172 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Dimension invisible , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
172 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'explosion des moyens modernes de traitement de l'information a changé notre monde. Déjà, l'espace et la matière comptent moins que la capacité à gérer les flux d'information. L'« intelligence » triomphe, nouvelle source de croissance et de profit. Au croisement de la science, de l'économie et de la réflexion politique et culturelle, un voyage au coeur du grand rêve technologique de cette fin de siècle et de la société d'information qui s'édifie aujourd'hui.  Thierry Breton est l'auteur de Softwar, Vatican III et Netwar, fictions technologiques et géopolitiques traduites dans vingt pays.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 1991
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738137104
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

DU MÊME AUTEUR
Softwar (avec Denis Beneich), Paris, Robert Laffont, 1984.
Vatican III, Paris, Robert Laffont, 1985.
Netwar, Paris, Robert Laffont, 1987.
© O DILE J ACOB , MAI 1991 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-3710-4
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Pour Constance, Alexandre et Séverine, ce nouveau monde, leur monde.
Préface

Une technique n’est pas seulement un instrument souple et malléable au service d’une finalité claire, fixée d’avance. « La technique », dans son ensemble, porte en elle une conception du monde que ses manifestations les plus frappantes contribuent à façonner, à changer. Mais surtout elle possède un dynamisme propre, comme les sciences qui permettent ses avancées. Qu’un ensemble de pratiques et de moyens s’imposent et on leur découvre sans cesse de nouvelles applications, de nouveaux usages, qui engendrent de nouveaux comportements, de nouvelles représentations.
L’informatique et plus généralement le traitement de l’information n’échappent pas à cette règle propre à la créativité, à l’innovation technologique. Le premier ordinateur fut implanté en France en 1959. C’était il y a trente ans. On voyait en lui un outil aux usages assez bien définis, un moyen au service d’une fin claire et précise : son apport, circonscrit, se mesurerait en puissance et en rapidité de traitement. L’illusion avait ainsi cours que le changement technique serait essentiellement quantitatif : il n’affecterait pas le sens même du cadre dans lequel il était pris, il nous permettrait seulement de palier la complexité croissante de notre monde. Aujourd’hui, un salarié sur quatre travaille quotidiennement avec un ordinateur et, d’ici dix ans, ils seront trois sur quatre. Même expansion dans le domaine des télécommunications, du traitement de l’image, des banques de données. Le cadre, notre cadre de vie, a donc bel et bien changé et l’information est devenue une industrie, un extraordinaire gisement de richesse qui représente plus de cinquante pour cent du produit national brut mondial, un enjeu politique, culturel.
Pourtant, toute croissance de ce type, lorsqu’elle est aussi rapide et ample, n’est-elle pas condamnée, un temps au moins, à rester incomprise dans ses effets ? Les mentalités, déroutées, sidérées même par une évolution si prompte et si massive, se prêtent mieux à des modifications graduelles, mesurées. Trente ans, c’est peu pour que les esprits changent, pour qu’ils intègrent un bouleversement technologique et économique aussi radical et brusque, pour que nos représentations soient à l’image de ce que nous sommes devenus et de ce que nous faisons. Surtout lorsque le changement affecte nos convictions, nos croyances, nos fascinations les plus profondes, nos rythmes et nos repères.
Et pourtant. Toutes les guerres d’importance disposent à une prise de conscience : elles révèlent la précarité des schémas de pensée auxquels on croit encore, elles dévoilent la pertinence nouvelle de ceux auxquels on ne peut plus éviter d’adhérer. Ce fut vrai de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale : l’une consacra l’importance de la puissance industrielle lourde, l’autre de la capacité logistique. C’est tout aussi vrai de celle qui vient, brutalement, de s’achever et dont on a abondamment dit qu’elle était la première guerre électronique de l’histoire. La guerre se livre désormais sur de nouveaux territoires, où l’astuce médiatique et la puissance de la collecte et du traitement de l’information s’affrontent. Signe du temps dans lequel nous sommes déjà.
La crise du Golfe nous a révélé que, de même qu’il existait un espace aérien, un espace maritime, il existe désormais un espace informationnel. La puissance des nations ne se définit donc plus seulement en termes matériels, physiques, géographiques. Et si l’assaut du 16 janvier fut un succès dont on mesura par la suite le caractère déterminant, c’est parce qu’il avait été précédé de six mois de collecte et de traitement de milliards d’informations (plus que pendant toute la Seconde Guerre mondiale, toutes armées confondues) qui permirent de priver l’armée irakienne de sa faculté de défense. C’est aussi parce qu’il a fait la preuve d’une capacité sans commune mesure à coordonner, sans la moindre défaillance et à la seconde près, l’action offensive des technologies les plus sophistiquées et les plus disparates, telles que satellites espions, super-ordinateurs, générateurs de brouillage hertzien, etc. A ce potentiel de traitement de l’information, l’Irak avait d’abord répondu en usant de l’arme médiatique – autre champ de bataille dans l’espace informationnel – pour déstabiliser le front uni dressé contre lui.
Mais le terrain militaire ne fournit sans doute que les exemples les plus frappants et les plus dramatiques des enjeux liés à la maîtrise de l’information, que ce soit au sens technique ou au sens médiatique. En profondeur, la capacité à jouer de la puissance, de la rapidité que procurent les moyens modernes de production et de traitement de l’information est devenu la clef de ce qui se joue dans tous les domaines. De même que la ressource militaire, la richesse se mesure en termes nouveaux : la matière et l’espace s’effacent au profit du temps et de l’intelligence, de la capacité informationnelle. En économie, par exemple, la circulation des biens compte moins aujourd’hui, dans nombre de cas, que les flux instantanés de données. Dès lors, ne devons-nous pas apprendre à regarder autrement notre monde, à réviser nos représentations traditionnelles ? Non pour nous projeter sans distance dans un rêve futuriste, pour nous abandonner au vertige de la technologie. Mais pour l’apprivoiser. Pour enfin comprendre ce que nous sommes et pouvoir choisir ce que nous voulons. Pour apprendre à vivre « en temps réel », à lire ce nouveau monde qui nous est révélé par l’univers informationnel.
Etrangers à ce qui s’édifiait, toujours attachés à des modèles essentiellement matérialistes hérités du passé, nous sommes trop longtemps restés indiffé rents aux bouleversements que suscitait l’évolution technologique. Aujourd’hui que le changement nous apparaît dans toute son ampleur, il est temps de nous donner les moyens d’en mesurer le sens pour en maîtriser le devenir. D’autant qu’au moment même où l’importance décisive de la production et du traitement de l’information se révèle à nous, la crise semble gagner le secteur qui devrait pourtant en être le fleuron : l’informatique. Alors même que triomphe l’âge de l’information, qu’à l’évidence notre quotidien est de plus en plus pénétré par les ordinateurs, les réseaux de télécommunication, les satellites et les services qu’ils supportent, qu’une nouvelle culture du « temps réel » semble s’annoncer, ne vivons-nous pas en direct, d’une certaine façon, la fin de l’informatique ? La crise grave que traverse ce secteur pour la première fois de son histoire pourrait en tout cas le laisser penser. Etrange paradoxe qui ouvre une ère nouvelle aux contours incertains.
CHAPITRE I
Un monde dématérialisé ?

L’explosion de l’information
Encore déconcertés, encore hésitants, nous vivons aujourd’hui, d’ores et déjà et pour une grande part, les premiers temps d’une ère nouvelle, dont le terme de société d’information rend encore bien mal compte. Pourtant, les faits sont là : notre univers, notre monde, notre environnement sont de plus en plus perceptibles et accessibles, non pas dans leur réalité tangible, mais plutôt à travers la couche d’informations qui en rendent compte. L’explosion moderne de l’information n’est en fait que la face la plus découverte de l’émergence de techniques dont la maîtrise devient donc l’un des enjeux de cette fin de siècle. Pénétrant dans les profondeurs de notre environnement, elles ont déjà jeté les bases d’un véritable bouleversement culturel et politique que nos cadres de pensée, trop matériels sinon trop matérialistes, nous dissimulent. Et c’est peut-être le choc entre ces deux mondes, l’un aux fondements séculaires, matérialistes et durs, l’autre aux contours flous, immatériels et impalpables, qui caractérise l’état d’incertitude, voire d’incompréhensibilité et d’imprévisibilité de notre époque. Si les règles qui régissent le monde ont changé, ou plutôt doivent changer, c’est sans doute parce que le monde lui-même n’est plus ce qu’il était. C’est peut-être parce que l’ère de l’immatériel est aujourd’hui déjà advenue.
Partons d’un constat simple, très immédiat pour chacun d’entre nous. Comment mesure-t-on l’information ? De quel indice peut-on disposer ? Un indice, celui des prix par exemple, peut être construit à partir de données qui ne sont pas nécessairement homogènes. C’est ainsi que les paroles d’une chanson entendue à la radio, les données transférées par des réseaux informatiques et les phrases d’un classique de la littérature n’ont pas le même statut qualitatif. Néanmoins, il semble qu’on puisse les appréhender de manière quantitative en utilisant le mot comme base de mesure. En fait, il ne s’agit là que d’une première approche, car, on le verra, un autre type de mesure permet de tenir compte de l’échange d’information non-verbale. Fort de ce repère quantitatif, on peut distinguer le volume de mots consommés et le nombre de mots offerts, autrement dit produits et transmis.
On constate alor

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text