96 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
96 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les années passées à l'université comptent parmi les plus intenses et les plus belles de la vie. Mais cette période peut aussi s'avérer déroutante, voire angoissante. Après tout, l'université représente un univers inconnu pour celui ou celle qui y atterrit, avec ses codes, ses salles de cours bondées où le professeur semble bien loin...
En fait, l'étudiant sera placé devant des choix qui auront souvent un effet déterminant sur la suite des choses. La réponse aux nombreuses interrogations qui le taraudent ne se trouve habituellement pas dans les ouvrages scolaires. C'est dans cet esprit que Marie Lambert-Chan a eu l'idée de répondre, le plus concrètement possible, aux questions ou aux défis qui se posent à celui qui pratique le métier d'étudiant. — Paule des Rivières Rédactrice en chef du journal Forum, Université de Montréal
Ce petit guide « jaune », illustré avec humour par Benoît Gougeon, s'adresse à tous les étudiants des universités et des collèges. Il aborde, parmi un très grand nombre de sujets, des thèmes comme la culture générale des étudiants ; la conciliation travail, famille, études ; l'angoisse de la page blanche ; la planification financière ; les crédits d'impôts ; les bourses d'excellence ; l'éthique de la recherche ; la direction de thèse ; le mentorat ou encore le monde du travail.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 août 2012
Nombre de lectures 25
EAN13 9782760631403
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Marie Lambert-Chan
Petit guide de survie des étudiants
Illustrations de Benoît Gougeon
Les Presses de l'Université de Montréal
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Lambert-Chan, Marie Petit guide de survie des étudiants Comprend des réf. bibliogr. ISBN 978-2-7606-2778-9 1. Étudiants – Habiletés de base – Guides, manuels, etc. 2. Étudiants – Budgets, temps. 3. Étudiants – Psychologie. I. Titre. Lb3605.l35 2012 378.1’97 c2012-941019-5 Dépôt légal : 3e trimestre 2012 Bibliothèque et Archives nationales du Québec © Les Presses de l’Université de Montréal, 2012 ISBN (papier) 978-2-7606-2778-9 ISBN (epub) 978-2-7606-2799-4 ISBN (pdf) 978-2-7606-2798-7 Les Presses de l’Université de Montréal reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition. Les Presses de l’Université de Montréal remercient de leur soutien financier le Conseil des arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC). Réalisation fichier ePub : Studio Numeriklivres Imprimé au Canada en août 2012
L’art d’être étudiant
Les années passées à l’université peuvent compter parmi les plus intenses et les plus belles de la vie. Mais cette période peut aussi s’avérer déroutante, voire angoissante. Après tout, l’université représente un univers inconnu pour celui qui y atterrit, avec ses habitudes, ses codes, ses salles de cours bondées où le professeur semble bien loin... Six petites semaines après la rentrée, l’étudiant subit en rafale une série d’examens de mi-session qui auront des répercussions importantes sur sa confiance en lui-même. Ces années sont riches mais elles passent vite, vite !
En fait, l’étudiant sera placé devant des choix qui auront souvent un effet déterminant sur la suite des choses. La réponse aux nombreuses interrogations qui le taraudent ne se trouve habituellement pas dans les ouvrages scolaires. C’est dans cet esprit que Marie Lambert-Chan a eu l’idée de répondre, le plus concrètement possible, aux questions ou aux défis qui se posent à celui qui pratique le métier d’étudiant. Ne l’oublions pas, si l’Université demeure fondamentalement un lieu où un professeur transmet ses connaissances, les établissements d’enseignement supérieur n’en ont pas moins subi de profondes transformations au cours des dernières décennies. Ils sont aujourd’hui des milieux complexes.
D’aucuns peuvent d’ailleurs avoir l’étourdissante impression que les exigences prolifèrent. Un exemple parmi d’autres : dans plusieurs disciplines, les stages à l’étranger sont fortement encouragés. Mais comment être sûr d’en faire une expérience enrichissante ? Et dans le domaine ô combien névralgique des finances personnelles, comment s’assurer les meilleures chances de décrocher une des nombreuses bourses d’études disponibles ? Le petit guide de survie étudiante que vous avez entre les mains offre de précieux tuyaux sur une foule de thèmes. Comment éviter la panique de fin de session ? Comment vaincre la procrastination ? Comment combattre l’indécision devant le choix de carrière ? Comment surmonter l’angoisse de la page blanche ? Quelles stratégies d’étude doit-on mettre en place quand on souffre d’un trouble du déficit de l’attention ?
Une fois les études de baccalauréat terminées, la question des études supérieures surgit, naturelle pour certains, lancinante pour d’autres. Les études supérieures sont-elles pour tous ? Comment choisir son directeur de thèse ? Et comment, s’il advenait un souci, lui annoncer qu’on ne continuera pas de travailler avec lui ?
Initialement publiées dans Forum , le journal de l’Université de Montréal, les quelque 42 chroniques de cet ouvrage répondent à autant de questions pratiques et stratégiques qui risquent de surgir tôt ou tard à l’université. Aussi, comme les étudiants forment un bloc beaucoup moins monolithique qu’auparavant, les besoins sont multiples. Si une minorité significative arrive en droite ligne du collège, plusieurs ont connu le milieu du travail. Cela sans parler des dizaines de milliers d’étudiants étrangers que le Québec accueille sur ses campus et qui doivent faire leur chemin dans un univers de bureaucratie. Il reste que les universités offrent aujourd’hui une gamme impressionnante de services. Encore faut-il qu’ils soient connus. Ce petit guide vient ainsi pallier une lacune.
Les chroniques revêtent par ailleurs une dimension philosophique qu’il n’est pas superflu d’avoir en tête. Un étudiant informé sera sans doute un étudiant moins stressé. S’il advenait qu’un étudiant veuille enrichir son curriculum vitæ en se lançant simultanément dans le bénévolat, les activités étudiantes du département, le sport, le théâtre, tout en travaillant à temps partiel et en ne visant qu’à obtenir des A+, à celui-là, l’auteure du petit guide suggère d’établir ses priorités, en les distinguant de celles de la famille ou de la société. Le « Connais-toi toi-même » de Socrate reste parfaitement actuel.
Bonne lecture.

Paule des Rivières Rédactrice en chef, Forum Directrice des publications, Université de Montréal
Introduction
La première capsule du Petit guide de survie des étudiants a été publiée en février 2011 et portait sur la procrastination. J’ignorais alors l’impact qu’aurait cette rubrique hebdomadaire. À ce moment, ce n’était pour moi qu’un texte à la fois amusant et instructif.
Quelle ne fut pas ma surprise quand, la semaine suivante, plu- sieurs lecteurs m’ont écrit pour m’informer à quel point cet article avait changé leur façon d’étudier. Certains l’avaient même découpé et affiché sur la porte de leur réfrigérateur. Rapidement, la capsule caracolait en tête des pages les plus fréquentées de notre site Web et générait un fort trafic sur les réseaux sociaux.
Une conclusion s’est imposée : les besoins pratico-pratiques des étudiants sont bien réels et ce n’est pas sur les bancs d’école qu’ils apprendront comment les résoudre. Plusieurs services universitaires ont cette mission, mais encore faut-il que les étudiants les connaissent.
Par la suite, les témoignages ont continué d’abonder dans ce sens. On m’a même déjà dit que le Petit guide savait rassurer, qu’il conférait un certain pouvoir d’agir aux lecteurs. J’espère sincèrement que c’est le cas et que cela continuera de l’être maintenant que ces capsules sont réunies dans cet ouvrage.
Tout cela a été rendu possible grâce à mes deux sœurs, Laurence et Camille, qui, avec leurs nombreuses questions existentielles sur la vie estudiantine, m’ont inspiré ces rubriques, semaine après semaine.
Je tiens à remercier mes collaborateurs de la première heure : la rédactrice en chef de Forum , Paule des Rivières, le graphiste et illustrateur, Benoît Gougeon, l’équipe du Centre étudiant de soutien à la réussite de l’Université de Montréal, ainsi que la direction et le personnel de la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’UdeM.
Merci à Antoine Del Busso et Nadine Tremblay des Presses de l’Université de Montréal qui m’ont offert la chance de donner une seconde vie à mes capsules.
Enfin, un merci tout particulier à Pierre-Étienne Caza, pour ses avis toujours éclairants sur mon travail, ainsi que son soutien et son amour inconditionnels.

Marie Lambert-Chan
Section 1 La vie étudiante
Quelle culture générale ont les étudiants ?

Il n’est pas rare d’entendre des gens se plaindre que les jeunes ont une pauvre culture générale, qu’ils ne connaissent pas leurs classiques, qu’ils ne lisent plus... Est-ce réellement le cas ? L’herbe était-elle vraiment plus verte autrefois ?
« Absolument pas. Mes étudiants ne sont pas ignares. Au contraire, ils ont un bagage culturel assez étendu et beaucoup plus diversifié qu’on croit. Certes, ils ne connaissent pas tout, mais ils sont à l’université pour apprendre », répond Benoît Melançon, directeur du Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal.
Le père Benoît Lacroix, professeur retraité de l’UdeM, se dit pour sa part préoccupé. « À l’adolescence, les jeunes font preuve d’une grande ouverture d’esprit. Mais on dirait qu’en entrant à l’université, ils oublient leurs aspirations au profit de la spécialisation. La compétition est si féroce et l’atteinte de l’excellence si importante qu’ils n’ont pas le temps de s’intéresser à autre chose. J’ai peur qu’ils finissent par perdre de vue leurs premières intentions universalistes, celles qu’ils avaient plus jeunes. »
Une culture en mouvement
Mais quelle culture générale devraient avoir les étudiants ? Les réponses sont aussi nombreuses que variées. « Pendant très longtemps, on a eu coutume de dire qu’il fallait savoir un certain nombre de choses en histoire, en littérature, en philosophie et en musique, rappelle M. Melançon. Cette conception d’une culture générale figée dans le temps m’inquiète. Je crois plutôt que la culture générale doit être un rapport dynamique à la tradition, c’est-à-dire une connaissance de ce qui s’est dit et fait dans le passé pour nous aider à mieux réfléchir aux enjeux actuels. »
Il est d’avis que cette culture n’a pas à être la même pour tous. « Tous les étudiants n’ont pas besoin de connaître dans le détail l’ensemble des œuvres de Voltaire. Néanmoins, ils doivent donner de la profondeur à leurs réflexions sur leur discipline. Cela fait aussi partie de la culture générale. Par exemple, si vous étudiez en criminologie, vous vous interrogerez sûrement sur la peine de mort ou la récidive. Pour ce faire, vous aurez sans doute besoin de puiser dans des œuvres du passé. »
Le père Lacroix juge lui aussi que la culture générale n’est pas faite que de connaissances encyclopédiques. « Il faut avoir une ouverture d’esprit, dit-il, un intérêt pour les autres, une perspective sur le monde, un esprit critique. Il faut simplement être capable, parfois, de discuter d’autre chose que du petit savoir immédiat. »
Ce grand humaniste exhorte les é

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text