Affections potentiellement malignes de la muqueuse buccale
3 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Affections potentiellement malignes de la muqueuse buccale , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
3 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) [7]ont clarifié nomenclature, définitions et classifications pour un diagnostic aisé dans la pratique clinique en se basant sur les connaissances les plus actuelles de la cancérogenèse de la muqueuse orale. Le terme consensuel retenu est « lésion ou affection potentiellement maligne ». Les termes « précancéreux », « précurseur », « prémalin », « néoplasie intra-épithéliale » ne devraient plus être utilisés. La nouvelle terminologie indique que le cancer peut apparaître en n’importe quel endroit de la muqueuse buccale, même sur une muqueuse d’apparence normale, et pas seulement sur le site spécifique de la lésion observée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 0
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Chapitre S27-P01-C04
S27-P01-C04 • Affections potentiellement malignes de la muqueuse buccale
0 04 0
Affections potentiellement malignes de la muqueuse buccale C04 - 01 P - 27 S
LOFTIBENS  LAMA
Les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) [7] ont clarifié nomenclature, définitions et classifications pour un diagnostic aisé dans la pratique clinique en se basant sur les connaissances les plus actuelles de la cancérogenèse de la muqueuse orale. Le terme consensuel retenu est « lésion ou affection potentielle-ment maligne ». Les termes « précancéreux », « précurseur », « préma-lin », « néoplasie intra-épithéliale » ne devraient plus être utilisés. La nouvelle terminologie indique que le cancer peut apparaître en n’importe quel endroit de la muqueuse buccale, même sur une muqueuse d’apparence normale, et pas seulement sur le site spécifique de la lésion observée.
Leucoplasie
Sa définition actuelle est la suivante : lésions blanches à risque discu-table de cancérisation après exclusion de toutes les lésions ou affections n’ayant pas un risque accru pour le cancer. La leucoplasie est un terme purement clinique et n’a aucune spécificité histologique [2]. Elle peut correspondre histologiquement à une atrophie, une hyperplasie (acan-those) et éventuellement à une dysplasie. Son évolution est variable, avec une tendance à la transformation maligne. Insistons sur le fait que la dysplasie ne correspond à aucun aspect clinique et ne doit en aucun cas servir à décrire cliniquement une lésion blanche. La distinction entre leucoplasies homogènes et leucoplasies inho-mogènes est purement clinique. Elle est basée sur la couleur et l’épaisseur ; elle donne une orientation évolutive ou pronostique. La leucoplasie homogène a un aspect de plaque blanche clairement circonscrite, plane ou légèrement surélevée, lisse ou uniformément rugueuse, légèrement granulaire et ondulée, parfois traversée par de fines crevasses ou fissures sans érythème ou avec un érythème dis-cret et uniforme sans érosions. C’est la forme la plus fréquente. Elle présente rarement des dysplasies ou seulement des dysplasies légères réversibles. Elle subit rarement une transformation maligne [2] (Figure S27-P01-C04-1). Les leucoplasies inhomogènes peuvent comporter un aspect érythé-mateux, érosif, verruqueux ou nodulaire sur toute leur surface ou par endroits. La surface est irrégulière aussi en épaisseur. L’aspect peut être une plage érythémateuse mouchetée de kératose (speckled leucoplakia des Anglo-Saxons). Cette leucoplasie inhomogène est appelée aussi érythroleucoplasie. Le risque de transformation est élevé. D’autres leucoplasies inhomogènes sont distinguées par leur aspect : leucoplasie verruqueuse correspondant à une prolifération exophytique verru-queuse avec parfois des fissures dans une zone muqueuse hyper-kératosique blanche, leucoplasie nodulaire, surélevée, arrondie avec des excroissances rougeâtres ou blanchâtres qui se présentent comme des grains ou des nodules (Figure S27-P01-C04-2).
Figure S27-P01-C04-1
Leucoplasie homogène de la face ventrale de la langue.
Figure S27-P01-C04-2Leucoplasie inhomogène de la face ventrale et du bord droit de la langue.
La leucoplasie verruqueuse proliférative (proliferative verrucous leucoplakia [PVL]) se présente comme de multiples leucoplasies simultanées, homogènes ou inhomogènes. L’affection est multifocale et couvre de larges surfaces. D’autres éléments cliniques descriptifs peuvent aider à caractériser la leucoplasie : l’étiologie, clairement rattachée à l’usage du tabac ou de la noix d’arec ou idiopathique, le siège dans la cavité buccale ou l’oro-pharynx (ICD-DA/ICD-10nomenclature internationale des localisations), la taille et l’étendue de la lésion. Un diagnostic provisoire de leucoplasie peut être fait devant une lésion à prédominance blanche à l’examen clinique, qui ne peut être clairement identifiée comme unwhite sponge naevus, une kératose frictionnelle, un morsicato buccarum, une lésion chimiquement induite, une candidose pseudo-membraneuse, un lichen plan, une réaction lichénoïde, un lupus érythémateux discoïde, une « leucoplasie » chevelue ou une ouranite glandulaire. Une biopsie peut être indiquée. Un diagnostic définitif de leucoplasie peut être porté lorsqu’aucun facteur étiologique autre que l’usage du tabac ou de la noix d’arec n’a été retrouvé et lorsque l’examen histologique a exclu toute affection spécifique [2]. Le résultat de la bio-psie permet de retenir le diagnostic de leucoplasie avec ou sans dysplasie. Plusieurs marqueurs moléculaires à visée pronostique ont été propo-sés [6]. La dysplasie épithéliale retrouvée à l’examen histologique est le meilleur élément prédictif actuel d’une future transformation maligne. De nombreuses études tentent de trouver d’autres marqueurs de la transformation maligne.
S27-P01-C04
1
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents