92 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

S.O.S. Management en détresse ! , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
92 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



La manière française de diriger les hommes se traduit par des comportements hiérarchiques que la plupart des enquêtes déplorent et que personne n’a de mots assez durs pour dénoncer !



Dans le secteur privé, les salariés sont tenus d’atteindre des objectifs toujours plus irréalisables sans prendre le temps de réfléchir sur la possibilité de faire autrement et sans stress.



Dans le secteur public, pour tenter de diminuer son déficit, l’État fait pression sur les fonctionnaires sans pour autant que la hiérarchie se soit donné la peine de réfléchir à la simplification des procédures administratives.



Nos cadres, bardés de diplômes mais impuissants à mobiliser leurs collaborateurs, se focalisent sur la technique ou la gestion. Ils distinguent à tort le « business » du « social » qu’ils négligent et sous-traitent aux ressources humaines.



Illustré par une cinquantaine de situations vécues, ce livre explique les causes et les conséquences de ces dérives, sans complaisance, sans tabou et sans a priori, avec l’unique objectif de dégager des pistes d’amélioration.



 




Symptômes et diagnostic

L’amanagement

L’après 68

Les défis du monde actuel

Le management pathogène, ses effets sur le salarié

Les effets du management pathogène sur l’entreprise

Les réactions au management pathogène

Le syndrome du management à la française



Radiographie du système

Les quatre pôles du management

Les styles de managers

Les quatre composantes environnementales du management

L’environnement institutionnel : une relation conflictuelle entretenue

L’environnement économique : du protectionnisme à la mondialisation

L’environnement technologique : de l’usine 1.0 à l’usine 4.0 

L’environnement socioculturel Les marges de manœuvre du manager



Bonnes et mauvaises pratiques

Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! 

Les doubles portes capitonnées 

L’abus de pouvoir et le défaut d’autorité 

Le mépris de l’inférieur 

Le savoir élitiste 

Les objectifs imposés 

La concentration des décisions au sommet 

Recruter des salariés motivés : rêve et réalité 

Le gaspillage du temps 

Une entreprise en restructuration perpétuelle 

La méconnaissance des résultats 

Quand je ne dis rien, c’est que ça va !



Premiers soins 

L’enseignement secondaire 

L’enseignement supérieur 

La recherche 

L’intégration du salarié 

La formation continue 

La pédagogie par objectifs 

Le rôle du dirigeant d’entreprise 

Le rôle des échelons hiérarchiques intermédiaires 

Le rôle de la base 

Le rôle des ressources humaines 

Objectifs, résultats et actions correctives 


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 juillet 2018
Nombre de lectures 3
EAN13 9782378900236
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

S.O.S.Management en détresse !



S.O.S. Management en détresse !
Diagnostic et traitement d'un mal profond
Auteurs : Clarisse Kachkémanian - J ean-Pierre PERCY
Édition 2018
© GERESO Édition 2018
Direction de collection : Catherine FOURMOND
Conception graphique de couverture : Atmosphère
Suivi éditorial et conception graphique intérieure : GERESO Édition
Illustration : © yuoak/istockphotos.com
www.gereso.com/edition
e-mail : edition@gereso.fr
Tél. 02 43 23 03 53 - Fax 02 43 28 40 67
Reproduction, traduction, adaptation interdites
Tous droits réservés pour tous pays
Loi du 11 mars 1957
Dépôt légal : Juillet 2018
ISBN : 978-2-35953-678-2
EAN 13 : 9782359536782
ISBN Numériques :
ISBN eBook : 978-2-35953-679-9
ISBN ePub : 978-2-37890-023-6
ISBN Kindle : 978-2-37890-062-5
GERESO SAS au capital de 160 640 euros - RCS Le MANS B 311 975 577
Siège social : 38 rue de la Teillaie - CS 81826 - 72018 Le Mans Cedex 2 - France





Les « Hors Collection » GERESO Édition :
• 50 étapes pour créer sa petite entreprise
• 60 minutes pour reprendre le contrôle de vos mails
• Bien organiser et réussir vos événements
• Concevoir un module de formation
• Conseils pratiques pour piloter votre PME
• Construire et rédiger son business plan
• Diagnostiquer la performance industrielle
• Écrire vite, écrire court, écrire bien
• Être l'acteur de sa retraite
• Je lance ma start-up !
• Le guide du Community Manager
• Manager la performance industrielle
• Napoléon joue de la cornemuse dans un bus
• Parents-Ados : comme chiens et chats !?
• Réconcilier les décideurs et le terrain avec la méthode du W
• Techniques et astuces incontournables des réseaux sociaux
www.la-librairie-rh.com





« Le mépris de l’inférieur est
le fondement de la hiérarchie. »
Anatole France




Avant-propos
Le management à la française serait-il dépassé ? demandait la Harvard Business Review en 2015.
Les observateurs français et étrangers du management à la française sont à peu près unanimes à souligner son incapacité à favoriser la performance humaine dans l’entreprise, pourtant seule capable d’assurer la compétitivité dont l’économie nationale a tant besoin.
Pour savoir de quoi il s’agit et apprécier le bien-fondé de ces sévères appréciations, il convient, en premier lieu, d’adopter une définition convenable du terme management, trop souvent mis à toutes les sauces. Si la langue française a accueilli le mot dans ses dictionnaires, elle s’obstine à le définir comme un ensemble de techniques de gestion et d’organisation . Or personne ne conteste les qualités de gestionnaire des managers français, bien au contraire. Le présent ouvrage définit le management de manière différente, comme l’art de conduire une équipe vers des résultats cibl és , dans le cadre d’une organisation appropriée et c’est ici que le bât blesse : les Français font volontiers l’impasse sur la dimension humaine du management qu’ils appellent le social , qu’ils traitent avec condescendance et qu’ils délèguent la plupart du temps aux ressources humaines. À la fin de l’année 2009 et faisant suite aux 44 suicides parmi les membres de son personnel, la direction de France Télécom annonçait un plan d’action traitant à la fois du social et du business . Dans l’esprit de nos dirigeants, le business est l’ensemble des processus opérationnels générateurs de résultats, alors que le social est une fonction de support secondaire, appelée à fournir au personnel un ensemble de prestations visant à satisfaire des besoins physiologiques basiques (cantine, machine à boissons, aire de repos…) et à gérer des obligations légales (paiement des salaires, congés, formation…).
Nous considérons dans ce livre que le management n’a rien à voir avec le social et est en réalité de nature opérationnelle au même titre que le business : un personnel bien traité contribue en effet à la prospérité de l’entreprise et permet de satisfaire ses partenaires, clients, actionnaires et salariés, comme le montre le cercle vertueux tracé par l’école de Harvard.


Le cercle vertueux de l’école de Harvard
Si, par contre, les managers restent sourds aux besoins psychologiques du personnel, les performances de l’entreprise ne peuvent rivaliser avec celles de concurrents qui accordent davantage d’attention à sa dimension humaine. La situation devient pire encore, si le management devenant pathogène, les collaborateurs sont poussés au stress, au burn-out , voire au suicide ; les performances de l’entreprise s’effondrent alors. La France mérite-t-elle la mauvaise réputation que lui impute, entre autres, la célèbre université de Harvard ?
À la fin du siècle dernier, le mot d’ordre était : la ressource humaine est le bien le plus précieux de l’entreprise . Les DRH faisaient appel à des gourous pour expliquer aux cadres que le commandement était révolu, qu’il convenait d’adopter un management mobilisateur afin de construire un projet partagé d’entreprise , que chacun devait devenir un intrapreneur , prendre modèle sur les pratiques de la nouvelle économie de la Silicon Valley, s’inspirer de l’exemple donné par les Japonais qui savaient mobiliser leurs équipes. Ces louables intentions sont rapidement devenues lettre morte.
La mondialisation, puis la crise économique qui a suivi le krach de 2008, ont entraîné un revirement total de pensée. Maintenant, le discours serait plutôt : observez la croissance de l’économie chinoise qui s’explique essentiellement par la quantité de travail fournie par les employés en contrepartie de bas salaires .
Les nouveaux comportements de la hiérarchie se prétendent modernes, adaptés à la conjoncture, alors qu’en réalité, leur archaïsme rappelle singulièrement des pratiques qu’on croyait révolues depuis plus d’un siècle. Les échelons intermédiaires transmettent à la base les exigences du sommet, non seulement sans apporter de solution novatrice, mais en substituant à l’autorité légitime qui prend sa source dans la compétence, un autoritarisme qui parfois dégénère en harcèlement.
Trois expériences professionnelles successives dans le secteur privé ont poussé Jean-Pierre Percy à écrire ce livre :
- En tant que cadre dans l’industrie, qui lui a permis de faire connaissance avec le management vécu et parfois subi dans la grande entreprise.
- En tant que consultant pendant vingt ans, il s’est familiarisé avec les managements français, américain et japonais ; sa longue collaboration avec le groupe Sumitomo , repreneur de Dunlop , a considérablement enrichi son expérience.
- Enfin, sa fonction de président, pendant dix ans, d’une association qui emploie 100 salariés, l’a confronté concrètement aux questions d’ordre humain que doit traiter un responsable de PME.
Au cours de cette longue carrière, il a notamment été frappé par l’écart abyssal qui perdure en France entre ce qui est enseigné au cours des stages de management et les pratiques de l’encadrement ; il a pensé qu’il serait constructif d’en analyser les causes et d’en évaluer les effets pour proposer des solutions radicales, à la fois dans l’intérêt des salariés et des entreprises.
Clarisse Kachkémanian a complété cette analyse grâce à 20 années passées dans la Fonction publique puis à la prise en charge par sa société Clarisse KA des problèmes administratifs des entreprises, souvent liés au management.
Après avoir établi un diagnostic des attitudes et comportements hiérarchiques qui démobilisent le personnel et pénalisent l’entreprise, les auteurs proposeront au lecteur une étude du champ d’action managérial et de l’environnement qui l’influence, pour décrire les effets de ces dysfonctionnements et proposer des solutions aptes à inverser enfin la tendance.


Chapitre 1
Symptômes et diagnostic
Le concept de management date des années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Il vise à maîtriser les attitudes et les comportements professionnels grâce à des pratiques voulues et non plus subies, ayant pour objet l’efficacité de l’entreprise en même temps que le bien-être des salariés.
L’amanagement
L’a-management (a privatif) caractérise la période durant laquelle les attitudes et les comportements professionnels ne faisaient l’objet d’aucune enquête, d’aucune recherche, d’aucune formation, d’aucun effort consacré à la prise en compte de la dimension humaine des entreprises. En France, l’ère de l’amanagement s’étend de la création des manufactures royales (XVII e siècle) aux années 1970-1980, en exceptant toutefois, mais seulement en partie, la parenthèse paternaliste du XIX e siècle.
Les pouvoirs publics ont été longtemps seuls à réglementer les rapports sociaux. Ainsi, la loi Le Chapelier de 1791 proscrivait toute forme d’organisation entre employés (corporations, compagnonnage, syndicats, mutuelles…) elle interdisait bien entendu la grève et même toute négociation salariale entre patrons et ouvriers, sous peine d’amende, voire d’emprisonnement. Ce texte ne fut abrogé qu’en 1864 par la loi Ollivier qui abolit le délit de coalition et par la loi Waldeck-Rousseau qui légalisa les syndicats.
Les entreprises s’en tenaient de leur côté à un règlement intérieur qui traitait des droits des employeurs et des devoirs des salariés d’une manière parfois fort cocasse. Ainsi, les employés qui désiraient être chauffés sur le lieu de travail, étaient-ils priés par certains règlements intérieurs de fournir le charbon ! Les cadres rédigeaient des notes de service et donnaient des ordres à des petits chefs qui les transmettaient à la base avant de vérifier leur bonne exécution. La communication était exclusivement verticale et il y avait un nombre important de tr

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text