Facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels
6 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
6 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral) restent en France la première cause de décès chez la femme et les sujets de plus de 65 ans (32-33 %) et la deuxième cause de décès chez l’homme (29 %) juste derrière le cancer [1]. Cependant la mortalité cardiovasculaire a diminué de 50 % en 30 ans grâce à une prise en charge précoce des complications de l’athérosclérose mais aussi grâce à la détection des facteurs de risque qui ont permis d’évaluer le risque cardiovasculaire afin d’instaurer un traitement préventif de réduction du risque approprié.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de lectures 3
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Chapitre S05P02C02 Facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels
MAREMMANUELLESIRIEIX, ALAINSIMON ETGILLESC IE HIRONI
0 2 00
02 02C P 05 S
Les maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral) restent en France la première cause de décès chez la femme et les sujets de plus de 65 ans (3233 %) et la deuxième cause de décès chez l’homme (29 %) juste derrière le cancer [1]. Cependant la mortalité cardiovasculaire a diminué de 50 % en 30 ans grâce à une prise en charge précoce des complications de l’athérosclérose mais aussi grâce à la détection des facteurs de risque qui ont permis d’évaluer le risque cardiovasculaire afin d’instaurer un traitement préventif de réduction du risque approprié.
Notion de facteur de risque et de risque cardiovasculaire
L’étude de Framingham aux ÉtatsUnis a jeté les fondements de l’épidémiologie et de la prévention des maladies cardiovasculaires. Cette étude de cohorte a débuté en 1948 par le recrutement de 5 209 hommes et femmes âgés de 30 à 60 ans résidant dans la ville de Framingham située dans le Massachusetts. Les participants ont été régulièrement suivis avec des contrôles médicaux tous les 2 à 4 ans. De même, à partir de 1971, 5 124 descendants de ces premiers partici pants ont été inclus dans une seconde étude. C’est ainsi que l’on a pu mettre en évidence pour la première fois que l’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle, le diabète et le tabagisme étaient associés à une augmentation des maladies cardiovasculaires. On a pu ainsi définir un facteur de risque comme tout attribut, caractéristique clinique ou biologique, ou exposition qui augmente la probabilité de développer une maladie. Le facteur de risque peut être un simple marqueur de risque ou avoir un lien de causalité. Pour cela, les critères sont : – une augmentation du risque avec la durée de l’exposition (comme pour le tabac) ; – la présence du facteur avant que la maladie ne se manifeste ; – un effet dosedépendant ; – la cohérence de la relation dans les études qu’elles soient cliniques ou expérimentales (l’hypercholestérolémie induite chez l’animal entraîne l’apparition de plaques d’athérome) ; – la diminution du risque après intervention appropriée sur le fac teur de risque (comme le sevrage du tabac).
Utilisation diagnostique des facteurs de risque cardiovasculaire
La priorité diagnostique de la mesure des facteurs de risque est de détecter un haut risque cardiovasculaire défini le plus souvent comme une forte probabilité d’accident coronarien dans les dix ans à venir. Seulement 15 % de la population générale adulte de 20 à
S05P02C02 • Facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels
80 ans sont à l’origine de 60 % de tous les accidents cardiaques : cette population à haut risque cardiovasculaire doit être dépistée et traitée en priorité [5]. Cette stratégie de dépistage du haut risque cardiovasculaire s’appuie sur les directives de sociétés savantes internationales [4, 7, 12, 14] qui établissent un score de risque global. Dans cette perspective, les fac teurs de risque sont répartis en trois classes : les facteurs de risque majeurs, les facteurs de risque traditionnels et les facteurs de risque complémentaires.
Facteurs de risque majeurs Ils sont constitués par tout antécédent personnel de complication de la maladie athéroscléreuse. En effet, le diagnostic de haut risque cardio vasculaire est établi d’emblée chez tout patient en prévention secon daire d’une maladie coronaire (angor, syndrome coronarien aigu), d’une artériopathie oblitérante des membres inférieurs symptomatique ou d’un accident vasculaire cérébral transitoire ou constitué. Est également considéré comme facteur de risque majeur toute lésion artérielle avancée asymptomatique : sténose artérielle rénale ou carotidienne supérieure à 50 %, anévrysme aortique. S’ajoute enfin à ces facteurs, un monorisque sévère ou non contrôlé comme le diabète de type 2 compliqué de dysfonction rénale (présence d’une microalbuminurie ou baisse du débit de filtration glomérulaire 2 à moins de 60 ml/min/1,73 m ) ou associé à deux autres facteurs de risque, l’hypercholestérolémie sévère (cholestérol total > 3,20 g/l ou LDLcholestérol > 2,40 g/l) et une hypertension artérielle de grade III (systolique > 180 mmHg et/ou diastolique > 110 mmHg). Un seul facteur de risque majeur suffit à porter le diagnostic de haut risque cardiovasculaire, situation classiquement dénommée « risque coronarien équivalent ».
Facteurs de risque traditionnels et score de risque multifactoriel Ils constituent une liste limitée de facteurs : un âge avancé (> 55 ans chez l’homme, > 65 ans chez la femme), une hypertension artérielle traitée ou non de grade I ou II, hypercholestérolémie traitée ou non (mais non sévère, cholestérol total < 3,20 g/l), un diabète de type II isolé (sans autre facteur de risque associé et sans dysfonction rénale), une hypoHDLémie inférieure à 0,40 g/l, un tabagisme actuel ou sevré depuis moins de 3 ans (quelle que soit la quantité fumée). À l’inverse, une hyperHDLémie supérieure à 0,60 g/l est considérée comme pro tectrice et sa présence annule un autre facteur de risque traditionnel. Ainsi, une femme de 65 ans avec un HDLcholestérol à 0,70 g/l et une hypertension artérielle est considérée comme n’ayant qu’un seul fac teur de risque : l’hypertension. L’utilisation des facteurs de risque traditionnels pour évaluer le risque cardiovasculaire d’un patient oblige à recourir au calcul d’un score de risque global dont la valeur prédictive est très supérieure à celle de chaque facteur de risque pris isolément. Ce score est obtenu en attri buant à chaque facteur de risque traditionnel des points de risque qui sont fonction de l’importance de ce facteur, en calculant la somme de tous les points de risque des différents facteurs, et en transformant le total des points de risque obtenu en probabilité d’accident coronarien dans les dix ans. Le score le plus utilisé dans le monde est celui de Fra mingham, ville du nordest des ÉtatsUnis [8]. Il montre par exemple
S05P02C02
1
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents