Au bonheur des femmes : La vérité sur les hormones
150 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Au bonheur des femmes : La vérité sur les hormones , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
150 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« En tant que femme et gynécologue médicale, je voudrais apporter, dans ce livre, un témoignage clair et objectif, personnel, pour ne pas dire “engagé”, sur l’histoire tourmentée du traitement hormonal de la ménopause et de ses polémiques dévastatrices sans fin auxquelles j’ai assisté depuis trente ans. Il existe de véritables avantages du THS que l’on a eu tendance à gommer au profit des risques encourus largement amplifiés. » A. de K. Autour de la cinquantaine, arrivées à une étape clef de la vie, beaucoup de femmes s’interrogent : faut-il oui ou non suivre un traitement hormonal substitutif ? Quels sont ses bienfaits et ses risques éventuels ? A-t-il des effets sur le cerveau, les os, les artères, la sexualité, l’humeur et la peau ?À toutes ces questions, et à bien d’autres, le docteur Anne de Kervasdoué répond, point par point, avec des arguments clairs et scientifiques reposant sur son expérience clinique et sur toutes les études récentes réalisées sur les produits prescrits en Europe.Le Dr Anne de Kervasdoué est gynécologue et auteur de nombreux livres sur la santé des femmes, dont notamment Questions de femmes qui a rencontré un large succès auprès du public.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 octobre 2010
Nombre de lectures 3
EAN13 9782738199935
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© ODILE JACOB, NOVEMBRE 2010
15, RUE SOUFFLOT, 75005 PARIS
www.odilejacob.fr
EAN : 978-2-7381-9993-5
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
Introduction

L’idée de ce livre m’est venue au cours de l’année qui a suivi la publication d’une étude américaine 1 . Cet été 2003, bon nombre de femmes et leurs médecins basculèrent dans le doute et la peur. La nouvelle avait fait l’effet d’une bombe : le traitement hormonal de la ménopause pourrait être dangereux !
Le monde scientifique attendait avec impatience depuis des années les résultats de cette recherche, la plus grande jamais réalisée sur les hormones de la ménopause, la seule étude randomisée contre placebo sur ce sujet 2 . Elle venait de coûter plus de 600 millions de dollars et aucun autre pays au monde que les États-Unis n’avait pu investir une telle somme dans l’évaluation d’un traitement hormonal.
Le choc fut brutal. À la mesure de nos attentes et de nos espoirs.
La peur qui a germé chez les femmes, à cette période, n’a pas disparu, infiltrant insidieusement les esprits. Nombre d’entre elles n’ont retenu qu’une information : le traitement hormonal de la ménopause (THS) augmenterait le risque de cancer du sein. Si bien qu’aujourd’hui, en France, 80 % des femmes ménopausées ne prennent aucun traitement hormonal.

Trente ans sans hormones !
Ce choix est lourd de conséquences pour la qualité de vie des femmes, leur sexualité, et même leur santé à long terme (notamment pour les artères et les os). Car aujourd’hui, dans les pays occidentaux, une femme ménopausée a, en moyenne, plus de trente ans de vie devant elle. Trente années sans ces hormones qui participent à une multitude de fonctions biologiques.
Certes, la ménopause n’est pas une maladie. À ce titre, elle n’impose pas de traitement médical. Il n’est pas médicalement indispensable de remplacer les hormones manquantes comme c’est le cas, par exemple, lorsqu’on n’a plus de glande thyroïde. Mais le tarissement hormonal de la sécrétion ovarienne provoque de vraies gênes pour les trois quarts des femmes, la moitié d’entre elles les ressentant de manière intense. Il suffit de regarder autour de soi.
Curieusement (et contrairement à toutes les prévisions), l’âge de la ménopause n’a pas varié au fil du temps. Il se situe toujours autour de 50 ans (la moyenne française étant de 51,3 ans) et rien ne laisse présager qu’il reculera dans les années à venir. Or l’allongement de l’espérance de vie – bonne nouvelle – contraint la population féminine à traverser plusieurs décennies sans le secours et le soutien de ces précieuses substances qui marquent leur féminité.
Bien souvent, après avoir reçu en consultation mes patientes ménopausées, je ne peux m’empêcher d’éprouver un sentiment de gâchis et même de régression devant ce qui m’apparaît comme une soumission au destin féminin. De surcroît, je suis scandalisée par l’exploitation éhontée que les médias ont faite de ces résultats, jouant d’abord sur la peur du cancer du sein dont on sait qu’il représente pour les femmes une véritable obsession. Car, si cette étude américaine est intéressante à bien des égards, tout ou presque y est contestable. Nous y reviendrons dans les chapitres suivants.

L’ère des progrès et de l’épanouissement
À la fin des années 1970, peu de femmes connaissaient le traitement hormonal. Une fois ménopausées, elles cessaient pour la plupart de consulter leur gynécologue. Leur fécondité s’était tarie et leur féminité ne méritait pas tant de soins ! Fatalistes, nombreuses se résignaient. Comme avant elles leur mère et leurs grands-mères, elles se soumettaient à cet ordre naturel qui imposait à leur corps un bouleversement profond. La ménopause marquait le début de la vieillesse. C’était ainsi, « naturel ».
Le traitement hormonal est venu bousculer ce qui était une fatalité. Il devenait possible, enfin, de combattre les maux de la ménopause et de rester plus longtemps alerte, joyeuse, tonique, sexuellement épanouie. Cette nouveauté coïncidait avec les revendications des féministes qui réclamaient plus de liberté et d’autonomie.
Progressivement (et malgré la publication d’une étude instillant déjà le doute quant au risque de cancer du sein 3 ), le traitement hormonal n’a cessé de se perfectionner au cours des années qui ont suivi. De nouvelles formules ont été mises sur le marché : patchs, gels… Et même un spray nasal très performant qui n’a pas eu le temps, hélas, de trouver sa place. De nombreuses études sont venues ultérieurement confirmer les effets bénéfiques de ce traitement sur les symptômes désagréables (bouffées de chaleur, insomnies, fatigue, troubles de l’humeur, baisse de libido…) et son action protectrice sur les os et les artères.
Au printemps 2002, juste avant la publication de l’étude WHI, plus de la moitié des femmes ménopausées se sentaient confiantes et suivaient le traitement. Les recommandations de leurs médecins étaient relayées par l’enthousiasme des médias. Le traitement hormonal soulageait effectivement leurs symptômes de manière spectaculaire, leur rendant équilibre et sérénité. Elles vieillissaient, certes, mais en douceur. Et nous, les médecins qui les suivions, restions prudents mais confiants.

L’ère du recul et de la régression…
Puis vint l’été 2002. La publication de cette première étude américaine WHI provoqua un incroyable séisme, malmenant le traitement hormonal, ses utilisatrices et ses prescripteurs. Ses résultats alarmants résonnèrent comme un coup de tonnerre. Un an plus tard, au plus chaud de la canicule, une étude anglaise renforça encore les méfiances et l’angoisse : cancer du sein et accidents cardio-vasculaires guettaient les femmes qui cédaient à la tentation du traitement hormonal ! Les médias se firent largement écho de cette information. Tous les acteurs se sentaient concernés : les femmes, les médecins prescripteurs, les laboratoires, les agences de sécurité du médicament… Même les plus enthousiastes étaient ébranlés.
Une panique s’est alors emparée des femmes du monde entier. Elles abandonnèrent en masse leur traitement.
Aujourd’hui, seule une femme ménopausée sur cinq en bénéficie . Les autres ont renoncé, qu’elles l’aient interrompu ou qu’elles n’aient pas osé le commencer. Ainsi, au cours des consultations, j’entends les femmes approchant de la cinquantaine m’expliquer : « Tout le monde autour de moi me le déconseille », « Je ne veux pas d’hormones car j’ai lu des articles terrifiants », « Je ne veux pas mettre ma vie en péril »…
Paralysées par ces « on-dit », elles s’efforcent d’accepter leur sort. À ceci près qu’aujourd’hui, les femmes de 50 ans ne se contentent plus de garder leurs petits-enfants. Elles veulent vivre dans de bonnes conditions car elles travaillent et n’ont aucune envie de subir ces sueurs nocturnes qui troublent leur sommeil et ces vapeurs qui empoisonnent leurs journées. Elles se résignent mal à cette fatalité biologique. Elles se sentent jeunes (et elles le sont !). Elles ont des adolescents et même parfois des enfants à la maison. Elles veulent encore plaire et ont besoin pour tout mener de front de leur énergie physique et mentale.
Pendant une bonne vingtaine d’années, le traitement hormonal a alimenté le mythe d’une longue sinon éternelle jeunesse. Brutalement, ce mythe s’est effondré. Et les femmes cherchent d’autres solutions. Alors, à défaut d’hormones (puisque « les hormones donnent le cancer »), elles essaient d’autres thérapeutiques. Les plus gênées par les symptômes consultent des spécialistes (homéopathes, acupuncteurs, phytothérapeutes…), achètent toutes sortes de produits (compléments alimentaires, plantes…), souvent peu efficaces. Elles dépensent du temps, de l’énergie et de l’argent pour tenter en vain de retrouver un certain bien-être, alors qu’il existe toujours une solution simple et efficace dont on connaît de mieux en mieux les limites et dont on peut pallier les défauts : le traitement hormonal substitutif.

Les inégalités du traitement
En tant que médecin gynécologue médicale, j’ai aujourd’hui parfois l’impression d’être revenue trente ans en arrière. « Au secours, la ménopause revient ! » ai-je envie de crier lorsque je vois mes patientes se transformer sous mes yeux. En quelques années à peine, je les retrouve fatiguées par les nuits sans sommeil, déprimées, d’humeur instable, résistant de plus en plus mal aux stress de la vie quotidienne, invalidées par les bouffées de chaleur et les douleurs articulaires. Dans un article publié en 2003 dans le quotidien Le Monde 4 , j’écrivais : « À force de rechercher le risque zéro, les médecins, par lassitude ou peur des risques, vont abdiquer et les femmes se retrouver vingt ans en arrière. » Nous y sommes, plus radicalement que prévu.
Cependant, toutes les femmes ne sont pas égales face à cette régression. J’ai pu constater que les plus favorisées socialement et intellectuellement bénéficient en priorité du traitement hormonal. Attentives à leur corps, entretenant des rapports de confiance avec leur médecin, capables de comprendre la nature des arguments de la controverse, elles osent braver les diktats. Certaines affirment qu’elles préfèrent vivre quelques années de moins, mais vivre pleinement, même si parfois quelques-unes de leurs amies les traitent de « folles ». En contrepartie, elles sont souvent surmédicalisées, subissant to

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents