194 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Un avenir pour l'emploi : Sortir de l'économie administrée , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
194 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Contre le chômage, on a tout essayé ? Non, répond Bruno Coquet, car si on a multiplié les dispositifs coûteux, notamment pour alléger les cotisations sociales, l’emploi reste en quête d’une vraie stratégie, lisible et efficace. Ce livre bat en brèche le consensus qui règne sur le sujet. À force de se focaliser sur les rigidités du marché du travail et sur son coût, on oublie de poser des questions simples : pourquoi les tentatives de réforme ne concernent-elles jamais le secteur public ? Est-ce le travail qui est trop cher ou la protection sociale ? Pourquoi subventionner des emplois qui ne permettent même pas d’en vivre ? Bruno Coquet ne se contente pas de dénoncer quarante ans d’échecs en matière d’emploi. Il montre que des solutions sont possibles si l’on veut bien faire prévaloir les principes d’équité et de clarté, qui seuls permettront d’élargir le soutien dont la réforme a tant besoin. Bruno Coquet est docteur en économie, reconnu comme l’un des meilleurs experts français des politiques du marché du travail et de l’assurance-chômage. Intervenant auprès de l’Institut de l’entreprise et de l’OFCE, il a été président du comité de l’emploi (EMCO) du Conseil de l’Union européenne. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 mai 2017
Nombre de lectures 6
EAN13 9782738137951
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0850€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , MAI  2017
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-3795-1
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
À Marlena.
Introduction

La France moderne puise les racines de sa stratégie économique dans un récit épique des Trente Glorieuses. L’union nationale, la Sécurité sociale, la reconstruction, le plan Marshall, la V e  République, le traité de Rome, le nouveau franc, la bombe, les grands plans gaulliens, l’automobile et les grandes vacances pour tous, les lendemains qui chantent et soudain une crise, puis d’autres, la mondialisation, les inégalités, la nouvelle économie.

Petite histoire de l’économie administrée
L’État est un acteur central de cette épopée, compositeur et chef d’orchestre de la reconstruction, menant la résistance face aux crises, avant de conduire la riposte par la réforme. Sa préoccupation première fut de sauver le contrat social des Trente Glorieuses, ou à défaut d’en préserver les apparences. Ce faisant, la puissance et l’identité de la France vont de moins en moins s’incarner dans son modèle productif, mais de plus en plus dans son modèle social, corne d’abondance capable d’offrir le bien-être sans croissance, le revenu sans emploi, le progrès social à défaut de la prospérité.
Mais les crises qui sans répit balaient l’économie finissent par épuiser les âmes et les ressources, le modèle s’érode sous le poids de la dette, les totems de l’âge d’or penchent dangereusement. Il faut se résoudre à revoir les équilibres établis, à débusquer les rentes qui se sont instillées partout. Pour autant, il ne s’agit pas de renier les promesses d’éternité héritées des Trente Glorieuses, au contraire tout sera fait pour les tenir. Rien de radical donc, le changement se fera à petits pas, la réforme sans inconvénients, sans douleur et surtout sans perdants. Une guerre propre.
Depuis des siècles, l’esprit français incline à administrer l’économie plutôt qu’à encadrer son évolution. Cette maîtrise rassure, accrochée à cette foi en un dirigisme qui pourrait tout, au contraire de la main invisible du marché ou celle, aveugle, du laisser-faire . L’État semble toujours pouvoir dompter le marché, mieux que les citoyens, les entreprises, les partenaires sociaux. Alors, la réforme aussi doit s’administrer, et elle devient naturellement la raison d’être de la politique publique. Pourtant, cette manière de voir et de faire n’est pas sans danger : en effet, une fois accouchée, une réforme vit sa vie, se fond dans son environnement et le transforme, les agents se réorganisent autour ; elle se suffit à elle-même, ne coûte rien. Au contraire, la politique publique articule des dispositifs qui ne changent pas le réel mais s’appuient dessus, le rendent acceptable, indolore.
La politique publique ne sert donc pas toujours la réforme, elle peut la dénaturer, prendre sa place, devenir son contraire, son ennemie. La force des dispositifs de politique publique est d’apparaître tout de suite indispensables : sans eux ce serait le retour à la case départ, le chaos. Il faut donc les piloter, les évaluer, et surtout les financer, ce qui exige des moyens, une administration, un gouvernement, des taxes. Un dispositif pour chaque problème, et quand un dispositif plaît, tels les allégements généraux de cotisations sociales, il accède au statut de politique publique. Insurpassable.

De la politique publique au soviétisme
Les dispositifs de politique publique sont désormais omniprésents. Obligations, interdictions, simplification, subventions, taxes, allégements, exonérations forment un ensemble baroque d’interventions qui se complètent, se contrecarrent, se stérilisent. Sous cette accumulation entropique de moyens sans cohésion ni cohérence, il est bien difficile de discerner une stratégie. C’est bien normal car il n’y en a pas ; tout au plus peut-on constituer une liste de problèmes, une autre d’objectifs, inventorier les dispositifs qui font office de solutions et, bien sûr, en observer le résultat navrant : la persistance du chômage de masse et de la croissance molle.
Ce dirigisme sans direction est souvent fustigé dans le domaine du droit, où on lui doit un peu de l’épaisseur du Code du travail. Mais il a également fait florès dans le domaine économique, notamment sur le marché du travail : au motif louable selon lequel il faudrait « tout essayer », la débauche de moyens financiers consacrés aux politiques publiques et à leur cohorte de dispositifs absorbe désormais plus de 6 % du PIB. Outre le droit et les politiques du marché du travail, cette foi dans les dispositifs a gagné la plupart des domaines d’intervention publique, notamment la fiscalité ou les questions européennes.
À défaut de stratégie, le seul cadre de cohérence des politiques publiques est budgétaire. Préserver des budgets d’intervention est souvent devenu une fin en soi, la stratégie est l’administration, une économie à part entière, qui se renouvelle, devenant elle-même un objet de réforme puisque, en dépit de tout, le chômage lui résiste. Comme souvent avec les addictions, c’est finalement la contrainte budgétaire « dure », et non la Raison, qui constitue la force de rappel ultime.
Sans projet, sans stratégie, la France a développé une méthode de gouvernement qui évince l’ambition curative, mais qui distille aussi un poison lent : en ne résolvant pas les problèmes, ceux-ci peuvent augmenter, se déformer, se multiplier. La paralysie guette, et depuis bien longtemps rien ne semble avoir refréné la déliquescence, où que l’on regarde – croissance, emploi, bien-être, cohésion sociale. Le pire étant certainement les nombreuses inégalités créées par ces interventions, et qui prospèrent dans leur ombre.

Redonner du sens à l’action : désescalade, équité, clarté
Par-delà le symptôme obsédant du chômage de masse, c’est toute une économie qu’il faut remettre debout. Des réformes du marché du travail n’y suffiront pas, même si elles sont nécessaires, car le marché du travail va mal, que ce soit en raison de l’inaction, ou, à l’opposé, de la quantité ou de la nature des politiques qui y sont conduites.
Tous les domaines sont concernés : subventions aux emplois peu qualifiés à bas salaires, financement de la protection sociale, assurance-chômage, éducation et formation, logement, politiques de l’emploi, sans oublier le secteur public : ce dernier concentre tous les problèmes qui motivent les réformes « structurelles » mais en reste à l’écart. Une fois l’horizon éclairci, la politique publique devra subir un aggiornamento pour devenir l’instrument curatif qu’elle aurait toujours dû être au lieu de la panacée palliative qu’elle est souvent devenue. Les objectifs à atteindre sont connus : incitation à l’activité, hausse des taux d’emploi, baisse du coût du travail, salaires attractifs, redressement des comptes de la protection sociale et combinaison de contributivité et de solidarité pour la financer.
Il ne s’agit évidemment pas d’être par principe opposé aux politiques publiques, mais seulement de changer l’usage systématique et intempestif qui en est fait. Qui proposerait aujourd’hui de faire grossir à la fois le Code du travail et la jurisprudence pour résoudre le chômage ? Il en va de même pour les politiques publiques : il n’est plus possible de croire que plus de réglementations, plus d’argent, plus de dispositifs sont les clés du problème. Il n’est évidemment pas souhaitable d’attendre l’effondrement inéluctable de notre agglomérat soviétique de dispositifs sur un ouragan libéral ou un improbable alignement de comètes, car l’addition augmente sans cesse.
Nulle révolution ni abattage massif de constructions séculaires ne sont indispensables, pour peu que l’on s’efforce d’identifier et de déplacer les bonnes clés de voûte. Trouver ces points d’appui et les utiliser correctement requiert de bons critères de sélection. L’équité est le premier d’entre eux : le droit commun doit prévaloir, et les transferts publics qui financent des dérogations plus généreuses que ce droit commun doivent être supprimés. La clarté est le second, des interventions aussi simples et directes que possible étant un gage d’efficience et donc d’économies. Garantir à la fois l’équité et l’efficacité est un point de passage obligé pour élargir le soutien qui fait tant défaut à ces réformes.
Sortir d’une course aux armements vieille de quarante ans nécessite de planifier précisément la désescalade : arrêter la production de dispositifs, réduire le stock, réduire la puissance, définir un niveau optimal. Une telle approche donnerait l’horizon et le sens qui font tant défaut aujourd’hui aux politiques, car ils constituent le socle indispensable à toute stratégie. Dans de nombreux domaines, il apparaît possible de profiter de ce que beaucoup d’interventions actuelles se stérilisent mutuellement, ce qui ouvre la possibilité de les réduire sans dégrader le bien-être, et très probablement en l’améliorant.
CHAPITRE 1
Des moyens en pagaille, pas de résultat

Le monde est le même pour tous. La plupart des pays industrialisés occidentaux partagent avec la France le souvenir d’une reconstruction heureuse, puis l’entrée dans le chaos des crises économiques, financières, sociales, internes ou venues d’ailleurs. Comme la France, tous les pays ont été confrontés à la nécessité de s’adapter et de t

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text