132 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La France et le temps de travail (1814-2004) , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
132 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pourquoi les 35 heures suscitent-elles tant de polémiques ? Ceux qui sont pour savent bien qu’elles n’ont pas résorbé le chômage. Ceux qui sont contre n’ignorent pas qu’elles ont changé la vie. Pour éclairer le débat, ce livre le met en perspective dans la longue durée historique. Il montre comment la diminution du temps de travail fut à l’origine un problème de santé publique. Comment cette question n’a pas été qu’un mot d’ordre syndical mais aussi une question politique. Comment les autres aspects de la durée du travail ont tour à tour été abordés, celui des congés payés, des congés formation, des congés maladie, du temps partiel… et même de l’augmentation du temps de travail. Keynes pronostiquait qu’en 2030 les hommes ne travailleraient plus que 15 heures par semaine et redoutait qu’en résulte « une dépression nerveuse collective ». La réduction du temps de travail serait-elle associée à l’augmentation de la consommation de psychotropes ? Où la France apparaît comme le laboratoire de l’aménagement du temps de travail. Patrick Fridenson, historien, est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Bénédicte Reynaud, économiste, est directrice de recherche au CNRS. P. Askenazy, C. Bloch-London, J. Bourdieu, A. Chatriot, J. Freyssinet, E. Pezet et M. Roger ont contribué à ce volume.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2004
Nombre de lectures 1
EAN13 9782738183507
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0950€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , FÉVRIER  2004
15, rue Soufflot, 75005 Paris
www.odilejacob.fr
EAN : 978-2-7381-8350-7
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
Introduction
Patrick Fridenson  et Bénédicte Reynaud

Il n’existe encore aucune histoire du temps de travail en France depuis deux siècles. Le présent livre s’efforce d’en jeter pour la première fois les bases 1 . Il présente une seconde originalité : réunir à cette fin des chercheurs de disciplines différentes, ce qui est apparu indispensable afin de saisir un phénomène aussi complexe. Enfin, en allant jusqu’au temps présent, il met en évidence un fort contraste entre une période de lente construction de normes et d’institutions tout au long du XIX e siècle puis jusqu’en 1950 et leur remise en question progressive depuis cette date, notamment dans les vingt dernières années.
Les controverses sur le temps de travail ne se limitent certes pas à la France. Se souvient-on par exemple qu’en 1931 l’économiste anglais Keynes pronostiquait qu’en 2030 le temps de travail ne serait plus que de 15 heures par semaine 2  ? Se souvient-on encore qu’en 1933 le Congrès américain était en train d’adopter une proposition de loi d’origine parlementaire instaurant face au chômage de masse la semaine de 30 heures et que le gouvernement démocrate finit par s’y opposer, abandonnant l’objectif du temps libre pour privilégier le travail et les gains salariaux 3  ? Se souvient-on enfin qu’aux États-Unis toujours, la grande entreprise de corn flakes Kellogg’s avait adopté le 1 er décembre 1930 la journée de 6 heures (pour partager le travail et consacrer le temps libéré à la famille, à la vie locale, à la religion, à la liberté individuelle), l’avait maintenue jusqu’en 1945 et, à la suite des protestations des salariés, a dû la conserver au quart de son personnel jusqu’en 1989 4  ? Depuis plus de trente ans en tout cas, les débats sur ce sujet se développent aussi dans le reste de l’Europe et au Japon, sous l’angle des modalités et effets de sa diminution, et aux États-Unis, où il est question, depuis le début des années 1980, d’augmentation effective (dans l’année comme au cours du cycle de vie). Nous avons naturellement pris appui sur les travaux internationaux ou comparatifs que ces deux perspectives ont suscités.
Mais le cas de la France justifie à lui seul un examen approfondi. Non pas, comme beaucoup le croient, en raison des différentes catégories juridiques construites au fil du temps qui décomposent le temps de travail entre ce qui relève de la responsabilité de la puissance publique – la durée légale, les heures supplémentaires – et ce qui appartient à l’entreprise – la durée effective. En effet, on ne sait pas assez qu’aujourd’hui la France se situe plutôt dans la norme internationale en matière de définition du temps de travail. Dans la plupart des pays, il existe (avec des vocabulaires variés) un seuil de déclenchement des heures supplémentaires. Mais la recherche s’impose pour essayer d’expliquer trois particularismes français en matière de temps de travail : la multiplicité à la fois des lois et des dérogations à ces lois ; l’enchevêtrement entre les attributions des pouvoirs publics et celles des entreprises ; l’inscription de la durée du travail parmi ce que l’historien anglais Theodore Zeldin appelle « les passions françaises ».
Le temps de travail a de fait donné lieu en France – comme dans beaucoup d’autres pays industriels – depuis deux siècles à une profusion de discours différents : revendicatifs, polémiques ou utopistes. Pour nous en tenir aux dernières décennies, les uns ont voulu accélérer l’évolution engagée, évoquant la semaine de 4 jours ou les 32 heures, tandis que les autres ont souhaité mettre un terme à cette évolution et même l’inverser, s’en prenant à l’avant-gardisme de la France ou au « découragement de l’initiative ». Les adversaires des 35 heures y ont vu une décision politique, ce qui interroge sur la place respective des partenaires sociaux et de l’État. Ils l’ont qualifiée de « décision française », ce qui amène à se demander ce que font les autres pays et si, dans ce domaine comme dans d’autres, il y aurait une « exception française ». Ils lui ont reproché d’être une décision uniforme, ce qui renvoie à l’articulation entre les principes et les modalités d’application ou les pratiques de travail. Ils l’ont présentée comme une décision irrationnelle économiquement, ce qui pose la question des théories économiques en présence. Ils l’ont enfin pourfendue comme une décision difficile à appliquer. Les interventions des partisans des 35 heures interrogent tout autant les chercheurs. Lorsqu’ils voient dans ce nouveau palier une conséquence des revendications des salariés, quelle est donc la place des luttes dans la redéfinition des politiques économiques et sociales ? Lorsque la mesure est mise en avant comme moyen de lutter contre le chômage, quels résultats en matière d’emploi ont effectivement été obtenus de son fait ? Lorsqu’elle est justifiée au nom d’une autre organisation de la vie en dehors du travail, celle-ci se réalise-t-elle et, si oui, pour quelles catégories professionnelles et de quelle manière pour les hommes et les femmes ? Lorsque la loi est montrée comme un moyen de relancer la négociation sociale, quels sont les lieux possibles et réels de négociation ? Quand enfin les partisans des 35 heures les légitiment comme le produit d’un mouvement de longue durée, celui-ci existe-t-il ou est-il caractérisé par une dynamique irrégulière 5  ?
Les six chapitres qui vont suivre s’efforcent d’avancer sur certains chemins encore peu fréquentés ou de réviser certaines idées reçues. Faisons ici l’inventaire des questions transversales (plus ou moins présentes selon les chapitres) que le livre met en valeur.
On y prend la mesure, sur un enjeu majeur d’économie et de société comme le temps de travail, d’institutions publiques qui ont vu le jour tout au long du XIX e siècle (Inspection du travail, 1874 ; Conseil supérieur du travail, 1891 ; Office du travail, 1891) et au début du XX e (création du ministère du Travail en 1906 ; constitution du code du travail en 1910), ainsi que de lieux d’expertise négociée entre l’État et les forces de la société (Conseil national économique en 1925, suivi après-guerre du Conseil économique, puis économique et social, Commissariat général au Plan en 1946 ; Commission supérieure des Conventions collectives en 1950). Ces créations institutionnelles sont le produit non seulement de luttes sociales, mais aussi de l’irruption dans le domaine économique – le temps de travail – de phénomènes non économiques : la santé, les loisirs. A contrario , le contenu des deux derniers chapitres démontre l’ampleur des transformations institutionnelles et des changements de cap à l’œuvre depuis plus de vingt ans.
On y est frappé par la non-linéarité des processus historiques. Le temps de travail, abordé sous l’angle législatif, apparaît comme marqué d’avancées et de retours en arrière : loi de 1814 sur l’interdiction du travail le dimanche, abolie en 1880, puis restaurée en 1906 ; décret du 2 mars 1848 sur la journée de 10 heures à Paris et 11 en province, abrogé par la Constituante le 9 septembre 1848 ; loi de 1936 sur les 40 heures, suspendue par les décrets Reynaud de 1938, annulée par Vichy en 1941, puis restaurée en 1946 ; enfin lois Aubry de 1998-2000 sur les 35 heures, puis en sens inverse loi Fillon de janvier 2003 par laquelle d’une part, le contingent d’heures supplémentaires passe de 130 à 180 – ce qui permet aux entreprises de rester ou de revenir aux 39 heures sans surcoût significatif, d’autant que la loi ramène la majoration des heures supplémentaires à 10 % –, et d’autre part, l’aide incitative aux 35 heures est remplacée par un allégement de cotisations sociales sur les bas et moyens salaires. Quant à la durée effective du travail, elle peut aussi connaître des mouvements en sens contraire. Ainsi observe-t-on son augmentation de 1938 aux années 1960. Ainsi note-t-on la stabilisation de la durée hebdomadaire de travail des salariés à temps complet en 2003 (à 38 heures et 50 minutes), en raison de l’application de la loi Fillon par les petites entreprises.
On y saisit l’émergence successive de coalitions motrices (et de coalitions adverses) autour des modifications du temps de travail. Ainsi s’éclaire la hiérarchie des enjeux au cours de chaque période : amélioration des conditions de travail et des conditions de vie hors travail, préoccupations morales ou religieuses (celles des Églises quant au rapport travail/religion, d’une partie des patrons sur la morale et l’éducation à acquérir ou entretenir par leur personnel, de certains salariés sur travail et dignité), objectifs de démographie et de santé publique, d’effectifs pour les forces armées, création ou préservation d’emplois, flexibilité de l’organisation productive et intensification du travail, allongement de la durée d’utilisation des équipements et d’ouverture des services.
On y voit une étroite imbrication des normes de temps de travail : normes publiques (lois ou ordonnances, décrets, règlements d’administration publique, arrêtés, circulaires… à l’échelon national), normes négociées entre employeurs et syndicats de salariés (à différents niveaux : de l’établissement à l’entreprise, de la branche à

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text