cette évolution est naturelle : Panta rhei. Tout coule et tout change.
C’est pour cela que la chirurgie mérite d’être contée… « Car il n’est qu’un acte sur lequel ne prévalent ni la négligence des constellations ni le murmure éternel des fleuves, c’est celui par lequel l’homme arrache quelque chose à la mort », m’avait écrit André Malraux en 1971, phrase qu’il avait extraite d’un de ses livres.
CHAPITRE 1
Une histoire de l’acte chirurgical

La naissance de la chirurgie actuelle est toute récente. Elle date du moment où furent généralisés, après l’anesthésie, l’antisepsie et l’asepsie, l’usage de la transfusion sanguine et la pratique de la réanimation, c’est-à-dire après la Seconde Guerre mondiale. Mais l’histoire de l’acte chirurgical remonte, sans doute, à l’origine même de l’homme. Ce n’est pas faire preuve de grande imagination que de dire qu’elle fut faite de nécessités traitées : blessures suturées, suppurations ouvertes et fractures immobilisées. On pourrait résumer en disant que, pendant des siècles et sans doute des millénaires, l’acte chirurgical tint plus au rêve qui allait se réaliser qu’à la réalité du moment. Plus certainement, on peut affirmer qu’il n’y a pas eu d’acte chirurgical, tel qu’on l’entend aujourd’hui, pendant des millions d’années.
C’est par acharnement, on pourrait dire aussi par souci ou par manie, qu’on a voulu chercher dans l’histoire des diverses civilisations quelque chose se rapprochant de ce qui allait être beaucoup plus tard notre art.
Nous sommes si familiarisés avec la marche régulière du progrès depuis le début de ce siècle qu’elle nous paraît un phénomène normal et qui a toujours existé. Or, il n’y a pas synchronisation obligatoire entre la marche du temps et la mise au point d’une technique. Comment pourrions-nous autrement concevoir que pendant des siècles, que dis-je, pendant des millénaires, des hommes faits comme nous, affrontés aux mêmes problèmes que nous, ont erré dans ce domaine presque sans résultat et n’ont pu que transmettre pieusement le maigre acquis de prédécesseurs immémoriaux ? C’est pourtant ce qui s’est passé en médecine et plus clairement encore dans cette partie de la médecine qui en était la plus hardie par la force des choses : la chirurgie. C’est seulement à partir de la fin du siècle dernier qu’elle a pu prendre l’essor impressionnant qui la porte encore aujourd’hui de conquête en conquête… Mais tout conduit à croire que la chirurgie qui aujourd’hui nous paraît triomphante aura tellement changé d’ici une vingtaine d’années, dans sa gestuelle, sa pratique et ses indications, que renaissant, nous ne la reconnaîtrions plus. Ce n’est pas dire qu’elle est en train de disparaître : la Roche Tarpéienne n’est pas le chemin obligatoire qui mènerait du Capitole à notre toute nouvelle Pyramide du Louvre.
Dans le rappel du passé, on pourrait sans inconvéni

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents