150 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le Savoir pratiqué , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
150 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une conception linéaire, trop rationaliste de la relation entre savoir et pratique laisse croire que l'action provient unilatéralement du savoir abstrait. Si l'on met son savoir en pratique, il ne faut pas oublier qu'on met sa pratique en savoir.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 avril 2011
Nombre de lectures 5
EAN13 9782760521117
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait


PRESSES DE L’UNIVERSITÉ DU QUÉBEC
2875, boul. Laurier, Sainte-Foy (Québec) GIV 2M3
Téléphone : (418) 657-4399
Télécopieur : (418) 657-2096
Catalogue sur internet : http ://www.uquebec.ca/puq/puq.html
Distribution :
DISTRIBUTION DE LIVRES UNIVERS S.E.N.C.
845, rue Marie-Victorin, Saint-Nicolas (Québec) G0S 3L0
Téléphone : (418) 831-7474 / I -800-859-7474
Télécopieur : (418) 831-4021

ROGER TESSIER
Données de catalogage avant publication (Canada)
Tessier, Roger, 1939-
Le savoir pratiqué : savoir et pratique du changement planifié
Comprend des réf. bibliogr.
ISBN 2-7605-0818-8
1. Acte (Philosophie). 2. Action, Théorie de l’. 3. Connaissance,
Théorie de la. I. Titre.
B 105.A35T47 1996 128’.4 C96-940501–4
Révision linguistique : GISLAINE BARRETTE
Mise en pages : INFO 1000 MOTS
Conception graphique de la couverture : RICHARD
HODGSON
1 2 3 4 5 6 7 8 9 PUQ 1996 9 8 7 6 5 4 3 2 1
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 1996 Presses de l’Université du Québec
eDépôt légal – 2 trimestre 1996
Bibliothèque nationale du Québec / Bibliothèque nationale du Canada
Imprimé au Canada
Table des matières
Avant-propos :
Savoir et changement planifié ...........................................................ix
Introduction :
Position du problème .........................................................................1
Partie 1 :
Évolution et apprentissage
dans l’œuvre de Gregory Bateson ......................................................9

Partie 2 :
Relation entre le savoir et la pratique I -
Définition des principaux termes ..................................................... 21
Partie 3 :
Relation entre le savoir et la pratique II
selon un paradigme écologique –
Quelques propositions ...................................................................... 49
Conclusion .....................................................................................................127
AVANT-PROPOS
Savoir et changement planifié
Dans le courant du changement planifié — dans sa forme la plus achevée, le
développement organisationnel, mais aussi dans certaines pratiques visant à
mettre en valeur des communautés humaines de genres assez variés (quartiers,
villes, associations volontaires et réseaux divers, etc.) — le savoir a toujours, du
moins de la fin des années 1940 jusqu’à nos jours, occupé une place très
importante. Tous les textes, livres ou articles, qui tentent de présenter de
manière systématique la méthodologie du changement planifié, ses tenants et
aboutissants théoriques de même que ses principales techniques, accordent
toujours une place prépondérante au savoir, à côté d’autres caractéristiques
comme la participation démocratique des destinataires à la gestion du
changement, la présence active d’intervenants externes, l’échange ouvert
d’informations factuelles, de perceptions subjectives et de sentiments
personnels, etc.
Très valorisé, et présent aussi bien dans le discours théorique que
dans la pratique, le savoir n’en demeure pas moins, dans ces divers contextes, un
terme assez ambigu. En effet, il désigne plusieurs réalités, apparentées,
sans doute, mais distinctes, également, sans que de telles distinctions ne soient
toujours clairement comprises, encore moins justifiées par une littérature
dont la signification épistémologique reste implicite, dans tous les écrits,

X Avant-propos
ou presque, qui donnent, tour à tour, trois sens différents au terme « savoir ».
En un sens premier et plus conventionnel, le savoir représente diverses
théories préalables à la pratique, à la fois théories sur l’objet de la pratique
(théories des groupes, des organisations, de la motivation sociale du changement
même individuel, etc.) et théories sur la pratique elle-même (théories de la
formation et de la consultation externe, par exemple). En un sens plus original,
le savoir procède de la pratique plutôt qu’il ne la précède, en sciences humaines
appliquées) où l’« action » et le « terrain » viennent se substituer au laboratoire
in vitro, d’une part, pour tester des hypothèses et, d’autre part, pour tirer,
inductivement, de nouvelles intuitions théoriques.
Dans ces deux premiers sens, préalable ou consécutif à la pratique, le
savoir renvoie à la théorie. Dans un troisième sens, le savoir valable (valid
knowledge), sur lequel doit s’appuyer l’action, n’est pas exclusivement affaire
de théories scientifiquement fondées, mais tout autant de données empiriques
précises et représentatives, comme dans les stratégies basées sur des données,
par exemple, l’enquête-feedback dont le but premier n’est pas de vérifier des
hypothèses théoriques, mais d’ancrer dans la réalité les perceptions spontanées
exprimées par les membres d’un système-client sur ses divers fonctionnements.
Même le feedback interpersonnel circulant dans un groupe à l’occasion
d’apprentissages effectués en sessions intensives dans le cadre d’un îlot culturel
ou d’un système temporaire, véritable laboratoire de formation, grâce au jeu des
ajustements réciproques peut, à juste titre, recevoir le statut de « savoir
valable ». Une fois confirmées ou modulées par le feedback des pairs et un
certain dévoilement de soi, les images des participants et participantes, sur leur
propre personne comme sur l’identité sociale des autres membres du groupe,
qu’il s’agisse d’une division organisationnelle ou d’un rassemblement
ponctuel, sont plus conformes à la « réalité » (soit le consensus
au sein d’un groupe de référence pertinent). Par conséquent, ces images
formées au creuset du feedback constituent, elles aussi, un savoir
valable, en plus de représenter des théories légitimes en regard de certains

1. Il faut reconnaître ici que l’expression américaine applied behavioral sciences rend mieux
compte du pluralisme disciplinaire du changement planifié que le terme français :
« psychosociologie », quoique les corpus théoriques relatifs montrent un important degré de
corrélation.
Savoir et changement planifié Xl
standards scientifiques et de données empiriques produites méthodiquement.
Dans son histoire presque cinquantenaire, le courant du changement
planifié a, jusqu’ici, proposé trois modèles de relation entre le savoir et la
2pratique : la recherche-action (Lewin ) ; l’utilisation du savoir (Benne et
3 4Havelock ) et la science-action (Argyris et Schön ). Dans la suite de nos propos,
nous nous en tiendrons à la question fondamentale de la relation entre savoir et
pratique, nous n’envisageons donc pas de décrire de façon détaillée ces modèles.
Pour les mettre en doute ou les reconnaître, divers commentaires sur la
recherche-action retiennent surtout deux de ses caractéristiques : son degré de
théoricité et le style de participation proposé aux membres du groupe-client.
Dans les faits, même si cela s’avère tout à fait déplorable, on a tendance à ne
5retenir que les formes les plus participatives (qui sont aussi les moins
théoriques), en oubliant, assez injustement, que les principales
recherchesactions lewiniennes ont eu une grande portée théorique : la théorie du
leadership, comme celle du changement intentionnel, leur doit, bien au-delà du
service rendu aux commanditaires, les toutes premières hypothèses théoriques
sur les climats de groupe et les stratégies d’incitation au changement, de même
que la discussion en groupe et la transmission d’informations par des experts.
Dans le contexte de la recherche-action, il existe deux modes de relation
entre savoir et pratique, selon que le savoir est élaboré pour la pratique
immédiate, ou dans la pratique en vue de tester des hypothèses, l’utilité
pratique, indéniable, étant reportée dans le temps. Pour revenir aux distinctions
mentionnées plus haut, la recherche-action pour la pratique fait
procéder le savoir de la pratique, mais il s’agit d’un savoir surtout factuel ou
perceptuel : ce sont surtout les habilet

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text