Bébés en réanimation : Naître et renaître (avec la collaboration de Martine Bloch)
99 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Bébés en réanimation : Naître et renaître (avec la collaboration de Martine Bloch) , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
99 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Chaque année, en France, des dizaines de milliers de bébés sont placés dès leur naissance en service de réanimation. Pour les parents, c’est un choc et une immense douleur : on les sépare de leur enfant qui vient à peine de naître. Pour l’équipe médicale, c’est une urgence, qui nécessite l’administration de soins souvent très lourds. Pour tous, c’est un combat autour d’un nouveau-né en difficulté. Que peut-on faire aujourd’hui pour améliorer la situation de tous ces enfants dont la vie commence désormais à l’hôpital, loin de l’environnement familial habituel ? Comment limiter au maximum leur souffrance physique mais aussi psychique ? Comment mieux respecter leurs rythmes ? Comment répondre à tous leurs besoins ? Un ouvrage indispensable pour que parents et soignants puissent, ensemble, aider ces bébés à vivre, mais aussi à se développer dans les conditions les plus harmonieuses. Pédopsychiatre, psychanalyste, chef de service à l’hôpital Saint Vincent de Paul, Bernard Golse est professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris-V. Psychologue clinicienne, Sylvie Gosme-Seguret exerce à l’hôpital Saint Vincent de Paul. Mostafa Mokhtari est pédiatre réanimateur à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2001
Nombre de lectures 1
EAN13 9782738173348
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Bernard GOLSE, Sylvie GOSME-SEGURET et Mostafa MOKHTARI
BÉBÉS EN RÉANIMATION
Avec la collaboration de Martine Bloch
© É DITIONS O DILE J ACOB, JANVIER 2001 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-7334-8
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5, 2° et 3° a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
J'ai compris qui elle était, ma petite fille, quand elle est née. Quand j'ai ouvert les yeux, il y a eu comme un nouveau lien qui s'est créé tout de suite, comme si la fibre maternelle s'était dépliée. Elle existait comme à l'état compact et elle attendait pour éclore, comme une fleur. C'était latent et cela éclôt au moment où tu vois. Cela permet d'envelopper d'une autre façon, de remplacer l'utérus par quelque chose de psychique, une enveloppe de chaleureux.
(Paroles d'une mère d'enfant hospitalisé en réanimation néonatale)
Table
Page de titre
Copyright
Avant-propos
Première partie - HISTOIRES  DE  VIE
CHAPITRE  PREMIER - Sandrine : une naissance prématurée par césarienne
CHAPITRE  2 - Carole : la mort à quelques jours de vie
CHAPITRE  3 - Sébastien : le bébé imaginaire
CHAPITRE  4 - Marc : un bébé donné pour mort
CHAPITRE  5 - Alexandre : une si longue histoire
Deuxième partie - REPÈRES  CLINIQUES, THÉORIQUES  ET  ÉTHIQUES
CHAPITRE  6 - L'effet de surprise et d'étrangeté
CHAPITRE  7 - La peau, la douleur, la couleur ; le dedans et le dehors
CHAPITRE  8 - La question du temps
CHAPITRE  9 - La transmission de génération en génération
CHAPITRE  10 - Éthique et réanimation
Troisième partie - QUELQUES  PISTES SUR  LE  DÉVELOPPEMENT  PSYCHIQUE DU  BÉBÉ
CHAPITRE  11 - La qualité et l'humanisation des soins
CHAPITRE  12 - La douleur chez le bébé
CHAPITRE  13 - La naissance psychique
CHAPITRE  14 - Séduction originaire et signifiants énigmatiques
CHAPITRE  15 - Le sentiment de la continuité d'exister
CHAPITRE  16 - L'accès à l'intersubjectivité
Épilogue
Glossaire
Bibliographie
Remerciements
Avant-propos

Loin de l'exploit qu'elle constituait dans les premiers temps, la réanimation néonatale est devenue, en l'espace de quarante ans 1 , un authentique moyen de soins. Elle permet désormais de sauver des milliers de bébés, immatures ou malades qui, autrement, n'auraient pas vécu.
Les chiffres sont éloquents. Selon les estimations, environ 10 % des nouveau-nés effectuent aujourd'hui un séjour plus ou moins prolongé en service de médecine néonatale, dans les suites immédiates de leur naissance, dont 3 à 5 % en service de réanimation proprement dit. Soit, 50 000 à 80 000 enfants par an, en France, pour l'ensemble des services de médecine et de réanimation infantile. Fort heureusement, 50 à 80 % d'entre eux survivent.
Ces chiffres sont considérables car ils signifient qu'un nombre non négligeable d'enfants débutent désormais leur vie sur terre par un temps d'existence dans des conditions de vie très particulières, au sein d'un milieu hypermédicalisé et hypertechnicisé dont les diverses caractéristiques sont bien loin, on s'en doute, de celles d'un environnement familial habituel.
L'accroissement incontestable du nombre de nouveau-
nés concernés par la réanimation néonatale est sans doute le fruit de plusieurs facteurs. Parmi eux, il faut citer le développement des techniques d'assistance médicale à la procréation, lesquelles, parallèlement à leur indéniable intérêt, donnent lieu cependant relativement souvent à des grossesses multiples et donc à des enfants fréquemment prématurés ou de petit poids de naissance (jumeaux ou triplés, principalement). À cette évolution actuelle des techniques biomédicales, il convient sans doute d'ajouter le nombre croissant d'accouchements prématurés liés à des conditions de vie stressantes des mères ou à une certaine précarité socioéconomique d'ensemble. Enfin, les progrès des techniques pédiatriques permettent désormais de soigner des enfants extrêmement prématurés (les « prématurissimes ») ou des enfants si malades qu'ils auraient été laissés pour morts autrefois.
En tout état de cause, et même s'il existe probablement bien d'autres raisons susceptibles de rendre compte de l'augmentation du nombre de bébés séjournant en réanimation néonatale, les équipes soignantes impliquées ont été inéluctablement amenées à s'interroger sur l'impact d'un tel phénomène pour les enfants et leur avenir psychique.
Fabriquons-nous donc des bébés vulnérables ? En son temps, un auteur comme Ginette Raimbault avait posé une question un peu analogue à propos des enfants traités en service de soins intensifs pendant de longues semaines, de longs mois, voire pendant des années. « Fabriquons-nous des psychotiques ? », se demandait-elle alors. Le recul a montré qu'il n'en était rien et peut-être parce que ces enfants font, en dépit de tout, l'objet d'une attention particulière. Néanmoins, si la réanimation néonatale ne « fabrique » pas particulièrement d'enfants autistes ou psychotiques, la question demeure de savoir si l'impact de ces soins précoces ne fragilise pas les enfants en les marquant par exemple du sceau de la douleur ou de stimulations sensorielles par trop intenses ou par trop chaotiques.
 
Plus les difficultés médicales et techniques se sont vues progressivement maîtrisées, plus les équipes ont été conduites à réfléchir au bien-être présent et futur des enfants dont elles avaient la charge, et donc, aussi à celui de leurs parents ; plus elles ont également pris conscience qu'elles-mêmes ne pouvaient évacuer leur propre vécu affectif face à des histoires et des situations très lourdes et remuantes sur le plan émotionnel.
En effet, si les progrès technologiques et médicaux ont considérablement fait chuter le taux de mortalité infantile, si certains enfants dont la santé à la naissance était très précaire peuvent aujourd'hui « renaître », il n'en reste pas moins que les unités de réanimation néonatale sont des lieux où la mort est toujours possible et, parfois, malheureusement réelle. Le décès d'un bébé est toujours une situation extrêmement douloureuse et éprouvante, en premier lieu pour les parents, mais aussi pour le personnel soignant chez qui il peut entraîner de véritables syndromes dépressifs.
Joint à l'intensité de la charge émotionnelle toujours présente dans les unités de réanimation, ce risque de détresse psychique a conduit les réanimateurs à ouvrir récemment leurs « services » et à en permettre l'accès aux psychologues, aux psychiatres et aux psychanalystes. C'est de ce mouvement, dont on ne peut que se réjouir puisqu'il contribue à une meilleure compréhension de ces situations d'urgence et à une plus grande collaboration de tous les acteurs impliqués, que ce livre voudrait témoigner.
Sans doute sait-on aujourd'hui beaucoup plus de choses sur les conditions favorables et nécessaires à une croissance et à une maturation psychiques harmonieuses des bébés, mais quelles que puissent être ces nouvelles données concernant le développement précoce des enfants, l'engagement personnel et la nature de l'investissement de chacun, parent ou soignant, se situent toujours au-devant de la scène.
 
C'est à la rencontre entre des bébés en grande difficulté, leurs parents gravement atteints dans leur existence d'hommes et de femmes et des équipes professionnelles techniquement et humainement sollicitées que nous avons voulu rendre hommage tout au long de ces pages. Non pas pour condamner telle ou telle évolution de notre société mais pour réfléchir sur les enjeux qui découlent de ces nouvelles pratiques.
Les débuts de vie se passent désormais de plus en plus à l'hôpital. Le constater ne suffit pas. Les « C'est comme ça » ne suffisent plus. Comment naître, et parfois mourir, sans trop de souffrance ? Notre responsabilité collective se trouve engagée et notre réflexion doit également se situer sur un plan éthique, moins pour dire ce qu'il faut faire que pour essayer de préciser ce qu'il ne faut pas faire.
Dans le domaine de la réanimation néonatale, c'est sans doute le seul moyen de faire que les bébés puissent ensuite vivre et non pas seulement survivre, c'est-à-dire, d'une certaine manière, également naître ou… renaître dans des services ou des unités qui sont évidemment aussi fondamentalement porteurs d'espoir. Mais c'est, bien sûr, à nous adultes de savoir aider ces bébés à vouloir vivre.

1 . En France, la réanimation infantile a débuté en 1963 à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul grâce à l’action du professeur Gilbert Huault
Première partie
HISTOIRES  DE  VIE
Une journée comme une autre d'un bébé en réanimation
 
Il est sept heures du matin. Le soleil n'est pas encore levé lorsque le téléphone sonne dans le poste central de la réanimation au troisième étage. Une brève discussion, chaleureuse et amicale, s'engage entre une infirmière et son interlocutrice. Puis on raccroche après un : « À tout de suite ! » L'infirmière qui a pris l'appel informe ses collègues en criant dans le couloir : « C'est la manip radio [la technicienne de radiologie], elle monte. »
Ce coup de fil annonce le début d'une journée mais aussi la fin, ou presque, d'une garde de douze heures car, pour l'équipe de nuit, il reste encore un peu de travail. Dès six heures et demie du matin, l'agitation a commencé dans le « Sas », le local situé à l'entrée du service et qu'on utilise pour se changer et se laver les mains. L'équipe des aide

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents