49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



4 000 repas pris, en trente ans, dans le célèbre restaurant des Champs-Elysées, cela mérite le respect ! D'autant que Catherine Euvrard n'y a pas rencontré que des grands patrons.



Trenet, Aznavour, Johnny, Bruel, Michèle Morgan, Gregory Peck, Clint Eastwood, mais aussi des politiques comme François Mitterrand, Michel Rocard, Nicolas Sarkozy ou Bill Clinton, des artistes comme César, des journalistes célèbres Yves Mourousi ou José Artur... La liste est longue des vedettes qui se sont confiées à la "dame de la table 82."



Une table située juste à l'entrée du restaurant, dont Catherine Euvrard a su faire sa "tour de contrôle", un poste d'observation idéal sur le monde des affaires et du show-biz. Elle en profite pour nous confier, sur un ton drôle et décapant, ses recettes de succès et ses méthodes de travail - à table autant qu'au bureau ! Pour elle, au Fouquet's, les repas d'affaires sont une fête... soigneusement codifiée.






  • 4000 repas en plus de 30 ans, qui dit mieux ?


  • Une leçon de géographie parisienne


  • Mes années Actuel


  • Chasseuse de têtes... et de tables en vue


  • La chasse est ouverte


  • Table 82, première à droite en entrant


  • Fêtes à tous les étages


  • Bail reconduit avec le groupe Barrière


  • Ma plaque... le plus tard possible !


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 juin 2015
Nombre de lectures 2
EAN13 9782212322590
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

4 000 repas pris, en trente ans, dans le célèbre restaurant des Champs-Elysées, cela mérite le respect ! D'autant que Catherine Euvrard n'y a pas rencontré que des grands patrons.
Trenet, Aznavour, Johnny, Bruel, Michèle Morgan, Gregory Peck, Clint Eastwood, mais aussi des politiques comme François Mitterrand, Michel Rocard, Nicolas Sarkozy ou Bill Clinton, des artistes comme César, des journalistes célèbres Yves Mourousi ou José Artur...La liste est longue des vedettes qui se sont confiées à la « dame de la table 82 ».
Une table située juste à l'entrée du restaurant, dont Catherine Euvrard a su faire sa « tour de contrôle », un poste d'observation idéal sur le monde des affaires et du show-biz. Elle en profite pour nous confier, sur un ton drôle et décapant, ses recettes de succès et ses méthodes de travail — à table autant qu'au bureau ! Pour elle, au Fouquet's, les repas d'affaires sont une fête... soigneusement codifiée.

Catherine Euvrard est président fondateur de CE Consultants, un important cabinet de chasseur de têtes, spécialisé dans le recrutement de cadres supérieurs, dirigeants et administra­teurs. Elle est également auteur de trois autres ouvrages, En avoir ou non, secrets d'un chasseur de têtes chez Jean–Claude Lattès, On marche sur la tête ! et Méfiez-vous des femmes ! aux éditions Eyrolles.
Catherine Euvrard
Mon Fouquet’s
Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com
Du même auteur :
Méfiez-vous des femmes ! , éditions Eyrolles
On marche sur la tête ! , éditions Eyrolles
En avoir ou non, secrets d’un chasseur de têtes, Jean-Claude Lattès
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56233-0
Sommaire

4 000 repas en plus de 30 ans, qui dit mieux ?
Une leçon de géographie parisienne
Mes années Actuel
Chasseuse de têtes… et de tables en vue
La chasse est ouverte
Table 82, première à droite en entrant…
Fêtes à tous les étages
Bail reconduit avec le groupe Barrière
Ma plaque… le plus tard possible !
4 000 repas en plus de 30 ans, qui dit mieux ?

Je ne fréquente le Fouquet’s que par plaisir.
Tous mes confrères sont persuadés que je remporte des contrats (dans mon métier, on parle plutôt de « missions », mais cela revient au même) parce que je déjeune (presque) tous les jours – et que parfois même je dîne et petit-déjeune – dans ce célèbre restaurant de luxe du VIII e arrondissement de Paris. Ils se trompent lourdement. En fait, c’est même tout le contraire : je ne fréquente cet établissement – depuis plus de trente ans, excusez du peu ! – que pour fêter la conclusion d’une affaire, entretenir mon réseau de connaissances et d’amis, ou nouer un premier contact avec quelqu’un qui me paraît promis à un bel avenir. J’ai calculé que j’avais dû y prendre quelque chose comme 4 000 repas en trente ans.
Les gens que j’invite à partager ces agapes (toujours à mes frais, j’y reviendrai…) sont des hommes d’affaires, plus rarement des femmes. Ces malheureux hantent des sièges sociaux qui sont souvent exilés dans de sombres et lointaines banlieues, pour cause de hausse du mètre carré dans le centre de la capitale. Leur déjeuner type ? Ils sont voués, dans le meilleur des cas, à la bruyante cantine de leur société. Mais généralement, ils se bornent à avaler en dix minutes, entre deux mails, le morne plateau-repas servi froid par le traiteur du coin. Le degré zéro de la détente et du plaisir gustatif. Moi, je les sors de cette sinistre routine. Je leur offre une fête ! une heure et quart de vraie fête, mais pas une minute de plus. Là aussi, j’y reviendrai…
De mon côté, attablée au Fouquet’s, je suis tout entière aux plaisirs de la chair, de la conversation, de la rencontre du moment et d’un tourbillon mondain qui m’enivre comme un parfum capiteux. Encore une fois, je ne négocie rien sur place, tout se passe ailleurs, dans mes bureaux, par mail ou par téléphone. Mais tout commence et se termine ici…
En revanche, rien ne vous interdit de m’aborder pour nouer le contact ou me faire passer un CV, si vous me croisez au Fouquet’s, un de ces jours, sur le coup de 13 heures. Moi-même, je ne me gêne pas pour glisser deux mots à un voisin de table ou à une célébrité de passage. Ici, tout le monde se salue, se connaît plus ou moins, sait à quoi s’en tenir sur son prochain.
Pour me trouver, rien de plus facile : première table à droite à l’entrée du restaurant, sous la véranda qui borde l’avenue George-V. Cette table, c’est ma tour de contrôle. Une position stratégique que j’ai conquise de haute lutte et que je n’entends pas abandonner au premier venu. D’où je suis assise, je vois entrer et sortir le Tout-Paris des arts, des lettres, du cinéma, du show-biz et, naturellement, des affaires. Bien des gens me l’envient, cette table. Ou, plutôt, ils envient le pouvoir qu’elle me confère. Bon nombre de prédateurs ont essayé, frontalement ou plus sournoisement, de me la « voler », en profitant de mes vacances ou d’une absence passagère. Ils s’y sont tous cassé les dents. Le seul qui ait – partiellement – réussi son opération de captation de table, et seulement avec mon accord, c’est le sculpteur César.
C’était il y a longtemps. Notez à ce propos que je ne vous assommerai pas de dates dans ce livre : par correction vis-à-vis de mes « victimes », par coquetterie féminine, par manque de mémoire parfois, mais, surtout, le plus souvent, parce que fournir une date précise n’ajouterait rien à l’histoire. Donc, c’était il y a longtemps. À l’occasion d’une partie organisée par Maurice Casanova, l’ancien propriétaire des lieux. Il appelait ça ses « soirées choucroute » ou « pot-au-feu », sans doute pour rappeler les (lointaines) origines du Fouquet’s en tant que brasserie. Ces soirées avaient le mérite de réunir ses meilleurs clients sans protocole et sans places assignées. Une bonne occasion de nouer des contacts. Ce soir-là, Maurice avait loué les services d’un orchestre de jazz. Prise par l’ambiance, je me lance rapidement dans un rock endiablé avec un cavalier dont j’ai oublié jusqu’au nom. Le sol en marbre était-il glissant ? Avais-je légèrement abusé du vin blanc qui accompagnait la choucroute ? Toujours est-il que je me retrouve les quatre fers en l’air, Dieu merci sans dommage physique majeur, aux pieds d’un barbu que j’identifie immédiatement comme étant le sculpteur César. Déjà, en temps ordinaire, je me méfie des barbus (parce que mes clients eux-mêmes s’en méfient). Comme Francis Bouygues en son temps, beaucoup de patrons ne leur font pas confiance : ils imaginent, peut-être à tort, qu’ils ont toujours quelque chose à cacher sous leurs poils. Mais ce César, j’avais une raison particulière de lui en vouloir. Les maîtres d’hôtel m’avaient rapporté à plusieurs reprises que cet impudent, abusant de sa célébrité, se permettait d’occuper ma table dès que j’avais le dos tourné. Un comportement que je trouvais profondément déplaisant. Je m’apprête donc à lui voler dans les plumes, quand l’artiste part d’un grand rire et se penche galamment pour me relever avec un mot aimable. Comment se fâcher contre un tel gentleman, fût-il barbu ? Bref, nous voilà partis à disserter sur la géographie complexe du Fouquet’s, sur sa sociologie et sur les mérites respectifs de ses différentes tables. Un quart d’heure plus tard, César et moi étions amis pour la vie. Nous nous sommes souvent revus, par la suite, et nous avons souvent déjeuné ensemble au Fouquet’s – à ma table cela va de soi. César ne m’appelait plus que « ma rockeuse » ! En signe de paix, je lui ai concédé le droit exclusif, personnel et non transmissible, de profiter de ma table en mon absence. Il ne s’est pas gêné, jusqu’à sa mort survenue en 1998, pour user de ce droit exorbitant. Mais attention, n’est pas César qui veut, et ne vous avisez pas de vous installer à ma place d’angle en imaginant que, tôt ou tard, je ne l’apprendrai pas !
C’est ce genre de souvenirs que j’aimerais égrener tout au long de ce livre. Vous y croiserez tous les gens que j’ai rencontrés au Fouquet’s ces trente dernières années : vedettes du show-biz, sportifs de renom, célébrités en tout genre, demi-mondaines… Et, bien entendu, beaucoup de grands patrons. Parce que, malgré tout, il m’arrive de travailler au Fouquet’s. Mais chut, ne le répétez pas ! Je vous expliquerai quand et comment, si vous gardez cela pour vous : je ne voudrais pas que cela se sache et que mes chers confrères s’inspirent de la méthode originale que j’ai patiemment mise au point au fil de mes déjeuners…
Une leçon de géographie parisienne

Je n’ai pas toujours hanté le 99, avenue des Champs-Élysées, à l’heure du déjeuner. Longtemps, je n’ai fréquenté que des bouis-bouis de quartier, des bistrots pour étudiants, des Roger-la-Frite de banlieue peuplés de gens hétéroclites et d’employés pressés. Ce passé pas si lointain me permet aujourd’hui de déguster chaque minute passée dans le calme feutré du Fouquet’s en compagnie de mes invités.
Je travaillais alors chez Richardson-Merrell, un laboratoire pharmaceutique qui allait devenir Richardson-Vicks avant d’être repris peu après par la multinationale américaine Procter and Gamble, elle-même spécialisée notamment dans l’hygiène et les produits de beauté. Bref, j’étais directrice du marketing dans la Mecque de cette science, en charge des produits pour bébés et des produits pour la peau. Nos locaux étaient implantés rue Kepler, dans le XVI e arrondissement, tout près des Champs-Élysées. Tôt ou tard, il était donc écrit que je devais tomber dans le « chaudron Fouquet’s » ! À cet égard, et avec le recul des ans, force m’est de constater que, dans toute mon évolution de carrière, et quels que furent mes employeurs successifs, je me suis toujours ar

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text