Insuffisance veineuse chronique
8 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
8 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’insuffisance veineuse chronique (IVC) est définie par l’ensemble des manifestations cliniques liées à un dysfonctionnement fonctionnel ou physique du système veineux. Il en résulte une stase et une hyperpression veineuse responsable de modifications cutanées et de symptômes veineux. C’est une affection fréquente, polymorphe, qui regroupe différents tableaux cliniques qui vont de la simple « jambe lourde » aux troubles trophiques sévères handicapants. Le clinicien qui la prend en charge doit en maîtriser tous les aspects cliniques, diag-nostiques et thérapeutiques. L’insuffisance veineuse chronique ne doit jamais être négligée, son évolution vers la chronicité justifie d’un suivi régulier de ces patients avec une prise de décision adaptée pour chaque tableau évolutif. Elle accompagne le patient tout au long de sa vie, une réalité à ne pas méconnaître. Elle fait actuellement l’objet de nombreuses publications et recommandations, preuve de sa place de plus en plus importante dans les affections vasculaires périphériques. Le médecin vasculaire a une expertise reconnue dans ce domaine, trop longtemps sous-estimé et sous-traité.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de lectures 0
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

1
Pathologie vasculaire
Chapitre S06P01C08 Insuffisance veineuse chronique
M N H , I Q , S M G , ONIRA OU OWALDT SABELLE UÉRÉ ANDRINE ESTRE ODIN M B , P H , M T URIELLE ENHAMOU IERRICK ENNETON ARC APON ETJEANPIERRELAROCHE
0 8 0 0
8 C0  1 P0 6 S0
Linsuffisance veineuse chronique (IVC) est définie par lensemble des manifestations cliniques liées à un dysfonctionnement fonctionnel ou physique du système veineux. Il en résulte une stase et une hyperpression veineuse responsable de modifications cutanées et de symptômes vei neux. Cest une affection fréquente, polymorphe, qui regroupe différents tableaux cliniques qui vont de la simple « jambe lourde » aux troubles trophiques sévères handicapants. Le clinicien qui la prend en charge doit en maîtriser tous les aspects cliniques, diagnostiques et thérapeutiques. Linsuffisance veineuse chronique ne doit jamais être négligée, son évo lution vers la chronicité justifie dun suivi régulier de ces patients avec une prise de décision adaptée pour chaque tableau évolutif. Elle accom pagne le patient tout au long de sa vie, une réalité à ne pas méconnaître. Elle fait actuellement lobjet de nombreuses publications et recomman dations, preuve de sa place de plus en plus importante dans les affections vasculaires périphériques. Le médecin vasculaire a une expertise reconnue dans ce domaine, trop longtemps sousestimé et soustraité.
Épidémiologie
Les affections veineuses chroniques sont fréquentes et constituent un véritable problème de santé publique. La prévalence est estimée entre 30 et 60 % dans les pays industrialisés selon les études [4, 22], 5 % en Afrique et 1 % en Inde. Il existe une nette prépondérance fémi nine (ratio 1/3). Les troubles trophiques veineux touchent 1 % de la population et la moitié des ulcères vasculaires sont dorigine veineuse. Il existe une corrélation significative entre la qualité de vie et la sévérité de la maladie veineuse. Enfin, il sagit dune pathologie coûteuse ; en 1991 en France, on estime que 224 millions deuros ont été dépensés pour les affections veineuses chroniques (2,6 % du budget de la santé) dont 41 % pour les médicaments, 34 % pour les soins hospitaliers et 13 % pour les honoraires médicaux [22].
Facteurs de risque
Lâge est le principal facteur de risque avec une prévalence de 15 % à 35 ans pour atteindre 65 % à 75 ans [26]. Lantécédent familial de varices est également un facteur prédisposant comme en témoigne une étude anglaise de 2005 portant sur des jumeaux, qui a mis en avant le rôle du gèneFOXC2sur la région du chromosome 16 [19]. Les fac teurs denvironnement [4, 22] tels que lobésité, la grossesse, la station debout ou assise prolongée, la grande taille, lexposition à la chaleur et lalimentation jouent également un rôle important. Le sexe féminin est classiquement retrouvé comme facteur de risque, mais cela pourrait nêtre que la conséquence dun biais de recrutement, les femmes ayant tendance à consulter plus facilement devant un tableau dinsuffisance veineuse chronique.
S06P01C08
Physiopathologie
Système veineux : rappels anatomiques On distingue habituellement le réseau veineux profond et le réseau veineux superficiel. Le premier est dit profond, car il se trouve à linté rieur des aponévroses jambières et fémorales en cheminant entre ou à lintérieur des muscles. Le réseau superficiel chemine dans le tissu graisseux entre la peau et le plan aponévrotique. Le retour veineux au niveau des membres inférieurs est assuré à 90 % par les veines pro fondes (veines satellites des artères dont elles partagent le même nom) et à 10 % par les veines superficielles (veine grande saphène, veine petite saphène et leurs affluents). Les deux réseaux communiquent par lintermédiaire des veines perforantes (Dodd, Hunter, Boyd et Cockett) et des crosses saphéniennes et éventuellement (non constant) par la grande anastomotique (Giacomini) qui relie la petite et la grande saphène. Les valvules empêchent le sang de refluer vers le bas en orthostatisme. Elles sont particulièrement nombreuses à létage sural, moins nombreuses mais plus puissantes au niveau fémoropoplité. Les veines ont également un rôle de réservoir de masse sanguine et prennent part à la thermorégulation. À linverse du système artériel qui est rapide et distributif, le système veineux est lent et capacitif.
Mécanisme physiopathologique[22]
La pression dans les veines est déterminée par deux composantes, lune hydrostatique (poids de la colonne sanguine) et lautre hémody namique (résultant de la contraction musculaire). En position debout immobile ou assise, la pression veineuse est denviron 90 mmHg au niveau de la cheville. Lors de linitiation de la marche, cette pression va diminuer, pour atteindre une moyenne denviron 30 mmHg (Figure S06P01C081), grâce à la contraction musculaire via la semelle plantaire de Lejars (dépendant de la statique plantaire et du déroulement du pas), la pompe musculaire du mollet, le système abdo minodiaphragmatique et le système valvulaire qui empêche le retour veineux.
Derniers pas 1 7 100 Syndrome postthrombotique 90 80 70 60 Maladie variqueuse 50 40 30 20 Pression veineuse ambulatoire 10 Normal 0 0 10 20 40 60
80 secondes
Figure S06P01C081Évaluation des pressions veineuses ambulatoires en condition normale et en situations pathologiques (varices et syndrome post thrombotique). Hyperpression persistante à la marche en cas de pathologie veineuse.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents