90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Des économistes répondent aux populistes , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans l’arène où sévissent les populistes, la question économique est au cœur de la dénonciation des élites et de « leur » politique : dictée par les intérêts bien compris des banques et des marchés, elle serait favorable à une globalisation tous azimuts, européenne avant d’être française, indifférente aux effets de la désindustrialisation, de la pauvreté, des inégalités. Or l’argumentaire économique des populistes n’est jamais analysé comme tel, jamais confronté non plus aux expériences politiques que ces derniers ont pu soutenir. C’est pourquoi ce livre fait le pari, avec dix-sept économistes, tous reconnus dans leur domaine, d’analyser et de déconstruire toute une palette de thématiques chères aux populistes, du protectionnisme aux migrations. Ainsi se trouvent démontés des « faits », des « données », voire des « analyses », qui relèvent en réalité du storytelling, de la mauvaise foi, d’éléments chiffrés piochés çà et là en fonction de leur capacité à conforter des a priori et des ambitions politiques.  Avec les contributions de : Hippolyte d’Albis, Yann Algan, Patrick Artus, Françoise Benhamou,Jean-Paul Betbeze, Christian de Boissieu, André Cartapanis, Pierre Dockès, Patrice Geoffron, Pierre Jacquet, Jean-Hervé Lorenzi, Catherine Lubochinsky, Valérie Mignon, Christian Saint-Étienne, Akiko Suwa-Eisenmann, Philippe Trainar, Alain Trannoy. Tous sont membres du Cercle des économistes. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 avril 2022
Nombre de lectures 10
EAN13 9782415001889
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , © AVRIL  2022 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN 978-2-4150-0188-9
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Composition numérique réalisée par Facompo
Préface
Hippolyte d’Albis et Françoise Benhamou

Le spectre des idées que l’on qualifie de populistes est très large ; il va d’idéologies protestataires jusqu’à des discours xénophobes. Il a grossi dans la sphère médiatique et sur les réseaux sociaux, et nourri les positions politiques extrêmes. De Donald Trump à Boris Johnson, de Viktor Orbán à Matteo Salvini, de Jaroslaw Kaczynski à Heinz-Christian Strache, les expériences populistes, temporaires ou durables, sont nombreuses et s’ancrent dans l’histoire. Elles ne manquent pas d’inquiéter. Elles traversent la sphère politique française par l’influence idéologique de partis ou d’individus qui n’hésitent pas à se présenter comme les seuls représentants légitimes du peuple, et par la montée de débats récurrents dans les médias, le plus souvent centrés sur le thème de l’immigration. Elles inspirent certaines positions des partis traditionnels, jusqu’alors peu enclins à y céder, et distillent ainsi leurs messages au sein du corps social. Qu’ils engrangent des succès électoraux ou qu’ils connaissent des échecs, les populistes parviennent ainsi à diffuser leurs idées en tenant des discours simplificateurs et réducteurs qui allient la démagogie et la mise en avant d’un argumentaire de disqualification des gouvernants. Le discours se déplace parfois dans la rue et dans les manifestations telles que celles des gilets jaunes. Le populisme apparaît ainsi tout à la fois comme un symptôme et une conséquence de la crise des démocraties.
Derrière la variété des populismes, on trouve un socle récurrent, constitué de ce qu’Ilvo Diamanti et Marc Lazar désignent comme des « croyances simples et efficaces » : redonner une voix au peuple, au sens de « ceux d’en bas », désigner les élites comme à l’origine des maux de la société, tout en excitant les passions plutôt qu’en cherchant à les apaiser. La défense des valeurs nationales, d’une histoire souvent revisitée, dérive vers la dénonciation des « autres », ceux qui ne sont pas nés « ici », ou qui, bien que nés « ici », ne le sont pas tout à fait pour des raisons diverses, religieuses ou culturelles. En matière économique, la défense du protectionnisme renvoie à un refus de la globalisation vécue comme dépossession et source de déclin. La volonté du peuple s’oppose à l’objectivation par les chiffres. Pierre Rosanvallon souligne à cet égard à quel point la construction européenne apparaît comme un laboratoire de la confiscation du pouvoir populaire par « la raison experte et la main invisible du marché ». Si les réflexes populistes sont plus forts dans les périodes de crise économique, ils ne sont pas nécessairement les produits de celles-ci. Ils procèdent de toute une série d’inquiétudes diffuses, parfois justifiées, sur fond d’incertitude quant à l’avenir, et de fausses vérités débouchant sur la stigmatisation et le rejet des décisions publiques et privées que l’on ne comprend pas.
Nombre de chercheurs traitent du populisme, de ses avancées, et des dangers qui pèsent sur les démocraties. La question économique est plus rarement abordée, bien qu’elle soit au cœur de la dénonciation des élites et de « leur » politique, supposée dictée par les intérêts bien compris d’une classe sociale amie des banques et des marchés, ayant ouvert la porte à la globalisation, européenne avant d’être française, indifférente à la question de la désindustrialisation, de la pauvreté et des inégalités. Et c’est justement parce qu’ils sont tant honnis des populistes que les économistes peuvent contribuer à défaire leurs discours. Il est dès lors impératif de sortir ces universitaires de leurs cercles académiques et de les exposer à un débat qui ne suit pas les mêmes codes. Dans l’arène où sévissent les populistes, l’aura des publications scientifiques est bien faible tandis que la crédibilité conférée par les titres universitaires est en constant déclin. La forme du débat, en particulier à la télévision et sur les réseaux sociaux, les dessert également car elle impose au propos une concision et incite aux positions tranchées. Le risque est alors grand de transformer les chercheurs en ayatollahs psalmodiant des « la science dit que ». On ne répond pas efficacement à un discours simpliste d’un populiste par une affirmation lapidaire, fût-elle corroborée par un ouvrage savant. Les résultats de la recherche économique sont, au contraire, tout en nuance et le reproche trop souvent adressé aux économistes « qui ne sont jamais d’accord entre eux » est justement une force. C’est bien parce que la réalité est complexe que le discours populiste s’en écarte, préférant toucher les émotions de ses auditeurs que leur raison. Dans ce livre, les membres du Cercle des économistes proposent donc un retour au réel reposant sur leurs recherches et leur expertise. Ils ne sauraient traiter de toutes les questions économiques soulevées par les populistes, mais entendent montrer tout à la fois que les arguments avancés prennent l’aspect séducteur de la simplicité pour le plus souvent tordre la réalité.
La première partie de ce livre évoque un certain nombre d’expériences populistes d’hier et d’aujourd’hui, et souligne les défis qui se présentent à la France et qui s’exacerbent avec les échéances électorales. Parce que les nombres, les ordres de grandeur, les statistiques alimentent les débats mais font aussi l’objet d’erreurs, voulues ou non, on y rappelle l’importance qu’ils revêtent et leurs limites.
La deuxième partie aborde la finance, une des meilleures ennemies des populistes dès qu’ils s’aventurent dans des discours complotistes. Les banques commerciales, la Bourse, la Banque centrale européenne… y sont systématiquement présentées comme les lieux d’un pouvoir cherchant à nuire au peuple. Ces institutions ne sont évidemment pas exemptes de torts et de défauts, mais les solutions populistes n’aident pas à les mettre davantage au service de l’économie et de la société.
La troisième partie traite de la mondialisation, sous l’angle de l’ouverture des économies au commerce, aux capitaux et aux immigrés. Sa responsabilité dans les difficultés économiques des pays est une position systématiquement défendue par les partis populistes et, parfois, par les autres. L’examen attentif des conséquences économiques de la mondialisation appelle pourtant à une position moins tranchée ; la « solution » qui passerait par la fermeture des économies s’avère quant à elle potentiellement contre-productive.
Le populisme est affaire idéologique et culturelle, et la dernière partie s’attelle à montrer que la solidarité et la responsabilité, au niveau international comme au niveau local, ne constituent pas un rapt fait sur le dos du peuple mais une nécessité y compris pour le peuple. La lutte contre le réchauffement climatique est trop souvent vécue comme un combat de riches qui se mène sur le dos des pauvres. Et même sur le terrain culturel, objet d’attaques violentes car s’y jouent tous les stigmates de la haine, les économistes entendent apporter des arguments en faveur du soutien aux artistes et aux créateurs.
PREMIÈRE PARTIE
Populismes d’hier et d’aujourd’hui
CHAPITRE 1
Les échecs économiques des expériences populistes
André Cartapanis

Le populisme n’a cessé de traverser l’histoire contemporaine, depuis les années 1930 jusqu’à aujourd’hui, sous des formes profondément renouvelées. C’est une rhétorique qui instrumentalise le ressentiment et le mal-être des populations face aux inégalités et aux injustices, et, plus encore, c’est une posture politique de nature à remporter les élections. Mais quand la stratégie électorale s’avère payante, le populisme prend la forme d’une expérience, évidemment sur le plan des institutions politiques et de l’exercice du pouvoir, mais aussi dans le domaine de la politique économique. Si ces politiques économiques populistes ont longtemps été considérées comme un phénomène spécifiquement latino-américain, on en trouve des avatars contemporains aux États-Unis ou en Turquie. Si plusieurs types de populismes ont été mis en œuvre, l’expérience du pouvoir, dans la plupart des cas, est un échec économique, parfois retentissant.

Les déboires des populismes classiques
Les populismes classiques recouvrent les expériences observées dans l’entre-deux-guerres en Allemagne, en Italie, puis surtout en Amérique latine, jusqu’aux années 1990. Elles donnent naissance à des modifications drastiques sur le plan des institutions tout en adoptant des stratégies macroéconomiques de rupture. Les expériences les plus nombreuses de populisme classique se situent en Amérique latine. Sans détailler les spécificités de chaque expérience, on peut identifier des points communs dans l’inflexion apportée aux politiques économiques. Se combinent en effet la mise en œuvre de mesures protectionnistes, un coup de fouet apporté aux salaires, tant dans le public que dans le privé, le financement monétaire des déficits budgétaires croissants, la hausse des taux d’imposition sur les plus riches et sur le capital, le recours à des mesures administratives de blocage des prix…
Mais, après une phase d’embellie, la situation se dégrade. Des goulots d’étranglement apparaissent en réponse à la fort

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text