À la recherche de la mémoire : Une nouvelle théorie de l’esprit
357 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

À la recherche de la mémoire : Une nouvelle théorie de l’esprit , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
357 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comment le cerveau crée-t-il nos souvenirs, qui sont la chair même de notre vie mentale ? Il y a une cinquantaine d’années, la simple idée qu’on pourrait expliquer la mémoire et d’autres aspects de l’esprit en termes biologiques semblait absurde. Aujourd’hui, c’est devenu une réalité. Le prix Nobel Éric Kandel a joué un rôle important dans l’histoire de la biologie de l’esprit. Il en retrace les grandes étapes et raconte comment la biologie, la psychologie et les neurosciences ont convergé pour créer la science nouvelle de l’esprit, si puissante désormais. Il montre aussi comment cette fenêtre grande ouverte sur ce que sont la perception, la pensée, les émotions et la mémoire laisse espérer de vrais progrès dans le soin d’affections comme la schizophrénie, les troubles du vieillissement, la dépression. Sous sa plume lumineuse, cette saga scientifique est aussi celle d’un homme, un jeune Viennois contraint à fuir le nazisme et qui devint ensuite l’un des maîtres de la neurobiologie, sans jamais renier sa fascination pour la psychanalyse.« La science vue à travers le prisme de toute une vie. Personne d’autre n’aurait pu écrire ce livre. » Antonio R. Damasio« Talent et grâce : un extraordinaire livre. » Elie Wiesel« Un demi-siècle de neurosciences : étourdissant. » Oliver SacksEric Kandel est professeur à l’Université Columbia, directeur du Kvali Institute for Brain Sciences et chercheur au Howard Hughes Medical Institute. Il a reçu le prix Nobel de physiologie et médecine en 2000.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 mai 2007
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738186737
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1100€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Cet ouvrage a été publié originellement par Norton sous le titre In Search of Memory
© Eric R. Kandel, 2006
Pour la traduction française : © O DILE J ACOB , MAI 2007
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
EAN : 978-2-7381-8673-7
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
Préface

Comprendre l’esprit humain en termes biologiques est devenu le grand défi scientifique du XXI e  siècle. Ce que nous désirons désormais comprendre, c’est la nature biologique de la perception, de l’apprentissage, de la mémoire, de la pensée, de la conscience et les limites du libre arbitre. L’idée que les biologistes seraient à même d’explorer ces processus mentaux était inconcevable il y a seulement quelques dizaines d’années. Jusqu’au milieu du XX e  siècle, l’idée que l’esprit, cet ensemble de processus le plus complexe de l’univers, puisse livrer ses secrets les plus intimes à l’analyse biologique, et ceci à l’échelle moléculaire, n’aurait même pas prêté à discussion.
Les fantastiques aboutissements de la biologie des cinquante dernières années ont rendu cela possible. La découverte de la structure de l’ADN par James Watson et Francis Crick en 1953 a révolutionné la biologie, en fournissant un cadre intellectuel permettant de comprendre comment l’information contenue dans les gènes contrôle le fonctionnement de la cellule . Cette découverte a débouché à son tour sur la compréhension fondamentale de la régulation des gènes, de la genèse des protéines qui déterminent le fonctionnement des cellules et de la façon dont le développement active ou désactive gènes et protéines pour déterminer le plan de construction d’un organisme. S’appuyant sur ces extraordinaires succès, la biologie en est venue à occuper une position centrale dans la constellation des sciences, rivalisant avec la physique et la chimie.
Gonflée de cette nouvelle connaissance et sûre d’elle, la biologie a alors tourné son attention vers son objectif suprême, la compréhension de la nature biologique de l’esprit humain. Cette tentative, longtemps considérée comme préscientifique, n’était pas la première du genre. De fait, lorsque les historiens de la pensée se retourneront sur les deux dernières décennies du XX e  siècle, il y a fort à parier qu’ils s’étonneront de ce que les apports les plus riches concernant l’esprit humain durant cette période soient venus non des disciplines traditionnellement concernées – la philosophie , la psychologie ou la psychanalyse –, mais de la rencontre entre elles et la biologie du cerveau, à la faveur de la synthèse nouvelle engendrée par les fantastiques progrès de la biologie moléculaire . Il en est sorti une nouvelle science de l’esprit, une science qui cherche à tirer parti de la puissance de la biologie moléculaire afin d’élucider les grandes énigmes encore posées par le vivant.
Cette science nouvelle est fondée sur cinq principes. Tout d’abord, l’esprit et le cerveau sont indissociables. Le cerveau est un organe biologique complexe d’une grande capacité calculatoire qui construit nos expériences sensorielles, régule nos pensées et nos émotions et contrôle nos actions. Le cerveau est responsable non seulement des comportements moteurs relativement simples comme courir ou manger, mais également des actes plus complexes dont nous considérons qu’ils sont la quintessence de l’homme comme penser, parler ou créer des œuvres d’art. Vu sous cet angle, l’esprit consiste en un ensemble d’opérations effectuées par le cerveau, tout comme la marche est un ensemble d’opérations effectuées par les jambes, l’unique différence résidant dans l’incroyable complexité du premier.
Deuxièmement, chaque fonction mentale du cerveau – du simple réflexe aux actes les plus créatifs du langage, de la musique ou de l’art – s’effectue au travers de circuits nerveux spécialisés situés dans différentes régions du cerveau. C’est pourquoi il serait préférable d’employer le terme « biologie d’esprit » lorsque l’on se réfère à l’ensemble des opérations mentales effectuées par ces circuits nerveux spécialisés, plutôt que « biologie de l’esprit ». Cette expression porte une connotation de position et implique qu’un seul endroit du cerveau se charge de ces opérations mentales.
Troisièmement, tous ces circuits sont constitués des mêmes unités de signalisation, les cellules nerveuses . Quatrièmement, les circuits nerveux ont recours à des molécules spécifiques pour engendrer les signaux dans et entre les cellules nerveuses . Pour finir, ces molécules de signalisation spécifiques ont été perpétuées – conservées à l’identique – durant les millions d’années qu’a duré l’évolution. Certaines d’entre elles étaient présentes dans les cellules de nos plus anciens ancêtres ; on peut en retrouver encore aujourd’hui chez nos cousins les plus lointains dans l’arbre de l’évolution : des organismes unicellulaires tels que les bactéries ou la levure, ainsi que des organismes multicellulaires comme les vers, les mouches ou les escargots. Pour organiser leur cheminement au travers de leur environnement, ces créatures font appel aux mêmes molécules que celles que nous utilisons pour régir notre quotidien et nous ajuster à notre environnement propre.
Ainsi, cette science nouvelle de l’esprit non seulement nous renseigne sur notre intimité – comment nous percevons, apprenons, nous remémorons, sentons, agissons –, mais elle ouvre également une perspective neuve sur notre situation au sein de l’évolution biologique. Elle nous fait comprendre que l’esprit humain a évolué à partir de molécules utilisées par nos ancêtres les plus humbles et que l’extraordinaire perpétuation des mécanismes moléculaires qui régulent les divers processus vitaux s’applique également à notre vie mentale.
En raison de la portée de ses implications sur le bien-être individuel et social, un consensus existe aujourd’hui dans la communauté scientifique pour considérer que la biologie de l’esprit sera au XXI e  siècle ce que la biologie des gènes fut au XX e .
Non contente de s’attaquer aux problématiques centrales qui ont occupé la pensée occidentale depuis les premières spéculations de Socrate et de Platon sur la nature des processus mentaux, il y a de cela plus de deux mille ans, la science nouvelle de l’esprit nous apporte une connaissance pratique qui nous permet d’appréhender et de faire face aux problèmes importants relatifs à l’esprit qui affectent notre vie quotidienne . La science a cessé d’être le domaine réservé des scientifiques pour devenir partie intégrante de la vie moderne et de la culture contemporaine. De façon quasi quotidienne, les médias font état d’informations techniques normalement incompréhensibles pour le grand public . On lit ainsi des articles traitant des pertes de mémoire causées par la maladie d’Alzheimer , ou bien dues à l’âge  ; on tente, souvent sans succès, de saisir la différence entre ces deux désordres mnésiques – l’un évolutif et dévastateur, et l’autre relativement bénin en comparaison. On entend parler de stimulateurs cognitifs 1 , mais on ne sait pas vraiment trop qu’en attendre. On nous explique que les gènes affectent le comportement et que des désordres génétiques peuvent provoquer des maladies mentales ou neurologiques, sans qu’on sache quel mécanisme en est la cause. Et pour finir, on lit que des différences d’aptitude liées au sexe influent sur le parcours universitaire et professionnel des hommes et des femmes. Cela signifie-t-il pour autant que les cerveaux féminins et masculins diffèrent ? Les hommes et les femmes apprennent-ils d’une manière différente ?
Au cours de notre existence, la plupart d’entre nous auront à prendre des décisions privées et publiques qui font intervenir une compréhension biologique de l’esprit. Certaines seront motivées par une tentative pour comprendre de simples écarts à un comportement humain normal, tandis que d’autres porteront sur des désordres mentaux ou neurologiques plus sérieux. Il est par conséquent essentiel que chacun puisse accéder à la meilleure information scientifique, clairement exposée sous une forme compréhensible. Selon moi, et conformément à une opinion aujourd’hui répandue dans la communauté scientifique, il est de notre responsabilité de fournir au public une telle information.
Tôt dans ma carrière en neurosciences, j’ai réalisé que les personnes dépourvues de bagage scientifique étaient aussi avides d’apprendre cette science nouvelle de l’esprit que nous l’étions, nous scientifiques, de la leur expliquer. Dans cet esprit, James H. Schwartz , l’un de mes collègues à l’Université Columbia , et moi-même avons rédigé les Principles of Neural Science , un manuel d’introduction de première année universitaire ou de médecine qui en est aujourd’hui à sa cinquième édition. La publication de ce manuel nous a amenés à présenter des exposés sur la science du cerveau à des auditoires grand public. Cette expérience m’a convaincu que les non-scientifiques sont disposés à faire des efforts pour comprendre les enjeux clés de la science neurale si les scientifiques sont prêts, de leur côté, à faire le nécessaire pour les leur expliquer. J’ai donc rédigé ce livre comme une introduction à la science nouvelle de l’esprit pour un lecteur qui n’aurait aucun bagage scientifique particulier. Mon but est d’expliquer en termes simples comment elle a émergé à partir des

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents