212 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Penser tout haut l’économie avec Keynes , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
212 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comment reconstruire la réflexion économique après la crise de 2007 et la débâcle d’une « science » aux ordres de la finance ? En quoi la lecture de Keynes peut-elle nous y aider ? S’appuyant largement sur ses écrits, Paul Jorion nous rappelle le destin hors du commun de John Maynard Keynes : pur produit de Cambridge et de sa culture scolastique, proche de Virginia Woolf et du cercle littéraire de Bloomsbury, il a certes produit une œuvre immense, mais il fut aussi pleinement homme d’action et homme d’État. De cette lecture réfléchie de son œuvre que pouvons-nous tirer ? D’abord, un scepticisme salutaire concernant l’usage des mathématiques et des statistiques en économie. Ensuite, Keynes dénonça très tôt les méfaits du capitalisme et d’une fausse rationalité, destructrice de l’ordre social. Rebâtir avec lui, c’est admettre qu’il n’y a pas de solution purement économique aux problèmes de société et que la science économique n’aurait jamais dû cesser d’être, dès la fin du XIXe siècle, une économie politique. Pointant les aspects révolutionnaires mais aussi les zones d’ombre d’une œuvre foisonnante, Paul Jorion restitue ce qui nous la rend tellement stimulante pour penser notre époque. Paul Jorion est anthropologue et sociologue de formation. Il s’est fait connaître du grand public par La Crise du capitalisme américain (2007), livre où il annonçait la crise des subprimes. Il occupe la chaire Stewardship of Finance à la Vrije Universiteit Brussel. Chroniqueur pour le journal Le Monde et, en Belgique, pour L’Écho et Trends-Tendances, il tient un blog qui fait référence en matière de finance. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 septembre 2015
Nombre de lectures 10
EAN13 9782738165343
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0950€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , SEPTEMBRE  2015
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-6534-3
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Introduction

À partir des années 1870, la pensée économique, qui existait jusque-là sous l’appellation d’ économie politique, a opéré un tournant radical faisant d’elle une supposée « science » économique. Dans un saisissant contraste avec l’ économie politique qui prévalait alors et dont la prétention à la scientificité, dans le cadre d’une science « morale », était dans son cas justifiée, la « science » économique s’est épanouie sous la houlette du milieu financier. Celui-ci lui a prodigué son soutien et l’a encouragée à générer un « savoir » qui serve ses intérêts et ignore les sujets et les approches susceptibles de le fâcher. La production de la théorie économique se faisait à l’origine dans le cadre des départements d’économie universitaires, elle s’est déplacée ensuite – tout particulièrement aux États-Unis – vers les écoles de commerce, qui se trouvent davantage encore dans la sphère d’influence des milieux financiers.
Paradoxalement, depuis cette époque, une réflexion qui était jusque-là authentiquement de nature scientifique s’est dévoyée, singeant avec une détermination croissante les signes extérieurs de la scientificité, mais s’éloignant en réalité de plus en plus de ce qui serait une réelle démarche scientifique. Elle sacrifia en particulier la validation par la confrontation des constructions théoriques avec les données empiriques *1 , de crainte qu’un tel test ne mette en péril les acquis dont l’« harmonie préétablie » avec les desiderata de la communauté financière est considérée comme providentielle, sans que la question soit jamais posée du pourquoi de ce caractère providentiel.
S’évanouirent du champ de la pensée économique les questions qui lui étaient centrales au XVIII e puis au XIX e  siècle mais qui irritaient ses sponsors : la propriété privée comme objet d’étude disparut des manuels d’économie, les conflits d’intérêts entre les classes sociales furent ignorés car ramenés au rang d’illusion produite par le cerveau d’énergumènes mus par le ressentiment et incapables de comprendre le caractère naturel de la division sociale du travail, la spéculation – en faveur de laquelle les milieux financiers avaient si vaillamment combattu, obtenant de haute lutte dans le dernier quart du XIX e  siècle l’abrogation des lois qui l’interdisaient jusque-là – fut qualifiée de mirage : elle n’était rien d’autre nous dit-on qu’un artefact fruit d’une compréhension déficiente du mécanisme de la formation des prix.
Le résultat nous est connu : lorsqu’une crise d’une ampleur considérable s’est déclenchée en 2007, les économistes, dans leur quasi-totalité, ne l’ont pas vu se dessiner et, faute d’une modélisation adéquate, ils se montrèrent alors incapables de proposer les mesures nécessaires pour remédier au mal. Un moment désarçonnés, ils se sont rapidement ressaisis et ce sont à nouveau eux qui dispensent leurs conseils et leurs prévisions décollés de la réalité économique, aussi bien dans la presse que dans le cadre universitaire.
Que conviendrait-il de faire ? Il faut bâtir enfin et sans plus tarder la théorie qui fait encore défaut. N’y a-t-il rien encore d’où prendre un départ ? Si, il y a l’œuvre de John Maynard Keynes !
Nombreux sont les économistes à s’affirmer aujourd’hui « keynésiens », mais la plupart d’entre eux, à juger de ce qu’ils écrivent, n’ont pas même pris la peine de lire Keynes dans le texte ou, s’ils l’ont fait, ils ne semblent pas en avoir perçu les enjeux, la raison étant qu’ils l’ont lu avec les lunettes de la théorie économique dominante et tout ce qui « dépassait », c’est-à-dire tout ce qui constitue la véritable nouveauté de son apport, leur est demeuré tout simplement invisible. Ce sont eux qui, par exemple, croient entendre dans l’expression d’« euthanasie du rentier » une évocation voilée de l’inflation, ignorant qu’il s’agit de la transition vers le socialisme décrite par Keynes dans les « Notes finales sur la philosophie sociale à laquelle la théorie générale peut conduire », dernier chapitre de sa Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936), dont le mot « inflation » est en réalité entièrement absent. Sans compter les contresens commis par les « keynésiens » qui n’ont lu que des traductions défectueuses de Keynes dans la langue qui leur est familière. Les économistes francophones sont de ce point de vue des victimes toutes désignées, interprétant par exemple le terme « conventionnel » comme s’il désignait le « produit d’une convention », alors qu’il signifiait « fruit d’un esprit conformiste » pour Keynes.
En fait, Keynes « savait parler le langage des économistes », comme il savait parler celui des politiques, des spéculateurs, des artistes, et de bien d’autres encore, sans être pour autant un économiste dans l’âme. Keynes était essentiellement un «  Cambridge man  », autrement dit un homme de culture générale, mâtiné d’un moraliste. C’était en particulier un critique aigu de G. E. Moore (1873-1958), apôtre d’une social-démocratie bienveillante, dont l’influence, massive à Cambridge à l’époque où Keynes était étudiant, s’exerçait aussi bien sur les enseignants de l’université, professeurs et répétiteurs ( tutors ), que sur leurs élèves.
La première chose à faire pour reconstruire une théorie économique digne de ce nom, c’est de ressusciter Keynes, non pas pour critiquer sa pensée, comme ont tenté de le faire d’autres économistes tel Friedrich von Hayek (1899-1992), mais dans l’intention précise de la dépasser dans le cadre élargi que proposent les sciences de l’homme dans leur ensemble. De même que, pour produire une théorie alternative de la formation des prix dans mon livre Le Prix (2010), il m’a fallu commencer par ressusciter la « proportion diagonale » permettant à Aristote de représenter le mécanisme de la formation des prix tel qu’on le trouve expliqué dans l’ Éthique à Nicomaque , pour ensuite adapter son modèle aux données économiques et financières du monde contemporain.
Et pour rebâtir à partir de Keynes, rien n’est plus propice sans doute que la familiarité avec le monde qui l’avait engendré, à savoir avoir été comme il le fut lui-même un «  Cambridge man  », autrement dit le produit d’un milieu intellectuel très particulier.
Ce que je vise en particulier par ce terme de «  Cambridge man  », c’est ce que les anthropologues du XIX e  siècle désignaient du nom de survivance  : une institution venue du fond des âges, ayant partiellement préservé sa forme originale qui la rend essentiellement étrangère au temps présent, à savoir dans le cas qui nous occupe, une mentalité : l’esprit scolastique de l’université médiévale qui, dans le système universitaire occidental, reste représenté tout spécialement à Cambridge et à Oxford. Je n’envisage ici que la scolastique « progressiste », celle qui s’était consacrée à la poursuite du projet aristotélicien au cours du Moyen Âge classique, et non la scolastique théologique « conservatrice », qui prônait la crainte de Dieu et considérait que toute connaissance est vaine aux yeux de l’omniscience divine ; de cette dernière, Martin Heidegger (1889-1976) est bien entendu à la fois le dernier représentant et le couronnement.
Keynes affirmait que, dans leurs réflexions portant sur l’économie, les hommes et les femmes des temps futurs trouveraient en Silvio Gesell (1862-1930), l’anarchiste allemand promoteur de la monnaie « fondante », un point de départ plus fécond que chez Karl Marx (1818-1883), ce qui ne signifiait pas pour autant qu’il cautionnait les conclusions auxquelles Gesell était parvenu : il en souligna d’ailleurs les faiblesses dans sa Théorie générale de 1936. Nous qui sommes les hommes et les femmes des temps futurs auxquels pensait Keynes, nous trouvons de la même manière chez lui un excellent point de départ, sans qu’il faille pourtant, et semblablement, s’abstenir de relever au passage les insuffisances de son œuvre, insuffisances de plus en plus criantes d’ailleurs depuis que son décès en avril 1946 mit un point final à ses efforts constants de faire de chacun de ses textes, une version améliorée de ceux qui le précédaient.
Mon but avec le présent livre, c’est de compléter pour les temps qui sont les nôtres l’œuvre de Keynes sur certains points, de découvrir les endroits où il existe en son sein des erreurs ou des lacunes flagrantes et m’efforcer d’y remédier, comme ont tenté de le faire avant moi l’économiste américain Hyman Minsky dans son John Maynard Keynes ([1975] 2008), ou l’économiste britannique Geoff Tily dans Keynes Betrayed (2007).
Il convient d’examiner aussi les questions clés sur lesquelles Keynes ne s’est pas prononcé, qu’il s’agisse de problèmes déjà présents à son époque mais qu’il avait choisi d’ignorer, ou de questions qui ne sont apparues que plus tard, et de compléter son analyse dans ces cas-là – dans la mesure de mes moyens bien entendu.

L’homme Keynes
Dans ce projet de rebâtir une science économique digne de ce nom, dont on puisse retirer les guillemets que l’on est forcé d’ajouter mentalement aujourd’hui au mot « science », Keynes nous a aidés en facilitant le ravalement nécessaire de sa propre œuvre. Il l’a fait en attirant notre attentio

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text