Guide pratique du cancer : S’informer, s’orienter, se soigner
113 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Guide pratique du cancer : S’informer, s’orienter, se soigner , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
113 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’annonce d’un cancer est toujours un très gros choc. Et pourtant, beaucoup de cancers guérissent. Encore faut-il réussir son parcours du début de la maladie jusqu’au moment de retrouver une vie normale. Comprendre la maladie, choisir son lieu de soins, établir un partenariat avec son médecin sont les premières étapes. Il faut aussi prendre en compte l’impact psychologique et physique de la maladie, effectuer les bonnes démarches et connaître ses droits. Tout un parcours qu’il faut réaliser dans les meilleures conditions. Ce guide vous oriente, vous informe et vous accompagne dans votre cheminement personnel, médical et administratif.• À chaque étape de la maladie, il aide à s’informer, s’orienter, se guider : puis-je demander un deuxième avis ? Vais-je guérir ? Comment choisir mon lieu de soins ?• Des définitions claires et précises des traitements : certains sont-ils meilleurs que d’autres ? Quand consulter en urgence ? Est-ce mon intérêt de participer à un essai clinique ?• 100 questions réponses sur vos rapports avec l’hôpital, votre employeur, la Sécurité sociale, les aides à domicile, les assurances. Aurai-je des frais à débourser ? Vais-je pouvoir emprunter ? Un document précieux pour vous et votre famille. David Khayat est professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie. Il est chef de service de cancérologie à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière. Il a notamment publié Les Chemins de l’espoir. Odilon Wenger est journaliste, spécialisé dans l’économie de la santé. Dominique Delfieu, médecin généraliste, anime le réseau MG Cancer à Paris.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 janvier 2007
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738181855
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

©  ODILE JACOB , JANVIER  2007
15, RUE SOUFFLOT , 75005  PARIS
ISBN  : 978.2.7381.8185.5
www.odilejacob.fr
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
Introduction

Pourquoi donc un guide du cancer ?
Quel besoin pourrait-il exister d’être guidé, orienté, informé au travers d’un tel ouvrage dès lors que l’on vient de se voir porter le diagnostic de cancer ?
Ces questions peuvent paraître légitimes à tous ceux qui, pour l’instant du moins, restent épargnés par cette maladie.
Pour les autres, pour tous les autres, et ils sont chaque jour plus nombreux, ces questions prennent au contraire un sens presque vital.
Un homme sur deux, une femme sur trois ont ou auront un cancer dans le courant de leur vie.
Ceci est vrai pour la France comme pour la plupart des pays développés.
La fréquence de cette maladie double tous les 20 ans et tue plus dans le monde, à elle seule, que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis.
Alors, où et comment trouver des raisons d’espérer ? Si demain, sa femme, son mari ou simplement un ami proche est touché par le cancer, comment pouvoir se dire qu’il existe de véritables raisons de s’en sortir ?
Ces raisons existent.
Près de 80 % des enfants atteints de cancer guérissent. Presque autant de femmes atteintes de cancer du sein et soignées avec les traitements les plus modernes guériront aussi. Il existe des cancers pour lesquels le taux de guérison atteint presque 100 %, comme les cancers du testicule ou certains cancers des ganglions.
D’autres encore, même s’ils ne guérissent pas, se sont simplement transformés en maladie chronique, un peu comme le diabète ou l’hypertension artérielle et, sous condition d’un traitement quotidien, permettent une vie normale.
Oui, tout ceci est vrai.
Mais encore faut-il avoir la chance de ne connaître qu’un parcours réussi, du début de la maladie jusqu’au moment où, guéri ou en rémission, l’on essaie de retrouver une vie normale.
Une démarche diagnostique rapide, efficace, logique avec une annonce empreinte d’humanité. Une décision thérapeutique concertée entre tous ceux qui auront à intervenir – chirurgien, oncologue, radiothérapeute, spécialistes d’organe… – faisant appel aux meilleures pratiques médicales, aux médicaments les plus modernes.
Avoir la chance d’être informé de ses droits, de l’existence de toutes ces aides qu’un patient ou sa famille peut revendiquer afin de rendre ce parcours moins douloureux.
Enfin, savoir comment mieux se réinsérer dans la société, dans le monde du travail, alors même que tous semblent vous regarder comme un véritable étranger.
 
Car, malheureusement, l’expérience montre que ces parcours, avant, pendant et après le cancer sont complexes et dangereux. Qu’une erreur d’aiguillage peut entraîner de véritables pertes de chances. Que les délais d’attente pour avoir un scanner ou une IRM varient de un à dix ou que près de 5 % des mammographies réalisées, en dehors du dépistage organisé, peuvent passer à côté de petits cancers du sein.
Très peu de personnes utilisent tous les dispositifs d’aides financières que l’État français a mis en place, tout simplement parce que la plupart des patients en ignorent l’existence et qu’il est souvent difficile de trouver l’information que l’on cherche dans ce domaine.
 
Voilà pourquoi nous avons voulu réaliser cet ouvrage. En entrant dans le monde du cancer, ce guide vous orientera à chaque instant, il vous informera simplement, clairement sur tous les aspects des épreuves que vous allez rencontrer et vous aidera, nous l’espérons en tout cas, à mieux vous en sortir.
Le parcours du patient  atteint d’un cancer

I – Diagnostic
– Alerte, signes, autopalpation, etc.
– Consultation d’interrogation initiale.
– Examens diagnostiques (radiologie, biopsie, histologie).
– Pose du diagnostic.
– Consultation pour l’ annonce de diagnostic avec une personne de confiance.
II – Choix du schéma thérapeutique
– Réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) entre médecins.
– Information du patient sur les traitements choisis et sollicitation de sa « participation ».
– Information du médecin traitant et des médecins spécialistes impliqués non présents à la réunion de concertation pluridisciplinaire.
– Information et engagement de l’entourage, adhésion à un groupe de paroles.
III – Prise en charge en réseau
– Formalisation de l’organisation des intervenants : co-interventions médicales et sociales, dossier de liaison entre intervenants accessible au patient.
– Projet de vie sociale : droits à faire valoir dans le monde professionnel, allocations accessibles selon la situation sociale, etc.
IV – Entrée dans le traitement
– Étapes successives et actes concomitants.
– Droits à faire valoir (traitement de la douleur, prise en charge financière à 100 % à faire valoir depuis juillet 2000 sur des dépenses complémentaires telles que les nutriments oraux, etc.).
– Soutien psychologique dans le cours du traitement.
– Suivi du traitement, aides d’appoint (non médicales telles que soutien psychologique, soins esthétiques, conseils nutritionnels, kinésithérapie, etc.).
V – Fin du traitement
– Calendrier des rendez-vous de contrôle avec le médecin référent.
– Mise en place des relais sociaux et d’éventuels soins de suivi à domicile.
– Réinsertion professionnelle et sociale : droits et aides à faire valoir.
L’annonce  du diagnostic

« Je souhaiterais que s’occupe de moi quelqu’un qui serait un peu médecin, un peu psychologue. »

« J’ai eu la “chance”, moi, d’être devant le médecin et accompagnée, lors de l’annonce ; une de mes amies a appris son cancer sur son répondeur !… »

Faire face au choc psychologique
Le cancer est l’une des maladies qui rend le plus dramatique le passage du monde des bien portants à celui des malades, du fait de tous les fantasmes et cauchemars que cette pathologie véhicule dans l’inconscient collectif depuis que le mot « tumeur » existe. Mais cela aussi est en train de changer, grâce à l’information plus ouverte et plus positive qui circule : aujourd’hui, on peut « guérir » de nombreux cancers ou même, sans parler de « guérison définitive », bénéficier de rémissions très durables (20 ans, 30 ans et plus)…
L’irruption d’un cancer dans la vie fait souvent l’effet d’un tremblement de terre ! Quel que soit l’âge, quelle que soit la gravité de la maladie et quelle que soit la manière dont cette information est donnée, si vous apprenez ce diagnostic, vous aurez l’impression de passer brutalement de la terre ferme au vide absolu, de l’ordre au chaos.
Ce changement brusque bouleverse tout d’un coup le quotidien, les projets à court et moyen terme et, plus généralement, la capacité et la manière d’envisager sa vie.

La sidération

« Je m’y attendais, mais lorsque mon médecin m’a dit que les cellules étaient cancéreuses, j’ai eu envie de hurler et de sortir en courant de sa salle de consultation… comme si je voulais m’éloigner de ce qu’il était en train de me dire. »

« Quand on est bien portant, on ne peut pas imaginer le désastre cataclysmique que peut causer l’annonce d’un cancer ; on croit savoir, mais on ne sait pas, même quand on est un proche ou un professionnel de santé. »

« Comment voulez-vous que je comprenne ce que je n’ai pas envie d’apprendre ? C’est comme si l’on vous jetait dans l’arène aux lions en vous disant de vous battre, alors que vous ne voulez même pas entendre parler de combat ! »
Dans un premier temps, vous êtes sous le choc, comme sidéré. Vous êtes perdu, vous n’écoutez plus ce que l’on vous dit et vous n’entendez ni les informations ni les encouragements transmis. Cet état est connu et il est, le plus souvent, transitoire.
Vous pouvez peut-être avoir envie de crier, de pleurer, ou de hurler votre colère… vous en avez le droit !
Dans ces circonstances, la manière de le dire peut être, psychologiquement pour le patient, aussi importante que ce qu’on dit, et il ne faut pas croire que les écrits soient, sur ce point, une façon d’éviter la parole : il a été donné d’observer que, du point de vue du patient sous le choc, les paroles échangées à ce moment-là sont plus fortes que les écrits, en terme de retentissement émotionnel. Ce n’est qu’après le passage de l’émotion extrême suscitée par l’annonce, que les écrits jouent leur rôle de complément utile d’indication et d’information.

L’annonce 1 dans des conditions dignes
« Le malade doit être informé du diagnostic par le médecin, dans des conditions qui respectent son intimité et son désir de confidentialité, en aucun cas par téléphone ou par fax, et pas non plus par une tierce personne, qu’il s’agisse d’un soignant ou d’un membre de l’entourage du patient. […] Si le malade ne souhaite pas être informé, le médecin respecte son refus. »

Prendre le temps de comprendre
La première chose à faire est de prendre le temps de comprendre ce qui se passe en vous. Ce temps d’introspection est très important car il permet de construire la base, même fragile au départ, sur laquelle vous allez pouvoir vous reconstruire après le choc énorme que vous avez subi qui a fait exploser l’ordre établi et vos repères de vie. Or, il vous faut pourtant garder de l’énergie pour agir : des décisions importantes doivent être prises, même si, dans la majorité des cas, la précipitation n’est pas nécessaire. Il est tout à fait possible de se donner

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents