Infections sexuellement transmissibles
10 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Infections sexuellement transmissibles , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
10 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

SyphilisLa syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) chronique due à un spirochète, Treponema pallidum. Rare dans les pays industrialisés dans les années 1990, sa résurgence depuis les années 2000 est confirmée en Europe et aux États-Unis.MicrobiologieIdentifié en 1905 par Schaudinn et Hoffman, Treponema pallidum est un bacille hélicoïdal aux spires régulières et aux extrémités effilées. Il appartient au genre Treponema qui comporte d’autres espèces, pathogènes (celles responsables des tréponématoses endémiques : pian, bejel, pinta) ou commensales.Mesurant 5 à 15 μm de long, Treponema pallidum est animé d’un double mouvement : d’une part, rotation autour de son axe longitudinal, d’autre part, ondulation se propageant d’une extrémité à l’autre. Il n’est pas coloré par le Gram, mais fixe le Giemsa et la coloration de Vago (violet de méthyle). Ses caractéristiques morphologiques permettent d’identifier le genre Treponema par l’examen direct au microscope à fond noir ou après coloration argentique. Cependant, l’examen direct ne permet pas de distinguer les différentes espèces (pathogènes ou commensales) de Treponema. Par ailleurs, Treponema pallidum n’est pas cultivable. Enfin, il faut souligner l’existence d’espèces commensales de Treponema dans la cavité buccale, rendant ininterprétable l’examen direct dans cette localisation.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2019
Nombre de lectures 1
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Chapitre S19-P03-C12 Infections sexuellement transmissibles
N D ICOLAS UPIN
Syphilis
2 1 -C 3 0 -P 19 S
C12 3 P0 9 1 S
La syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) chro-nique due à un spirochète,Treponema pallidum. Rare dans les pays industrialisés dans les années 1990, sa résurgence depuis les années 2000 est confirmée en Europe et aux États-Unis.
Microbiologie
Identifié en 1905 par Schaudinn et Hoffman,Treponema pallidum est un bacille hélicoïdal aux spires régulières et aux extrémités effilées. Il appartient au genreTreponemacomporte d’autres espèces, qui pathogènes (celles responsables des tréponématoses endémiques : pian, bejel, pinta) ou commensales. Mesurant 5 à 15μm de long,Treponema pallidumest animé d’un double mouvement : d’une part, rotation autour de son axe longitudi-nal, d’autre part, ondulation se propageant d’une extrémité à l’autre. Il n’est pas coloré par le Gram, mais fixe le Giemsa et la coloration de Vago (violet de méthyle). Ses caractéristiques morphologiques per-mettent d’identifier le genreTreponemapar l’examen direct au micro-scope à fond noir ou après coloration argentique. Cependant, l’examen direct ne permet pas de distinguer les différentes espèces (pathogènes ou commensales) deTreponema. Par ailleurs,Treponema pallidum n’est pas cultivable. Enfin, il faut souligner l’existence d’espèces com-mensales deTreponemadans la cavité buccale, rendant ininterprétable l’examen direct dans cette localisation.
Épidémiologie
La recrudescence de la syphilis [2, 3] est observée, depuis 2000, aussi bien en France que dans le reste de l’Europe, aux États-Unis et en Aus-tralie. En 1999, l’incidence annuelle mondiale était estimée par l’OMS à 12 millions de cas, dont 90 % dans les pays en voie de développe-ment. L’OMS a fait de la prévention de la syphilis congénitale un objectif majeur dans les pays en voie de développement, où elle serait responsable de plus de 500 000 décès annuels [12] La récente épidé-mie observée dans l’ensemble de l’Europe, est caractérisée par de forts contrastes Est-Ouest. Schématiquement : – en France, comme dans d’autres pays d’Europe de l’Ouest (Irlande, Royaume-Uni…) et sur les côtes des États-Unis, l’épidémie prédomine chez les homosexuels masculins et les patients infectés par le VIH ; – en Europe de l’Est et dans l’ancienne URSS, l’épidémie est davan-tage liée à la prostitution (sex-ratio F/H10/1) et à l’usage de drogues intraveineuses ; – dans le sud des États-Unis, la syphilis atteint davantage les sujets hétérosexuels, en situation précaire, afro-américains ou hispaniques, avec une prédominance féminine (> 60 %) et un lien fréquent avec la prostitution et la drogue (notamment le crack et la cocaïne).
S19P03C12  Infections sexuellement transmissibles
Classification
En raison d’une similitude de prise en charge, de degré de contagio-sité et de risque neurologique, il est d’usage de regrouper les différentes phases de la syphilis en deux catégories : – le terme « syphilis précoce » regroupe les formes primaire, secon-daire et latente de moins de 1 an, caractérisées par une forte contagio-sité et un faible risque de séquelles neurologiques ; – le terme « syphilis tardive » regroupe les formes latentes de plus de 1 an et tertiaire, ayant en commun une faible contagiosité, mais un fort risque de séquelles neurologiques. En pratique, l’ancienneté de syphilis latente étant difficile à préciser en l’absence – fréquente – de sérologie antérieure, la prudence et le pragmatisme incitent à considérer les cas douteux comme des formes tardives.
Manifestations cliniques
Lasyphilis primaireest associée à une diffusion bactérienne locoré-gionale lymphatique. Après une incubation d’environ 3 semaines (mais qui peut varier entre 10 et 90 jours) [8], elle est caractérisée par la survenue du chancre. Cliniquement, le chancre est une ulcération (ou plutôt une exulcération) unique, superficielle, indurée, indolore, à fond propre (Figure S19-P03-C12-1). Cependant, aucune des caracté-ristiques précitées n’est pathognomonique du chancre syphilitique, qui doit être évoqué devant toute ulcération muqueuse génitale, anale ou oropharyngée [10]. Le chancre est souvent méconnu, notamment en cas de localisation cervicovaginale, anale ou pharyngée. Il guérit spon-tanément en quelques semaines. S’y associe une adénopathie satellite, d’apparition souvent décalée par rapport à celle du chancre, habituel-lement indolore, non inflammatoire et typiquement de grande taille (> 15 mm). Lasyphilis secondaireliée à une dissémination bactérienne systé- est mique hématogène [8]. On distingue classiquement deux éruptions. La première floraisongénéralement quelques semaines après le survient chancre. Elle est caractérisée par un exanthème roséoliforme, peu pruri-
Figure S19P03C121
Chancre syphilitique.
S19P03C12
1
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents