Glaucome
4 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le glaucome est défini par une neuropathie optique progressive de la tête du nerf optique qui peut entraîner une cécité irréversible par atteinte du champ visuel. C’est la deuxième cause de cécité irréversible dans les pays du Nord. On estime que 1 à 3 % de la population française serait à risque, dont la moitié l’ignore. Sa fréquence augmente avec l’âge.La papille, partie visible de la tête du nerf optique lorsqu’on fait le fond d’œil, est le point de convergence de toutes les fibres optiques qui parcourent la rétine et qui vont former le nerf optique après avoir traversé la lame criblée. Ce carrefour critique est sensible à l’augmentation de la pression intra-oculaire, à la dégradation de sa vascularisation et à la qualité neuronale. Ainsi, si l’hypertension oculaire est la cause la plus fréquente de glaucome, des facteurs vasculaires et neuronaux interviennent également, notamment dans le glaucome à pression normale qui est un diagnostic différentiel des neuropathies optiques non glaucomateuses.L’hypertension oculaire est liée à une obstruction sur les voies d’écoulement de l’humeur aqueuse qui, secrétée en chambre postérieure par les corps ciliaires, passe en chambre antérieure, puis est éliminée par le trabéculum dans l’angle iridocornéen.Le glaucome a des causes diverses, c’est pourquoi on parle maintenant de glaucomes au pluriel. On en distingue deux types principaux : les glaucomes à angle ouvert, les plus fréquents, chroniques, lentement progressifs, longtemps asymptomatiques, et les glaucomes à angle fermé qui se manifestent plus souvent brutalement par poussée(s) aiguë(s) à symptomatologie bruyante, que de façon chronique.Le traitement ophtalmologique se limite à faire baisser la pression intra-oculaire par des moyens médicaux, par laser ou par chirurgie.Le suivi de la neuropathie est strictement ophtalmologique combinant examen clinique et examens complémentaires.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 6
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Chapitre S25-P01-C07 Glaucome
I C SABELLE OCHEREAU
0 7 0 0
C07 P01 S25
Le glaucome est défini par une neuropathie optique progressive de la tête du nerf optique qui peut entraîner une cécité irréversible par atteinte du champ visuel. C’est la deuxième cause de cécité irréversible dans les pays du Nord. On estime que 1 à 3 % de la population fran-çaise serait à risque, dont la moitié l’ignore. Sa fréquence augmente avec l’âge. La papille, partie visible de la tête du nerf optique lorsqu’on fait le fond d’œil, est le point de convergence de toutes les fibres optiques qui parcourent la rétine et qui vont former le nerf optique après avoir traversé la lame criblée. Ce carrefour critique est sensible à l’augmen-tation de la pression intra-oculaire, à la dégradation de sa vasculari-sation et à la qualité neuronale. Ainsi, si l’hypertension oculaire est la cause la plus fréquente de glaucome, des facteurs vasculaires et neu-ronaux interviennent également, notamment dans le glaucome à pression normale qui est un diagnostic différentiel des neuropathies optiques non glaucomateuses. L’hypertension oculaire est liée à une obstruction sur les voies d’écou-lement de l’humeur aqueuse qui, secrétée en chambre postérieure par les corps ciliaires, passe en chambre antérieure, puis est éliminée par le trabéculum dans l’angle iridocornéen. Le glaucome a des causes diverses, c’est pourquoi on parle main-tenant de glaucomes au pluriel. On en distingue deux types princi-paux : les glaucomes à angle ouvert, les plus fréquents, chroniques, lentement progressifs, longtemps asymptomatiques, et les glauco-mes à angle fermé qui se manifestent plus souvent brutalement par poussée(s) aiguë(s) à symptomatologie bruyante, que de façon chronique. Le traitement ophtalmologique se limite à faire baisser la pression intra-oculaire par des moyens médicaux, par laser ou par chirurgie. Le suivi de la neuropathie est strictement ophtalmologique combi-nant examen clinique et examens complémentaires.
Neuropathie de la tête du nerf optique
L’altération de la tête du nerf optique est diagnostiquée sur : – l’excavation papillaire typique du glaucome visible au fond d’œil, qui est un creusement de la papille (Figure S25-P01-C07-1) liée à la disparition des fibres optiques, à iconographier au rétinographe non mydriatique ; – l’altération du champ visuel dont les scotomes sont le plus souvent arciformes et périphériques (Figure S25-P01-C07-2), ce qui explique que l’acuité visuelle centrale soit longtemps conservée ; – l’altération des fibres optiques papillaires à l’OCT (optical cohe rence tomography) (Figure S25-P01-C07-3). La baisse de l’acuité visuelle n’apparaît qu’au stade terminal et il n’y a pas d’autre symptôme oculaire, ce qui souligne l’importance de l’exa-men ophtalmologique complet pour le dépistage et le bilan de gravité, puis du suivi régulier comparatif par le même ophtalmologiste sur les
S25P01C07  Glaucome
Figure S25P01C071Fond d’œil : excavation glaucomateuse papillaire avec une hémorragie témoignant d’une souffrance de la papille.
Figure S25P01C072Évolution défavorable d’un scotome arciforme infé-rieur du champ visuel, typique du glaucome.
S25P01C07
1
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents